Opinion

80 % des enfants iraniens travaillent dans la rue pour aider leurs familles démunies

El 80% de los niños iraníes trabajan en la calle para ayudar a sus familias empobrecidas

Le chef de l'Association des travailleurs sociaux d'Iran a affirmé que la pauvreté est à l'origine de 80 % des enfants qui travaillent en Iran.

Selon l'agence de presse publique ISNA, Seyed Hassan Moussavi Chelek, directeur de l'Association iranienne des travailleurs sociaux, a déclaré que la plupart des enfants travailleurs ont un toxicomane dans leur famille ou appartiennent à des familles dysfonctionnelles.

Moussavi Chelek a déclaré que la situation des enfants travailleurs s'aggravera si le système de sécurité sociale n'est pas modifié.

"Plus de 80 % des enfants qui travaillent sont en contact avec leur famille", a déclaré Moussavi Chelek dans l'interview accordée à l'ISNA, laissant entendre qu'ils ne sont pas les mendiants des groupes criminels mafieux.

"Il y a généralement trois à quatre fois plus de garçons que de filles dans les rues", a ajouté le chef de l'Association des travailleurs sociaux d'Iran.

Les enfants travailleurs d'Iran sont victimes de maladies et de malnutrition

Moussavi Chelek a noté que de nombreux enfants travailleurs sont infectés par le VIH, selon les chiffres de 2013. Il a également ajouté qu'ils sont vulnérables à la toxicomanie, au tabagisme, à l'alcoolisme et à la violence de la rue, y compris les abus sexuels.  

"Les enfants qui travaillent sont privés d'éducation, souffrent de malnutrition, de maladies de la peau et autres problèmes de digestion et de privation de nourriture. Ils souffrent également de problèmes psychologiques", a déclaré Moussavi Chelek.

Le chef de l'Association des travailleurs sociaux d'Iran a également laissé entendre que ces enfants travailleurs ont toujours été négligés par le gouvernement.

Le conseil de la Commission sociale du Majlis a déclaré en 2017 que le nombre d'enfants travailleurs en Iran, selon la plupart des estimations officieuses, se situait entre 3 et 7 millions.

30% de la population iranienne vit dans la pauvreté absolue

Dans un rapport publié par l'agence de presse publique ISNA le 2 juin, le chef de l'Institut de recherche de l'Organisation de la sécurité sociale a déclaré que 30 % de la population vit dans la pauvreté absolue selon les chiffres de 2017 à 2019. Et ce, alors que de 2013 à 2017, seuls 15 % de la population iranienne vivaient dans la pauvreté absolue.

Dans un rapport publié le 4 juin par le site Internet d'État Tejarat News, Mehdi Yusefkhani, responsable de l'Union des négociants en volailles et en poissons de Téhéran, a déclaré que la production de volailles avait diminué, ce qui a entraîné une raréfaction des restes de poulet et des organes. Des commerçants de Téhéran ont déclaré que les restes et les organes de poulet, notamment les ailes, les pieds, le cœur, le foie, le gésier et même les os, sont devenus rares. En raison de l'inflation croissante, la demande de déchets et d'organes de poulet, plutôt que de viande de poulet, a augmenté.

Les problèmes économiques affectent directement la vie des familles défavorisées, marginalisées et ouvrières, et les premières victimes de cette violence sont les enfants, qui sont contraints d'abandonner l'école et d'entrer sur le marché du travail.

Le régime a fermé les yeux sur cette tragédie grandissante. Bien que le régime prétende défendre les pauvres, ses élites mènent une vie de luxe dans la région de Lavasan, à Téhéran, surnommée le "Beverly Hills de l'Iran".

Cyrus Yaqubi est un analyste de recherche et un commentateur des affaires étrangères iraniennes qui enquête sur les problèmes sociaux et économiques des pays du Moyen-Orient en général et de l'Iran en particulier.