Opinion

Afghanistan : la reconquête des talibans

refugiados-aereopuerto-afganistan

Les scènes d'Afghanistan sont déchirantes. Des images de ruine, de destruction et de reddition. Au cours des semaines qui se sont écoulées depuis le départ des États-Unis et des représentations diplomatiques des pays occidentaux, le monde a vu des centaines, voire des milliers de personnes, hommes, femmes et enfants, s'entasser dans l'aéroport de Kaboul. Des dizaines de citoyens ont poursuivi les avions en mouvement et même des mères afghanes ont jeté leurs bébés dehors pour qu'ils soient emmenés par les soldats américains. Les embouteillages, la congestion et les milliers d'Afghans qui tentent de fuir pour sauver leur vie, l'enfer lui-même ou le triomphe de l'obscurantisme, ont été les cartes postales immédiates laissées par les événements récents de ce côté du monde. 

afganistan-taliban

Au milieu de la foule, de nombreux Afghans se sont trouvés dans l'impossibilité d'atteindre les avions, bien qu'ils soient inscrits sur une liste d'évacuation et qu'ils aient bénéficié d'un statut protégé grâce à des visas spéciaux pour migrants. "Un couloir sécurisé n'a pas été établi pour faciliter l'accès des Afghans qui ont une place réservée dans les avions militaires", comme le rappelle le média VozPopuli. Au milieu des larmes et des cris de douleur, la lutte de milliers de personnes pour quitter un territoire chaotique. Des gens dévastés, anéantis et désolés face à la réalité de leur pays. Des femmes qui fuient, des femmes qui dénoncent, des femmes qui résistent après avoir osé briser des tabous et lutter pour l'égalité et la conquête de leurs libertés ces dernières années.

Il y a consensus pour affirmer que les talibans d'aujourd'hui sont plus sophistiqués dans leur utilisation des moyens occidentaux pour faire avancer leurs objectifs, tout en réprimant et persécutant simultanément les opposants et en effaçant les visages des femmes qui, jusqu'à récemment, étaient exposées dans les rues du pays. Les femmes afghanes seront éliminées de la sphère publique et ce n'est pas pour rien qu'elles craignent de voir leurs droits disparaître complètement. Être une femme sous les Talibans, les Iraniens ou les Saoudiens, ce n'est plus être invisibilisée et annulée chaque jour, c'est une sorte de condamnation à vie.

arma-taliban-afganistan

Les Talibans, quant à eux, ont célébré leur reconquête et ont comparé cette victoire à la conquête de la Mecque. "La débâcle de l'Afghanistan marque la voie empruntée par d'autres pays qui ont adopté la théocratie comme système, incarnée à l'intérieur par le régime des Talibans et à l'extérieur par Al-Qaida". "Dans la fuite, [les militaires afghans] ont laissé derrière eux des véhicules militaires, des armes et même des uniformes dont les États-Unis les avaient équipés ; aujourd'hui, les talibans sont armés jusqu'aux dents avec des armes de fabrication américaine". "Peu de pays ont adopté la théocratie comme forme de gouvernement : l'Iran, la Mauritanie, l'Arabie saoudite, le Soudan et le Yémen avec la charia (loi islamique) et le Vatican avec une monarchie chrétienne incarnée par le pape. L'Afghanistan, sous le régime des talibans, est-il en passe de devenir un émirat dans lequel son éventuel président ou leader exerce le pouvoir politique en tant que ministre de Dieu ?" s'interrogeait l'expert Jorge Elias il y a quelques semaines. 

manifestaciones-mujeres-afganistan

Hillel Neuer, un militant des droits de l'homme, a remis en question le prétendu changement des talibans, exposant l'aveuglement de divers gouvernements occidentaux prêts à reconnaître le régime taliban dans un avenir prévisible, à condition qu'il forme un gouvernement "inclusif". Il ne faut pas se faire d'illusions sur la modération ou le changement lorsqu'il s'agit de la promesse de rédemption des fondamentalistes. Le mythe : "Les talibans ont changé". La réalité : "Les combattants talibans "intensifient" leur "persécution" des fonctionnaires, des forces de sécurité et des policiers afghans et punissent leurs familles lorsqu'ils ne peuvent les retrouver", révèle un rapport des services de renseignement obtenu par ABC News. "Pourquoi fantasmons-nous que les talibans ont changé et que leur politique à l'égard des femmes a changé ? Non, ils n'ont pas changé", a déclaré Hosna Jalil, ancienne vice-ministre afghane de la Condition féminine.

Rina Amiri, qui a servi dans l'administration Obama dans le domaine des affaires diplomatiques, dont la famille a fui l'Afghanistan lorsqu'elle était enfant dans les années 1970, a déclaré que les talibans ont des listes de cibles : "Les femmes, les journalistes et les militants. Ils connaissent leurs noms, se rendent à leurs bureaux et à leurs domiciles, terrorisent leurs familles et intimident ces personnes. Il n'y a pas de période de lune de miel". Gulalai Ismail, un militant des droits de l'homme en exil, a affirmé que les talibans prétendument "réformés" tentent d'apaiser les puissances occidentales, tout en continuant dans la pratique à s'attaquer à l'identité et à la souveraineté afghanes, ainsi qu'à la population vulnérable. Il y a des gens là-bas qui résistent et le monde ne devrait pas détourner le regard, a déclaré Ismail.

taliban-afganistan

Les femmes afghanes ont toujours souffert sous le régime des talibans qui, par le passé, ont sévèrement puni divers "crimes", notamment le fait de travailler ou d'étudier, a déclaré Neuer, directrice exécutive d'UN Watch, ajoutant que ce ne sera qu'une question de temps avant que l'Émirat islamique d'Afghanistan ne soit élu au Conseil des droits de l'homme des Nations unies, considérant que les diplomates et les représentants de l'UE sont allés jusqu'à justifier, par exemple, l'élection du régime totalitaire de l'Iran à la Commission des droits de la femme, ou ceux de la Chine, de la Russie et de Cuba au Conseil des droits de l'homme parce que, disent-ils, leur présence leur permettra "d'apprendre" et d'améliorer leurs normes en matière de libertés et de droits de l'homme.

Neuer a cité des régimes qui violent systématiquement les droits de l'homme et qui sont pourtant présents au Conseil des droits de l'homme de l'ONU : Cuba, qui est une tyrannie ; la Libye, qui torture les migrants ; la Chine, qui retient un million de musulmans en captivité et dans des conditions déplorables ; la Russie, qui empoisonne les dissidents ; l'Érythrée, qui maintient des formes d'esclavage ; la Somalie, qui pratique les mutilations génitales féminines ; le Pakistan, qui abrite des terroristes ; le Cameroun, qui assassine des manifestants ; le Venezuela, qui est une dictature et un État effondré ; et la Mauritanie, qui maintient l'esclavage en pratique. Celui qui a dit que les talibans ont changé ment et omet que les fondamentalistes traquent tous les individus et collaborateurs de l'ancien gouvernement et lorsqu'ils ne les trouvent pas, ils choisissent de punir leurs familles en appliquant la charia. Tout comme les ayatollahs fondamentalistes, extrémistes et misogynes qui dirigent l'Iran. 

universidad-kabul-afganas

Masih Alinejad s'est dit d'accord avec Neuer, expliquant qu'il y a 42 ans, des millions d'Iraniennes ont entendu les mêmes mensonges que ceux que raconte aujourd'hui le porte-parole des talibans, qui s'est adressé aux médias occidentaux pour affirmer l'engagement des talibans en faveur des droits des femmes : "Aucun préjugé contre les femmes ne sera autorisé, mais les valeurs islamiques constituent notre cadre", a déclaré. Il y a quatre décennies, Khomeini a également prétendu que tout irait bien en Iran, mais avec le triomphe de la révolution, les femmes iraniennes ont été enfermées et voilées. Depuis lors, elles ne peuvent plus sortir sans hijab, faire du vélo ou chanter. "Nous avons tout perdu", a souligné Alinejad. "Nous donnerons aux femmes toutes sortes de libertés, mais nous empêcherons la corruption morale, et en cela, il n'y a pas de différence entre les hommes et les femmes", a déclaré Khomeiny à l'époque. Outre l'apaisement des observateurs occidentaux, Khomeini tentait de rassurer ses alliés libéraux de la révolution contre le shah, parmi lesquels figuraient un grand nombre de femmes.

Les femmes qui ont souffert de ces systèmes, comme Alinejad, tentent aujourd'hui de rendre visibles les femmes afghanes qui élèvent la voix pour dire et même crier que les talibans n'ont pas changé en 20 ans, mais qu'ils ont changé. Lorsque les islamistes iraniens ont pris le pouvoir, ils l'ont fait pour de bon et ont instauré une nouvelle réalité : les femmes juges ont été renvoyées, les chanteuses ont été interdites et toute une série d'activités et de sports ont été interdits aux Iraniennes, le voile a été rendu obligatoire et les femmes et les jeunes filles qui refusaient de le porter se sont vu refuser l'accès à l'éducation, au travail et ont depuis été arrêtées et condamnées à de longues peines de prison pour s'être opposées au port forcé du voile. Selon l'interprétation iranienne de la loi islamique, les femmes qui s'opposent au port obligatoire du hijab en public peuvent être punies de 74 coups de fouet.

universidad-afganistan

Alinejad s'est empressé de clarifier dans son analyse publiée dans le Washington Post : "Oui, bien sûr, les islamistes iraniens sont chiites, tandis que les talibans sont sunnites ; il existe de nombreuses différences entre eux. Or, il se trouve que leur mépris des femmes est l'un des principes idéologiques fondamentaux qu'ils partagent". Les femmes dans les contextes islamiques comprennent de mieux en mieux ce que signifie le retour des talibans et l'impact des groupes islamistes sur elles, car elles subissent les conséquences les plus dures de ces régimes. La guerre islamiste est dirigée avant tout contre les femmes. La première fatwa des talibans, en effet, a été proclamée quelques jours après la prise de Kaboul et interdisait les cours de mixité dans les universités. Pour les extrémistes, la coéducation est à l'origine de tous les maux de la société. La ségrégation sexuelle dans le système éducatif afghan aura pour conséquence que des milliers de filles et de femmes se verront refuser l'accès à l'enseignement supérieur. Les fouets, les exécutions publiques et la répression des femmes étaient les marques de fabrique des talibans dans le passé et, au cours des deux dernières décennies, ils ont pu maintenir leurs tendances. "Ne nous faisons pas d'illusions. C'est un désastre pour les femmes de la région", a conclu Alinejad.

taliban-afganistan-gobierno

Pendant ce temps, la journaliste et correspondante Clarissa Ward, dûment vêtue de la tenue imposée, rend compte de la réalité de la vie de ce côté du monde. La correspondante de CNN a quitté l'Afghanistan quelques jours après son arrivée pour couvrir les événements qui faisaient la une des journaux. Ward a quitté l'Afghanistan dans l'un des avions affrétés pour évacuer les Américains dans le pays. Elle s'est promenée et a montré à quoi ressemblaient les rues de Kaboul au milieu de la prise de contrôle par les extrémistes, des coups de feu et du voile intégral. A côté d'elle marchaient des hommes avec des fusils d'assaut AK47. Zabihullah Mujahid, porte-parole du groupe d'insurgés djihadistes, a déclaré après la prise de Kaboul que la situation serait plus claire dans la "nation musulmane" lorsque serait formé le gouvernement de l'Émirat islamique d'Afghanistan, qui décidera des lois qui régiront désormais le pays.

Dans les jours qui ont suivi le départ des États-Unis, des correspondants et des analystes ont mis en garde contre une aggravation de la crise des réfugiés et des migrations en Afghanistan, ainsi que de l'instabilité régionale. Cependant, d'autres points de vue, comme celui de l'écrivain américain David Rieff, proposent une interprétation différente et plus nuancée. Pour Rieff, la crise migratoire afghane ne sera pas pire que les crises migratoires et humanitaires que connaissent aujourd'hui l'Éthiopie, le Mozambique ou Haïti : "Ce sont de véritables crises humanitaires. Je ne vois pas l'Afghanistan comme tel. Depuis l'Europe, certains experts mettent en garde contre les problèmes à venir en Afghanistan, les menaces extérieures et les retombées du conflit afghan, à savoir : l'imminence ou l'établissement d'un régime islamiste totalitaire ; l'instrumentalisation djihadiste du statut de migrant ou de réfugié pour le transfert de djihadistes vers l'Occident ; et le terrorisme islamiste comme menace latente pour les pays occidentaux qui devront faire face à des actions terroristes planifiées depuis l'Afghanistan.


*Clara Riveros, Colombie. Politologue, analyste politique et auteur.