Opinion

Batasuniser l'avenir

La II República fue fracaso que nos llevó a la Guerra incivil

La campagne électorale pour Madrid est la première bataille pour batasuniser l'Espagne, 90 ans après que la Seconde République nous ait conduits directement à une guerre incivile, en grande partie grâce au sectarisme des socialistes, des communistes, des nationalistes, des radicaux, des anarchistes, des monarchistes conscients d'eux-mêmes, d'une droite ecclésiastique résignée et des intellectuels qui l'ont soutenue en sachant qu'elle n'avait aucune légitimité. Une République sans républicains déguisée en une démocratie sans démocrates.aregaladorodriguez.blogspot.com

"Lien lumineux"

J'ai relu Stanley Payne, Paul Preston et Pío Moa. Tous trois révèlent la vanité de Niceto Alcalá-Zamora en collaboration avec Miguel Maura ; l'intransigeance de Manuel Azaña face à la droite, le coup d'État de Maciá et Campayns, la trahison constante du PNV pour construire un "Gibraltar vaticaniste" au Pays basque ; la mauvaise santé de Lerroux, le chaquetimo de Cambó, le sans-gêne de Francisco Largo Caballero, le nouveau Lénine espagnol - "il y aura un soviet en Espagne, quand Azaña tombera"- ; La complicité d'Indalecio Prieto dans l'assassinat du chef de l'opposition Calvo Sotelo et dans le vol des trésors de la Vita avec l'approbation du fanatique et avare Juan Negrín, qui remettait l'or de la Banque d'Espagne à Moscou sans aucun reçu et était déterminé à prolonger la guerre jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Dans ses dernières œuvres, nous trouvons également des personnages de second ordre comme Casares Quiroga, Santiago Alba, Marcelino Domingo, Berenguer, Romanones, Martínez Barrio, Sánchez Guerra, Santiago Carrillo, Sanjurjo, Queipo de Llano, Ramón Franco, Ortega y Gasset, Marañón, Pérez de Ayala... Tous nous ont conduits au suicide collectif sans écouter les voix sensées du socialiste Julián Besteiro et du monarchiste et ancien ministre de l'Instruction publique, Juan de la Cierva. 

Francisco Franco n'était pas seulement un pro-républicain depuis le Pacte de Saint-Sébastien, mais il a aussi accepté avec discipline que le ministre de la Guerre, Manuel Azaña, ferme l'Académie militaire de Saragosse, qu'il présidait, après avoir averti par lettre son frère Ramon, membre du Comité révolutionnaire, que "l'évolution raisonnée des idées et des peuples, se démocratisant dans le cadre de la loi, constitue le véritable progrès de la patrie, et que toute révolution extrémiste et violente l'entraînera vers la plus odieuse des tyrannies".

Pour toutes ces raisons, en écoutant le président du gouvernement à la Chambre basse, en omettant les assassinats, les incendies d'églises, la Constitution anticatholique et en considérant le 14 avril 31 comme une date clé de notre histoire, je ne pouvais que penser que Pedro Sanchez a pris le témoignage direct du communiste Pablo Iglesias. Le Front populaire passe de Galapagar à Moncloa avec les mêmes partenaires de l'époque. La Seconde République a été un échec et nous ne pouvons pas permettre que "ce trou noir dans notre histoire" devienne un retour au cainisme, au coup d'État et à la dévertébration de l'Espagne. Le médecin a décrit cette période comme un "lien lumineux" avec notre avenir. Un devin. Une diseuse de bonne aventure et sans papiers.

aregaladorodriguez.blogspot.com

Panorama depuis la baie

J'écris cinq minutes avant l'ouverture officielle de la campagne électorale ; il ne s'agit que de deux années de législature. Des élections provoquées par la déloyauté de Ciudadanos, qui -seul et en compagnie d'autres : PSOE et Podemos- a tenté de déstabiliser Murcie, CyL et la Communauté de Madrid. Les motions de censure présentées hors délai par le PSOE et Más Madrid (c'est-à-dire, plus Podemos) et approuvées par " les oranges " ont obligé Isabel Díaz Ayuso Ayuso à faire son devoir : défendre la liberté et éviter un autre gouvernement Frankenstein à Puerta del Sol. La coalition de séparatistes, socialistes, communistes, batasunos et anti-systèmes que nous subissons depuis le coup d'état contre Rajoy (2018) et les résultats sont là : État d'exception, restriction des libertés, attaques contre la Justice, coups de pied dans la porte, mensonges, peur, sélection des journalistes non acquis à la cause -Iglesias pointe du doigt et la coalition gouvernementale se tait- ; contrôle de la télévision et de la presse, démantèlement de l'opposition, immigration incontrôlée, polarisation de la vie publique, dépenses excessives, gouvernement de copains, éducation contre les valeurs traditionnelles, féminisme nazi, démantèlement de l'éducation spéciale et de la formation professionnelle, loi Celaá pour couvrir l'échec scolaire, enrichissement illicite, irresponsabilité dans la pandémie (on ne sait toujours pas combien de personnes sont mortes du coronavirus) ;  quatre millions de chômeurs, le plus grand chômage des jeunes de l'OCDE (43%), des files d'attente pour la faim, des indépendants désespérés, 750. 000 travailleurs dans les ERTE, une RTVE publique en déroute, des putschistes qui attendent une grâce pour frapper à nouveau l'État avec l'argent public, un PNV prêt à ouvrir les prisons aux membres de l'ETA après que l'indigne Marlasca les ait rapprochés du Pays basque et un Parlement catalan prêt à stresser la vie publique pour un putschiste en fuite, jusqu'à obtenir le référendum d'autodétermination et d'indépendance après avoir incendié Barcelone, Gérone, Lérida, Tarragone et Madrid. La perspective depuis le pont de l'information est simple : l'Espagne doit être batasunisée du nord au sud et d'est en ouest.

aregaladorodriguez.blogspot.com

Bagarreur

L'un des maux qui nous affligent est que nous sommes constamment en campagne électorale avec ces vice-royautés de Taifas. Et les campagnes sont très coûteuses. Les batailles commencent dès la première minute après l'ouverture des bureaux de vote ou, dans le meilleur des cas, le jour de l'appel, 54 jours avant de se rendre dans les bureaux de vote. Podemos et PSOE, ont déjà été réprimandés par le Conseil électoral pour avoir fait de la propagande et collecté des fonds via les réseaux sociaux pour partir avec un avantage. Après le rassemblement d'Iglesias à Vallecas, avec chauffeur, limousine, escorte et sa demande acceptée (après la cessation dans le BOE) des 5.316,42 euros par mois -a-t-il aussi demandé les 20.000 euros qui lui correspondent pour sa perte de revenus comme député-, VOX a voulu expliquer ses arguments sur la Place de la Constitución. Les Bukaneros, l'ultra-gauche violente du Rayo Vallecano, s'apprêtaient à briser le chrême des convocateurs et à blesser une vingtaine de gardes civils parce qu'ils avaient reçu l'ordre non pas de neutraliser les "batasunos" mais de les chasser sans "lecheras" et sans balles en caoutchouc. Sánchez a-t-il condamné cette haine gauchiste et son complice qui en est l'instigateur après avoir nettoyé la scène du crime à l'eau de Javel ?

 aregaladorodriguez.blogspot.com

Non. Au contraire, il a accusé Santiago Abascal de se rendre à Vallecas "pour faire des histoires" et Pablo Casado de "faire des histoires" également dans l'hémicycle. Le fait que le leader du deuxième parti d'opposition ait dû appeler directement la présidente des Cortes pour qu'elle communique à son tour la situation de non-protection au chef de l'Intérieur, confirme que ce ministre accusé de prévarication par l'Audience nationale lorsqu'il a renvoyé le colonel López de los Cobos pour "respect de la loi", est aussi indésirable comme ministre que comme juge. Peu présentable. Démissionner ? Il perdrait son vélo d'exercice que nous, contribuables, avons payé. Il ne connaît aucune décence.

Le président du gouvernement lui a offert toute sa confiance... Mais la confiance de ce type vaut moins que sa parole. Il y a cette plainte auprès de Bruxelles de 2 500 juges qui accusent le gouvernement de réduire l'État de droit et les libertés. C'est le même gouvernement qui "justifie" a posteriori avec un juge plus prévaricateur que Marlasca lui-même que faire une descente dans une maison sans décision de justice est légal. Que dirait l'honorable Corcuera !

Je veux que vous compreniez : c'est ce qu'on appelait dans les années 30, la doctrine de Carl Schmitt (1888-1985) qui défendait que " la loi doit se conformer à la volonté du Fürher ".  De là à imposer des lois d'habilitation comme au Venezuela, il n'y a qu'un pas. Parce qu'ils ont la majorité. 

Sánchez contre le peuple de Madrid

Cette campagne 2+2M va être mesurée selon une clé nationale. Surtout, par l'implication du président qui veut faire plier non pas le président Díaz Ayuso mais tout le peuple de Madrid. La candidate populaire s'est limitée à vendre des faits : la liberté, le Zendal, des impôts bas, ne pas fermer la restauration, exiger des contrôles à l'aéroport Adolfo Suárez, créer des emplois et une vaccination massive, qu'elle soit russe ou américaine si l'Agence européenne des médicaments (EMA) lui donne le feu vert. La faiblesse du candidat socialiste, Ángel Gabilondo, est si évidente que même avec des mensonges, il ne parvient pas à égayer une matinée. Dire que, selon un rapport de la Santé, il y a à Madrid un risque de mourir du coronavirus 54% plus élevé que dans le reste de l'Espagne n'est pas un mensonge électoral : c'est une supercherie. Même Fernando Simón - qui n'a pas dit la vérité depuis 15 mois - a dû nier publiquement l'existence d'un tel rapport et que, par conséquent, l'information est fausse. L'inconvenance d'un professeur de métaphysique.  Pas un vote pour cet assistant de Sixte IV. Si le PP nomme un type comme ça -il est déjà prêt à pactiser avec Iglesias après l'enquête piège de Tezanos- comme Médiateur, ce n'est pas pour voter pour Casado avant le siècle prochain. Gabilondo a été humilié par "le coup fiscal" de Montero et Sánchez, bien que Nadia Calviño soit venue à la rescousse. L'offre faite à Reyes Maroto entérine le fait qu'il s'entourera de 4 ou 5 autres vice-présidents et une inflation insupportable de postes. En réalité, le véritable candidat est Sánchez, avec pour seul objectif de faire plier la volonté des Madrilènes. 

aregaladorodriguez.blogspot.com

Le cortège entre à l'intérieur

Une année de plus, la semaine sainte nous a laissés confinés. Nous avons perdu à nouveau les Fallas, la Foire d'avril, les Fêtes du glorieux 2 mai, les Sanfermines et... même la Pilarica. Les hôteliers considèrent l'été comme perdu. Le cortège entre à l'intérieur. Il ne se vend pratiquement pas de voitures, ce qui est l'indicateur le plus fiable pour rêver d'une reprise. L'économie réelle s'oppose à la propagande. En écoutant le président, nous vivons à Jauja. Les vaccins - qui n'arrivent pas - sont la panacée. Et les 140 000 millions d'euros jusqu'en 2026, "vont changer l'avenir des nouvelles générations". Il a vendu 9 fois le programme de Reconstruction, Résilience et Transformation mais il n'a pas précisé une seule mesure. Il n'a pas non plus dialogué avec qui que ce soit. Il veut les distribuer comme s'il s'agissait de la ferme andalouse qui a donné au PSOE 40 ans de pouvoir et une corruption qui n'est surpassée que par la famille Pujol en Catalogne et la famille Ceausescu en Roumanie.  Nous avons souffert 294 jours des 420 dernières nuits en tant que César visionnaire dans une exceptionnalité démocratique. Pas une minute de plus.

C'était une erreur de lui donner des pouvoirs spéciaux pendant six mois, car il ne sait pas quoi en faire. Et avec cet état d'exception, il gouverne par décret comme s'il s'agissait de lois d'habilitation pour les sujets d'un pays bolivarien. Le 9 mai est la date limite. Il dit ne pas vouloir prolonger les délais mais il a promis il y a un an -et il ne l'a pas tenu-, de développer des outils législatifs pour que les Régions autonomes puissent continuer à progresser dans la lutte contre le coronavirus. Même Margarita Robles vient de rappeler - "nous sommes ce dont nous nous souvenons" - que "ni l'enfermement ni la périmétrie" ne peuvent être réalisés sans une réforme de la loi sur la santé car ils touchent aux droits fondamentaux. A-t-elle promu une loi pour empêcher un nouveau coup d'État en Catalogne après les demandes de l'ERC, de la CUP et des Juntes ? Oui. Il dépénalisera la désobéissance aux institutions de l'État, notamment la Justice, afin que le coup d'État soit cette fois-ci totalement libre politiquement et économiquement. Le PNV, promoteur de l'idée au Congrès, s'est réjoui. Urcullu a été le premier à supplier Pedro Sánchez de rester au pouvoir absolutiste. Manuel Azaña s'est plaint de la médiocrité des politiciens de son époque. L'alcalaíno déchirerait ses vêtements en voyant le calibre de cette troupe dirigeante.

aregaladorodriguez.blogspot.com

 Voter en état de légitime défense

Les fonds européens sont un mécanisme exceptionnel pour une période de crise. Connaissant le goût de Moncloa pour l'"hispanisation de la vie" (le gaspillage), il devrait commencer par réduire son gouvernement, le seul à avoir quatre vice-présidents dans le monde entier. Il ne le fera pas, pas plus qu'il ne réduira le nombre de conseillers ou de copains placés numériquement. Pedro (et Pablo) sont toujours le même danger public pour le peuple espagnol. Ils nous mèneront à la ruine avec leur politique de propagande de Producciones Redondo, S.A. 

Les changements demandés par Bruxelles ne concernent même pas les successions, les donations et les patrimoines pour la simple raison que dans la plupart des pays de l'UE, ces impôts n'existent pas ou sont subventionnés comme à Madrid. L'"harmonisation fiscale" portera préjudice aux classes moyennes, comme toujours, et profitera aux Basques et aux Catalans, à qui nous continuerons à payer leur indépendance par tranches. Dans ce contexte, nous devons visualiser l'action proactive du bureau du procureur général avant le TC pour que Toni Cantó et Agustín Conde n'aient pas pu se présenter comme candidats sur la liste d'Ayuso. Mais on se souvient que ni le Parquet ni la Cour constitutionnelle n'ont levé le petit doigt pour empêcher le putschiste et fugitif Puigdemond, dont la résidence est à Waterloo, de se présenter comme la loi l'exige aux élections européennes et à celles du 14 février en Catalogne. Dieu merci, ils ne peuvent pas (encore) empêcher Cantó et Conde de donner des rassemblements soutenant la cause du harcelé Ayuso, patron de la Restauration et du commerce. 

Au moment de voter, n'oubliez pas les confinements forcés par Illa pour étouffer Madrid l'année dernière ; n'oubliez pas le mépris de Sánchez pour Ayuso - pour les Madrilènes en fait - en refusant d'inaugurer le Zendal avec le Roi et la Reine ; aux augmentations d'impôts qui nous attendent avec cette troupe de gestionnaires inefficaces. Et au mensonge de la photo de Colomb. Là, nous, les Espagnols, sommes allés dire à Sánchez de ne pas nommer un rapporteur international pour négocier avec Torra et briser l'Espagne.

La II República fue fracaso que nos llevó a la Guerra incivil 

Gouverner Madrid est le premier pas pour arrêter ce Front populaire social-communiste qui a humilié la reine Letizia la semaine dernière. Ni le président du Congrès, ni le président du Sénat, ni la vice-présidente Carmen Calvo ne l'attendaient sur les marches de la Puerta de los Leones pour célébrer un hommage à Clara Campoamor. Une honte du protocole. Et un manque de respect.

Mais, et je termine par là, il n'est pas seulement nécessaire de gagner largement, il est nécessaire de gouverner avec une majorité suffisante (PP+VOX+Cs) pour que cette victoire soit le levier qui permet un changement propre et démocratique - pas avec les fraudes de toutes les élections républicaines - dans le Gouvernement de la Nation. Cela nous fait mal que Ciudadanos puisse être exclu de l'Assemblée de Madrid. Si Podemos le faisait, nous serions tous gagnants. Il a déjà plus d'accusés que l'Andalou Eres. Assez d'impostures. Más Madrid est remplaçant pour Unidas Podemos. Et le PSOE-M avec Gabilondo n'est qu'une "marionnette tchèque" de Ferraz-Moncloa. Votez pour la liberté, car Madrid appartient à tout le monde ! Votez pour l'autodéfense ! Je suis arrivé ici, à la gare de Príncipe Pío, le 8 avril 1966. Je ne me suis jamais sentie étrangère à Madrid. Et personne ne m'a jamais demandé d'où je venais. J'ai toujours ma valise en bois pour ne jamais "oublier le chemin du retour". 

Antonio Regalado dirige BAHÍA DE ÍTACA à :
aregaladorodriguez.blogspot.com