PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Bienvenue dans un nouveau chapitre du drame du boom et de la récession

dolares-eeuuu-economia

Ce qui nous attend est sans aucun doute un chapitre assez délicat dans le drame du cycle d'expansion et de récession provoqué par la politique monétaire américaine : la Réserve fédérale américaine (Fed) est sur le point de mettre un terme à sa politique ultra-accommodante. (Fed) est sur le point de mettre fin à sa politique d'ultra-assouplissement. La raison : après de nombreuses années de taux d'intérêt exceptionnellement bas - la plupart des taux d'intérêt réels, c'est-à-dire corrigés de l'inflation, étant même négatifs - et un afflux considérable de monnaie nouvellement créée dans le système économique et financier, l'inflation des prix des actifs fait son apparition. 

En novembre de cette année, les prix des biens de consommation aux États-Unis ont augmenté de 6,8 % par rapport à l'année précédente, le taux le plus élevé depuis 1982. En septembre, l'inflation des prix immobiliers aux États-Unis était de 19,5 % en glissement annuel. Par ailleurs, de fin 2019 à décembre 2021, les prix des produits agricoles ont augmenté de 47% et ceux des métaux industriels de 44,5%. Surtout, l'indice boursier américain S&P 500 a gagné environ 58 %. Que se passera-t-il si la Fed entame sa "lutte contre l'inflation" en augmentant les taux d'intérêt et en ralentissant la croissance de la masse monétaire ?  

La théorie autrichienne du cycle économique

Un examen de la théorie autrichienne des cycles économiques (ABCT) permettra de répondre à cette question. Premièrement, il nous permet de comprendre ce que la politique monétaire expansionniste de la Fed a fait au système économique et financier. Au début des années 2020, en réponse à un blocage dicté par la politique, la Fed a porté les taux d'intérêt à des niveaux extrêmement bas, a commencé à monétiser la dette et a effectivement mis en place un "filet de sécurité" sous le système financier : elle a promis aux investisseurs d'éviter toute défaillance de crédit politiquement indésirable. 

La Fed a augmenté la masse monétaire M2 d'environ 40 % depuis la fin de 2019, en grande partie en achetant des obligations d'État nouvellement émises et en les payant avec des dollars américains créés de toutes pièces. Le gouvernement, à son tour, a versé l'argent aux ménages privés et aux entreprises, ce qui a entraîné une augmentation de M2. Cet argent supplémentaire est maintenant utilisé pour acheter des biens et des services, non seulement des biens de consommation, mais aussi des actifs tels que des actions, des obligations, des biens immobiliers, des logements, etc. L'expansion spectaculaire de M2 explique en grande partie la récente hausse des prix des actifs.  

La politique de la Réserve fédérale consistant à abaisser artificiellement les taux d'intérêt a également contribué à la hausse des prix des actifs. Dans le cas des prix des actions, la raison est évidente. La baisse des taux d'intérêt réduit les coûts d'emprunt des entreprises, ce qui se traduit par une augmentation des bénéfices et fait grimper le cours des actions. En outre, la suppression des taux d'intérêt par la Réserve fédérale amène les investisseurs à actualiser les bénéfices futurs à un taux plus faible, ce qui se traduit par des valeurs actuelles plus élevées et donc par une hausse des cours des actions. Il en va de même pour le logement.

Même les prix des produits de base - comme l'énergie - sont affectés par la politique de taux d'intérêt extrêmement bas de la Fed. Les prix des produits de base sont généralement fixés en fonction de la valeur actualisée de leur produit marginal. Qu'est-ce que cela signifie ? Les investisseurs évaluent une marchandise en fonction de sa contribution aux bénéfices futurs, actualisés au présent. Plus le taux d'intérêt actuel est bas, plus la valeur actuelle d'une marchandise est élevée (en d'autres termes, les prix des marchandises seraient plus bas si les taux d'intérêt n'avaient pas atteint des niveaux extrêmement bas, toutes choses étant égales par ailleurs).  

Plus important encore, la baisse artificielle des taux d'intérêt par la Fed a déformé la structure de la production et de l'emploi. Elle a conduit les entreprises à investir de plus en plus dans les secteurs qui demandent plus de temps (industries des biens d'équipement) au détriment des investissements dans les secteurs qui en demandent moins (industries des biens de consommation). Par conséquent, l'emploi a été détourné de l'industrie des biens de consommation vers l'industrie des biens d'équipement, tandis que les investisseurs, tels que les banques, les compagnies d'assurance, les fonds de pension, etc. Que se passe-t-il si la Réserve fédérale augmente les taux d'intérêt ? Premièrement, des taux d'intérêt plus élevés réduisent la croissance du crédit et de la masse monétaire et donc l'inflation des prix des biens. Bien entendu, même un ralentissement de l'expansion monétaire peut déclencher une forte baisse des prix des actifs, tels que les prix des actions et des logements. En effet, les investisseurs peuvent réduire leurs investissements en actions et en immobilier s'ils s'attendent à ce que le resserrement monétaire les prive du soutien jusqu'ici généreux à la hausse des prix des actifs. 

En outre, la hausse des taux d'intérêt amène les consommateurs à revoir leurs ratios de consommation et d'épargne préférés. L'épargne augmente au détriment de la consommation. Les entreprises se rendent alors compte que la demande pour leurs produits est inférieure aux attentes. Leurs investissements deviennent non rentables. Les investissements dans les installations et les équipements s'arrêtent net. Des emplois sont supprimés. L'industrie des biens d'équipement est particulièrement touchée : la hausse des taux d'intérêt révèle que les entreprises ont trop investi dans les biens d'équipement et trop peu dans la production de biens de consommation. 

La récession-dépression qui s'ensuit, l'effondrement, est le douloureux processus d'ajustement par lequel l'économie corrige la mauvaise allocation des ressources rares causée par l'explosion due à l'inflation. Les prix dans les secteurs des biens d'équipement ont atteint un niveau trop élevé pendant la période d'expansion et doivent pouvoir baisser pendant la crise afin que les prix des biens d'équipement, les salaires et le déploiement des biens d'équipement et de la main-d'œuvre dans le processus de production ramènent la production en phase avec la demande réelle. Le plan de resserrement de la politique de la Réserve fédérale contribuerait au processus d'ajustement nécessaire de la structure de la production et de l'emploi.

 L'inflation est une politique qui ne peut pas durer

La forte hausse des prix des biens et des services en général - résultat direct de la politique de verrouillage - se traduit maintenant par une vague massive d'inflation, rendue possible par l'énorme "excédent monétaire" créé par la Fed. Cela montre clairement que la politique consistant à augmenter la masse monétaire et à pousser les taux d'intérêt à des niveaux extrêmement bas ne peut aller plus loin : le public est de plus en plus mécontent de la hausse de l'inflation, ce qui met la pression sur les décideurs politiques à Washington pour qu'ils agissent. 

Que peut-on attendre de la Fed ? Il y a deux scénarios possibles : (1) la Fed est sérieuse, elle veut vraiment ramener l'inflation des prix des biens de consommation vers la barre des 2 % ; ou (2) la Fed veut simplement empêcher l'inflation de devenir incontrôlable, mais ne veut pas abandonner le "nouveau régime d'inflation croissante".  

Le scénario (1) n'est pas impossible, mais il est relativement peu probable. Selon la doctrine économique et politique dominante, la Fed ne doit pas freiner l'inflation au risque de déclencher une nouvelle crise économique et financière. Si l'on met en balance les coûts d'une récession et ceux d'une inflation plus élevée, cette dernière est considérée comme un moindre mal. D'autant plus qu'un grand nombre de personnes n'ont probablement pas vécu une période de forte inflation et ne savent pas grand-chose des dommages économiques, sociaux et politiques causés par une inflation durablement élevée. 

Le scénario (2) semble être plus probable. Cela signifie que la Fed lèverait un peu le pied sur l'accélérateur de la politique monétaire, en réduisant ses achats mensuels d'obligations (c'est-à-dire en ralentissant le rythme d'augmentation de la masse monétaire) et/ou en augmentant les taux d'intérêt. Toutefois, ce resserrement de la politique ne vise pas à déclencher une récession-dépression afin de rééquilibrer l'économie. Elle a pour seul but d'empêcher l'inflation de devenir incontrôlable et, en même temps, de permettre à l'inflation de se stabiliser à un niveau plus élevé, de l'ordre de 4 à 6 % par an, sur une base permanente. 

Dans le scénario (2), la Fed ferait passer l'économie américaine dans un régime d'inflation élevée. Cela retarderait probablement l'inévitable pendant un certain temps, mais ne résoudrait pas le problème sous-jacent de l'inflation. Elle aggraverait les problèmes causés par l'inflation en l'amenant à recourir à une inflation encore plus forte. La vérité est que l'inflation est une politique qui ne peut pas durer. C'est une idée centrale de l'ABCT. Ludwig von Mises (1881-1973) était bien conscient du problème de l'inflation et a mis en garde contre toute politique inflationniste de ce type : 

"En ce qui concerne ces efforts, nous devons insister sur trois points. Premièrement : une politique inflationniste ou expansionniste doit conduire à une surconsommation d'une part et à un sous-investissement d'autre part. De cette manière, elle dilapide le capital et nuit à l'état futur de la satisfaction des besoins. Deuxièmement : le processus inflationniste n'élimine pas la nécessité d'ajuster la production et de réaffecter les ressources. Elle ne fait que la reporter et la rendre plus problématique. Troisièmement, l'inflation ne peut être utilisée comme une politique permanente car, si elle se poursuit, elle finira par entraîner l'effondrement du système monétaire". 

Compte tenu de l'évolution récente des prix sur les marchés financiers, les investisseurs semblent parier sur quelque chose comme le scénario (2) qui, s'ils lisent correctement l'avenir proche, devrait susciter de sérieuses inquiétudes quant à ce qui va se passer plus tard en termes d'inflation et de destruction économique, sociale et politique qu'elle entraînera.

Dans ce contexte, je pense qu'il n'est pas nécessaire d'expliquer en détail pourquoi il est judicieux pour un investisseur orienté vers le long terme de détenir de l'or et de l'argent physiques dans son portefeuille.

Thorsten Polleit, économiste en chef chez Degussa