Opinion

Bon roi ou mauvais roi, selon l'intérêt

Rey Felipe VI

Le manuel de la gauche politique, médiatique et sociale est apparu cette semaine avec la plus grande pureté dans ses formes. Tout ce qui s'est passé en relation avec le roi Felipe VI répond au scénario habituel dont nous avons été témoins tant de fois en tant que spectateurs, mais élevé à cette occasion à la puissance nième du cynisme collectif. La manière dont les opinions et les faits liés à la monarchie sont appréciés a un côté large et bienveillant chez certains, et un côté étroit et implacable chez d'autres. La simple évocation des positions que nous avons vues depuis dimanche dernier suffit à révéler la stratégie de manipulation autour du chef de l'État :

  1. Tout d'abord, on déforme les propos de la présidente autonome de Madrid, en retournant sa véritable intention : voulant dire que le gouvernement de Sánchez va forcer le roi à signer les grâces alors qu'il a été la barrière d'endiguement la plus solide contre le coup d'État indépendantiste de l'automne 2017, on fait croire à tout le monde que l'intention de Díaz Ayuso était de désigner le monarque pour sa responsabilité dans la sanction de la mesure de grâce par sa signature. Les gros titres, les talk-shows et les déclarations sont prompts à magnifier cette interprétation tordue de ce que le président n'a pas vraiment dit, transformant ceux qui la remettent le plus en question en faux défenseurs de la Couronne. 
  2. Au fur et à mesure que progresse la semaine de la grande déformation, il y a des événements qui tentent réellement de porter atteinte au prestige et au travail institutionnel de Felipe VI, et qui récoltent la compréhension de ceux qui sont faussement offensés par l'opinion d'Ayuso. Le président et le vice-président de Catalogne annoncent qu'ils ne rempliront pas leur devoir institutionnel d'accompagner Felipe VI au dîner avec le Círculo de Economía qui se tient à Barcelone. Le gouvernement, par l'intermédiaire de son porte-parole Montero, répond qu'il faut respecter " l'idéologie " des partis qui décident de boycotter la présence du chef de l'État dans leur communauté autonome. 
  3. Pendant ce temps, l'ignominie se complète au Congrès, où le Parti socialiste soutient Podemos et les indépendantistes dans leur projet législatif visant à dépénaliser les insultes et les outrages à la figure du monarque. Ni les déclarations, ni les premières pages, ni les talk-shows n'insistent autant aujourd'hui, ni ne sont aussi choqués qu'ils l'étaient lorsqu'ils ont repris les mots du président de Madrid. 

De la déformation de certains propos à la justification d'autres, tout obéit au manuel habituel : je suis scandalisé ou sympathique selon mes intérêts, même par rapport à la figure du roi. C'est le livre qui a été si souvent placé devant nous.  

Contenido relacionado