Opinion

Brahim Ghali en Espagne : réponses et réflexions sur un événement sans précédent

Brahim Ghali

Quelques jours se sont écoulés depuis l'annonce de l'entrée de Brahim Ghali en Espagne. C'est peut-être le moment de réfléchir plus sereinement à une situation qui comporte encore beaucoup d'inconnues et qui continue de menacer les relations entre l'Espagne et le Maroc au fil des jours.

La première chose qui continue d'attirer l'attention sur cette affaire est l'opacité qui l'entoure, avec des informations contradictoires depuis le début qui ont donné lieu à toutes sortes de rumeurs, et sur lesquelles les différentes apparitions de la ministre des affaires étrangères González Laya n'ont pas contribué à faire la lumière, mais plutôt le contraire.

L'une des premières choses qui nous est venue à l'esprit lorsque la nouvelle est tombée il y a une semaine est la rumeur similaire qui a émergé il y a quelques années. Une rumeur dont les détails coïncidaient presque au millimètre près avec la situation vécue actuellement, y compris la question de la fausse identité. La seule chose qui a changé est le lieu de destination du patient, Logroño pour Pamplona dans ce cas. Ceci étant, nous nous demandons si ce qui semblait alors une folle rumeur aurait pu être une réalité plus ou moins approximative à la lumière des événements actuels. Et si ce n'est pas la première fois que le Ghali entre en Espagne dans des circonstances similaires.

Le souvenir de cette rumeur, ainsi que certains détails de la chronique que le média Jeune Afrique, le premier à avoir diffusé la nouvelle, a donné pour la première fois, ont été quelques-unes des principales raisons pour lesquelles, dans un premier temps, nous avons mis en quarantaine l'information publiée par ledit média jusqu'à ce qu'elle soit plus confirmée. Au début, il y avait plus de doutes que de certitudes. La nouvelle elle-même a semblé stridente et inhabituelle, de même que certaines parties de celle-ci, car elles comprenaient des données difficiles à digérer. Par exemple, il a été question de la promesse d'un supposé "bouclier judiciaire" du gouvernement espagnol à Brahim Ghali - en raison de ses affaires judiciaires en cours -, promesse qui aurait été faite aux représentants de l'État algérien qui, dit-on, ont servi de médiateurs dans la négociation de son arrivée dans notre pays.

Cela nous conduirait à un scénario dans lequel le pouvoir exécutif d'une démocratie consolidée comme celle de l'Espagne ne respecte pas la séparation des pouvoirs et l'indépendance judiciaire. Je pense que nous pouvons conclure, sans craindre de nous tromper, que l'hypothèse soulevée par les médias est difficile à réaliser, et que si le juge correspondant estime qu'il est opportun de réaliser les actions judiciaires qu'il considère, il le fera.

Bien sûr, nous devons féliciter les médias africains d'avoir compris l'essentiel, à savoir la présence de Ghali en Espagne. Ce à quoi l'appareil de communication du Polisario, qui a passé tout l'après-midi à jouer au chat et à la souris avec les médias, les correspondants et les agences espagnols, n'a pas beaucoup contribué. Face au flot d'informations de ce jour-là, le comportement des médias officiels sahraouis lorsqu'il s'agissait d'informer était insultant. Que ce soit le fait que Ghali se trouvait à Alger pour se remettre du COVID, qu'il ait fait escale en Espagne après être passé par l'Allemagne, ou qu'il se soit trouvé dans les camps de Tindouf, voilà quelques-uns des mensonges que le consommateur a pu choisir ce jour-là. Cela a fait que, malgré avoir été confirmée dans l'après-midi par leurs propres sources par le journal local La Rioja, une bonne partie des principaux haut-parleurs médiatiques du Polisario dans notre pays - certains d'entre eux correspondants au Maghreb - ont ignoré cette information, se fiant à cent pour cent à ces sources officielles ou proches du Polisario sans faire plus de contraste. Une erreur grossière.

Brahim Ghali
AFP/TONY KARUMBA - Brahim Ghali

Évidemment, à cette cérémonie de confusion a également contribué le gouvernement espagnol, qui a gardé un silence insoupçonné sur un fait qui touche l'intérêt général jusqu'à ce qu'il ne puisse plus le cacher. Le même Abdullah Arabi, représentant du Polisario en Espagne, qui a fait de même alors qu'il se trouvait précisément ce jour-là à Las Palmas de Gran Canaria, et d'où il a sûrement participé aux ordres de désinformation donnés aux médias espagnols auxquels nous avons fait référence précédemment, a également gardé le silence. Un voile d'informations orchestré à différents niveaux. Un vrai non-sens.

En ce sens, l'une des questions clés qui restent à éclaircir est celle du "modus operandi" utilisé pour son entrée en Espagne, ainsi que la situation juridique dans laquelle se trouve ledit Ghali dans notre pays. Et pas seulement la manière dont il est entré dans le pays, mais aussi s'il l'a fait avec un passeport diplomatique algérien - ce qui est difficile à expliquer -, s'il portait une fausse identité, ou si cette dernière n'a été appliquée que lorsqu'il a été enregistré une fois à l'hôpital. Et bien sûr la raison de cette dernière, si le motif était d'éviter une action en justice, étant donné qu'il est bien connu que Brahim Ghali a une affaire en cours en Espagne à la Cour nationale, même si les sources officielles du Polisario - les mêmes sources qui, il y a une semaine, ont dit qu'il n'était pas en Espagne - disent le contraire et qu'il n'y a pas d'affaire contre lui.

Par conséquent, sans oublier l'implication directe de Ghali dans les attaques et les meurtres perpétrés par les patrouilles du Polisario sur les pêcheurs canariens sans défense pendant une décennie, largement dénoncée par ACAVITE, ainsi que l'accusation contre lui pour le viol de la Sahraouie Jadiyetu Mohamed, qui a également abouti à la Cour nationale, il convient de rappeler les tenants et aboutissants de l'affaire principale contre Ghali, pour crimes contre l'humanité.

En décembre 2007, une procédure préliminaire a été ouverte, par voie d'acte d'admission, par une plainte déposée devant la Cour centrale d'instruction numéro 5 de l'Audience nationale par trois individus (Saadani Maoulainine, Hosein Baida et Dahi Aguai) et une association (ASADEDH) pour crimes de génocide en concours avec meurtre, blessures, détention illégale, terrorisme, torture et disparitions qui auraient été commis entre 1976 et 1987. De ce fait, Ghali quitte le pays pour occuper le poste d'ambassadeur du Polisario en Algérie, échappant ainsi à la justice. Le 16 août 2012, le même tribunal a décrété l'admission de la plainte pour traitement.

En 2013, les victimes plaignantes ont témoigné en tant que témoins. De même, 28 membres du Front Polisario (dont Ghali) et hauts responsables du gouvernement algérien, qui se sont soustraits à la convocation du tribunal en raison des difficultés à les identifier, sur la base de l'inexactitude des noms figurant dans la convocation, ont été recherchés et localisés en vue de leur présentation au tribunal. En 2016, en vue de sa présence imminente à Barcelone pour participer à l'événement annuel appelé EUCOCO, Ghali est à nouveau sollicité par l'Audiencia Nacional, ce qui explique qu'il refuse de se rendre en Espagne au dernier moment alors que sa présence était déjà confirmée.

D'autre part, la liste des juges par lesquels cette affaire est passée est impressionnante. De Baltasar Garzón, au dernier titulaire de ce tribunal d'instruction n°5, José de la Mata, en passant par la période intérimaire de Pablo Ruz, sous le mandat duquel en 2012 a été donné le coup de pouce final à la plainte. Aujourd'hui, après le départ de De la Mata il y a quelques mois vers sa nouvelle destination à Eurojust (Agence de l'Union européenne pour la coopération judiciaire en matière pénale), la propriété de ce tribunal revient au juge Santiago Pedraz, qui prendra en charge les procédures que son collègue De la Mata ne lui a pas laissé le temps de conclure. Parmi eux, celui qui nous concerne.

La ministra de Asuntos Exteriores de España, Arancha González Laya
AFP/JOHN THYS - La ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha González Laya

La question la plus pertinente aujourd'hui est que, contrairement à ce que prétendent le Polisario et ses partisans, l'affaire n'est pas close. La situation concrète de l'affaire est celle d'une "archive provisoire", en raison du fait que l'Audiencia Nacional a envoyé à l'époque une commission rogatoire à l'Algérie demandant des informations supplémentaires sur les crimes qui lui sont reprochés, et lui demandant d'accréditer s'il y a ou non une enquête en cours à cet égard réalisée sur le sol algérien, de sorte que l'affaire a été suspendue tant que la commission n'est pas arrivée en Espagne satisfaite. Entre-temps, l'affaire a été rouverte à plusieurs reprises pour prolonger la période d'enquête et pour que, chaque fois que l'on a soupçonné que l'un des accusés se trouvait en Espagne ou dans l'Union européenne, il puisse être traduit en justice. C'est pourquoi dès à présent, dans l'attente du rapport du procureur, il a été demandé de rouvrir le dossier provisoire, de vérifier les circonstances du séjour de Ghali en Espagne, ce qui conduira à la notification et à l'exigence de la plainte à son égard et, si nécessaire, à son arrestation.

En ce qui concerne cette commission rogatoire, il ne faut pas être très malin pour savoir qu'elle n'aura jamais de réponse de l'Algérie. La complaisance et la protection de ces derniers envers le Polisario atteignent même le domaine de la coopération judiciaire entre les pays, de sorte que prétendre que cette commission produira un résultat fructueux est une chimère. Cependant, l'existence sur le territoire national d'une personne qui a échappé à la justice dans une affaire de ce calibre est une raison plus que suffisante pour que la plainte soit rouverte et notifiée au défendeur. En tout état de cause, et selon les avocats en charge de cette affaire, il existe des preuves plus que suffisantes pour justifier une enquête et une condamnation (témoin, expert, etc.) de Brahim Ghali.

La seule chose qui pourrait paralyser ce processus est que l'ampleur des problèmes de santé de Brahim Ghali atteigne une situation irréversible, ce qui, selon nous, est directement lié à la principale justification donnée par le ministre Gonzalez Laya pour son séjour en Espagne. C'est-à-dire cette déclaration des raisons "strictement humanitaires" pour lesquelles l'hospitalisation du leader du Front Polisario à Logroño a été autorisée.

Ces mots, prononcés dans le respect de l'intimité du patient, dénotent un certain sérieux. Bien que les sources officielles du Polisario aient déclaré que le diagnostic de Ghali était COVID-19, et que son état de santé évoluait favorablement -je répète, ce sont les mêmes sources qui, il y a une semaine, ont déclaré qu'il n'était pas en Espagne-, d'autres médias ont souligné que la raison de son admission était un cancer digestif, une maladie dont on dit qu'il souffre depuis des années. Sans exclure que les deux affections aient pu coïncider à Logroño, en écoutant le ministre, il semble plus probable qu'il s'agisse de la seconde. Ce qui est certain, c'est qu'un coronavirus pourrait bien être traité dans un autre pays où il n'y a aucun risque d'être traduit en justice.

La situation médicale de Ghali n'est pas une mince affaire. Des milliers de personnes en dépendent, c'est quelque chose d'intérêt général qui détonne avec le prétexte avancé par les autorités sur la vie privée du patient. Surtout si l'on tient compte de la situation dans les camps, de l'état de guerre présumé, et de l'avenir incertain qui s'ouvrirait en termes de succession qui pourrait bien représenter un tournant en termes de changement possible de leadership moins belliqueux, dans la poursuite de la solution de dialogue tant réclamée que l'ONU propose depuis des années, et qu'une grande partie de la société civile sahraouie réclame désespérément. Pendant ce temps, du côté du Polisario règne le silence de l'information concernant l'état de son leader. Dans les camps de Tindouf, et dans d'autres parties du monde, ils veulent savoir ce qui se passe, et ils veulent aussi qu'on ne leur mente pas. Comme il y a une semaine, quand, apparemment, Ghali n'était pas en Espagne.