Opinion

Ceuta et Melilla, la plainte marocaine habituelle

Saad Eddine El Othmani

Les déclarations du chef du gouvernement marocain concernant les villes espagnoles de Ceuta et Melilla ne constituent pas une revendication territoriale, mais on peut comprendre qu'elles le soient. Saad Eddine L´Othmani n'a choisi aucun moment pour les faire, mais les jours qui ont suivi la prise de position des États-Unis sur le Sahara occidental, reconnaissant la souveraineté du Maroc et encourageant l'accord de ce pays avec Israël dans le cadre d'un plan beaucoup plus ambitieux qui laisse le méprisé président Donald Trump, qui devait avoir quelque chose de bon, et regardez où cela a été la politique étrangère au Moyen-Orient. L'Othmani annonce qu'un jour viendra où la question des deux villes autonomes devra être débattue, même si le gouvernement espagnol actuel, en plus de convoquer l'ambassadeur de nos voisins pour demander des éclaircissements, a publiquement exprimé qu'"il n'y a pas de problème" (Carmen Calvo, première vice-présidente). En même temps, le ministre des Affaires étrangères a souligné que dans ces déclarations du gouvernement marocain, il n'y a rien de nouveau dans sa position historique de revendication de la souveraineté sur les deux sièges. La réponse officielle appelant le représentant diplomatique est parfaitement compréhensible : il s'agit d'une plainte officielle d'un gouvernement à un autre, et peut être le début d'un incident s'il n'y a pas de clarification satisfaisante.  

Mais de quoi le Maroc veut-il parler en ce qui concerne Ceuta et Melilla ? Certainement pas l'histoire. Ceuta et Melilla étaient déjà espagnoles avant leur indépendance et avant le règne de Mohammed VI. Le droit international est probablement une chose dont le Premier ministre L´Othmani ne veut pas parler non plus, car c'est une question qui n'a jamais été à l'ordre du jour des Nations unies parce qu'elle ne correspond pas aux conditions des colonies telles que cette organisation les reconnaît. Mieux vaut parler de bon voisinage et des liens fraternels qui unissent les deux pays, avec des centaines de milliers de Marocains vivant et travaillant en Espagne et de nombreuses entreprises et investissements espagnols qui fleurissent au Maroc.  

L'Espagne ne souhaite pas résoudre le problème de son voisin du sud, car son équilibre et son caractère occidental sont une garantie de modération, voire d'aide essentielle dans des domaines clés tels que l'immigration et le terrorisme djihadiste. Et il doit en tempérer les cornemuses, bien qu'il ne puisse faire preuve d'aucune souplesse face à cette revendication, pour des raisons de poids énorme, juridiques, historiques et de sentiment. Le président de Ceuta a déclaré à la télévision ces jours-ci que "on ne peut pas aimer Ceuta sans aimer l'Espagne, ni aimer l'Espagne sans aimer Ceuta". Et le plus important : l'intégrité territoriale et la souveraineté espagnole sur tous les territoires est incontestable.  

Pourquoi le gouvernement marocain remet-il cette question sur la table ? Elle se produit chaque fois que ses intérêts le dictent et chaque fois qu'il y a un soupçon de faiblesse chez son voisin du nord. Le Maroc voit une faiblesse dans l'Espagne et court pour essayer d'en tirer profit. Cette faiblesse est actuellement causée par la présence au sein du gouvernement de deux partenaires qui, bien que progressivement et de manière très différente, remettent en question cette intégrité territoriale. Podemos le font sans dissimulation ni masque. Les socialistes le font implicitement avec leurs propositions fédéralistes, leur désir de changer la Constitution et leur politique dans des régions comme la Catalogne ou les Baléares, qui frise le nationalisme séparatiste. Et le Maroc le fait maintenant aussi en réponse aux débordements du vice-président espagnol qui a sérieusement dérapé en demandant un référendum d'autodétermination quelques jours avant que la première puissance mondiale ne se manifeste dans la direction totalement opposée.