PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Châteaux de cartes

castillo-naipes-ucrania-rusia-guerra-mundial-oriente-medio-afganistán-irak

On dit qu'il n'y a rien de plus instable qu'un château construit avec des cartes à jouer ; en fait, c'est précisément leur haut degré de difficulté à maintenir l'équilibre qui les rend plus attrayants pour ceux qui essaient de les établir et de les maintenir debout pendant une longue période de temps, tout en étant capables d'y ajouter de nouveaux éléments. Une instabilité qui, comme il est logique, augmente à mesure que le château grandit et s'agrandit en s'élargissant, avec pour conséquence la complexité du maintien de l'équilibre dans ses différentes phases.

Un syllogisme qui me vient à l'esprit pour comparer le monde dans son état actuel et l'aggravation de sa stabilité, au fur et à mesure que les problèmes s'élargissent, s'aggravent et que des protagonistes ou des menaces nouvelles ou plus agressives apparaissent, produisant des mouvements telluriques et des situations équivalentes à de véritables coups de vent, qui augmentent la possibilité de détruire tout le travail et les efforts laborieux qui nous ont amenés à le construire à des dimensions plus que respectables. 

Tout indique que, après les deux grandes guerres mondiales du siècle dernier et la chute successive du mur de Berlin due à la désintégration de l'URSS, le monde, à quelques exceptions honorables mais sérieuses près, a été facilement épargné par de graves frayeurs et de fortes menaces susceptibles de mettre en danger sa continuité, sa stabilité et son progrès. 

C'était vivre dans un espace et un environnement beaucoup plus sains, moins nocifs pour la santé humaine et obsédés par le soin de la nature, des teintures démocratiques larges et axées sur une coopération internationale sérieuse et forte. Tout cela, ainsi que d'autres facteurs de "bonne volonté" apparente, a soutenu la stabilité politique et économique mondiale basée, en principe, sur des contrôles et des équilibres sérieux et de fer qui, commodément et presque automatiquement, ont été appliqués pour éviter de tomber dans les erreurs du passé, déjà connues, bien définies, étudiées et encadrées.   

L'équilibre bipolaire, faux mais efficace, maintenu pendant la majeure partie de la guerre froide, semblait avoir parfaitement fonctionné. Personne n'osait montrer son visage au monde extérieur et encore moins faire irruption brusquement dans l'arène internationale, avec le désir d'acheter ou de créer des difficultés qui mettraient en danger la stabilité apparemment conçue et convenue par les principaux protagonistes internationaux (les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale), qui veillaient directement et indirectement à ce que cela ne se produise pas.

Les États-Unis avaient pris le relais à la tête du monde, donnant le rythme à tout le monde et imposant même des sanctions de toutes sortes à ceux qui osaient s'égarer, protégés par une sorte d'accord et de zone de confort que la Communauté internationale (CI) avait établi, créé - par le biais de lois, d'usages, de coutumes, de règlements, de traités et de conventions établis et légiférés par les principaux protagonistes susmentionnés et acceptés par le reste sans se plaindre - et distribué afin de vivre en paix et à l'aise. Grâce, surtout, à un développement sectoriel et régional qui, par tous les moyens et conditions possibles, a "contrôlé" de nouveaux acteurs sur la scène mondiale.

Un scénario qui, parfois, commençait à prendre une forme et une hauteur excessives ; et, par conséquent, il commençait à être trop surchargé pour survivre avec cette "paix et cette harmonie convenues" sans que personne ne marche sur les pieds du voisin avec lequel il partageait l'espace, les aspirations et les besoins. 

Mais elle ne pouvait pas durer éternellement, comme cela arrive avec tout ce qui est complexe et fait par la main ou la volonté de l'homme, qui a tendance à se dégrader de plus en plus jusqu'à disparaître. Le poids et le contenu à supporter devenaient de plus en plus importants ; bientôt, les frictions de basse intensité, les aspirations contenues pendant de nombreuses années et le désir d'apparaître dans des personnalités très marquées ont commencé ; à tel point qu'on est arrivé à un moment où toute menace interne ou influence externe pouvait mettre en danger la stabilité promise et faussement espérée, désirée et inébranlable. 

Nous pouvons dire que l'instabilité qui menace actuellement la paix et le développement du monde n'est pas due à un seul facteur ou acteur, mais à la somme de plusieurs d'entre eux, qui, successivement ou simultanément, sont apparus sur la scène et ont agi sans que la CI elle-même ne s'en rende compte ; ou, si elle s'en rendait compte, par manque de volonté ou parce qu'elle ne disposait pas des outils et des acteurs nécessaires pour une situation aussi complexe, elle ne mettait pas sur la table les remèdes et les pare-feu nécessaires pour y remédier.

Divers personnages, apparemment inoffensifs et moins inoffensifs, prennent de plus en plus de place. Le peu ou l'absence de réaction de la CI pour les en empêcher les a rendus plus sûrs, plus à l'aise et convaincus que leur proéminence n'aurait aucune limite au niveau local, pour ensuite passer au niveau régional et même mondial. 

Dans certains cas, on a laissé plusieurs pays émerger - en toute impunité - comme des menaces claires en raison de l'idéologie de leurs dirigeants, des capacités économiques et militaires qu'ils ont atteintes et, dans plusieurs cas, pour les avoir fondées sur les possibilités de leurs armes nucléaires actuelles ou potentielles, malgré toutes les législations qui s'y opposent.  

Aujourd'hui, la soif de pouvoir de trop de dirigeants fous est devenue irrépressible, tout comme leur besoin d'expansion pour occuper les espaces qu'ils revendiquent, soit pour leurs propres besoins, soit parce qu'ils ont appartenu à leurs ancêtres plus ou moins récents, ainsi que les capacités de destruction que leur confère un armement sophistiqué, notamment nucléaire. 

Bien que cela puisse sembler exagéré, je suis fermement convaincu que la CI n'a manifestement pas conscience de ce qui nous attend et j'ai le sentiment que nous avons l'intention de continuer à vivre en regardant ailleurs, comme si rien ne se passait dans notre environnement politique, régional, militaire et économique.

Le 11 septembre a marqué un net tournant dans la politique internationale en bouleversant directement la zone de confort d'une société civile trop à l'aise pour vivre bien, inconsciente des dangers, et qui avait laissé sa propre sécurité entre les mains de volontaires et de quasi-mécaniciens. 

Ces attaques ont entraîné toute la CI en Afghanistan, dans une guerre aux capacités et aux moyens sans précédent, pour lutter contre une idéologie et un terrain qui ont montré à plusieurs reprises leur hostilité et leur réelle possibilité de faire plier la volonté de puissantes armées qui, après des années de combats sanglants et coûteux, ont été contraintes de partir la queue entre les jambes. Et cette fois, après de nombreuses années de combats acharnés, cela se reproduira, malgré l'ampleur des forces déployées et le nombre de pays impliqués dans les coalitions qui se sont formées pour y combattre.

Une fois de plus, et de manière encore plus honteuse que ce qui s'était passé en Irak il y a un an, nous avons dû quitter l'Afghanistan de manière ignominieuse et exécrable, laissant derrière nous un nombre important et presque indéfini de tonnes d'équipements militaires, des milliers de nos propres victimes pour rien et des centaines de milliers de collaborateurs qui ont cru en nous et qui sont encore persécutés par les talibans pour leur ouverture et leur servilité envers des pays et des civilisations très éloignés de l'Islam et de ses lois dérivées.     

Un départ déshonorant, qui a été constamment précédé par les terribles coups portés par le terrorisme djihadiste sur tous les continents, sans exception. Ces coups se sont produits grâce à leur redressement actuel, pour leur avoir laissé suffisamment d'espace et de moyens, et à la manie des présidents américains de laver leur propre culpabilité en assassinant leurs principaux dirigeants, même s'ils savent que les successeurs de ceux qui sont assassinés mettent des heures à prendre le pouvoir et le contrôle du mouvement et sont généralement plus sanguinaires que ceux qui les ont précédés, de sorte qu'ils continueront à menacer le "monde civilisé".

Les nouveaux dirigeants mondiaux, ceux qui actionnent les leviers de la CI, sont à des centaines de kilomètres de ce que devrait être un dirigeant ayant la capacité de commander, et ne sont certainement pas équipés pour mener à bien leur personnel et les organisations dont ils font partie. Dans le même temps, et en conséquence de leurs distractions personnelles et de leurs prétentions internes, ils permettent ignominieusement à des tyrans comme Poutine, Xi Jinping, Kim Jong-un, Erdogan, de nombreux satrapes communistes à la tête de pays d'Amérique centrale et du Sud, ainsi que d'une grande partie de l'Afrique, de l'Asie et de nombreux pays arabes, de tenir la CI elle-même en haleine et incapable de réagir pour les tenir en échec.        

Un exemple clair de ce qui a été dit dans le paragraphe précédent est l'incroyable guerre en Ukraine, dans laquelle un authentique satrape malade mène un peuple à la ruine ou à la mort ; et son territoire à être laissé comme un lopin de terre, sous les yeux et la passivité perverse et inhumaine des dirigeants et des organisations qui ne pensent qu'à rester dans leurs confortables fauteuils et, tout au plus, à faire face aux crises économiques et énergétiques qui arrivent et qui, en quelques semaines, laisseront l'Europe paralysée et les États-Unis gravement touchés.  

Une CI incapable de faire plier Poutine, qui offre au peuple ukrainien des "vêtements chauds" en plein été au lieu des armes dont il a besoin et qui, dès les premiers froids de cet automne, obligera très probablement l'Ukraine à signer une paix plus que honteuse en échange d'un flux normal de carburant vers l'Europe.  

Je pense que l'avenir de ce château de cartes, décrit aussi brièvement que possible, n'est pas du tout rose ; non seulement nous l'avons construit trop grand et trop fragile. De plus, nous ne lui avons pas fourni les outils et le soutien dont elle a réellement besoin pour s'affirmer et, enfin, la politique - faussement attribuée à l'autruche qui consiste à cacher sa tête face au danger - est pratiquée au quotidien par trop de dirigeants, en franche décrépitude et même certains qui sont en vacances aux frais du trésor public ; pendant ce temps, tout ce qui les entoure - à l'intérieur comme à l'extérieur - s'écroule. 

Nous sommes allés trop loin, trop loin ; la situation ne sera pas réglée avec des décrets-lois, comme nous appelons en Espagne les authentiques alcaldadas des gouvernants, ni avec des Executive Orders dans le plus pur style américain, tous sortis du chapeau et signés avec seulement quelques minutes de réflexion, voire aucune. Je crains que cette fois, ils ne soient pas suffisants et que nous passions un très mauvais moment.