Opinion

Conférence sur l'avenir de l'Europe

UE

On m'a demandé d'écrire un court article sur mon opinion concernant la Conférence sur l'avenir de l'Europe prévue en mai dernier, mais dont le début a été retardé en raison de la grave crise sanitaire et économique provoquée par le COVIID-19.

Je suis la secrétaire générale du LEM Espagne, une plateforme d'associations de femmes de notre pays, qui appartient au European Women´s Lobby (EWL) une entité non gouvernementale qui regroupe des plateformes similaires des 27 pays de l'Union, plus la Turquie, la Serbie, la Macédoine du Nord, l'Islande et le Royaume-Uni. En outre, plus de 20 grandes associations internationales de femmes sont membres du (EWL). En raison de ma responsabilité au sein du LEM Espagne, je fais partie de la direction du EWL, ce qui me donne l'occasion de participer avec des collègues de différents pays européens à des discussions régulières sur les politiques prioritaires de l'Union, les propositions en matière d'égalité et de non-discrimination et la recherche de lignes politiques plus homogènes dans différents pays.

Cette situation m'a permis de mieux connaître des femmes de pays très différents, d'échanger des opinions, d'avoir des débats, parfois passionnés et parfois en désaccord, sur une grande variété de sujets et, en bref, d'en arriver à considérer nombre d'entre elles comme des collègues estimées et, à l'occasion, comme des amies.

Et, toute cette expérience, tant pour moi que pour mes collègues, nous a permis de renforcer un sentiment commun : être européen nous unit plus que vous ne le pensez, car nous appartenons à des nations aux clés culturelles et historiques très différentes.
 

 UE

Comment est-ce que je comprends maintenant l'avenir de l'Europe que la conférence veut aborder ? Comme la volonté claire d'aider à soutenir et à développer un projet commun. Actuellement, l'Union européenne est plus, beaucoup plus, qu'un projet économique. Il s'agit d'un projet politique qui n'est pas encore achevé, mais qui a besoin d'un coup de pouce pour sa croissance et son acceptation. L'Union européenne n'est pas seulement, ni principalement, les institutions européennes, avec leurs lumières et leurs ombres comme tous les gouvernements et les parlements. L'Union, c'est la perspective d'avoir un seul pays, bien que composé d'éléments historiques et culturels très divers et de langues très variées. 

Et cela exige que nous, citoyens, renforcions notre sentiment d'appartenance à cet espace, que nous soutenions l'existence d'un pouvoir politique central, contrôlé mais fort, critiquable, mais avec la capacité de décider et de commander.

Le renforcement de l'Union en Europe me semble être l'objectif principal de cette conférence. Deuxièmement, et tout aussi important que le premier, faire en sorte qu'une proportion significative de citoyens européens se sentent impliqués, qu'ils puissent faire entendre leur voix dans le débat, qu'ils aient le sentiment de participer d'une certaine manière à l'avenir que nous voulons dessiner. 

Je ne suis pas naïve et je sais que parler de la participation est facile et gratuit. Et le faire réellement est difficile et coûteux.  Mais si nous voulons que cette conférence soit importante, nous devons faire un effort dans ce domaine. Encourager la participation, rechercher des groupes à large représentation d'hommes et de femmes, capables de créer l'opinion, d'écouter leurs points de vue et leurs revendications, de débattre avec eux des grandes lignes de l'avenir.

En résumé, l'objectif de cette conférence devrait être d'essayer d'obtenir un plus grand poids et une plus grande force politique pour les institutions et un plus grand sentiment d'appartenance parmi les citoyens.

De quoi devrait-on discuter lors de cette conférence ? Tout ce qui contribue à faire progresser l'égalité sociale. Nous avons une union monétaire dans quinze pays. Et une Banque centrale européenne. Nous avons des accords étroits et définitifs sur les questions économiques. Nous avons même progressé, bien qu'avec des difficultés, en essayant de rendre plus semblables certaines politiques d'égalité, comme, notamment, le problème de la violence de genre après l'accord de la Convention d'Istanbul. Mais nous n'avons pas de bases homogènes en matière de politiques sociales. Ni dans les questions de droits du travail, ni dans des réglementations similaires en matière de chômage, ni dans le rapprochement des pensions, ni dans des critères plus uniformes dans les services sociaux, dans la santé, dans la protection des enfants, dans de nombreux aspects des politiques d'égalité. Nous n'avons même pas, et cela crée de nombreux problèmes, une politique migratoire commune. 

Ce sont les problèmes qui doivent être traités avec une attention particulière. Car nous ne construirons une Union européenne plus forte que si tous les citoyens ont le sentiment d'en faire partie. Cela ne se produira que si nous constatons que, bien que parlant des langues différentes, nous avons des droits similaires. Cela se produira lorsque nous aurons la certitude raisonnable que, que nous soyons en Espagne ou en Bulgarie, en Suède ou en Hongrie, le fait d'être citoyen européen est la garantie que les questions fondamentales pour votre vie, telles que l'éducation, la santé, le traitement dans l'emploi, l'assistance sociale si nécessaire, évoluent sur des échelles similaires.

Progresser dans ce domaine renforcera le sentiment d'appartenance des Européens. Et cela conduira à une Union européenne plus forte. Ce n'est qu'à cette condition que la Conférence sur l'avenir de l'Europe sera un succès.

Teresa Nevado Bueno, Secrétaire générale du Lobby européen des femmes en Espagne- LEF Espagne. Membre du Lobby européen des femmes.