Opinion

Contrôle du leadership en 2020 : de Merkel à Trump

Angela Merkel Donald Trump

Les derniers jours de l'année nous ont laissé les bilans habituels de ce qui s'est passé dans le monde au cours des douze derniers mois. Une année traversée par la crise comme une lance dans le camp de l'humanité, où rien n'est plus pareil après ce mois de mars fatidique. La remise en cause des dirigeants a été habituelle et même saine pendant la pandémie, le contrôle permanent des résultats de la gestion politique et sanitaire qui dépend des gouvernements a permis aux citoyens de porter un jugement raisonné et raisonnable sur ce que les uns et les autres ont fait pour faire face à la situation la plus délicate en matière de santé publique, du moins au siècle dernier. 

Atalayar de Capital Radio, l'espace qui chaque lundi soir analyse et scrute les relations internationales et la géopolitique, nous avons également voulu vérifier la gestion des principaux leaders mondiaux dans une enquête réalisée au micro auprès d'une vingtaine d'experts de cet atalayar.com numérique, commentateurs réguliers de l'espace radio et déjà devenus des "classiques" pour nos auditeurs. La proposition était simple mais pleine de symbolisme : choisir parmi tous les dirigeants qui ont eu des responsabilités au cours de cette année celui qui a le mieux réussi et celui qui a fait face à la pire tâche du pouvoir. Deux noms, placés sur un bulletin de vote virtuel, pour choisir celui qui a acquis le plus de mérites et celui qui en a le moins en cette année maudite avec laquelle nous avons inauguré la décennie des années 20. La proposition n'avait pas de limites : avec une poignée de noms évidents sur la table, les analystes pouvaient choisir librement parmi les presque deux cents pays de la planète le meilleur et le pire dirigeant de l'année. Et le résultat, bien que prévisible, comportait des éléments notables.

Merkel, le meilleur leader mondial en 2020 

Le chancelier allemand a été le plus voté par les spécialistes du programme. Son avantage sur la seconde, une autre femme qui a surpris le monde par la manière naturelle et directe dont elle a traité le problème du virus, la première ministre néo-zélandaise Jacinda Arden, est incontestable. Dix voix contre sept. Deux femmes ont obtenu le plus grand nombre de voix, confirmant l'impression des Nations unies, de CNN et de Forbes qu'elles ont géré la pandémie dans leur pays avec de bien meilleurs résultats. Le mérite de la chancelière est double, car son départ prochain du gouvernement et de la politique confirme qu'elle n'avait aucun intérêt, et encore moins un intérêt électoral, à prendre les décisions qu'elle a prises pour arrêter la propagation de la maladie. 

Parmi ceux qui ont été élus comme meilleur dirigeant de l'année, il y a également eu les votes pour le président des Émirats arabes unis, Khalifa bin Zayed al-Nahyan, l'architecte d'une modernisation et d'une ouverture très intéressantes dans son pays, et le président russe Vladimir Poutine, qui, curieusement, a été élu dans les deux catégories, comme meilleur et pire dirigeant de l'année.

Trump, le pire de 2020 

En ces temps de polarisation, il est dangereux de dire du bien des dirigeants qui sont considérés comme des héros ou des méchants au même titre que le président actuel. Depuis que nous avons annoncé le vote lundi soir, il y a eu des messages de disqualification pour ce petit sondage en plaçant Trump comme le leader le plus mal évalué par les analystes d'Atalayar, mais c'est le prix à payer pour toute initiative en ces temps de forte division mondiale. Ceux qui formulent cette critique ne se souviennent guère des fiascos du président américain dans l'évaluation de l'importance du virus et de son effet mortel ? La vérité est que Trump a remporté cette classification douteuse par une seule voix de différence avec Nicolas Maduro, qui pour une partie importante des experts a été le pire pour sa façon de se fourrer au pouvoir et de traiter son propre peuple. Les pires étaient aussi pour certains des électeurs : le Turc Recep Tayyip Erdogan, le Biélorusse Aleksander Lukashenko, l'Espagnol Pedro Sánchez ou le Brésilien Jair Bolsonaro. Un prix "plus distribué", comme on dirait en termes de loteries, mais qui, qu'on le veuille ou non, place le leader de la première puissance mondiale en tête de liste des personnes les plus rejetées par l'équipe d'Atalayar à Capital Radio.