PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

COVID-19 : défis et opportunités pour les monarchies du Golfe

Coronavirus Golfo

Chaque crise, y compris celle déclenchée par l'expansion de COVID-19, représente une opportunité pour ceux qui disposent des médias et des informations et savent prendre des décisions au bon moment. Malgré leur dépendance au pétrole et leur vulnérabilité aux effets d'une récession économique mondiale, les monarchies arabes du Golfe persique semblent avoir été capables de relever les défis de la pandémie mondiale, du moins pour le moment.   

S'il est vrai que chacun de ces royaumes et émirats a ses particularités, les six pays qui composent le Conseil de coopération du Golfe (CCG) - Koweït, Bahreïn, Qatar, Émirats arabes unis (EAU), Oman et Arabie saoudite - ont un certain nombre de caractéristiques communes qui les rendent aptes à être analysés dans leur ensemble : ce sont tous des pays exportateurs d'hydrocarbures, ce qui leur permet de bénéficier de capitaux abondants en période de prospérité, mais les rend sensibles aux aléas de l'économie mondiale. Cette richesse leur permet de fournir des services publics et des subventions généreuses à leurs populations locales, contrepoids à l'absence générale de droits politiques.  

Malgré leur faible population et leur puissance militaire limitée, les six monarchies ont un poids important sur la scène internationale grâce à leurs stratégies de soft power - de l'influence religieuse de l'Arabie Saoudite au pouvoir médiatique du Qatar - et à leur soutien à diverses factions dans les conflits comme la Syrie ou la Libye. Les six monarchies sont conscientes du danger de ne compter que sur le pétrole et le gaz, qui représentent encore plus des deux tiers de leurs revenus, et ont cherché ces dernières années à diversifier leur économie pour attirer le tourisme et le secteur financier. Un exemple est la création de compagnies aériennes puissantes et la construction de ports et d'aéroports internationaux qui servent de plaques tournantes pour le trafic mondial des personnes et des marchandises. Enfin, presque tous ces pays ont un pourcentage très important de population immigrée - plus de 80 % dans les Émirats.

Quel a été l'impact du COVID-19 sur ce groupe de pays ? Leur proximité avec l'Iran, l'un des principaux centres de l'épidémie, l'importance d'aéroports comme celui de Dubaï - le cinquième plus fréquenté au monde - et les conditions de vie précaires des travailleurs migrants, non couverts par le système de santé publique, ont fait qu'ils ont été exposés à une épidémie. Cependant, les gouvernements ont réagi rapidement, mettant en place des mesures pour prévenir la propagation de la maladie qui combinent les technologies de pointe et l'autoritarisme propre à la région - à Bahreïn, les personnes en quarantaine sont géolocalisées en permanence et à Dubaï, où chaque personne qui veut quitter son domicile doit remplir un formulaire en ligne, le réseau de caméras vidéo est prêt à identifier les délinquants. Certaines de ces mesures seraient intenables dans les démocraties occidentales, mais elles se sont avérées efficaces. Le nombre de décès confirmés dus à la maladie dans les six pays était d'un peu plus de 300 à la fin du mois d'avril.  

Bien que les personnes au pouvoir aient annoncé des mesures de relance économique et lancé des messages prônant l'unité et la fierté nationales, le COVID-19 a montré les limites de l'équilibre entre les différents secteurs de la population. Bien qu'au début de l'épidémie les autorités aient assuré que l'épidémie touchait la société entière et que les gouvernements testeraient et traiteraient tous les immigrants qui en souffriraient, plus tard ils ont commencé à forcer le rapatriement des travailleurs étrangers. De même, certains pays tels que l'Arabie saoudite et le Bahreïn ont fait preuve de discrimination à l'égard des citoyens chiites, soit en imposant des quarantaines obligatoires, soit en refusant les pèlerins piégés en Iran. Si certaines de ces mesures sont justifiées et ont contribué à contrôler la propagation de l'épidémie, elles ont également contribué à accroître les tensions sectaires. En outre, presque tous les pays ont restreint la liberté d'expression sous prétexte de lutter contre la désinformation sur l'épidémie.

Bien que la pandémie n'ait guère fait de victimes, les effets de la crise économique représentent une menace plus grande. Outre la réduction des risques liés à la chute des prix du pétrole, la paralysie du trafic aérien entraînera des millions de dollars de pertes pour les aéroports et les compagnies aériennes. Presque tous les pays ont offert des incitations au secteur privé et des subventions généreuses à leurs citoyens. Cependant, l'augmentation des dépenses publiques à un moment où les recettes sont en baisse n'est pas viable à long terme si l'économie mondiale ne se redresse pas, de sorte que des mesures d'austérité peuvent être adoptées qui peuvent menacer le contrat social entre les sujets et les dirigeants.  

Au-delà des tensions sociales et de l'impact économique encore faibles, la pandémie représente une opportunité d'accroître l'influence internationale des monarchies du Golfe. Les Émirats arabes unis sont peut-être le pays qui a le mieux réussi en termes de contributions significatives. En janvier, les EAU ont envoyé des fournitures médicales à Wuhan et ont aidé à rapatrier les citoyens de plusieurs nations piégés en Chine. Depuis la déclaration de la pandémie mondiale, ils ont envoyé des fournitures médicales à des pays en développement comme la Somalie et le Pakistan et à des membres de l'UE comme la Grèce et la Croatie. Cette aide aveugle - indépendamment de la religion et de la situation économique du pays bénéficiaire - a considérablement renforcé la réputation des Émirats, qui sortent renforcés de la crise.

Malgré ses tensions avec l'Iran, les EAU y ont envoyé du matériel médical et des spécialistes, tout comme le Qatar et le Koweït, dont les relations avec l'Iran sont plus cordiales. Ces efforts ont considérablement réduit la tension entre la République islamique et les monarchies pétrolières, une tendance qui semble avoir commencé en janvier après l'assassinat du général iranien Qasem Soleimani par les États-Unis. Cependant, la crise n'a pas permis de rétablir les relations entre les membres du CCG, qui ont été gravement endommagées depuis le conflit diplomatique de 2017 entre le Qatar et l'Arabie saoudite, les EAU et Bahreïn. Suite à la réunion d'urgence du CCG fin mars pour coordonner les efforts contre le COVID-19, le Bahreïn et le Qatar se sont affrontés au sujet des vols de rapatriement de ressortissants bahreïnis bloqués en Iran, payés par le gouvernement qatari.

Bien que les États dotés d'une plus grande capacité économique soient plus susceptibles de contrôler et de gérer une pandémie, la situation dans certains pays européens ou aux États-Unis montre que l'argent n'est pas tout. Les monarchies du Golfe ont été capables de contenir et d'atténuer les effets de l'épidémie grâce à une combinaison d'autoritarisme, de prévention et de technologies de pointe. Sans aucun doute, une partie du succès de leur gestion est due à leur expérience antérieure : en 2003, la région a été frappée par le SRAS et en 2012 a débuté l'épidémie de MERS, une maladie très mortelle causée par un coronavirus moins infectieux que celui qui provoque le COVID-19. Mais, en outre, les pays de la CCG ont saisi l'occasion d'accroître leur présence internationale et d'améliorer leurs relations avec l'Iran. Bien que la baisse de la demande d'hydrocarbures menace leur stabilité économique et qu'elle stoppe sans aucun doute des projets tels que la construction de NEOM en Arabie Saoudite - elle a également paralysé l'Expo 2020 de Dubaï - l'impact du COVID-19 sera bien moindre que dans les pays arabes plus pauvres comme l'Égypte ou les pays en conflit, comme le Yémen, la Syrie ou la Libye. Les principaux défis seront le manque de main-d'œuvre, car de nombreux travailleurs immigrés sont rentrés dans leur pays, et un certain mécontentement social si des mesures d'austérité sont adoptées.