PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Deir Ezzor, à la croisée des chemins avec Daesh

PHOTO/REUTERS  -   Fotografía de archivo. Un miembro del Daesh ondea la bandera de Daesh en Siria

En 2014, Daesh a réussi à occuper une grande partie de la province syrienne de Deir Ezzor, même si certaines zones, comme un secteur de la capitale et l'aéroport, ont résisté à l'offensive et sont restées sous le contrôle des troupes gouvernementales syriennes. C'est en 2017 que la ville a été libérée par l'armée syrienne du siège de Daesh, tandis que les puits de pétrole d'Omar, dans le nord de la province, ont été récupérés par les Forces démocratiques syriennes (FDS), même si les restes de l'organisation sont restés éparpillés et cachés dans les environs, relançant à nouveau le type d'insurrection que Daesh a mené en 2013, sur un terrain rural et désertique que l'organisation connaissait parfaitement, propice à la guérilla. Cinq ans plus tard, la province a vu des centaines et des centaines de morts s'ajouter à ceux déjà causés par la guerre contre le califat de Daesh en 2014-2017. Pendant ce temps, les civils, les militaires et les milices de Deir Ezzor vivent avec l'existence d'une organisation terroriste qui a succombé en mars 2019 à Baghuz, mais n'est jamais partie.  

Introduction

Le printemps arabe de 2011 a amené la guerre civile en Syrie, Deir Ezzor étant le théâtre de combats sanglants entre les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) et les troupes de Bachar al-Assad. D'autres groupes rebelles en dehors de la FSA ont également combattu les troupes de Bachar al-Assad. C'est le cas du Front al-Nusra, un affilié autonome d'Al-Qaïda en Syrie, qui a réussi à prendre pied dans certains quartiers de la capitale et a finalement été expulsé au printemps 2014 par les combattants de Daesh, qui ont fini par capturer et tuer le principal chef du Front al-Nusra dans la région lorsqu'il a tenté de s'échapper déguisé en femme (1).

En 2014, Daesh a expulsé tous les rebelles syriens de Deir Ezzor, laissant l'aéroport de la capitale et une partie de celle-ci sous le contrôle des troupes de Bachar el-Assad. Les forces pro-régime ont enduré un siège de trois ans par l'organisation djihadiste sans parvenir à briser leur résistance. Pendant ce temps, les zones de la province sous le joug de Daesh ont souffert de sa terreur, témoignant du meurtre de civils et d'opposants. En ce qui concerne les événements spécifiques, il y a des femmes que Daesh a accusées d'adultère et qu'il a ensuite assassinées, ou le cas d'une dentiste à Mayadin, à Deir Ezzor, lorsqu'au début du mois de novembre 2014, elle a été décapitée pour avoir traité, selon Daesh, des patients des deux sexes (2).

En octobre 2017, les troupes syriennes de la 104e brigade de la Garde républicaine, sous le commandement du défunt général Issam Zahreddine, ont réussi à briser le siège et à libérer la ville le mois suivant. Depuis lors, loin de disparaître, Daesh, depuis sa défaite à Baghuz, a mené d'innombrables embuscades et attaques contre des soldats et des civils à Deir Ezzor et dans ses environs, faisant des centaines de morts dans cette seule partie de la Syrie.

Le groupe djihadiste, malgré sa faiblesse, a réussi à résister aux attaques de la contre-insurrection. Les coups reçus n'ont pas réussi à les éliminer et ils ont continué à avoir la capacité de commettre des attaques et des embuscades au cours de l'année passée, comme on le verra ci-dessous, dont les effets ont obligé les citoyens de Deir Ezzor à vivre avec l'existence de Daesh dans leur environnement. 

Vivre avec Daesh

La province à majorité arabe de Deir Ezzor compte trois districts, Deir Ezzor, Abu Kamal et Mayadin. Les principales villes à l'ouest de l'Euphrate seraient contrôlées par le gouvernement syrien et ses troupes, notamment celles de la 4e division blindée, dont le commandant est Maher al-Assad, frère du président syrien, tandis qu'au nord-est, le contrôle serait exercé par les Forces démocratiques syriennes (FDS), principalement kurdes. 

Deir Ezzor, dans son district d'Abu Kamal, est limitrophe de l'Irak et de la région d'Anbar, qui a également été prise pour cible par Daesh à de nombreuses reprises. Les Gardiens de la Révolution Iranienne (IRGC), chiites et alliés du gouvernement syrien, sont déployés le long d'une grande partie de la frontière d'Abu Kamal, avec un centre de commandement et une installation militaire fortifiée dans la zone (3), ce qui permet à l'armée iranienne de disposer d'une réserve permanente de milliers d'hommes sur le territoire syrien, chargés de contrôler la frontière avec l'Irak et le centre urbain de la ville de Deir Ezzor à l'ouest, aux côtés de l'armée syrienne. 

L'activité de Daesh dans la région ayant augmenté au cours des trois dernières années, certains médias ont parlé de la résurgence de Daesh, mais la vérité est qu'il n'a jamais disparu. Cette conviction est partagée par de nombreux bergers dont le bétail a été volé par l'organisation djihadiste (4) et par de nombreux habitants des zones rurales de la province, qui subissent périodiquement l'activité de l'organisation terroriste, qui, malgré le coup dur subi à Baghuz, a essayé pendant tout ce temps de réorganiser ses militants dispersés dans la zone désertique (Badiya) et dans les zones rurales et plus éloignées de la province, où la plupart des embuscades et des attaques ont eu lieu. Mais ces zones ont également été utilisées par Daesh pour remettre en service sa police morale et religieuse, ou hisba, qui poursuit les comportements qui, selon elle, s'écartent de la charia. 

Pendant la période du califat défaillant, la hisba a agi en arrière-garde, interdisant, entre autres, la musique et les jeux récréatifs. Cela est allé si loin que même les mannequins des magasins de vêtements dans les zones occupées de Syrie et d'Irak devaient suivre les règles les plus extrêmes de la charia (5).

Mais la police morale n'a pas seulement reçu des pouvoirs, elle a également exigé la zakat ou l'aumône des commerçants et des professionnels des environs sous peine de mort. Ainsi, un enseignant de la région a expliqué comment ils l'ont contacté et ont exigé le paiement de 700 dollars, qu'il a ensuite remis à une femme envoyée par Daesh (6). 

Comme on le sait, l'islam repose sur cinq piliers : 1) la déclaration de foi, 2) la prière, 3) le jeûne, 4) la pérégrination à La Mecque et 5) la zakat ou l'aumône que les musulmans donnent aux plus démunis. Ce dernier point, parmi d'autres, a été complètement déformé par Daesh, qui a exigé le paiement d'argent dans le cadre d'une extorsion. Par conséquent, nous voyons comment Daesh ne harcèle pas seulement les militaires et les milices déployés à Deir Ezzor par une insurrection violente, mais harcèle également les civils par le biais de sa police morale, extorquant de l'argent aux citoyens en exigeant la zakat.

Les militaires et les milices déployés à l'est et à l'ouest de Deir Ezzor, qu'il s'agisse des troupes de Bachar el-Assad ou des FDS, ont souffert de l'insurrection et de la guérilla continues de Daesh, bien que certains médias et experts aient affirmé qu'il serait peut-être plus exact de laisser le groupe comme une organisation de guérilla plutôt que de continuer à étiqueter Daesh comme une entité insurgée (7). Ce qui est vrai, c'est que la guérilla fait partie de l'insurrection violente et qu'il n'y a pas d'insurrection violente sans guérilla, les deux sont inséparables. Tous les mouvements insurgés violents exercent la guérilla pour changer violemment le régime d'un pays ou pour créer une structure étatique parallèle dans une partie de celui-ci, comme l'ont fait Daesh en 2014 à Raqqa et Mossoul ou Hayat Tahir al-Sham (HTS) à Idlib, qui subsistent tous deux. Laisser Daesh en tant que groupe de guérilla sans autres prétentions serait une erreur, car ses prétentions sont bien connues et, en son temps, il les a matérialisées dans son califat raté qui occupait la moitié de la Syrie.

D'autre part, les efforts de contre-insurrection ont été efficaces pour poursuivre les restes de Daesh dans ses cachettes dans le désert de Badiya, dans la province de Deir Ezzor et les zones environnantes. Les nombreuses opérations menées par la 4e division de l'armée syrienne en sont la preuve. Dans l'est, les Forces démocratiques syriennes ont également réussi à neutraliser de nombreux militants de Daesh. 

Les commandants des FDS ont constamment mis en garde contre une augmentation de l'activité de Daesh dans la région au cours des deux dernières années. Lukman Khalil a mis en garde contre une défaite de Baghuz qui ne serait pas définitive, "les gens ne pourraient pas se tromper davantage. Maintenant, ils nous combattent à nouveau dans l'ombre (8)". Ce commandant militaire a décrit l'activité de Daesh dans un territoire qu'il connaît bien depuis trois ans et a averti le monde de la nécessité de rester vigilant car "ils se développent à nouveau et apprennent à être patients à nouveau, et cette fois ils le font des deux côtés de la rivière". De même, Mazbun Abdi, un autre dirigeant des FDS, a déclaré à Hasakah que "Daesh pourrait se relever pour menacer l'ordre mondial". Tout ceci est à prendre au sérieux, car ces milices connaissent bien Daesh, ayant été au premier plan de la défaite de l'organisation djihadiste à Raqqa, Kobané, Hasakah et Deir Ezzor pendant le califat déchu. 

Bien que l'article porte sur l'activité de Daesh à Deir Ezzor, nous savons que ce territoire se trouve au cœur du triangle formé par les provinces de Hasakah, Homs et Raqqa, qui ont également souffert de l'insurrection permanente de l'organisation terroriste. 

Dans la province de Hasakah, entre la nuit du 20 janvier et les premières heures du 21, l'une des actions les plus audacieuses de l'organisation a eu lieu, avec un assaut sur la prison de Ghwayran, dans la capitale. L'attaque a commencé par l'explosion de deux camions piégés aux entrées de la prison, après quoi ils ont lancé une offensive contre les installations dans le but de libérer les détenus djihadistes.

Une fois à l'intérieur, ils ont achevé la libération de centaines de prisonniers djihadistes, après avoir attaqué les gardes kurdes, tué certains et capturé d'autres. Par la suite, l'organisation terroriste a publié une déclaration à l'agence Amaq (9), dans laquelle elle dénombre plus de 800 djihadistes qui ont finalement réussi à s'échapper de la prison, bien que les médias officiels syriens n'aient pas précisé le nombre de fugitifs qui ont réussi à s'échapper, dont de nombreux mineurs.

Des dizaines de militants de Daesh ont mené l'opération, qui a duré plus d'une semaine jusqu'à ce que la situation puisse être maîtrisée par les milices kurdes, parmi lesquelles il y a eu de nombreuses victimes. De la manière dont elle a été menée et des jours qu'elle a duré, tout semble indiquer que la manœuvre offensive a été planifiée selon trois scénarios : a) dans la prison elle-même ; b) dans les environs et c) dans les quartiers proches, afin d'entraver la réaction des FDS kurdes à l'approche de l'enceinte de la prison. 

À Homs, Daesh a tendu une embuscade le 5 mars au cours de laquelle 13 membres de l'armée syrienne ont été tués lorsque le bus dans lequel ils voyageaient a été attaqué dans la zone désertique du centre de la province (10). 

Raqqa, pour sa part, a été le théâtre de l'une des embuscades les plus sanglantes de Daesh. Le 20 juin, un bus de l'armée syrienne a été attaqué à l'aube sur la route Homs-Raqqa, tuant 15 soldats (11). Cette zone du désert de Badiya a été le théâtre de graves attaques car elle est idéale pour les cellules de Daesh qui y tendent des embuscades avec des engins explosifs improvisés, des armes légères ou de faux postes de contrôle.

Voici un résumé de certaines des attaques les plus graves menées par l'organisation terroriste Daesh cette année à Deir Ezzor, selon des informations provenant dans la plupart des cas de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui dispose d'informateurs dans la région.

3 janvier
Daesh a tendu une embuscade à l'aide de missiles et de canons à des membres de l'armée syrienne dans la zone désertique de Deir Ezzor, tuant cinq soldats. Daesh profite de ces routes dans des endroits désertiques pour attendre et tendre des embuscades aux militaires et aux membres des FDS.

30 janvier 
Pendant la nuit et profitant du brouillard du désert, des membres de Daesh ont pris part à une attaque contre des positions de renseignement aérien à Deir Ezzor, tuant trois membres du groupe Abu Nizar (12). 

10 février
Dans la nuit du 9 février, des membres de Daesh ont tendu une embuscade à un poste de contrôle dans la zone désertique à l'est de Deir al-Zawr, tuant cinq membres de la milice des FDS. 

La même nuit, à Khazaret al-Bushams, à l'ouest de Deir al-Zawr, des cellules de Daesh ont tué deux autres membres des FDS.

23 avril
Deux membres des Asayish ou Forces de sécurité intérieure ont été tués par Da'esh. Trois combattants des FDS ont également été tués dans une attaque menée par des cellules de Daesh contre leur poste de contrôle au nord de Deir Ezzor.

28 avril
Sept Kurdes ont été tués après avoir été attaqués par des membres d'ISIS dans une maison où ils célébraient la fin du jeûne du Ramadan (Iftar).

30 avril
Quatre membres de la milice irakienne "Said Al-Shuhadaa", affiliée à l'Iran, ont été tués dans le désert syrien lors d'une attaque menée par des cellules de Daesh sur la route entre Palmyre et Deir Ezzor.

2 juin
Des membres de Daesh ont tendu une embuscade à un bus transportant des milices pro-iraniennes dans la zone désertique de Deir Ezzor, tuant quatre personnes.

3 août
Des cellules de Daesh ont attaqué un véhicule des FDS dans la zone d'al-Bashira à Deir al-Zawr, tuant deux de ses membres.

11 septembre
Des membres de Daesh ont mis en place un barrage routier sur la route Al-Khurafi entre Al-Hasakah et Deir Ezzor, capturant six membres des FDS.

Les personnes capturées revenaient du champ pétrolier d'Omar, à environ 15 km au nord du district de Mayadin, où elles recevaient un entraînement militaire. Après avoir été conduites dans un endroit abandonné, elles ont été tuées par de nombreux coups de feu. 

3 octobre
Daesh a tué quatre membres du personnel de sécurité du gouvernement et en a blessé trois autres.

3 novembre
Daesh a tué le chef des Asayish, Osama Abdel Rahman, en lui tirant dessus depuis une moto alors qu'il conduisait un véhicule similaire dans une zone contrôlée par les FDS (13).

Conclusions

Si cet article a permis de clarifier une chose, c'est que Daesh se déplace dans les zones rurales et désertiques de Deir Ezzor comme Ben Laden l'a fait à Tora Bora (Afghanistan). Daesh a réussi à faire sentir sa présence non seulement au niveau de l'insurrection violente, mais aussi par le biais de sa police morale ou hisba dans les zones rurales qui sont moins surveillées par la contre-insurrection.

Début octobre, les hisba ont tué dans un village de Deir Ezzor un garçon accusé de prostitution. Quelques jours avant cet événement, ils ont tué un couple marié accusé de pratiquer la sorcellerie (14).

De même, leurs collaborateurs dans la région exigent la zakat des commerçants et des professionnels (15). Pour toutes ces raisons, les habitants de la province de Deir Ezzor continuent de vivre avec ce problème, trois ans et demi après la fin du califat. 

Selon un rapport du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, datant de juillet 2022 (16), l'organisation terroriste pourrait compter entre 6 000 et 10 000 djihadistes en Syrie et en Irak. Il est facile de déduire du rapport que nombre de ces djihadistes se trouveraient dans la province de Deir Ezzor, prêts à entraver l'activité de tous les acteurs de la contre-insurrection, qui sont conscients de l'impossibilité de baisser la garde ne serait-ce qu'un instant face à l'organisation terroriste, comme l'ont déjà souligné plusieurs commandants des FDS dans la région, sur le danger et de la menace que représente l'activité de Daesh sur le terrain, car s'il y a une chose qui a caractérisé Daesh dans la province de Deir Ezzor, c'est sa résilience, c'est pourquoi il continue à mener des attaques pratiquement chaque semaine, dépassant le reste des provinces syriennes en termes d'activité terroriste.

L'armée syrienne a déployé d'importantes opérations pour anéantir les restes de l'organisation dans le désert de Badiya et dans l'ouest de Deir Ezzor, mais l'insurrection se poursuit. Les zones rurales et le désert sont les zones d'où il exerce son influence. L'organisation est moins active dans les zones urbaines de l'ouest en raison de la surveillance dont elle fait l'objet de la part des milices iraniennes et de l'armée syrienne. Pour cette raison, la plupart des attaques de l'organisation djihadiste à Deir Ezzor ont eu lieu dans des zones rurales, notamment dans le nord-est de la province (17).

Quant au recrutement de nouveaux djihadistes, l'organisation djihadiste n'a pas la tâche facile après la traînée de sang laissée après l'échec de son califat, bien que Daesh sache se déplacer dans les zones rurales où l'avenir de la jeunesse est plus difficile et l'organisation utilise des cadeaux et des entretiens d'endoctrinement pour recruter ces jeunes sans avenir dans certaines des zones récupérées, où le risque de retomber dans les filets de Daesh est élevé.

L'augmentation de l'activité de Daesh à Deir Ezzor place la province à un véritable carrefour (18), sachant que l'organisation djihadiste utilise habituellement pour ses embuscades et ses attaques une combinaison qui, dans ce cas, est devenue sinistre : la nuit et le désert.
 
Luis Montero est un politologue et un collaborateur de Sec2Crime. Analyste et chercheur à l'Observatoire de la menace terroriste et de la radicalisation djihadiste (OCATRY)

Références
 

1-    DE DARK Edwar, digital Al-Monitor. 21 de julio del 2014. Se quitan los guantes entre el régimen sirio y el Estado Islámico.
 https://www-al--monitor-com.translate.goog/originals/2014/07/syria-regime-aleppo-islamic-state-deir-ezzor-war.html?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=es&_x_tr_hl=es&_x_tr_pto=sc
2-    INFOBAE, 14 de noviembre del 2014. La ONU denuncia que la "policía moral" del ISIS imparte latigazos y ordena amputaciones.
https://www.infobae.com/2014/11/14/1608874-la-onu-denuncia-que-la-policia-moral-del-isis-imparte-latigazos-y-ordena-amputaciones/  
3-    NOTICIAS DE ISRAEL. Fuente: Kyra Rauschenbach, analista del Proyecto de Amenazas Críticas en el American Enterprise Institute. 29 de julio del 2020. El atrincheramiento de la infraestructura estratégica de Irán en Siria.
https://israelnoticias.com/iran/atrincheramiento-de-la-infraestructura-estrategica-de-iran-en-siria/
4-    VALDEZ  Naye, Diario La Verdad, 21 de noviembre del 2021. Isis está robando miles de ovejas en Siria para financiar células terroristas.
 https://laverdadnoticias.com/mundo/Isis-esta-robando-miles-de-ovejas-en-Siria-para-financiar-celulas-terroristas-20211121-0088.html
5-    COLPISA / AFP, 6 de noviembre del 2016. Raqqa, la 'ciudad modelo' del Daesh en Siria. 
https://www.diariosur.es/internacional/oriente-proximo/201611/06/raqa-ciudad-modelo-daesh-20161106143015-rc.html
6-    ABDURRAHMAN Omar, North Press Agency, 5 de octubre del 2022. ISIS Continúa Aterrorizando A Los Residentes De Deir Ez-Zor De Siria Para Pagar Tarifas
https://npasyria-com.translate.goog/en/85091/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=es&_x_tr_hl=es&_x_tr_pto=sc
7-    BOUSSEL Pierre, The Emirates Policy Center (EPC) .19 de octubre del 2022. Badiyah Desert: The Last ISIS Stronghold?. ( Versión original en inglés)
https://epc.ae/en/details/featured/badiyah-desert-the-last-isis-stronghold- 
8-    CHULOV Martin, Fuente: Periódico The Guardian. Publicado por Rojava azadí Madrid. 14  de Octubre del 2021. ‘Una tregua, no una pérdida’: El Estado Islámico se está reconstruyendo en Siria, dicen las fuerzas kurdas. 
https://rojavaazadimadrid.org/una-tregua-no-una-perdida-el-estado-islamico-se-esta-reconstruyendo-en-siria-dicen-las-fuerzas-kurdas/
9-    ZULOAGA.J.M Diario La Razón, 23 de enero del 2022) El Estado Islámico dice haber liberado a 800 de sus presos en una cárcel de Siria. 
https://www.larazon.es/internacional/20220123/5c36qf3zpfd6ha5l62fjkrxnuu.html
10-    TeleSURtv.net. Fuente: Agencia siria SANA 6 de marzo del 2022. Mueren 13 soldados en emboscada a autobús en Homs, Siria
https://www.telesurtv.net/news/siria-ataque-soldados-muertos-emboscada-20220306-0013.html
11-    ANFNews Redacción. Fuente: Observatorio Sirio Derechos Humanos. 20 de junio del 2022. 15 soldados sirios asesinados por el ISIS en el desierto de Raqqa.
https://anfespanol.com/rojava-norte-de-siria/15-soldados-sirios-asesinados-por-el-isis-en-el-desierto-de-raqqa-36266
12-     Consejo editorial Deir Ezzor 24, 30 de enero del 2022, daesh killed and  injured  a number of assad  militias in the desert
https://deirezzor24.net/en/daesh-killed-and-injured-a-number-of-assad-militias-in-the-desert/
13-     ABDULRAHMAN Omar, North Press Agency, 02  de noviembre del 2022. ISIS afirma que un ataque mató al líder de Asayish en Deir ezzor. 
https://npasyria-com.translate.goog/en/86662/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=es&_x_tr_hl=es&_x_tr_pto=sc
14-      HATEM Bashar, North Press Agency, 25 de septiembre del 2022. ISIS Mata A Pareja Por Brujería En Deir Ez-Zor De Siria. (Versión original en inglés). 
https://npasyria-com.translate.goog/en/84566/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=es&_x_tr_hl=es&_x_tr_pto=sc
15-    Consejo editorial Deir Ezzor-24. Agosto del 2022. Daesh obliga a la gente a pagar el zakat en Deir Ezzor. (Versión original en árabe e inglés).
       https://deirezzor24.net/en/daesh-compels-people-to-pay-al-zakat-in-deir-ezzor/
16-    Naciones Unidas, Consejo de Seguridad. 26 de julio del 2022. Decimoquinto informe del Secretario General sobre la amenaza que plantea el EIIL (Dáesh) para la paz y la seguridad internacionales y la gama de actividades que realizan las Naciones Unidas en apoyo de los Estados Miembros para combatir la amenaza. file:///C:/Users/E56468R/AppData/Local/Temp/S_2022_576-ES.pdf
17-     BARBER Ferrán. Diario Público. 9 de febrero del 2020. Así han sobrevivido los yihadistas del Daesh en el desierto.
 https://www.publico.es/internacional/oriente-proximo-han-sobrevivido-yihadistas-daesh-desierto.html
18-     NORTH PRESS AGENCY. 6 de noviembre del 2022. ISIS Increases Activity In Syria’s Deir Ez-Zor Amid Fears Of Return. (Versión original en inglés).
 https://npasyria-com.translate.goog/en/86836/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=es&_x_tr_hl=es&_x_tr_pto=sc