PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Dernières mesures de boycott contre Biden

Donald Trump

Joe Biden prêtera-t-il serment en tant que 46e président des États-Unis d'Amérique le 20 janvier à 12 heures, heure de Washington ? Une telle question serait illogique dans des circonstances plus ou moins normales. Mais, bien que l'équipe du président élu le prenne pour acquis, de sérieux doutes subsistent quant à savoir si le résident de la Maison Blanche, Donald Trump, ne surprendra pas le monde avec une performance inattendue avant cette date. 

Il est vrai que les juges ont, l'un après l'autre, rejeté toutes les plaintes pour irrégularités électorales qui auraient pu altérer le résultat du 3 novembre. Avec la même cadence, les partisans des députés et sénateurs républicains ont progressivement cessé de soutenir les accusations de leur chef, notamment Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat et artisan dans le passé de toutes les manœuvres politiques visant à former une majorité conservatrice parmi les neuf juges de la Cour suprême. Mais McConnell a tenu à ce que les 538 représentants de l'État au sein du Collège électoral confirment la victoire incontestée de Biden le 14 décembre. "Le Collège électoral s'est exprimé et je tiens à féliciter le président élu Joe Biden en conséquence", a déclaré M. McConnell dans une déclaration aussi succincte que décisive. C'est à ce moment que les grands dirigeants du monde, qui ne l'avaient pas encore fait, se sont réunis pour féliciter le futur président, laissant Trump pratiquement seul dans ses rêves. 

Maintenant, tout est-il vraiment décidé ? Trump ne le pense pas et joue ses dernières cartes. Fin novembre, à l'occasion du traditionnel discours de Thanksgiving aux militaires, il a annoncé qu'il quitterait la Maison Blanche si le Collège électoral votait pour son adversaire, mais a immédiatement ajouté une légende inquiétante : "Je pense qu'il va se passer beaucoup de choses d'ici le 20 janvier - beaucoup de choses. 

En tout cas, le président défait a réussi à établir dans l'esprit de 80 % de ses électeurs que l'élection était frauduleuse et qu'elle lui avait volé la victoire. Un pourcentage aussi élevé, confirmé par plusieurs sondages, injecte une dose mortelle de poison à ceux qui intériorisent ce slogan et justifient toute attaque contre lui pour "rétablir le bon ordre des choses". 

Tentatives d'implication des militaires

Ces bases radicalisées remplissent les réseaux sociaux de messages tentant d'impliquer les forces armées dans une opération qui délégitimerait la victoire de Biden, ce qui équivaudrait à un coup d'État dans Roman Paladin. Les appels répétés aux militaires invoquent la loi sur l'insurrection de 1807, qui permettrait au président encore en place de prendre le contrôle et de déployer des troupes dans les États où il aurait perdu de façon irrégulière. Il s'agit d'une exception à la règle rarement utilisée qui interdit aux militaires d'agir à l'intérieur du pays : la guerre civile et les protestations raciales suite à l'assassinat de Martin Luther King. 

L'appel et les manifestes ultérieurs ont été rejoints ces derniers jours par d'anciens généraux, maintenant sous la réserve, par certains membres du Congrès, comme le sénateur de Caroline du Nord Bob Steinburg, soutenus par un grand groupe de dirigeants locaux émergents, qui se sont réunis dans ce qu'ils appellent le "Trump Movement", qui est de plus en plus considéré comme une aile radicale du parti républicain, appelé à être le fondement des futures aspirations politiques de Donald Trump. 

Le bruit médiatique que font ces plates-formes est si fort que le Pentagone a dû intervenir. "L'armée n'a aucun rôle à jouer dans la détermination du résultat d'une élection américaine", ont déclaré le chef d'état-major, le général James McConville, et le secrétaire général de l'armée, Ryan McCarthy, à Politico. 

Mais si ces déclarations étaient rassurantes, la décision du secrétaire d'État à la Défense par intérim Christopher Miller de suspendre la coopération entre le Pentagone et l'équipe de transition du président élu jusqu'en janvier a suscité de nouvelles inquiétudes dans les rangs de Joe Biden.

M. Miller avance des raisons logistiques pour suspendre ces réunions, qui ont notamment pour conséquence que des rapports confidentiels sur la sécurité nationale ne sont pas fournis au président élu. Le prétexte de "surmener" les militaires pour rencontrer l'équipe de transition de Biden et préparer la relève semble pour le moins très suspect et étrange. Les réseaux eux-mêmes s'en font l'écho, laissant entendre que cette coopération entre les administrations présidentielles ne sera rétablie, au mieux, qu'après le 5 janvier, date à laquelle les deux sièges sénatoriaux de la Géorgie seront mis en jeu. Si les deux sièges devaient tomber du côté républicain, le parti de Trump conserverait sa majorité au Sénat, ce qui suffirait à ralentir, voire à rendre impossible, le travail de Biden pour mettre en œuvre son programme gouvernemental.