PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Des comparaisons incomparables : la cause palestinienne et la question du Sahara occidental

Sahara occidental

Pendant des décennies, le Front Polisario et les activistes proches du mouvement subversif ont instrumentalisé la cause palestinienne à des fins sécessionnistes. Il s'agit toutefois de deux questions incomparables. Essayer de comparer le différend dans l'ancien Sahara espagnol avec la question palestinienne est pour le moins insultant. Et il en est ainsi tant avec les citoyens palestiniens qu'avec les marocains, ergo, avec les sahraouis. Le fait de soulever des similitudes entre ces deux questions est biaisé, bien qu'il s'agisse d'une des stratégies habituelles que les services algériens, et plus particulièrement leur appareil de propagande, ont déployées contre le Maroc.

Une première relation ou comparaison entre la question palestinienne et celle de l'ancien Sahara espagnol a été enregistrée dans le magazine marocain de gauche Souffle (numéro 19, 1970). Il y avait un article sur le Sahara occidental dans lequel, selon plusieurs sources, le jeune El Ouali Mustafa Sayed, 22 ans, était un étudiant marocain qui a été membre du Parti communiste avant de devenir l'un des fondateurs du Front Polisario. Cet article avertissait que « le Sahara occidental, un fait colonial, devient un fait impérialiste », il soulignait la coopération croissante entre Washington et le régime franquiste en Espagne, avec des plans stratégiques entre le capitalisme espagnol et les banques françaises contrôlées par le grand capital américain qui faisaient du Sahara occidental un facteur de cupidité impérialiste internationale avec un double objectif, économique et militaire. Selon le chroniqueur, l'impérialisme a besoin d'une base dans la partie occidentale du monde arabe, car Israël ne suffit pas à contrôler les mouvements révolutionnaires et le soulèvement anti-impérialiste qui a secoué la nation arabe depuis 1965. Le document mentionné ci-dessus affirme avec force que « la patrie arabe est une et indivisible » et souligne avec le sous-titre : « Sahara occidental - terre arabe ». Une autre déclaration fait allusion au fait que la Palestine et le Sahara occidental « ne peuvent qu'espérer le salut commun de millions de maquisards qui seront tous arabes, du Golfe à l'Atlantique : la même solution pour détruire les deux Israéliens ensemble ». « La Palestine ou le Sahara occidental ne peuvent plus attendre le salut commun des millions de personnes qui seront tous les Arabes, du Golfe à l'Atlantique : une seule et même solution pour détruire tous les Israéliens ».   

La comparaison fait évidemment allusion à Israël - considéré comme un fer de lance de l'impérialisme dans la partie orientale du monde arabe en occupant les territoires palestiniens - et à la présence coloniale espagnole au Sahara comme fer de lance de l'impérialisme au Maghreb. C'est la première et unique comparaison, d'un point de vue idéologique, faite par le fondateur du Polisario dans les années 1970. Après la prise de l'Algérie et de la Libye par le Front Polisario, le drapeau du Polisario a été créé : un drapeau qui plagie le dessin et les couleurs du drapeau palestinien. Bien sûr, ce n'était pas une erreur innocente. Il s'agit d'une campagne de propagande lancée dans un but précis : confondre et installer un message. La seule différence entre les drapeaux de la Palestine et du Polisario est l'étoile rouge et le croissant qui a ajouté ce dernier inspiré des symboles du drapeau de la République algérienne.

Campamento de refugiados de Smara en la provincia argelina de Tinduf
AFP/FAROUK BATICHE - Camp de réfugiés de Smara dans la province algérienne de Tindouf

Depuis lors, ses militants, les médias, les activistes et les sympathisants aux vues similaires tentent d'installer une histoire basée sur un mythe fabriqué de toutes pièces qui met en évidence les « similitudes » entre les questions du Sahara et de la Palestine. Seulement qu'il a remplacé l'Espagne – « au service de l'impérialisme », comme le disait le document précité -, par le Maroc, qualifiant le royaume maghrébin d'expansionniste et au service de l'impérialisme, oubliant sa propre déclaration qui réaffirmait que « la patrie arabe est une et indivisible » et que le Sahara occidental fait partie de cette terre arabe.

Au fil du temps, une terminologie comparative a été ajoutée à la propagande sur le sujet du Sahara qui aurait un sens si elle restait sous l'administration espagnole. Ainsi, ils parlent de « territoires occupés » ou du « mur de la honte ». Pourquoi le font-ils ? Parce que la cause du Polisario est si marginale qu'elle a besoin de se réfugier dans l'ombre d'une cause populaire et largement connue et soutenue. Il était commode pour eux de se réfugier dans la cause palestinienne, qui bénéficie de la solidarité internationale. Le Polisario, l'Algérie et la Libye n'ont pas jugé extrêmement ignoble d'instrumentaliser la cause palestinienne en l'assimilant à leur cause fictive dirigée et soutenue à la fois par le régime algérien et par Kadhafi pendant un certain temps. Les représentants palestiniens ont même dû préciser dans différents pays qu'ils ne soutiennent pas la cause du Polisario et que la seule cause qui encourage les autorités palestiniennes est la Palestine.

Il y a quelques mois, j'ai lu l'article signé par Alejandro Salamanca intitulé « Sahara occidental, le grand oublié », qui a été publié le 11 juin dans le journal numérique espagnol Atalayar. Il est frappant de voir combien de déclarations erronées il y a, parmi lesquelles il va jusqu'à dire que « la situation des réfugiés sahraouis est objectivement bien pire que celle des Palestiniens ». Il est à noter que les seuls responsables du malheur des « réfugiés » sahraouis sont, d'une part, le régime militaire algérien et, d'autre part, son Polisario, qui contrôle la population. Il n'y a aucune responsabilité pour le Maroc, ni pour l'Espagne pour ce qui se passe en dehors de ses frontières et, en particulier, à l'intérieur du territoire algérien. 

Campamento de refugiados de Boudjdour en Tinduf
REUTERS/ZOHRA BENSEMRA - Camp de réfugiés de Boudjdour en Tinduf

Il faut rappeler que c'est l'organisation politico-militaire qui prétend faussement représenter ces victimes qui les a conduites dans cette aventure lamentable et ratée, sans mandat légal ni légitimité exprimée par un vote dans les urnes mais basée sur la force révolutionnaire et totalitaire. 

Et, juste pour montrer qu'il n'y a pas de similitudes ou de comparaisons entre les deux questions, ajoutez qu'Israël a rejeté le retour des réfugiés palestiniens malgré la résolution 194 de l'Assemblée générale des Nations unies adoptée en décembre 1948 qui établit le droit au retour. D'autre part, le Maroc considère tous les Sahraouis comme faisant partie intégrante du peuple marocain, c'est-à-dire comme des citoyens à part entière. Ce n'est pas en vain que depuis plus de trois décennies, les Sahraouis reviennent, désenchantés de la vie « révolutionnaire » et de l'expérience totalitaire. Beaucoup ont dû fuir le territoire algérien, contournant ainsi les contrôles stricts de leurs geôliers. Ce qui est émotionnel et émouvant, c'est de voir comment ils acquièrent tous leurs droits une fois qu'ils entrent sur le territoire marocain. Parmi les milliers de rapatriés, il y a une part importante des anciens fondateurs du Polisario, y compris certains chefs visibles du soi-disant « gouvernement de la RASD », à savoir :   

Omar Hadrami : est l'un des fondateurs notables du Polisario. Il a été commissaire politique et membre de l'état-major militaire du Polisario, également responsable de la sécurité militaire du Front Polisario. En 1989, il est retourné au Maroc et depuis lors, il a été nommé gouverneur dans différentes provinces.

Guejmoula Ben Abbi : a été capturée par le Polisario à l'âge de 14 ans et envoyée à Cuba pour y étudier. Elle a été présidente de la branche féminine du Polisario, connue sous le nom d' « Union des femmes sahraouies ». En 1991, elle est retournée au Maroc. Elle a été membre du Conseil Royal Consultatif (CORCAS). Elle s'est présentée aux élections et a obtenu un siège au Parlement. Il est membre du bureau du PPS (Parti du progrès et du socialisme et Parti communiste marocain). 

Brahim Hakim : membre fondateur du Polisario et membre dirigeant de son bureau politique, connu comme le plus actif des « ministres des affaires étrangères de la RASD » pendant dix ans, il a également été ministre de l'information. En 1992, il retourne au Maroc et est nommé ambassadeur itinérant chargé de la question du Sahara.

Mustafa Barazani : En 1976, à l'âge de 18 ans, il rejoint le Front Polisario. Il devient commissaire politique de l'armée, puis commissaire des affaires étrangères. Il faisait partie de son bureau politique. En 1991, il retourne au Maroc et est nommé ambassadeur.

Bachir Edkhil : membre fondateur du Polisario. Il a été son représentant dans plusieurs pays et auprès de différentes organisations. Il est rentré au Maroc en 1992, il n'occupe aucun poste à responsabilité politique. Il a privilégié son indépendance, maintient un regard critique et une trajectoire notable en tant qu'activiste de la société civile marocaine, et préside une coopérative, entre autres initiatives collectives, ainsi que des entreprises personnelles.

Lahbib Ayoub : ancien chef militaire du Polisario, surnommé le général Giap. Il est l'un des plus éminents leaders historiques du mouvement, il a été membre permanent du Secrétariat général du Polisario, « ministre des territoires occupés », il a quitté le Polisario et est rentré au Maroc en 2002. Au Maroc, il se consacre à ses activités personnelles et à ses initiatives individuelles.

Hammati Rabban : nommé ministre de la justice du Polisario de 1986 à 1988 et de 1995 à 1999, également ministre des affaires religieuses. Le dernier poste était celui de ministre délégué auprès du Premier ministre. En juin 2005, il est retourné au Maroc.

Ahmedou Ould Souilem : a été le représentant du Polisario dans plusieurs pays. Son dernier poste en tant que séparatiste remonte à 2007, lorsque Mohammed Abdelaziz, président de la RASD et secrétaire général du Polisario, l'a nommé ministre conseiller à la présidence. Deux ans plus tard, avec son passeport diplomatique algérien, il s'est rendu à Madrid et de là, est rentré au Maroc. Peu de temps après, il est nommé ambassadeur du Maroc à Madrid.

Campamento de refugiados de Bojador, cerca de la ciudad argelina de Tinduf en el territorio en disputa del Sáhara Occidental
AFP/FAROUK BATICHE - Camp de réfugiés de Boujdour près de la ville algérienne de Tindouf dans le territoire contesté du Sahara occidental

Ce qui précède n'est qu'un bref compte-rendu qui nie l'ignorance de certains écrivains. Un regard impartial sur le conflit du Sahara nous permettrait de comprendre que les dissidences du Polisario se multiplient depuis au moins trois décennies et que, depuis des années, la tendance indiscutable est à la désertion du mouvement subversif, soit pour retourner au Maroc, soit pour s'installer dans d'autres pays. Et, notons une question qui n'est pas mineure, la proportion marginale, quantitativement parlant, qui prône le séparatisme du Maroc ne quitte pas le Maroc pour rejoindre les rangs du Polisario à Tindouf. Aucun mouvement indépendantiste, qui est un collectif qui lutte réellement contre le colonialisme, n'a eu un nombre aussi élevé de désertions dans ses rangs.

Des dissidents qui nuisent au Polisario et n'aident pas sa cause car beaucoup d'entre eux sont de hauts fonctionnaires et des fondateurs, non seulement des militants de base, mais aussi du plus haut niveau hiérarchique : plus de cinq « ministres », de nombreux « ambassadeurs », le plus important chef militaire et la plupart de ses membres fondateurs. Avec une incitation au discrédit du Polisario : Tous, sans exception, ont publiquement reconnu que le Polisario est un otage de l'Algérie. En d'autres termes, le Front Polisario dépend à tous les niveaux du régime militaire d'Alger et est à son service. Le Polisario prend ses ordres sur les instructions de l'Algérie, et occupe donc une position absurde et sans conséquence qui prolonge la souffrance de dizaines de milliers de citoyens. 

Je vous rappelle qu'Israël, avec lequel vous essayez de comparer le Maroc, n'accepte pas le retour de ceux qui ont pris les armes. Qu'a fait Rabat ? Elle a promu une politique de retour, sans représailles - avec toute l'impunité dont jouissent les dirigeants et les auteurs du Polisario, et c'est une question qui déplaît souvent aux victimes sahraouies de retour. Le Maroc leur a donné l'opportunité et toutes les garanties pour participer activement au développement local et régional du Sahara, ainsi qu'au niveau national dans toutes les instances politiques et institutionnelles. Alors que les Sahraouis qui ont été victimes de violations des droits de l'homme au Maroc pendant les années de plomb ont été comme le reste des Marocains victimes d'attaques indemnisés pour les dommages subis et parmi ceux-ci nous pouvons mentionner Aminatou Haidar, une militante éminente et membre du Polisario qui vit actuellement à El Ayoun. 

Soldados del Frente Polisario están en la entrada del quinto sector de la base de Bir Lahlou, Sáhara Occidental
REUTERS/ZOHRA BENSEMRA - Les soldats du Front Polisario sont à l'entrée du cinquième secteur de la base de Bir Lahlou, au Sahara occidental

Le Polisario est responsable d'avoir entraîné la population sahraouie dans une situation de misère et de souffrance, générant un drame humain et rendant cette affaire rentable. Les camps sont une vitrine pour le marketing économique et politique, le trafic d'aide et pour obtenir plus de dividendes dans son activité macabre n'a pas hésité à gonfler les chiffres du nombre de réfugiés vers les pays et les agences qui leur envoient de l'aide.

Une aide qui est constamment détournée par les responsables du Polisario et du régime algérien pour être vendue sur le marché noir. C'est pourquoi ils ont systématiquement refusé que l'ONU procède à un recensement et à une identification de la population, car cela leur permettrait de connaître le nombre exact de réfugiés. Parmi les Sahraouis qui ont vécu à Tindouf, beaucoup affirment que la population réelle des Sahraouis dans les camps ne dépasse pas 40 000 personnes, mais le Polisario prétend qu'il y en a plus de 200 000, tout en insistant sur le fait que le corps électoral - pour déterminer l'avenir du Sahara - ne devrait être que de 85 000 électeurs incluant toute la population du territoire qui représente la majorité. Et il alterne son appel à l'aide à la population vivant dans l'extrême pauvreté, avec des efforts pour s'armer et montrer leur coûteux potentiel guerrier dans des parades et des manœuvres militaires constantes avec un soldat bien nourri, bien habillé et bien équipé, contrairement à la population vivant dans la misère totale. Non seulement elle expose des militaires portant des fusils et des mitrailleuses, mais elle fait aussi défiler des chars modernes et des véhicules blindés bien armés ainsi que des missiles de pointe. Avec moins d'investissements militaires, il pourrait mettre fin à la situation de misère des Sahraouis qu'il maintient dans les camps, au lieu de rejeter la faute sur le Maroc et l'Espagne, selon les circonstances et sur la base d'un comportement primaire et enfantin qui l'empêche d'assumer sa responsabilité dans toute la catastrophe de plus de quatre décennies, une manœuvre cynique de manipulation de l'opinion internationale. Quelles garanties les donateurs internationaux ont-ils que leur aide généreuse n'est pas détournée vers l'achat d'armes sophistiquées ?

Pendant des années, les Nations unies, l'Union européenne, les États-Unis et d'autres pays devraient contraindre l'Algérie et le Polisario à cesser d'utiliser les réfugiés - et la misère qu'ils causent - dans leur conflit avec le Maroc. Nous devons séparer le politico-militaire de l'humanitaire et ainsi briser les vases communicants. La question des réfugiés - qui ne sont pas des réfugiés parce qu'ils n'ont pas de documents pour la corroborer - est une question humanitaire qui doit être complètement séparée de la controverse politique entre les parties impliquées dans le conflit. Cela suppose, tout d'abord, que les règles du droit international humanitaire, notamment la Convention de Genève de 1951 sur les réfugiés, soient appliquées à l'Algérie en tant que pays d'accueil. Deuxièmement, elle doit faire appliquer les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sur le recensement et l'identification des réfugiés de Tindouf. Il n'est pas concevable que depuis près d'un demi-siècle, une aide soit envoyée aux réfugiés, par l'intermédiaire du Polisario, une organisation politico-militaire impliquée dans des actes terroristes, sans que personne ne sache vraiment combien de personnes sont sous leur contrôle et si elles sont toutes originaires du Sahara occidental contesté et combien du Sahara algérien.

Miembros del Ejército de Liberación Popular Saharaui desfilan con las banderas del Frente Polisario durante una ceremonia para conmemorar los 40 años de la proclamación de la República Árabe Saharaui Democrática (RASD) en el territorio en disputa del Sáhara Occidental
AFP/FAROUK BATICHE - Des membres de l'Armée populaire de libération sahraouie défilent avec les drapeaux du Front Polisario lors d'une cérémonie pour commémorer le 40e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) dans le territoire contesté du Sahara occidental

D'autre part, conformément au droit des réfugiés, il faut veiller à ce que la population contrôlée par le Polisario puisse s'exprimer librement et décider de son avenir. Que ceux qui voulaient rentrer chez eux au Sahara puissent le faire avec l'aide des agences humanitaires pour assurer leur retour, que ceux qui préféraient se réinstaller dans un autre pays puissent le faire et que ceux qui choisissaient de rester en Algérie puissent le faire. Le pays d'accueil doit faciliter les conditions pour que les Sahraouis puissent vivre comme des citoyens à part entière, avec l'accès au travail, au logement et à une vie décente, au lieu de les exposer intentionnellement à la misère humaine à des fins politiques calculées.

Sans ignorer ou minimiser les problèmes évidents qui existent à un niveau général dans les pays arabes, en ce qui concerne la liberté de la presse et d'expression, il est également important de ne pas permettre à la propagande séparatiste d'imposer ses mensonges comme des vérités révélées. Les Sahraouis ont la liberté d'expression au Sahara occidental. En fait, des militants pro-Polisario comme Aminatu Haidar, ainsi que d'autres et d'autres membres de la hiérarchie du Polisario, vivent au Sahara et disent ce qu'ils veulent, même si, bien souvent, dans leur militantisme sécessionniste, la vérité n'est pas dite. Voyons si, à Tindouf, les Sahraouis pourront un jour exprimer leurs critiques sans être réprimés et emprisonnés pour trahison. Il reste à voir si l'ONU osera demander aux Sahraouis de Tindouf s'ils veulent retourner au Sahara occidental ou s'ils préfèrent rester en territoire algérien. 

Enfin, l'Algérie, en tant que pays d'accueil, doit respecter les conventions internationales relatives au droit humanitaire. Séparer le problème humanitaire du problème politique permettrait de libérer des milliers de personnes qui continuent à être prises en otage, souffrant d'un conflit qui dure depuis des décennies sans aucune solution et dont on ne sait pas combien d'autres dureront, étant donné l'entêtement du Polisario et l'ambition excessive du régime militaire d'Alger.