Opinion

Deux sorties de scène

Abdelaziz Bouteflika

En l'espace d'une semaine, deux personnalités très différentes auront disparu de la scène politique, mais elles se ressemblent en ce sens qu'elles sont toutes deux nées en dehors du pays qu'elles devaient gouverner, qu'elles ont toutes deux exercé une grande influence sur les affaires mondiales pendant de nombreuses années et qu'elles ont coïncidé au moment de leur départ : Angela Merkel et Abdelaziz Bouteflika. Le premier prend sa retraite après avoir dirigé l'Allemagne démocratiquement pendant 16 ans, et le second vient de mourir à l'âge de 84 ans, deux ans après avoir été chassé de la présidence par les militaires.

Né de parents algériens à Uxda, au Maroc, ce dont il ne se vantait pas et qu'il cachait même, Bouteflika s'est battu très tôt dans la guerre d'indépendance contre le colonialisme français, et Ben Bella l'a nommé très jeune ministre de la jeunesse, si jeune qu'à l'âge de 26 ans, il était devenu ministre des affaires étrangères, poste qu'il a occupé pendant de nombreuses années après avoir soutenu le coup d'État du colonel Houari Boumedienne. Durant cette période, il est un fervent pro-conservateur, un ardent défenseur des peuples opprimés et fait jouer à l'Algérie un rôle de premier plan dans le mouvement des non-alignés. Ce sont également des années de soutien au Front Polisario contre le Maroc (bien qu'il ait ensuite tenté de conclure un accord avec Hassan II, qui a été contrecarré par sa propre armée) et de complicité plus ou moins ouverte avec l'ETA et le MPAIAC d'Antonio Cubillo. Accusé de corruption et de détournement de fonds du ministère qu'il dirigeait à son profit, il a dû s'exiler pendant quelques années et en passer d'autres à essayer de ne pas attirer l'attention sur lui. Une époque qui a coïncidé avec la guerre civile algérienne qui a coûté 200 000 morts et qui s'est terminée pour lui en 1999 lorsqu'il s'est présenté aux élections présidentielles, profitant de la démission d'autres candidats qui les considéraient comme pas très propres. Bouteflika a ensuite lancé un programme de réconciliation et d'amnistie pour les violations des droits de l'homme - qui étaient nombreuses - commises par les deux camps pendant la guerre, a remporté les élections et est resté au pouvoir pendant 20 ans, "gagnant" toutes les élections qui se sont présentées par la suite, même après avoir subi une attaque cérébrale qui l'a laissé gravement handicapé et cloué dans un fauteuil roulant et l'a contraint à abandonner le pouvoir de facto aux mains d'un cercle restreint de parents et d'amis très corrompus. Lorsqu'il a voulu briguer un cinquième mandat présidentiel dans ces conditions, l'indignation populaire - sous la forme de manifestations hebdomadaires massives - a forcé sa destitution aux mains des militaires et des services de renseignement qui dirigent en fait l'Algérie depuis les tout premiers jours de l'indépendance. Et cela n'a pas changé aujourd'hui. Sa mort n'a surpris personne et les Algériens sont maintenant confrontés au dilemme de savoir comment l'enterrer, comme Pedro Canales l'a observé avec acuité dans ces mêmes pages : le faire discrètement ou avec les honneurs d'un ancien chef d'État, alors que l'Algérie continue de chercher un avenir qui n'est jamais arrivé.

Le cas d'Angela Merkel est très différent. Née dans ce qui était autrefois la République démocratique allemande, son style austère étant visible jusque dans sa garde-robe, ses détracteurs l'ont accusée d'indécision et d'accepter à contrecœur le rôle de premier plan de l'Allemagne dans l'Union européenne, conséquence du fait qu'elle est le pays le plus peuplé du continent et la troisième économie mondiale. On lui a également reproché de faire passer les affaires avant les valeurs et, tout en critiquant Poutine pour son traitement de Navalny ou l'annexion de la Crimée, il n'a pas hésité à construire le gazoduc Nordstream 2 qui rend son pays plus dépendant de la Russie. Ou qu'alors qu'il critiquait la Chine pour avoir étouffé les libertés de Hong Kong et mis deux millions de Ouïgours dans des camps de rééducation, elle poussait en même temps l'UE à conclure avec Pékin un traité d'investissement qui a ensuite été mis sur la glace par le Parlement européen, précisément en raison des préoccupations liées aux droits de l'homme.

De nombreux éléments jouent en sa faveur, à commencer par le fait qu'elle a été une chancelière décente et prévisible qui a donné à son pays des années de stabilité et de croissance, ce qui n'est pas une mince affaire dans un monde où prolifèrent des dirigeants aussi erratiques et populistes que Trump, Johnson, Erdogan, Duterte et Bolsonaro. Mme Merkel a géré trois crises d'une main ferme au cours de son mandat : lors de la crise de 2008, elle a imposé des mesures d'austérité drastiques aux pays du sud de l'Europe, même si au final elle a renfloué la Grèce... pour aider son propre secteur bancaire ; lors de la crise du COVID, elle a fait adopter un formidable plan d'aide financé par des obligations émises par la Commission européenne ; et dans la crise des réfugiés syriens, elle a donné l'exemple de la défense de nos valeurs face à l'égoïsme d'autres pays européens.

Selon Die Welt, les élections de dimanche prochain sont les plus ennuyeuses depuis des décennies, car elles seront disputées par des candidats sans charisme, ce qui est une bonne chose dans un pays qui s'est très mal débrouillé avec le dernier leader charismatique qu'il a eu. Le social-démocrate Olaf Scholz (actuel ministre des finances) se présente comme le successeur de Merkel, même dans les gestes, et est en tête dans les débats et dans les sondages (25%) malgré le fait qu'il soit actuellement confronté à un scandale financier qui pourrait l'impliquer indirectement. Il est suivi par le chrétien-démocrate Armin Laschet, un homme gris comme peu d'autres (20%), et les Verts d'Annalena Baerbock (17%), qui sont les seuls à pouvoir apporter un changement politique majeur, perdent du terrain. Quoi qu'il arrive au final, car le pourcentage d'électeurs indécis est encore très élevé, il est certain que le vainqueur sera une personne sans charisme comme le souhaitent les Allemands, et qu'il devra former une coalition avec deux ou trois autres partis pour pouvoir gouverner en tant que leader le plus puissant d'Europe.

Jorge Dezcallar. Ambassadeur d'Espagne