Opinion

Durcir l'asile ?

El derecho al asilo

La migration semble être devenue une question politique brûlante dans le monde occidental, comme l'explique Victor Arribas. Malgré cela, les immigrés ne votent pas, ce qui signifie que leur opinion ne compte généralement pas dans les débats politiques - même si les politiques migratoires les touchent personnellement - et que les promesses non tenues des candidats gagnants n'ont généralement pas d'incidence sur les prochaines élections.

Il y a quelques années, alors que Pedro Sánchez n'était pas président mais chef de l'opposition, le secrétaire général du PSOE a exigé que le gouvernement de Rajoy « passe des bonnes paroles aux actes » en matière d'asile. Peu après son arrivée au pouvoir, Sánchez a ouvert les portes de l'Aquarius, un navire qui avait sauvé 629 immigrants naufragés en Méditerranée. L'opération a été un succès de propagande, mais depuis lors, les faits n'ont pas accompagné ce geste isolé.

Cette semaine, un grand média national a annoncé que le gouvernement prépare une nouvelle loi qui « durcira » les conditions d'asile. Le projet de loi auquel le journal a eu accès n'a pas été publié ou a fait l'objet de fuites vers d'autres médias, il est donc difficile de savoir comment ce « durcissement » aura lieu.  Selon le même journal qui a publié la nouvelle, la nouvelle loi permettra de rejeter les demandes d'asile des personnes venant de pays qui ont des zones où elles peuvent s'installer en toute sécurité. Toutefois, cette mesure irait à l'encontre du principe de non-refoulement contenu dans la Convention de Genève sur les réfugiés, dont l'Espagne est signataire. Nous devrons attendre d'avoir accès au projet de loi avant de pouvoir spéculer davantage sur celui-ci.
 

Sirios desplazados se sientan fuera de sus tiendas en el campamento de Deir al-Ballut
AFP/RAMI AL SAYED 

En tout cas, il est curieux qu'on considère que l'Espagne peut rendre l'asile plus difficile. Au-delà de la rhétorique alarmiste de certains partis politiques et de la complaisance du gouvernement, la réalité est que le système d'asile dans notre pays est complètement effondré, ce dont la Commission espagnole d'aide aux réfugiés (CEAR) nous met en garde depuis 2017. L'effondrement est dû à l'augmentation spectaculaire des demandes d'asile et à la lenteur, mais aussi à une administration qui ne s'est pas adaptée aux nouveaux défis. L'Espagne accorde le statut de réfugié à un très faible pourcentage de demandeurs (seulement 2,75 % des demandes traitées en 2019), et est également l'un des pays de l'Union européenne où le nombre de demandes en attente est le plus élevé en raison de la lenteur du système.

Les chiffres du système d'asile espagnol, publiés chaque année par le ministère de l'Intérieur et synthétisés par le CEAR, nous donnent une bonne perspective de la dimension du problème : entre 2007 et 2014, un total de 34 411 demandes d'asile ont été enregistrées, alors que pour la seule année 2017, il y a eu 31 120 cas, un nombre record qui a été à nouveau dépassé en 2018 (54 065) et 2019 (118 264). En d'autres termes, près de 20 fois plus de demandes ont été reçues en 2019 qu'en 2014. Cette augmentation spectaculaire du nombre de demandes ne s'est pas accompagnée d'une augmentation du personnel chargé d'examiner les demandes - en fait, à la fin de 2017, il y a eu une restructuration du personnel du Bureau de l'asile qui a aggravé les retards. Il y a actuellement plus de 130 000 demandes d'asile non traitées, dont beaucoup sont en attente depuis 2018. 

Niños sirios desplazados observan desde una tienda de campaña en el campamento de Deir al-Ballut
AFP/RAMI AL SAYED 

Bien que le stéréotype du réfugié soit celui d'une personne d'Afrique ou du Moyen-Orient qui a traversé la Méditerranée dans une embarcation irrégulière, la vérité est que la plupart des demandeurs d'asile en Espagne viennent d'Amérique latine. Au cours des quatre dernières années, le Venezuela a été le premier pays en termes de demandes. L'évolution des chiffres reflète bien l'évolution de la crise humanitaire et l'effondrement du régime Maduro : si en 2015, seuls 596 Vénézuéliens ont demandé l'asile en Espagne, en 2016, 3 960 personnes l'ont fait, 10 350 en 2017, 19 280 en 2018 et 40 906 en 2019, des chiffres qui coïncident avec l'augmentation du nombre de réfugiés vénézuéliens dans le monde. Cependant, jusqu'à l'année dernière, la plupart des demandes d'asile des Vénézuéliens en Espagne ont été rejetées. En 2017, 99 % des demandes traitées par les Vénézuéliens ont reçu une réponse négative et seules 15 personnes ont obtenu le statut de réfugié. En 2019, il n'y en a pas eu beaucoup d'autres (48), mais pour la première fois, des permis de séjour temporaires ont été accordés pour des raisons humanitaires et 39 667 Vénézuéliens ont pu en bénéficier.

Nous ne devons pas oublier que derrière les chiffres et les statistiques, il y a des gens. Tant les immigrants que les fonctionnaires et les policiers touchés par l'effondrement du système dénoncent depuis plusieurs années les longues files d'attente dans les centres qui traitent les demandes d'asile et d'étrangers. Le retard bureaucratique crée une énorme incertitude pour les demandeurs d'asile, qui ne savent pas s'ils seront admis en Espagne ou expulsés et qui ne peuvent pas régulariser leur situation ni accéder aux permis de séjour et de travail. Je connais personnellement plusieurs personnes qui, bien qu'ayant reçu une réponse positive de l'administration, attendent depuis des mois leur carte de séjour, avec tout le stress, l'anxiété et l'insécurité que cela implique, puisqu'elles ne peuvent pas louer un appartement ni postuler à un emploi légal.

Comme nous l'avons vu dans le cas de la lutte contre l'immigration clandestine, les chiffres et la réalité du droit d'asile en Espagne contrastent avec la couverture médiatique et le discours des partis politiques. Bien que cela puisse sembler le contraire, l'Espagne est un pays plutôt restrictif en matière de refuge et, de plus, le système d'asile est complètement débordé par le manque de personnel et de moyens. Probablement, l'idée de « durcir les conditions d'asile » a été un ballon d'essai du gouvernement. Toutefois, la véritable question, compte tenu des chiffres et de la situation de l'administration, est de savoir si ces conditions peuvent réellement être rendues plus strictes.