PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

En retard et mauvais, comme d'habitude

ukraine-war

La Communauté internationale (CI) et toutes les organisations qui la composent, vivent, habitent ou fourmillent autour d'elle sont une accumulation de "bonnes et grandes intentions" mais sont excessivement lentes ou improductives dans leurs résolutions. Les résolutions ou décisions, qui arrivent souvent tardivement, sont inefficaces, trop décaféinées ou inutiles pour atténuer les effets du problème qui les a suscitées.

Parmi toutes ces organisations, et en laissant de côté l'ONU, qui remporte le premier prix de l'inefficacité, l'UE se distingue ; cette organisation très coûteuse et massive sur laquelle reposent tant d'illusions et d'espoirs, bien qu'elle n'ait toujours pas changé ses rythmes ou le scénario pour décider d'intervenir efficacement et énergiquement dans les endroits ou aux moments décisifs.

Traditionnellement, bien que presque toujours par à-coups, elle suit placidement et calmement les étapes fixées par l'Oncle Sam et tend à arriver non seulement en retard, mais aussi mal là où l'on attendait une plus grande rapidité ou un esprit de décision énergique dans des affaires qui lui sont propres parce qu'elles touchent à ses intérêts, qui la concernent selon ses statuts, héritées du cours des événements ou saupoudrées de circonstances voisines ou proches.

Il était trop tard pour empêcher le honteux Brexit et ses terribles conséquences pour les Troyens et les Tyrans ; elle n'a bien géré aucune des crises économiques successives en introduisant de dangereux changements de critères ; son indécision avec l'Amérique du Sud ou l'Afrique ou face aux crises des réfugiés est patente ; et la pandémie de coronavirus a montré non seulement de grandes carences en matière sanitaire, mais aussi en matière de coordination, de coopération et d'économie d'efforts, ainsi que de protection de ses populations et de ses frontières.

Nous laissons beaucoup à désirer dans le domaine de la politique démocratique, un drapeau que l'on agite au vent en toute occasion et pour toute raison ; les mandats d'arrêt européens ne sont pas appliqués parmi ses membres ; certains pays, comme la Hongrie et la Pologne, ont jeté leur dévolu sur le contrôle des organes de l'administration de la justice et la manière dont ils se couvrent sans que, pendant longtemps, aucune mesure coercitive ne soit prise à leur encontre. Ce fait a été honteusement copié par l'Espagne qui, pour le moment et je crains que ce soit définitif, n'a reçu que quelques "réprimandes" mineures sous forme de recommandations, bien qu'elle ait mené des actions au caractère démocratique douteux et très intrusives dans le système de fonctionnement et de couverture démocratique des positions de ses éléments fondamentaux.

Nous assistons avec une réelle appréhension aux débats sur la sécurité et la défense avec lesquels nous avons passé des années à analyser le sexe des anges et quelle serait la position la plus commode pour être pris au sérieux au niveau international ou pour pouvoir nous doter d'une possibilité d'intervention ou de défense plus que suffisante qui nous donnerait de la consistance et augmenterait notre sentiment de sécurité sur la base de nos propres capacités et ne pas être si dépendants d'une OTAN hésitante qui marche toujours main dans la main avec les États-Unis sur un fil délicat qui, n'importe quel jour, pourrait se rompre.

Depuis près d'un an, alors que la guerre en Ukraine frappe à nos portes, nous n'avons pas été en mesure de mener une action commune suffisamment sérieuse, alors que ce conflit touche nos voisins, nos propres sources d'énergie et les solutions aux menaces russes.

Les Ukrainiens, menés par leur président Zelensky, après quelques escarmouches ou réactions aux conséquences diverses, ont appris la leçon que ce n'est qu'avec des tenues d'hiver, un grand courage et beaucoup d'amour pour leur terre qu'il est possible d'affronter le mastodonte qu'est la Russie aux mains d'un fou, qui ne se gêne pas pour sacrifier des milliers de ses hommes, sa propre économie et investir tout ce qui est nécessaire en armements pour satisfaire son ego.

Dans ce contexte, et alors que l'aide militaire étrangère a considérablement diminué, à l'exception de celle des États-Unis, la nécessité pour la CI de se doter de chars plus modernes, plus puissants et plus efficaces, tels que le Leopard (allemand), l'Abrams A1 (américain) ou le Challenger 2 (britannique), entre autres, pour faire face à la dure contre-offensive attendue ce printemps, est passée au premier plan.

Après de nombreux chamailleries le président Biden a récemment décidé d'envoyer 31 chars de combat (l'équivalent d'un bataillon de chars ukrainien) et de faire pression sur son homologue allemand pour qu'il fasse un geste similaire et qu'il permette aux pays européens (Pologne et République tchèque, entre autres) - qui disposent de modèles de chars identiques ou antérieurs dans leurs forces - de les envoyer sans les restrictions contractuelles concernant leur utilisation en dehors du territoire européen.

Avant-hier, la décision a été prise et l'Allemagne fournira une compagnie de ces chars à l'Ukraine (une douzaine). Les Polonais et les Tchèques se préparent à donner un nombre non spécifié de chars dès que possible, tandis que le Royaume-Uni a fixé une date très rapprochée pour l'arrivée de ses chars. Même le Maroc, qui n'a rien à voir avec cet enterrement, a déjà envoyé une vingtaine de chars T-72 récemment modernisés sans trop d'histoires.

L'Espagne et notre président, spécialiste du marketing et de la vente de poudre aux yeux, face à la précipitation des décisions des autres et pour ne pas être à la traîne - comme il l'a fait, comme l'a démontré le fait de ne pas assister et de sous-estimer le sommet de Ramstein le 20, où l'on a discuté du soutien international à apporter - malgré l'opposition d'une partie du gouvernement et des partis qui le soutiennent au pouvoir, a changé ses refus répétés et ses justifications d'obsolescence et d'inopérabilité de la plupart de nos stocks de ce type, pour annoncer un soutien, indéfini dans tous les aspects tels que le modèle (il y en a plusieurs), la quantité, la récupération de son opérabilité, les délais de livraison, les pièces de rechange, la formation des équipages et du personnel de maintenance.

Il est clair que ces mouvements politiques ne font que vendre de la fumée, agiter l'opinion publique endormie, montrer une volonté de changer son image et de ne pas rester en queue de peloton ; ce qui, je le crains, sera finalement le cas, car tant d'air chaud et de gestes creux montrant de brusques changements d'opinion ne sont du goût de personne, surtout pas de nos alliés.

Quoi qu'il en soit, les machines de guerre sophistiquées d'aujourd'hui ne sont pas de simples jouets qu'il suffit de sortir et d'emmener sur le terrain sans des semaines d'entraînement, leur maintenance est difficile et sophistiquée, et les pièces de rechange ne sont souvent pas compatibles.

Mélanger autant de modèles dans le même panier entre des mains inexpérimentées peut signifier qu'ils seront tous hors service en peu de temps, à moins qu'ils ne soient correctement formés et qu'un soutien à la maintenance plus qu'adéquat ne soit maintenu sur place, comme l'exige la guerre - des éléments qui justifient la demande de Zelenski de concentrer le soutien sur le Leopard, le meilleur char disponible aujourd'hui.

Je crains que tout cet attirail ne demande trop d'efforts supplémentaires et trop de temps, un temps que l'Ukraine n'a pas, et que ce ne soit rien d'autre qu'un autre toast au soleil porté par la CI pour apaiser leur conscience malsaine et que certains politiciens, très proches de nous, y aient vu une belle occasion d'améliorer leur image personnelle en changeant soudainement d'avis.