Opinion

Europe, polarisation et démocratie libérale

Europa, polarización y democracia liberal   Nuria González Campañá  Se ha convertido ya en un lugar común afirmar que uno de los principales problemas a los que se enfrenta Europa es el deterioro o la erosión democrática en algunos Estados miembros. Sin duda, este retroceso no es exclusivo de países europeos, pero conviene que en estas líneas nos centremos en Europa.   Al hablar de erosión democrática, debemos concretar a qué nos referimos, porque la democracia entendida simplemente como el gobierno del pue

Il est devenu courant de dire que l'un des principaux problèmes de l'Europe est la détérioration ou l'érosion de la démocratie dans certains États membres. Cette régression n'est certes pas exclusive aux pays européens, mais il convient dans ces lignes de se concentrer sur l'Europe. 

Lorsque nous parlons d'érosion démocratique, nous devons préciser ce à quoi nous nous référons, car la démocratie, comprise simplement comme le gouvernement du peuple, continue d'être une valeur montante et une valeur en difficulté. C'est la démocratie libérale ou constitutionnelle, où le principe de la majorité ne prévaut pas sur toute autre considération, qui subit des revers. Supposer que la démocratie est simplement la règle de la majorité est une très mauvaise conception de celle-ci, et c'est également une conception étrangère aux efforts pacifistes et de recherche de consensus du constitutionnalisme européen d'après-guerre. La démocratie dont nous jouissons est tempérée par le respect des minorités, le pluralisme, la liberté des médias, la transparence des actions des autorités publiques et, surtout, leur soumission à la loi et au contrôle de tribunaux indépendants. Comme la Commission européenne l'a souligné à plusieurs reprises, il n'y a pas de démocratie sans État de droit. Ou, du moins, il n'y a pas de démocratie constitutionnelle. 

Nous savons que les démocraties peuvent mourir après des coups d'État, mais nous savons aussi qu'il existe des formes plus subtiles de dégradation. Lorsque les juges indépendants sont considérés comme des ennemis du peuple, lorsque la désobéissance est encouragée par le pouvoir et les médias pro-pouvoir, ou lorsque les opposants politiques se voient refuser la légitimité de s'exprimer librement, nos démocraties sont perverties. 

Il n'est pas anodin, pour l'avenir de l'intégration européenne, de se demander s'il est possible pour l'UE de survivre si l'érosion de la démocratie dans ses États membres se poursuit. Il est donc impératif de se pencher sur le renforcement des démocraties libérales dans les États membres. Levitsky et Ziblatt ont fait valoir que la polarisation politique extrême est l'une des principales causes de cette érosion. Bien que la population puisse soutenir la démocratie libérale, on nous dit que dans les pays fortement polarisés, où règne la colère et la rage, les électeurs sont prêts à sacrifier certains principes libéraux pour des intérêts partisans. Milan W. Svolik, se référant notamment à la Hongrie, explique que plus la polarisation politique est grande, plus il est facile pour les dirigeants illibéraux d'exploiter ces divisions, puisque leurs partisans accepteront (bien que de manière peu convaincante) des régressions démocratiques en échange d'empêcher l'opposition d'accéder au pouvoir et de mettre en œuvre leurs propres politiques. Différentes études montrent qu'au cours des deux dernières décennies, la polarisation a augmenté dans pratiquement tous les pays européens, à l'exception de la France, où elle était déjà très élevée et reste aux mêmes coordonnées. La tentation illibérale n'est pas seulement présente en Hongrie et en Pologne, mais menace de nombreux pays européens. 

Les raisons du rejet des postulats libéraux ne peuvent être trouvées exclusivement dans des questions matérielles ou d'inégalité, mais plutôt dans une crise culturelle, de valeurs ou spirituelle. Pendant des années, on a cru que la triade libérale, c'est-à-dire les principes du Conseil de l'Europe relatifs au respect des droits de l'homme, de la démocratie et de l'État de droit, suffisait à unir une société. Nous savons aujourd'hui que ce n'est pas le cas. Le libéralisme politique qui a prévalu dans de nombreux pays européens a manqué de contenu substantiel, ce qui a provoqué des inquiétudes dans de larges couches de nos sociétés. Comme l'explique David Goodhart, le manque de confiance dans les institutions qui représentent cette élite cosmopolite découle non seulement d'un sentiment de perte matérielle, mais aussi d'une anxiété culturelle. Krastev et Goodhart ont souligné que les principales lignes de partage en Europe ne sont plus les classes sociales, mais les aspects culturels de l'identité, les fameux "anywheres" contre "somewheres". L'esprit des sociétés modernes ("vivre et laisser vivre") ne suffit pas à faire vivre nos communautés, car il ne satisfait pas grand monde, même si la prédominance de ce discours dans l'espace public pourrait nous faire croire le contraire. 

Ce sont précisément les forces politiques illibérales qui rappellent aux Européens l'importance des valeurs déplacées telles que le patriotisme, l'identité nationale ou la religion. Bien sûr, nous avons affaire à des valeurs qui peuvent devenir excluantes, mais ce n'est pas forcément le cas. Comme le rappelle le professeur Weiler, il existe aussi une tradition noble et républicaine qui permet à l'individu de se sentir partie prenante de l'État sans tomber dans les tentations nationalistes ou autoritaires.

Pour que les démocraties libérales l'emportent, M. Krastev estime qu'il faut contrer les voix peu libérales en reprenant certaines des valeurs traditionnelles auxquelles de nombreux électeurs restent attachés. Ils devraient au moins bénéficier de plus d'espace dans le discours public. Il y a quelques années, Jonathan Haidt a mis en garde contre le danger politique de qualifier de racisme ou de xénophobie toute préoccupation concernant le multiculturalisme ou l'immigration. Lorsque les craintes et les angoisses d'une partie de la population sont ignorées ou ridiculisées, il ne faut pas s'étonner de la montée en puissance des seuls partis politiques qui y prêtent attention. Nous devons nous efforcer de pratiquer au sein de nos propres communautés les valeurs européennes dont nous sommes si fiers : la tolérance, l'ouverture et le pluralisme. Car comme le dit Ivan Krastev, plus important que le vote secret est la liberté d'exprimer ses idées publiquement, la liberté d'être vu et d'exprimer ce que l'on ressent. Le temps est peut-être venu pour nous, Européens, de prendre cela au sérieux. 

 
Núria González Campañá, chercheuse postdoctorale en droit constitutionnel européen, Université de Barcelone 
nuria.gonzalez@ub.edu