Opinion

Evergrande: Le "moment Lehman" potentiel de la China?

Evergrande logo

La crise du crédit du gigantesque promoteur immobilier Evergrande secoue les marchés financiers mondiaux. Evergrande est le deuxième plus grand de ce type en Chine, avec une dette massive de 300 milliards de dollars US. Comme l'a rapporté la presse, l'entreprise a du mal à payer les intérêts sur ses dettes, car elle n'a pas assez de liquidités provenant de ses actifs. Les investisseurs se précipitent vers la sortie en cas de défaut de paiement, ce qui provoque l'effondrement des cours des actions et des obligations d'Evergrande. À son tour, la liquidation a affecté les marchés boursiers et obligataires à l'échelle mondiale. Et pour cause, le "problème de contagion" est réel.

La débâcle d'Evergrande pourrait annoncer l'éclatement de la bulle immobilière en Chine, ce que l'on craint depuis des années déjà. Peut-être Evergrande n'est-il pas le seul à avoir des problèmes financiers, mais d'autres promoteurs immobiliers aussi ? Si et quand ce sera le cas, on peut s'attendre à ce que les ramifications pour presque toutes les industries soient d'une grande portée. Non seulement cela entraînerait un sérieux revers pour le cycle économique. La nécessité de liquider (ou de vendre) des projets de construction pourrait même provoquer une chute des prix de l'immobilier résidentiel. Ce qui, à son tour, pourrait trop facilement entraîner des défauts de paiement douloureux pour les banques.

Dans ce cas, il est fort probable que le marché du crédit s'assèche et que de nombreux emprunteurs se retrouvent soudainement dans une situation désespérée : en essayant de refinancer leur dette arrivant à échéance, ils devront faire face à des coûts d'emprunt nettement plus élevés ou ne trouveront plus de créanciers pour fournir le financement dont ils ont besoin de toute urgence. Comme de plus en plus de débiteurs ont du mal à assurer le service de leur dette, le boom du crédit se transforme en crise. L'économiste Murray Rothbard résume bien la situation. Il a écrit en 1973 :

"Comme le dopage répété d'un cheval, le boom est maintenu sur sa lancée et en avance sur son inévitable défaite par des doses répétées et accélérées du stimulant qu'est le crédit bancaire. Ce n'est que lorsque l'expansion du crédit bancaire doit finalement s'arrêter ou se ralentir fortement, soit parce que les banques sont en difficulté, soit parce que le public s'irrite de l'inflation continue, que la rétribution rattrape finalement le boom. Dès que l'expansion du crédit s'arrête, le joueur de cornemuse doit être payé, et les réajustements inévitables doivent liquider les surinvestissements douteux du boom et réorienter l'économie vers la production de biens de consommation. Et, bien sûr, plus le boom se prolonge, plus les mauvais investissements qui doivent être liquidés sont importants, et plus les réajustements qui doivent être faits sont pénibles." 

Et c'est ce qui devrait en fait inquiéter les investisseurs : le danger que la crise du crédit d'Evergrande soit le point de départ d'un nouveau resserrement mondial du crédit. La débâcle d'Evergrande pourrait servir à rappeler que le système économique et financier mondial est littéralement construit sur le crédit, alimenté par une énorme augmentation du crédit depuis début 2020. Si les investisseurs devaient s'inquiéter de la qualité de l'encours de la dette et perdre confiance dans la capacité et la volonté des emprunteurs d'assurer le service de leur dette, l'enfer se déchaînerait. Si et quand le flux de crédit se tarit, la consommation et l'investissement seront durement touchés, et les prix des actifs financiers risquent de baisser fortement.

La faillite de la banque américaine Lehman Brothers en septembre 2008 a entraîné un resserrement du crédit qui est devenu la plus grande crise financière et économique depuis la "Grande Dépression" de 1929-1933. La question clé est désormais la suivante : Le Parti communiste chinois (PCC) va-t-il intervenir et renflouer Evergrande ? D'une part, le PCC veut rendre l'économie moins dépendante du crédit, en poussant au désendettement de l'économie. D'autre part, permettre délibérément un événement de crédit "Evergrande" avec ses effets de contagion et d'entraînement incalculables pourrait se retourner contre lui sur le plan politique. 

Si les crises de 2008/2009 et de 2020 nous ont appris quelque chose, c'est ceci : la tempête d'une crise du crédit pourrait trop facilement se transformer en un ouragan susceptible de mettre l'économie et les marchés financiers à genoux ; et qu'un tel scénario serait inévitable sans l'intervention du gouvernement sous la forme d'une baisse des taux par la banque centrale, d'une augmentation de la quantité de monnaie et d'une souscription au risque de crédit. Dans ce contexte, si la tempête s'aggrave, il est raisonnable de penser que la CCP interviendra à un moment donné pour empêcher le pire - l'ouragan - de se produire.

Si les investisseurs en actions, en obligations et en logements peuvent trouver un soulagement dans une telle perspective, la vérité désagréable serait que les politiques inflationnistes vont s'intensifier non seulement aux États-Unis et en Europe, mais aussi en Chine. Tout sauvetage d'une crise du crédit par un gouvernement devrait reposer sur une augmentation considérable de la quantité d'argent, et une augmentation de la quantité d'argent se traduira par une hausse des prix des biens, qu'il s'agisse des prix à la consommation, à la production et/ou des actifs. Cela dit, le système économique et financier surendetté ouvre en fait la voie à une hausse des prix.

On ne peut écarter d'emblée la possibilité qu'Evergrande devienne le "Lehman de la Chine" du moment. Dans le même temps, une telle issue malheureuse pourrait être évitée, ou du moins contenue, par un renflouement rapide et déterminé par le PCC qui mettrait en marche les presses à imprimer électroniques de la Banque populaire de Chine. Quoi qu'il en soit, les investisseurs pourraient vouloir se protéger contre le risque que les banques centrales du monde entier aient de plus en plus recours à l'inflation pour éviter un effondrement de la pyramide de crédit qu'elles ont construite au cours des dernières décennies.

L'or et l'argent physiques viennent à l'esprit. Le pouvoir de la valeur d'échange de ces métaux précieux ne peut être réduit par la politique monétaire. Et ils ne comportent pas non plus de risque de défaut ou de contrepartie. En particulier pour les investisseurs orientés vers le long terme, détenir de l'or et de l'argent physiques dans le cadre de leur portefeuille de liquidités devrait s'avérer payant, car, dans les années à venir, on peut s'attendre à ce qu'ils réduisent les risques et augmentent le rendement. La débâcle actuelle d'Evergrande peut ou non être surmontée facilement. Dans tous les cas, elle doit être considérée comme une sorte de précurseur de ce que le système monétaire mondial fondé sur le crédit nous réserve encore.