Opinion

Gouvernement et État

Gobierno versus Estado

Le Premier ministre Pedro Sánchez Pérez-Castejón a commencé ses vacances d'été au palais La Mareta à Lanzarote. La troisième semaine, il retournera dans le parc national de Doñana, dans le sud de l'Andalousie. Le tout gratuitement. Et, sans doute, bien mérité pour un serviteur du peuple qui a tenu ses promesses. Dans l'une de ses apparitions télévisées à la Maduro, il a qualifié son administration d'exceptionnelle, à commencer par la médaille d'or de la vaccination. Les régions autonomes ne sont-elles pas celles qui ont vacciné ? Non. Le président lui-même est le premier praticien de la nation. C'est dommage qu'il ne l'ait pas emmené concourir à Tokyo. Il aurait été une centrale électrique comme Michael Phelps. Imbattable.

Aux États-Unis, il a insisté sur le fait qu'il tient sa parole alors que l'opposition ne fait que crier... férocement. Ils ne le connaissent pas là-bas et ici il est de plus en plus méconnaissable chaque soir. Depuis trente-sept mois de lagos, nous ne pouvons nier qu'il est devenu un grand homme d'action pour exécuter le contraire de ce qu'il avait promis. Rappelez-vous la cruauté des archives des journaux : (" Je ne serai pas d'accord avec Podemos, ni avec Bildu, ni avec les séparatistes ; dépolitisation de TVE et de la Justice et je ne pardonnerai pas aux putschistes "). Avant de partir pour les îles Canaries, il a donné un ordre précis à ses négociateurs en chef - ce ne sont pas des ministres, juste des fonctionnaires sans opposition. Qu'ils doivent accélérer les 56 compétences pour la Catalogne et les 16 urgentes pour le Pays basque afin que "l'automne ne soit pas chaud".  En échange de quoi ? En échange de rien. Il aurait pu implorer la loyauté institutionnelle. Même pas ça.

Pour l'instant, il a injecté 1,7 milliard dans la Generalitat de Catalogne pour agrandir et gérer l'aéroport d'El Prat et recevra 800 millions de plus pour augmenter les Mossos d'Esquadra (l'armée de libération nationale du duo Aragonais-Puigdemont). Il a confié la surveillance des côtes à la police régionale - la ligne de front pour le débarquement des mafias et le blanchiment d'argent - et s'est engagé, comme le demandait Colau, à expulser la police nationale et la Guardia Civil de la Via Layetana. En d'autres termes, il a confié le territoire à l'ERC-Junts afin qu'ils puissent donner le coup de grâce le plus rapidement possible, en s'associant avec des moyens et des outils suffisants pour accélérer le processus séparatiste. Avec les MIR, il va briser les soins de santé publics. Casado menace de le reprendre. Lors du prochain sommet bilatéral, ils s'approprieront les Cercanías, -alors que Renfe n'atteint pas Extremadura-, les bourses d'études, le revenu vital minimum ; ils élimineront la langue espagnole comme Borrás l'a déjà fait au Parlement et ils obligeront Sánchez à promulguer l'amnistie anticonstitutionnelle et le référendum illégal et définitif. 

Gobierno versus Estado

Le repos olympique... du guerrier

En 43 ans de démocratie, nous n'avons jamais vu une telle reddition inconditionnelle aux ennemis de la Constitution. Le pire est encore à venir car après la rencontre à La Moncloa avec Pere Aragonés, notre visionnaire César a promis de ne pas plaider avec le Govern et de ne pas porter les agressions séparatistes au SC ou au TC. Je suis sûr qu'il l'accomplira. Les avocats de l'État - je veux dire, les avocats du gouvernement - travaillent déjà à la légalisation de la garantie de l'Instituto de Fi(n)anzas devant la Cour des comptes afin que nous puissions tous payer (exceptionnellement) les condamnations pour détournement de fonds des auteurs du coup d'État 1-0. L'exceptionnalité deviendra une loi d'habilitation et ils pourront prendre d'assaut le ciel avec notre propre argent. Coût économique et politique nul. 

Le bureau du procureur général avec Lola Delgado à sa tête a été délégitimé. Une institution qui touche cet homme, une institution qui coule. Le repos du guerrier olympique... deviendra un cauchemar en septembre. Parce que ce président vit dans sa propre bulle, que ce soit en Espagne, en Europe ou en Amérique. Notre position à Cuba, au Venezuela, au Pérou, au Nicaragua et en Bolivie est aussi lâche, aussi mesquine et aussi peu démocratique qu'avec l'Algérie et le Maroc. Ensuite, ils sont les champions de la défense des droits de l'homme. Et les libertés. Le silence des Cubains de Patria y Vida après les manifestations du 11 juillet et l'humiliation qu'ils ont fait subir au roi Felipe VI lors de l'inauguration de Pedro Castillo - les menaces de mort et les exils ont déjà commencé - confirme que ce gouvernement n'a pas de politique étrangère, ni avec González Laya ni avec Albares Bueno. Sánchez est tout.

Et Washington le sait. C'est pourquoi son voyage aux États-Unis a été un échec. Les investisseurs veulent des garanties que l'Espagne restera un État de droit. Avec un gouvernement socialo-communiste qui ne pense qu'à taxer les fonds vautours et les contribuables jusqu'à la confiscation, et à tuer la réforme du travail qui était l'une des rares choses sérieuses que Rajoy nous a laissées, je ne pense pas que Hollywood choisira notre pays comme meilleur décor pour le cinéma et la télévision. Nous étions déjà une puissance cinématographique sous le régime de Franco, avec les studios Bronson à Madrid et le Wild West de Clint Eastwood à Almería.

Maintenant nous savons pourquoi Ivan a été tué. Il n'a besoin de personne car il est le seul acteur. Il ne dialogue pas, il monologue. Le président pense, écrit, joue, redécore, illumine, met en scène et interprète la politique à sa manière. Apropos de rien, comme dirait Woody Allen. Il est le plus grand, le plus fort, le plus beau et celui qui arrivera à briser l'Espagne avant les Catalans et les Basques eux-mêmes. Avec ce dernier mouvement de Castellana 3, la ministre et porte-parole, Isabel Rodriguez, avec sa "réunion positive" a ouvert grand la porte à la sécession. Le président affirme qu'il ne fait que respecter le statut - une règle à laquelle le gouvernement catalan ne croit pas - et, de plus, il paie toujours en espèces et sans reçu, comme l'ont fait Negrín et Largo Caballero, ses idoles révolutionnaires des années 30, avec l'or de Moscou et le pillage de la Banque d'Espagne. Pour les séparatistes Giró et Villagrà, toutes les concessions semblent insuffisantes. Le nationalisme est une addiction plus dangereuse que les drogues de synthèse qui se termine toujours par le suprémacisme nazi. Pour l'instant, le repos de notre président dans les possessions du patrimoine national ne doit être interrompu par rien ni personne. Il vit dans sa bulle de Monclovite et son Falcon tandis que nous, les Espagnols ordinaires, continuons à porter nos problèmes sur nos épaules.

Gobierno versus Estado

Le gouvernement le plus vert et le plus féministe

Le changement de gouvernement permettra de faire face à une nouvelle période de transformation, de résilience, de durabilité, de vert et de féminisme. Avec la manne des fonds européens comme chantage aux régions autonomes. Mais Pedro Sánchez a déjà menacé à Salamanque, lors de la conférence des présidents, de rester le maître du destin de l'argent miraculeux de Bruxelles. Et puis le ministre des finances, MJ Montero, a ajouté : il pourrait effacer la dette des avances et des arriérés de TVA aux régions autonomes et aux conseils locaux s'ils nous soutiennent dans le PGE/22. La Catalogne a dit oui, car sur les presque 4 700 millions, elle a déjà reçu 1 084 millions. Dire oui au médecin, c'est le perpétuer au pouvoir jusqu'en 2030.

Le président médaillé profite de ses vacances d'été après avoir excité son militantisme avec une lettre explosive dans laquelle il oublie les grâces mais accuse l'opposition (PP, Vox et Ciudadanos) de ne pas avoir accédé à ses demandes de changement de CGPJ, de son manque de soutien pendant la pandémie, de rejeter l'état d'alarme de la Cour constitutionnelle et de torpiller ses politiques impériales chargées non pas d'avenir, mais de mensonges. 

Nous serions injustes si nous n'appréciions pas la baisse de l'emploi en juillet. Logique pendant la saison estivale. Nous sommes tombés si bas en l'an 20 que toute hausse est une consolation. Mais ce n'est pas suffisant. Nous sommes toujours au-dessus de 4,5 millions de chômeurs sans compter les ERTES. Le COVID nous place une fois de plus en tête de la liste des personnes infectées et décédées (130 lundi dernier) ; la dette et les dépenses publiques frisent l'indécence. 235 milliards d'euros pendant les 1130 jours du mandat de Frankenstein et une dette de 1,4 trillion d'euros (125% du PIB). 

Isabel Rodríguez García

Les ventes de voitures - le baromètre le plus fiable des performances d'un pays - ont chuté de 29 % en juillet. Et le tourisme étranger a chuté de 75 %. Et les squatters encouragés par le gouvernement Les ménages sans aucun revenu approchent les 1,5 million et les files d'attente pour la faim à Caritas et à la Banque alimentaire ont augmenté de 60 % depuis mai de l'année dernière.ociales et communistes ont quintuplé au cours des trois dernières années. Le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande Marlasca, continue de protéger les membres de l'ETA et, à ce jour, on ignore s'il empêchera le sanguinaire Henri Parot (26 condamnations, 82 meurtres, 4 800 ans de prison) d'être honoré à Mondragón en septembre prochain. Le PNV a ramassé les noix du sommet de Salamanque (transfert de trois nouveaux impôts d'une valeur de 500 millions d'euros) et Urcullu a posé sur la photo officielle comme s'il était un héros. L'absence d'Aragonés en vacances à Genève, en Suisse, pour rendre visite à la fugitive Marta Rovira, révèle que les déloyaux et les ennemis de la Magna Carta sont la priorité du grand timonier socialiste. Comme il est le "maître de la ferme", il a déjà offert à l'ancienne vice-présidente Carmen Calvo la présidence du nouveau PSOE. Un autre Congrès truqué. 

Et qu'en est-il de la pauvreté énergétique ? Les archives du journal sont au courant du hochet du PSOE et de l'UP contre le gouvernement de Rajoy. Nous avons le kilowatt/heure le plus cher de l'histoire (près de 110 euros) et l'alternative est de mettre la machine à laver en marche à deux heures du matin. Ce n'est pas la faute de l'Europe, comme le soulignent Nadia Calviño et Teresa Ribero, mais le manque de volonté politique des gouvernements espagnols pour éliminer l'énergie nucléaire. Nous avons été écartés de la construction des nouvelles centrales nucléaires de quatrième et cinquième génération - avec une sécurité quasi totale - et nous nous retrouvons avec des broyeurs arrêtés par manque d'air. La panne d'électricité survenue en France à la fin du mois, qui a plongé dans le noir 1,5 million de foyers et d'industries en Catalogne, à Madrid, en Aragon et en Castille-et-Léon, montre que les factures d'électricité et de gaz - principalement dans les groupes catalans - ne cesseront d'augmenter, tandis que la pauvreté énergétique sera payée par les personnes habituelles. 

Belarra, Montero et Sánchez ne sont plus préoccupés par le froid ou la chaleur. Seulement, comme de bons communistes, ils sont inconscients de la réalité. Pour l'oublier si possible. Alors que Podemos uni veut dynamiter les réservoirs pour être franquiste, -ils finiront par démolir l'aqueduc de Ségovie pour être romain et impérialiste- les socialistes et populaires de CL-M continuent d'affronter les populaires et socialistes de la Communauté valencienne et d'Almeria pour un transfert d'eau qui laisse les riverains sans eau. Cette guerre de l'eau a été déclenchée par ZP, après le retrait des troupes d'Irak, en abrogeant le plan hydrologique national. Qu'est-il arrivé aux usines de dessalement, Mme Narbona ? Plus d'inégalité socialiste ou plus d'inégalité à plusieurs niveaux.

Être si écologique, si vert et si durable nous coûtera désormais un tiers de notre salaire et la moitié de nos pensions. Le reste sera saisi par les politiques de genre et d'égalité.

Gobierno versus Estado

Suspensions à plusieurs niveaux

Quand j'étais jeune, le socialisme était l'égalité, le socialisme était la liberté. Et qu'en est-il du communisme... Voici une information que j'ai obtenue de Miami. Un ouvrier dans les années 58 à Cuba gagnait 40 fois plus qu'un ouvrier aujourd'hui. Vive la Révolution ! Vive les Castro et Che Guevara ! Selon Sánchez - Dieu merci - Cuba n'est pas une démocratie. Et c'est là où nous en étions quand, un an et demi après leur arrivée au pouvoir, les partis populaire et centriste ont rendu publics des audits croustillants où les socialistes ont installé des chiringuitos avec des salaires de millionnaires tandis que le PER gardait le vote des moins nantis. Même le PRI mexicain n'est pas allé aussi loin dans ses 100 premières années. Ni Chaves ni Griñán - déjà condamnés - ni Susana Díaz, la nouvelle sénatrice, n'étaient au courant de cette corruption permanente. Et la pauvre Juanma Moreno n'a pas pu vendre un tel pillage dans la presse publique ou privée. Ils auront toujours El Mundo et Bahía de Ítaca.

Les médailles de Sánchez ont considérablement augmenté cette année avec la loi Celaá. Au lycée Félix Rodriguez de la Fuente de Séville - l'ami Félix joue toujours au paradis avec l'ours en peluche Ursa Major - ils ont réussi l'exploit de l'égalité maoïste : faire passer à un élève les huit matières qu'il a échoué l'année précédente. Et sans assister aux cours. Sa mère a protesté et le personnel de l'école, les enseignants, la direction, l'inspection et le ministère régional de l'éducation, aux mains de Javier Imbroda Ortiz, ont détourné le regard. Les enseignants qui ont changé d'avis disent l'avoir fait "pour éviter les problèmes". La doctrine rajonienne. 

S'ils étaient disqualifiés professionnellement et économiquement pendant un mois, aucun d'entre eux ne recommencerait. Dans le sillage de ce scandale protégé par la maudite LOMLAE, l'exemple s'est répandu dans plusieurs écoles de Guadalajara et de Valence et dans les modules de formation professionnelle, tous approuvés. Un hourra docteur président, pour l'effort et l'égalité des chances ! Un exemple de votre copier-coller de thèse de doctorat.  Et, comme si cela n'était pas suffisant pour voir en plénitude une Espagne décadente qui bâille et fuit en même temps, maintenant, précisément maintenant, nous assistons avec stupéfaction à la fixité sans opposition de milliers et de milliers d'intérimaires depuis plus d'une décennie. 

Puis, de l'indifférence et de l'oubli - grâce à Internet - nous avons vu à l'Université de Barcelone, condamnée par le Tribunal Contentieux-Administratif de Catalogne pour manque de neutralité idéologique dans le processus séparatiste, - pour avoir soutenu les putschistes - que le professeur Ricardo García Manrique est insulté et craché dans le cloître comme fasciste et colon. Nous nous rapprochons de plus en plus de la troisième vague de la nuit du verre brisé.  Le nouveau recteur est resté silencieux comme un malheureux. Des dizaines de professeurs de toute l'Espagne ont exprimé leur solidarité avec ce scandale nazi et seulement deux professeurs catalans : Chantal Moll, de l'UB même, et Isabel Fernández, professeur titulaire à l'UAB. García - qui est d'ailleurs le nom de famille le plus répandu en Catalogne - est déjà une "peste". Civilement, il est mort.  Bien entendu, ni le ministre des universités, ni le président du gouvernement, ni le PSOE n'ont dénoncé cette agression. Sánchez n'a pas non plus défendu l'émérite contre les attaques féroces du ministre Belarra - qui n'a pas expliqué le "nani" de la marquise de Galapagar ou les boîtes B de Unidas Podemos dans tous les cercles d'Espagne - alors que le président s'entretenait avec le roi dans sa résidence Miravent de Palma de Majorque. C'est l'Espagne à plusieurs niveaux, la co-gouvernance fédérale, la Nation des nations qui nous attend à l'automne.

Gobierno versus Estado

Guerre fratricide à droite

Ce fut une quinzaine intense au cours de laquelle nous n'avons manqué de rien. De nouveaux bateaux en provenance du Maroc pour envahir les îles Canaries, des agressions et encore des agressions contre nos villes de Ceuta et Melilla, des recommandations de nos partenaires européens et nord-américains de ne pas voyager en Espagne, COVID -19 sur la crête de la cinquième vague et le point culminant : l'Assemblée de Ceuta déclarant par un vote majoritaire le leader de Vox, Santiago Abascal, persona non grata. Grâce, il faut le dire, à l'abstention du PP. Une proposition du MDyC (Mouvement pour la Dignité et la Citoyenneté) instiguée par le socialiste Manuel Hernández, qui a tendu un piège au pardillo populaire Juan Jesús Vivas. Inés Arrimadas et Cayetana Álvarez de Toledo ont été les seules voix à soutenir Abascal. Casado est resté silencieux, comme toujours dans les moments où il faut montrer son visage, et le secrétaire général Teodoro García Ejea a soutenu Vivas par téléphone. Vox s'est mis en garde et conditionnera ses votes à Madrid et Murcia. L'Andalousie pourrait avancer les élections à cause de ce dommage collatéral. N'ont-ils pas encore compris que pour battre Sánchez, ils ont besoin de l'aide de VOX ? Ont-ils oublié le Pacto del Tinnel et les cordons sanitaires des nationalistes et du PSOE en Catalogne ? Bien sûr, Santiago Abascal reviendra à Ceuta et Melilla pour défendre les intérêts des Espagnols contre le Maroc, comme il l'a fait lors de l'invasion de juin dernier. Le désaccord Casado-Abascal est le meilleur mur virtuel que Sánchez puisse construire pour empêcher un assaut sur son fief de La Moncloa. Les poursuites engagées contre le dernier chef de l'Intérieur du PP (Fernández Díaz) pour avoir espionné Bárcenas excluent María Dolores de Cospedal, bien qu'elle ait fréquenté des entreprises peu recommandables telles que celle de Villarejo. Les condamnations des actualités ne sont plus pardonnées par personne. Je suis heureux pour elle. 

Gobierno versus Estado

Pour finir de brouiller le champ politique vient de l'est le magicien Ximo Puig, le népotiste méditerranéen avec ses frères, cousins et copains pour exiger que les riches de Madrid paient plus d'impôts. Les plus riches de Valence paient-ils plus pour niveler les habitants d'Alicante et de Castellón ? Un type qui inclut le Marché de la ville de Turia parmi les biens culturels et le patrimoine des Països catalans, un dilapidateur de l'argent public, un type qui ne poursuit pas les abus dans les centres pour mineurs dont s'occupe son gouvernement, un politicien qui maintient les impôts les plus élevés d'Espagne après la Catalogne, ne mérite que d'avertir ses concitoyens de ne plus voter pour lui.  Dieu merci, Isabel Isabel Díaz Ayuso lui a donné une recette gratuite : baissez les impôts et vous récolterez plus. 

Remplir

Le président reviendra au Palais comme il en est parti : en mentant et en assurant qu'il a réalisé 32% de son programme ; en réalité il ne gouverne que pour la moitié de l'Espagne, curieusement pour les partenaires déloyaux à la Loi des Lois. Le chef de gouvernement le plus mal noté par ses citoyens dans toute l'Union européenne profitera de son occurrence "à plusieurs niveaux" pour discréditer et délégitimer davantage nos institutions. Il a déjà renoncé à défendre au Parlement européen la langue espagnole dont les tribunaux ont ordonné l'enseignement, au moins à 25% dans les salles de classe. En Catalogne, seules trois écoles nationales respectent cette règle. La rue a perdu le respect pour Sánchez. Ses dernières huées ont eu lieu à Salamanque. C'est la réponse logique de son action-réaction parce qu'il nous traite, nous les citoyens, comme si nous étions des sujets ou des militants socialistes. Personne ne va-t-il élever la voix au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol face à l'asymétrie, l'inégalité, l'inégalité et l'injustice que ce politicien sans scrupules et sans principes est en train d'organiser ? Personne, j'en ai peur.

Nous sommes contre la "tyrannie des minorités" qui soutiennent chaque jour un peu plus Sánchez à La Moncloa - il se fiche de la rue - parce qu'il nous rapproche de l'abîme de l'instabilité. Ses appels à l'unité devant les présidents des régions autonomes constitutionnalistes ne durent que cinq minutes. Ensuite, pour les discréditer et les insulter. Comme il le fait avec l'opposition. Allons au parti unique, sans famille, ni municipalité, ni syndicat. Sánchez s'est mis à genoux devant le séparatisme. Le gouvernement contre l'État. Nous voyons des choses que nous ne pourrions pas croire. Vivons-nous à Orion ? Ainsi, il n'y aura pas de récupération pour rattraper le temps perdu à cause de la pandémie. Beaucoup de gens sont déjà à la traîne, le Président. Vingt jours sans nouvelles de Dieu Pierre est un soulagement pour l'âme. 

Julio nos ha traído dos buenas noticias

Le mois de juillet nous a apporté deux bonnes nouvelles : le Paseo del Prado et le Retiro de Madrid sont devenus des sites du patrimoine mondial. C'est bon pour tout le monde. Et l'année jubilaire des Xacobéens est de bon augure pour nous.  Heureusement, il nous reste la famille royale. Les applaudissements des gens du peuple à Santiago, Salamanque et Palma de Majorque nous réconcilient avec la Transition démocratique. En cette année sainte à Saint-Jacques-de-Compostelle, Felipe VI a demandé la protection de l'apôtre saint Jacques - nous en avons besoin - et a revendiqué la couronne comme un pont de continuité entre le passé, le présent et l'avenir de notre nation et de l'Europe.  Unité, solidarité et concorde. Trois mots qui sont plus urgents et nécessaires que jamais pour la coexistence. Bonnes vacances sans inondations, grêles et incendies.

Antonio REGALADO dirige BAHIA DE ITACA :
aregaladorodriguez.blogspot.com.