Opinion

Ils vivent !

Columbus Day

Après plus de 48 heures en observation médicale, les ministres d'Unidas Podemos qui font partie du gouvernement présidé par Pedro Sánchez sont désormais hors de danger. Les médecins leur ont sauvé la vie après des efforts titanesques pour arracher leurs âmes pures à la faux de la Faucheuse.

La formidable surexcitation à laquelle les ministres de la coalition d'ultra-gauche ont été soumis le matin du 12 octobre a dépassé l'imagination, au point que l'équipe médicale habituelle a craint le pire pour une date aussi importante : la fête nationale espagnole, le 529e anniversaire de la découverte de l'Amérique et la fête de la Virgen del Pilar, patronne de la Guardia Civil - trop pour le corps !

Aux événements mentionnés ci-dessus, il faut ajouter le moment d'émotion particulière où le roi Felipe VI - vêtu de l'uniforme de capitaine général de l'armée espagnole - a effectué un salut militaire sur le Paseo de la Castellana à Madrid devant toutes les hautes autorités présentes. L'accumulation de circonstances excitantes a atteint une telle extrémité qu'elle a presque freiné le passage des ministres de Podemos unis sur Terre et a fini par les faire asseoir les fesses sur les sièges moelleux de leurs bureaux.

Día de la Hispanidad
PHOTO/MOD - Le ministre de la consommation, Alberto Garzón, a voulu montrer son énorme respect pour ce que représente la fête nationale espagnole et semble chercher un mouchoir pour essuyer ses larmes d'émotion.

Mais il y a plus. Rien de moins que la vue, de très près, de la scintillante Toison d'or portée par Felipe VI, le salut de la reine Leticia et celui de l'Infante Sofía. Tout cela a provoqué une excitation si débridée que la deuxième vice-présidente et ministre de l'Emploi, Yolanda Díaz, et les ministres Alberto Garzón (Consommation), Ione Belarra (Droits sociaux) et Irene Montero (Égalité) ont dû faire de gros efforts pour ne pas tomber en arrière et se blesser gravement à la colonne vertébrale.

Il semble que le ministre Alberto Garzón ait été tellement impressionné par le salut martial du roi Felipe VI qu'il était sur le point d'embrasser le monarque avec effusion. Mais il s'est retenu. Celle qui a été paralysée par les éclairs de la Toison d'or est la ministre de la Justice, la socialiste Pilar Llop, qui, après avoir reçu le salut royal, est restée immobile, comme Don Tancredo. Il donnait l'impression erronée d'être une rebuffade, alors qu'en réalité il ne s'agissait que d'une sorte d'étourdissement momentané à supporter debout. 

El rey Felipe VI a su llegada a la parada militar del 12 de octubre. El presidente Pedro Sánchez en la modalidad de “firmes espatarrao”: piernas abiertas y ligeramente arqueadas, pies en paralelo y brazos alicaídos a lo largo del cuerpo
PHOTO/MOD-Marco Romero - Le roi Felipe VI à son arrivée au défilé militaire du 12 octobre. Le président Pedro Sánchez dans le style "firmes espatarrao" : jambes ouvertes et légèrement arquées, pieds parallèles et bras tendus le long du corps.
Excitation excessive lors du passage de la Légion

Après les salutations officielles et avec les autres membres de l'exécutif, les ministres se précipitent vers les deux tribunes ministérielles installées de part et d'autre de la loge royale. Un groupe était dirigé par le président Pedro Sánchez et l'autre par la première vice-présidente et ministre de l'économie, Nadia Calviño. Assis, maintenant calmes, respirant l'air frais, ils se sont préparés à regarder la cérémonie militaire qui allait suivre avec de l'émotion dans l'air.

Ils ont d'abord assisté avec admiration à l'atterrissage devant leur nez d'un parachutiste de l'armée de l'air portant un grand drapeau espagnol. Il semble que les ministres assis à côté du président du gouvernement aient applaudi et crié "oootra, oootra, oootra !". Les membres du groupe de Nadia Calviño ont été tentés de crier la même chose, mais un regard de la vice-présidente les a fait renoncer.

Le point culminant de leur surexcitation est atteint lorsqu'ils voient défiler à quelques mètres de là un flot ininterrompu de drapeaux espagnols, la marche martiale de plus de deux mille soldats des gardes terrestres, maritimes, aériennes et civiles, fusils à l'épaule et baïonnettes tirées... de celles qui piquent. Et les légionnaires de l'ancien Tercio de Extranjeros, avec leur chèvre et tout. Et les capitaines de compagnie s'exclamant Viva España ! alors qu'ils passent devant le Roi. Et toute l'unité a répondu à l'unisson par un assourdissant Viva ! Ils étaient stupéfaits.

De izquierda a derecha, los ministros Grande-Marlaska (Interior), Escrivá (Seguridad Social), Robles (Defensa), Montero (Igualdad) y Albares (Exteriores) instantes antes de aplaudir al paso de las unidades militares a pie
PHOTO/MOD-Marco Romero - De gauche à droite, les ministres Grande-Marlaska (Intérieur), Escrivá (Sécurité sociale), Robles (Défense), Montero (Égalité) et Albares (Affaires étrangères) applaudissent au passage des unités militaires à pied.

Une ministre était sur le point de lancer un bouquet d'œillets, mais ses compagnons l'ont arrêtée. "Ne fais pas ça, la chèvre va les manger et tu vas faire mauvaise figure devant Pierre", ont-ils crié. Plus tôt, ils ont vu des avions et des hélicoptères les survoler. Et au sol, un petit nombre de véhicules sont passés avec des canons et des mitrailleuses, le genre qui tire des obus qui font mal. "C'est cool ! Nous devrions demander à Margarita de nous donner un avion et un char pour chaque ministère". " Taisez-vous, ils polluent et nous sommes censés être contre eux.

Sur le plan sonore, ils ont écouté avec la plus grande attention et même les larmes aux yeux l'hymne national pendant le hissage du drapeau, les strophes de la chanson "La mort n'est pas la fin" et la touche de prière. Pour éviter les frayeurs et les évanouissements, l'escadron acrobatique "Eagle" de l'armée de l'air a survolé leurs têtes au moment précis où il y a eu une volée de fusils en l'honneur des morts de tous les temps pour l'Espagne. 

On dit que dans les deux tribunes réservées au gouvernement, les voix de "Je voulais être soldat, mais on m'a recalé aux tests". Ne le dis à personne, je prends le risque". Un autre : "J'ai eu un prétendant dans la marine, mais j'ai préféré un intellectuel antifasciste". Un ministre a murmuré quelque chose du genre "Je suis impatient de parader au pas de l'oie". Mais il n'y a aucune garantie que tout ce qui précède soit vrai. Heureusement, le direct de la télévision espagnole n'a pas montré un seul plan des tribunes gouvernementales, ce qui a empêché les téléspectateurs de pouvoir percevoir la satisfaction jaillissante des ministres, parfois à peine contenue.

El paso de la Legión arrancó los mayores aplausos y vítores del público que presenciaba el desfile en directo. También de los ministros, en especial de Unidas Podemos, fervientes admiradores del Tercio de Extranjeros
PHOTO/MOD-Marco Romero - Le passage de la Légion a suscité les plus forts applaudissements et les acclamations du public qui suivait le défilé en direct. Des ministres également, notamment de Unidas Podemos, fervents admirateurs du Tercio de Extranjeros.
Las corsarias est un pasodoble féministe

On m'assure que la deuxième vice-présidente, Yolanda Díaz, a failli fondre en larmes au son de la chanson "Banderita". Il semble qu'elle ait même fredonné "banderita tu eres roja, banderita tu eres gualda...", un morceau de musique tiré de la pièce comico-lyrique "Las corsarias", qui date de 1919 et raconte l'histoire d'un bateau pirate dont l'équipage est exclusivement féminin. "Ne le crois pas Yoli, ils lui ont chuchoté à l'oreille. En réalité, il s'agit d'un pasodoble féministe dont le véritable couplet est "feminista tu eres roja, feminista tu eres malva...". 

Le ministre des Universités, Manuel Castells, n'était pas présent à la parade militaire. Apparemment, il n'a pas jugé sa présence opportune compte tenu de sa très haute stature intellectuelle, à des années-lumière du reste des humains présents sur place. Mais il y a des divergences d'opinion. Certains disent qu'il s'est mis en colère et que c'était la raison de son absence.

El Felipe VI saludó uno a uno a todos los  altos cargos de la nación. De rojo, la secretaría de Estado directora del Centro Nacional de Inteligencia, Paz Esteban, y la secretaria de Estado de Defensa, Esperanza Casteleiro
PHOTO/MOD-Marco Romero - Felipe VI a salué un par un tous les hauts responsables de la nation. En rouge, la secrétaire d'État et directrice du Centre national de renseignement, Paz Esteban, et la secrétaire d'État à la Défense, Esperanza Casteleiro.

Il voulait s'habiller en légionnaire, porter le premier bouton de sa chemise déboutonné pour montrer qu'il est un homme avec des poils sur la poitrine et parader avec un volume de l'Enciclopedia Universal Ilustrada Espasa-Calpe sur l'épaule. Mais on le lui a déconseillé. "Manolo, tu n'es pas à la hauteur, et à 79 ans, tu n'es pas à la hauteur". Mais c'est juste que... ! C'est pas ça ou quoi que ce soit, tu n'es pas assez vieux, c'est tout ! Alors je n'y vais pas, allez !". Est-ce vrai ou est-ce un sophisme ?

Un dernier détail. Le président Pedro Sánchez, à la tête du gouvernement depuis plus de trois ans, a inventé une nouvelle forme de position de fermeté. Elle diffère de celle qui prévaut dans les armées du monde entier et qui est enseignée dans les cours de gymnastique et d'éducation physique dans les écoles publiques, subventionnées par l'État, de toute l'Espagne. C'est celle qui remonte à l'époque romaine et qui est pratiquée même par les enfants.

El ministro de Universidades, Manuel Castells no asistió al desfile del 12 de octubre. Al parecer, se enfadó porque quería vestir de legionario y desfilar con un tomo de la Enciclopedia Ilustrada Espasa-Calpe sobre el hombro
PHOTO/EFE - Le ministre des Universités, Manuel Castells, n'a pas assisté au défilé du 12 octobre. Apparemment, il s'est mis en colère parce qu'il voulait s'habiller en légionnaire et défiler avec un volume de l'Enciclopedia Ilustrada Espasa-Calpe sur l'épaule.

Elle consiste à garder les jambes ouvertes - de manière à ce que l'on voit bien qu'elles sont ouvertes - et légèrement arquées, les pieds parallèles et les bras tendus le long du corps. Bien que la présidence du gouvernement ne le confirme ni ne l'infirme, la nouvelle modalité semble être en passe d'obtenir un enregistrement officiel auprès de l'Office espagnol des brevets et des marques sous le nom de "firmes espatarrao".