Opinion

L'économie mondiale post-COVID

Atalayar_Tiendas cerradas Ankara

Alors que la fin officielle de la pandémie approche, nous commençons à détecter un intérêt croissant pour ses conséquences économiques au niveau mondial. Cette préoccupation est bienvenue après de nombreux mois présidés par un faux débat entre vie et économie. La crise économique dans laquelle nous sommes plongés (causée en grande partie par la gestion lamentable de la pandémie par la plupart des gouvernements) présente des caractéristiques différentes des crises classiques causées par la dépression de l'offre ou de la demande globale. La paralysie de l'économie n'est pas due aux problèmes macroéconomiques bien connus, mais à une décision politique qui a affecté une grande majorité des secteurs productifs.

En termes quantitatifs, la contraction de l'économie mondiale dépasse même celle de la crise de 2008. Le FMI a même chiffré la baisse du PIB mondial à 3 points pour chaque mois d'enfermement. En ce sens, il est essentiel d'accélérer les campagnes de vaccination afin de revenir à la normale le plus rapidement possible. Dans le scénario actuel, les semaines comptent.

Pour l'avenir, il est évident que les politiques économiques doivent être spécifiquement conçues pour contrecarrer les effets négatifs de la pandémie. A priori, il existe des éléments favorables par rapport aux crises précédentes. Fondamentalement, le fait que la capacité productive n'a pas disparu, elle a été immobilisée. Cela permettra des taux de croissance importants à court terme, mais il ne faut pas oublier la disparition d'unités productives dans divers secteurs, qui doit être prise en compte de manière prioritaire.

En revanche, ce problème peut être compensé si des mesures appropriées sont adoptées pour promouvoir des secteurs tels que les nouvelles technologies, la vente en ligne, etc. Les habitudes de consommation vont changer à court terme, même si à moyen terme il est risqué de se prononcer sur la cohérence de ces changements.

En tout état de cause, le devoir des hommes politiques est de mettre en œuvre des mesures de politique économique qui compensent efficacement les faiblesses du nouveau modèle de production et de consommation. À cet effet, la tendance de divers gouvernements, déjà décelée, à mettre en œuvre des politiques dites keynésiennes est inquiétante. Et ce pour deux raisons : d'une part, à cause de l'habituelle interprétation partielle et erronée du keynésianisme et, d'autre part, à cause de son inadaptation à la crise actuelle.En ce qui concerne le premier point, il faut rappeler que nous ne sommes pas confrontés à une crise de la demande, et que les dépenses publiques n'ont pas cessé d'augmenter au cours des dernières décennies.

Des décennies. Sans aucun doute, le revenu ordinaire des États ne pourra pas maintenir la course aux dépenses, obligeant à une augmentation excessive de la dette publique... Deuxièmement, les recettes keynésiennes axées sur la croissance exigent que l'augmentation des dépenses soit accompagnée d'une réduction des impôts afin de ne pas éliminer les effets multiplicateurs. Cette approche est difficile à comprendre pour les politiciens.

La combinaison d'une politique budgétaire expansionniste et d'une stimulation monétaire importante de la part des banques centrales peut offrir des résultats positifs à court et moyen terme, mais à long terme, de très sérieuses pressions inflationnistes apparaîtront inévitablement, nécessitant des hausses de taux d'intérêt et des réductions de liquidités. Ces mesures coïncideront avec des niveaux de dette publique très élevés, difficiles à inverser, de sorte que l'avenir de l'économie mondiale n'invite pas à l'optimisme.

L'humanité a lutté avec succès contre le COVID, pourra-t-elle faire de même contre la crise économique dans un cadre de vision à court terme, dans un scénario où la dette publique double déjà le PIB mondial ?

Juan Corona/ Professeur d'économie appliquée à l'Universitat Abat Oliba CEU. Précédemment publié dans The Diplomat.