Opinion

La bataille pour Madrid

Isabel Díaz Ayuso

Les résultats des élections du 4 mai dans la Communauté autonome de Madrid ont eu des répercussions dans toute l'Espagne, car il s'agit de la région la plus riche et la plus dynamique du pays, avec une grande différence par rapport aux autres. Et Madrid vient de donner une claque retentissante à la politique menée par le PSOE et Unidas Podemos depuis la Moncloa avec le soutien intéressé de groupes périphériques toujours plus attentifs à leur propre intérêt qu'à l'intérêt commun.

Isabel Díaz Ayuso est accusée d'être une populiste "trumpiste" nationaliste et "tabernarienne" alors que, sans écarter ses touches populistes, ce qui l'a conduite au triomphe écrasant de mardi dernier (plus de sièges à elle seule que les trois formations de gauche réunies) est son engagement ferme à affronter le gouvernement central et pour une économie ultralibérale qui maintiendrait en vie l'économie et l'industrie hôtelière de la capitale dans les moments difficiles de pandémie. Le nombre de victimes et d'hospitalisés est élevé à Madrid, mais n'est pas pire que celui d'autres communautés qui ont fermé des bars et des restaurants en plus de leurs périmètres régionaux. Díaz Ayuso appelle cela "défendre la liberté" contre ce qu'il décrit comme le "communisme". Naturellement, il n'a pas parlé des inégalités, bien qu'elles se creusent à un rythme alarmant, car il part du principe que si la richesse n'est pas d'abord créée, il n'y a rien à distribuer. Le PP a détruit la gauche et a contenu la montée de VOX, de sorte que maintenant son abstention suffit pour gouverner seul, ce que veut Ayuso.

Le grand flop a été celui du PSOE et la faute est partagée entre Pedro Sánchez (qui aurait dû avoir l'élégance d'accompagner Gabilondo lors de sa triste soirée électorale) et Ángel Gabilondo, qui aurait dû se lever lorsque Moncloa s'est immiscé dans sa campagne sur la question des impôts et l'a ensuite forcé à embrasser un Pablo Iglesias toxique. Son image est celle d'un honnête homme au mauvais endroit. Le résultat est que Gabilondo est arrivé premier il y a deux ans et troisième maintenant, avec une perte de 13 sièges et de 275 000 voix. Un désastre qui peut être imputé surtout à la Moncloa car Pedro Sánchez est tombé dans le piège tendu par Díaz Ayuso de transformer cette élection en plébiscite de sa politique. C'est pourquoi ceux qui, au sein du PSOE, réclament maintenant la tête de Gabilondo sans élégance ont tort, même si l'on sait déjà qu'avec un cheval perdant, tout est puces. On dira que le PSOE a obtenu de bons résultats aux élections catalanes et c'est vrai, mais la raison en est en grande partie due au vote utile constitutionnaliste qui s'est réfugié dans son acronyme, ce que personne à Madrid n'a eu besoin de faire. Avec Pedro Sánchez, la dérive qui a commencé avec José Luis Rodríguez Zapatero s'est aggravée, ce qui a conduit le PSOE à perdre ses signes d'identité, au point qu'il est aujourd'hui difficile de savoir ce qu'il représente car cela varie selon les moments et les lieux, avec un prix élevé en termes de crédibilité pour le parti et aussi pour l'Espagne.

Más Madrid a gagné quatre sièges et est désormais la deuxième force de la chambre régionale et sa leader Mónica García dirigera l'opposition, une autre pilule amère pour le PSOE et aussi pour Unidas Podemos car elle provient d'une scission que García a su diriger avec plus d'habileté, moins de confrontation et moins de tension. Il est possible que ce qui s'est passé maintenant le place dans une meilleure position en vue des élections à Madrid dans deux ans, mais Más Madrid n'a pas - du moins pour l'instant - de projection nationale et pour y parvenir, s'il le souhaite, il faut du temps. Dans tous les cas, le PSOE ferait bien de surveiller de près ceux qui se disputent le même électorat avec plus d'intelligence que celle dont fait preuve Unidas Podemos.

La porte que Pablo Iglesias a claquée sur la vice-présidence du gouvernement, après quelques mois à ce poste, a été suivie d'un séjour encore plus court dans la politique régionale, comme l'avait prédit le candidat de VOX lors d'un débat tendu. Après une campagne tendue, les mauvais résultats obtenus par Unidas Podemos ont conduit Pablo Iglesias à annoncer qu'il quittait la politique, ce que l'on pouvait voir venir car son ego s'adapterait difficilement au rôle obscur que lui ont donné les urnes, et parce que la rumeur veut qu'il ait d'autres projets d'avenir dans le monde des affaires. Mais il avait raison lorsqu'il a expliqué son départ en disant qu'il était plus une responsabilité qu'un atout pour l'entreprise. Plus un fardeau qu'un avantage pour sa formation politique, car en très peu de temps, il a dilapidé sa richesse personnelle et politique, tandis que sa formation perd également de son attrait, peut-être en passe d'être phagocytée par la " pellicules " honnie.

Et Ciudadanos ne relève pas la tête malgré les efforts du bon candidat Edmundo Bal, alourdi par les trébuchements et le manque de crédibilité de son parti, un manque de crédibilité qui pourrait conduire à sa disparition après avoir été la force la plus votée en Catalogne il y a quelques années et avoir également été décisive dans la gouvernabilité de l'Espagne. L'ambition de Rivera et les erreurs d'Arrimadas ont maintenant été payées par Bal et c'est une mauvaise nouvelle pour le pays car un parti centriste modéré pourrait contribuer à atténuer la polarisation politique qui prévaut.

Quant à VOX, sans autre agenda que de brasser l'atmosphère pour attirer l'attention, il ne semble pas intéressé à entrer au gouvernement, bien que ses sièges soient théoriquement nécessaires au PP pour atteindre une majorité absolue dont il n'aurait même pas besoin si VOX s'abstient. L'ironie, c'est que l'importance de VOX dans le futur Assemblée de Madrid peut maintenant dépendre de la gauche, car si elle s'abstient lors de l'investiture de Díaz Ayuso, ses votes n'auront pas la moindre importance.

La conclusion est que les résultats des élections de Madrid ne se limitent pas à la capitale, car ils accentuent la confrontation entre la gauche et la droite, donnent un répit au PP tout en annonçant son virage vers des positions plus conservatrices, ce qui risque de compliquer davantage la gouvernabilité du pays dans son ensemble. Tout cela exige que le PSOE, depuis la Moncloa, fasse une analyse sérieuse des erreurs qu'il a commises pour expliquer le rejet dont il a fait l'objet de la part des citoyens de chacune des circonscriptions électorales de la communauté de Madrid, toutes, malgré ce qu'ils ont chuchoté à Sánchez Tezanos et à son Centre de recherche sociologique.

Jorge Dezcallar

Ambassadeur d'Espagne