Opinion

La Chine soutiendra quiconque lui assurera le contrôle et la stabilité au Myanmar

Aung San Suu Kyi Myanmar

Les milliers de morts et de blessés et les millions de victimes de l'interruption brutale de la démocratie au Myanmar n'auront guère d'importance pour la Chine si les militaires birmans consolident leur coup d'État, même si c'est par une répression de plus en plus brutale. Pékin est certainement satisfait des progrès du processus démocratique, qui a réussi à ouvrir progressivement le pays au monde extérieur et à le rendre présentable, avec une avancée perceptible de son économie, une baisse notable mais inégale des taux de pauvreté et, surtout, une situation de stabilité relative.

Malgré le contrôle rigoureux de l'information imposé par l'armée sous le commandement du général Min Aung Hlaing, des milliers de jeunes sortent chaque jour pour protester et affronter le véritable feu des auteurs du coup d'État, sans pouvoir empêcher l'énorme quantité d'images et de témoignages d'une répression atroce. Une situation qui complique les plans que la Chine avait conçus pour le Myanmar, un pays qu'elle veut faire l'un des piliers de la nouvelle route de la soie, en en faisant la grande alternative au stratégique détroit de Malacca. Par ce dernier, un entonnoir d'à peine trois kilomètres dans sa partie la plus étroite et un peu plus de 300 dans sa partie la plus large, ne circule pas moins de 60 % du trafic commercial mondial et 80 % du pétrole, à destination de toute l'Asie du Sud-Est, ainsi que de la Chine, de la Corée et du Japon. 100 000 grands navires y transitent chaque année. Un couloir que la Chine ne contrôle pas, et dont l'alternative est précisément le Myanmar, sur lequel elle déverse de gigantesques projets d'infrastructures : le port en eau profonde de Kyaukpyu, l'autoroute de Muse à Mandalay ou la voie ferrée Muse-Mandalay-Yunnan, en plus des oléoducs et gazoducs entre le port de Kyaukpyu et Kunming, la capitale du Yunnan.

Il n'y a aucune raison de croire que la Chine a directement été responsable du coup d'État, car le gouvernement de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de la prix Nobel Aung San Suu Kyi n'était pas différent des militaires dans ses relations internationales et, surtout, dans ses relations plus que de bon voisinage avec la Chine. Bien que Mme Aung San ait perdu une grande partie de son aura dans l'opinion publique des pays occidentaux, elle a atteint un leadership incontestable, qui s'est traduit par des victoires électorales écrasantes successives, la dernière en novembre 2020 (258 sièges sur un total de 440). Votée par les militaires pour la présidence ou le chef du gouvernement, elle était de facto le chef du gouvernement en tant que conseiller d'État et ministre des affaires étrangères.

Défendre les privilèges par le sang et le feu

Elle connaît bien les militaires, ce n'est pas en vain que cette fille est celle du général qui a obtenu l'indépendance du pays en 1948, et ils craignent le charisme d'une femme de 75 ans qui a sûrement porté le projet d'accélérer le processus démocratique dans la nouvelle législature, ce qui entraînerait une perte progressive des privilèges des militaires. La Constitution birmane, rédigée par eux, leur réserve trois ministères aussi déterminants que la Défense, les Frontières et l'Intérieur. Mais ils contrôlent aussi directement ou indirectement les mines de rubis et de jade, une grande partie des banques et des chaînes hôtelières qui ont commencé à prospérer avec l'ouverture du pays et l'essor du tourisme.

Tout cela ne semble pas suffisant pour ceux qui aspirent à avoir le contrôle total des ressources du pays. Pour ce faire, ils devront ramener le pays aux jours sombres d'une dictature de fer qui a isolé l'ancienne Birmanie pendant 50 ans. Et qui, sans la pression internationale, et notamment la catastrophe provoquée par le cyclone Nargis en 2008, aurait pu maintenir ses 54 millions d'habitants dans la misère, le silence et le retard. 

Comme l'ont déclaré Paloma Almoguera et Marta Nuevo, spécialistes de la géopolitique de l'Asie, lors d'une conférence télématique organisée par le Club international de la presse, "ceux qui ont goûté à la liberté et à la démocratie ne se conformeront guère, si ce n'est par la force d'une répression implacable, à un revers aussi brutal". Les deux analystes ont également convenu que la Chine maintiendra sa politique de non-ingérence, mais qu'elle défendra ses intérêts. Par conséquent, elle soutiendra quiconque lui assurera qu'elle contrôle le pays et maintient la stabilité. Et, pour l'instant, cette clé est détenue par les putschistes militaires, dont la première action sera de mettre Aung San Suu Kyi complètement hors de circulation.

Il reste à voir si les États-Unis considéreront tout cela avec une simple curiosité ou s'ils essaieront d'empêcher le Myanmar, quel que soit le gouverneur, de devenir un nouveau protectorat de la Chine dans une partie aussi vitale du monde.