Opinion

La coalition gouvernementale en Italie, sur le point de se dissoudre

Atalayar_Mario Conte

L'application du MSS ou "mécanisme-sauveur" est déjà une réalité après avoir reçu hier le "oui" du Parlement italien, mais elle a laissé des conséquences très importantes: la plus importante, mettant la coalition gouvernementale actuelle sur le point de se dissoudre. Il s'agit maintenant de voir si les quatre partis de cette coalition approuvent ou non la loi sur le budget de l'État, qui ne semble pas si claire. Le fait est qu'il y a maintenant une confrontation ouverte entre deux des leaders de la coalition: le Premier ministre Conte, d'une part, et le leader d'Italia Viva et ancien Premier ministre, Matteo Renzi, d'autre part. Le 9, le Sénat a clairement indiqué à quel point les deux sont en désaccord, à la différence que Renzi semble maintenant disposé à quitter la coalition, ce qui obligerait le président Mattarella à choisir entre deux possibilités: soit nommer un gouvernement apolitique pour gérer la soi-disant "urgence économique", soit dissoudre le Parlement et convoquer des élections anticipées à un moment très délicat pour une élection générale.

Comme nous l'avons commenté dans un article précédent, le gouvernement italien, après plus d'un an de tergiversations, avait communiqué aux autorités communautaires son acceptation définitive du MSS, ce qui signifiait, d'une part, se soumettre à un contrôle financier accru de l'Union européenne et, d'autre part, recevoir une injection d'environ 37 milliards (et immédiatement) qui serait destinée à lutter contre les effets dévastateurs de la crise des coronavirus. On sait que trois des quatre partis de la coalition (Parti démocratique, Italia Viva et LeU) sont favorables à l'acceptation du MES, tandis que le Mouvement des cinq étoiles le refuse catégoriquement jusqu'à ce qu'il n'ait plus d'autre choix que de donner son bras. Mais une chose est que Conte et les ministres des cinq étoiles ont cédé sur cette question, et une autre est que les députés de ce parti sont également prêts à la ratifier. Et voici l'inattendu pour beaucoup: un petit groupe de députés européens Five Stars a averti qu'ils avaient l'intention de voter contre, de sorte que le MES, compte tenu du fait que le centre-droit avait également l'intention de voter contre, ne recevrait pas de "oui" du pouvoir législatif avec lequel Conte devait participer au sommet européen de cette semaine.

C'est à ce moment que le président de la République, Sergio Mattarella, décide d'agir immédiatement en faisant usage de ses prérogatives constitutionnelles: soit le MES sera approuvé par le Parlement, soit il signera lui-même le décret de dissolution du Parlement et de convocation d'élections anticipées, bien que la législature ne se termine officiellement que dans les premiers mois de 2023.

Atalayar_Sergio Mattarella

En fait, Mattarella avait prévu de prendre deux mesures. La première a été d'exiger la démission de M. Conte et de nommer un gouvernement apolitique pour gérer les fonds européens jusqu'à ce que la situation permette de convoquer des élections; et, pour continuer, de convoquer des élections dès que possible. Ce gouvernement apolitique serait en principe présidé par l'une de ses personnes de confiance: soit l'ex-économiste à la tête du FMI, Cottarelli, à qui Mattarella était déjà sur le point de demander de former un gouvernement fin mai 2018, soit la juriste Marta Cartabia, présidente de la Cour suprême de justice et avec qui Mattarella entretient une relation de confiance étroite puisqu'ils ont tous deux coïncidé dans cette cour.

Cependant, celui qui était le plus perplexe face à ce qui se passait n'était autre que Matteo Renzi, qui ne pouvait pas croire que, d'une part, les autorités européennes avaient déjà reçu un "oui" à l'application du MES et que, d'autre part, le principal parti de la coalition, Five Stars, avait dit "non" à ce même MES quelques jours plus tard. En réalité, un secteur minoritaire du parti disait "non", mais avec suffisamment de votes pour que la résolution en faveur du MSS ne soit pas adoptée.

Mais le leader d'Italia Viva, qui est connu pour détester Conte autant que le jeune politicien toscan, est passé de la perplexité à la colère lorsqu'il a appris que, dans le projet de Conte pour la mise en œuvre des 209 milliards de dollars que le pays recevra du Fonds européen de reconstruction, il avait complètement exclu la formation de Renzi, même si ses 18 sénateurs sont décisifs pour provoquer tout vote à la chambre haute, où le gouvernement n'a pas pour l'instant la majorité absolue, mais seulement une simple majorité.

Atalayar_MES5Estrellas

Conte n'a pas eu d'autre choix que de donner l'ordre aux parlementaires Five Star de voter en faveur du MES, au motif qu'il serait demandé à l'Union européenne de changer son format, ce qui, dans la pratique, revient à ne rien dire: juste une façon de sauver la face. Ainsi, le 9 dernier, à la chambre basse et le matin, la résolution en faveur du MEH a été adoptée. Mais la réalité est que Conte s'attendait au pire dans l'après-midi, lors du vote qui devait suivre au Sénat. Parce que Renzi serait là, et il faut se rappeler qu'en plus d'être le leader d'Italia Viva, il est aussi sénateur pour la Toscane, et cette fois, le jeune, mais déjà très difficile, ancien premier ministre n'a pas fait plus attention.

Ainsi, après l'apparition de Conte devant les parlementaires réunis là-bas, Renzi, au moment de prendre la parole, lui a dit publiquement qu'il trouvait regrettable la manière dont il administrait les fonds européens, l'accusant d'avoir considéré le gouvernement comme une sorte de "task force" et lui rappelant que, si lui-même (Renzi), à l'époque, avait empêché Salvini d'être "premier ministre" en demandant les "pleins pouvoirs" aux citoyens, il était encore moins disposé à les donner au "premier ministre" actuel. Et il lui a offert, avec le plus grand mépris, les trois postes que son parti occupe actuellement dans le gouvernement actuel: un ministère (Agriculture), un ministère sans portefeuille (Égalité des chances) et un sous-secrétaire (Affaires étrangères). Tout cela face à la joie d'un centre-droit qui a applaudi Renzi pour la dureté avec laquelle il s'adressait au président du Conseil des ministres.

D'ici, nous verrons ce qui se passera. Mattarella voudra s'assurer, tout d'abord, que l'actuelle "maggioranza" approuve les budgets pour 2021. À partir de là, tout peut arriver: soit un nouveau gouvernement est nommé dans lequel Conte ne sera plus "premier ministre"; soit un gouvernement "apolitique" est nommé; soit Conte et Renzi finissent par trouver une solution qui permet la continuité du gouvernement actuel. Ce qui est certain, c'est que celui qui prend les plus grands risques est Conte et Five Stars: s'ils perdent le gouvernement et que des élections anticipées sont convoquées dans quelques mois, ce parti ne pourrait pas réélire ne serait-ce qu'un tiers de ses parlementaires actuels. Renzi serait également perdant, mais il a certainement forgé depuis un certain temps déjà une large coalition entre le centre et les européistes qui lui permettrait de rester en vie dans le prochain Parlement qui sera formé après les élections générales, quel que soit le moment où elles auront lieu. Conte ne voulait pas que les sénateurs qu'il avait l'habitude d'avoir pour obtenir une majorité parlementaire avec un autre parti concerné (soit la Ligue, soit le PD) les perdent (presque tous font maintenant partie du groupe mixte, bien que certains soient partis avec Salvini) et celui qui les a précisément n'est autre que l'Italia Viva de Renzi. Et il a clairement fait savoir qu'il est prêt à tuer Conte à la moindre occasion: nous verrons dans quoi cette coalition est de plus en plus proche de se briser définitivement et à laquelle il ne fait que rejoindre la peur à laquelle le centre-droit le balaie lors des prochaines élections générales.

Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est titulaire d'un doctorat en histoire contemporaine et est l'auteur du livre Italia, 2013-2018. Du chaos à l'espoir (Liber Factory, 2018).