PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

La dégradation de l'environnement en Iran

IRAK

L'Iran est confronté à une crise environnementale sans précédent : diminution des ressources en eau, déforestation rapide, désertification, surpâturage des terres de parcours et pollution étouffant ses villes. Ce problème, s'il n'est pas maîtrisé, menace non seulement l'Iran, mais aussi la stabilité de la région et du monde. La situation environnementale actuelle de l'Iran comprend la pollution de l'air, la contamination par les pesticides, l'épuisement et l'érosion des sols, la rareté et la pollution de l'eau, la perte de ressources naturelles, l'absence de gestion appropriée des déchets, le saturnisme et la désertification. Le régime précédent et le régime clérical décrivent les règlements de la politique environnementale et la manière de les mettre en œuvre, mais ces règlements ne sont pas appliqués. 

L'Iran est confronté à de nombreuses crises politiques, sociales et naturelles interdépendantes, telles que la dégradation de l'environnement, le chômage, la pauvreté et la croissance démographique. La durabilité est mise à mal dans tous les aspects des questions environnementales, au détriment des générations futures. 

L'Iran, qui compte plus de 80 millions d'habitants, a du mal à maintenir ses infrastructures, ses logements, sa nourriture et ses établissements d'enseignement actuels. La croissance démographique entraîne une augmentation de la demande d'infrastructures et de ressources. En outre, le régime est confronté à des soulèvements extrêmes de la part de divers secteurs de la société, qui réclament la "liberté et l'eau" de l'Iran. 

Les effets du changement climatique en Iran ont déjà provoqué des troubles politiques internes et, si rien n'est fait pour y remédier, ils risquent de nuire davantage à la santé économique et sociale du pays et de déstabiliser une région déjà turbulente. L'air toxique, le manque d'eau et la désertification des terres agricoles peuvent entraîner des mouvements massifs de population, qui fuient à la recherche de logements et de moyens de subsistance plus durables.

À l'heure actuelle, l'Iran, qui dispose d'abondantes réserves de pétrole, de gaz naturel, de cuivre, de plomb et d'autres matières premières, pourrait être durablement dépendant des importations de denrées alimentaires. Dans ce cas, l'échange de ressources naturelles contre de la nourriture et des technologies a des limites de temps et de ressources. L'Iran a signé de nombreux accords internationaux en matière d'environnement et a promulgué des politiques et des réglementations détaillées dans ce domaine, mais la gestion et l'application actuelles sont faibles.

La qualité de l'air dans la zone métropolitaine de Téhéran et dans certaines autres grandes villes d'Iran est progressivement devenue irrespirable au cours des dernières décennies. Ces dernières années, l'indice de pollution a atteint des niveaux dangereusement élevés pour les personnes âgées et les autres personnes souffrant de maladies respiratoires.

L'indice de qualité de l'air (IQA), qui mesure les niveaux de pollution atmosphérique, a connu un pic alarmant dans la capitale iranienne ces dernières semaines, dépassant le seuil de 200 ou plus, considéré comme "très pollué".

Il y a plusieurs polluants dans l'air de l'Iran. Les plus couramment mesurés sont : les particules (PM), le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde d'azote (NO2), le dioxyde de soufre (SO2) et l'ozone (O3).

À l'heure actuelle, l'Iran, qui dispose d'abondantes réserves de pétrole, de gaz naturel, de cuivre, de plomb et d'autres matières premières, pourrait être durablement dépendant des importations de denrées alimentaires. Dans ce cas, l'échange de ressources naturelles contre de la nourriture et des technologies a des limites de temps et de ressources. L'Iran a signé de nombreux accords internationaux en matière d'environnement et a promulgué des politiques et des réglementations détaillées dans ce domaine, mais la gestion et l'application actuelles sont faibles.

La qualité de l'air dans la zone métropolitaine de Téhéran et dans certaines autres grandes villes d'Iran est progressivement devenue irrespirable au cours des dernières décennies. Ces dernières années, l'indice de pollution a atteint des niveaux dangereusement élevés pour les personnes âgées et les autres personnes souffrant de maladies respiratoires.


L'indice de qualité de l'air (IQA), qui mesure les niveaux de pollution atmosphérique, a connu un pic alarmant dans la capitale iranienne ces dernières semaines, dépassant le seuil de 200 ou plus, considéré comme "très pollué".

Il y a plusieurs polluants dans l'air de l'Iran. Les plus couramment mesurés sont : les particules (PM), le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde d'azote (NO2), le dioxyde de soufre (SO2) et l'ozone (O3).

Les particules (PM) sont définies comme de fines particules inhalables qui sont en suspension dans l'air, quelle que soit leur taille. Les deux fractions de taille les plus courantes des mesures de PM sont les PM10 et les PM2,5. Les PM10, également appelées "particules grossières", sont des particules dont le diamètre est égal ou inférieur à 10 micromètres ; les PM2,5, également appelées "particules fines", sont un sous-ensemble de ces particules, à savoir celles dont le diamètre est égal ou inférieur à 2,5 micromètres. Les sources de PM10 comprennent les opérations de concassage ou de criblage, la poussière soulevée par les véhicules et les routes. Les PM2,5, quant à elles, proviennent de tous les types de combustion, notamment des véhicules à moteur, des centrales électriques, du chauffage résidentiel au bois, des feux de forêt, du brûlage agricole et de certains processus industriels. De toutes les tailles de particules mesurables, les PM2,5 ont le plus grand impact sur la santé, car les particules fines peuvent pénétrer dans la région alvéolaire des poumons et même dans la circulation sanguine. 

Une épaisse couche de smog enveloppant la ville reste piégée pendant les mois d'hiver en raison d'un phénomène appelé "inversion de température", que la dégradation des écosystèmes naturels, les longues sécheresses et le changement climatique ne font qu'aggraver.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait classé en 2018 Téhéran parmi "les villes les plus polluées du monde", tandis que la Banque mondiale, dans son rapport 2018, a déclaré que la ville était responsable de 4 000 des 12 000 décès dus à la pollution atmosphérique en Iran chaque année. Ces décès sont dus au cancer, aux maladies cardiaques, aux maladies pulmonaires et aux accidents vasculaires cérébraux. Cependant, ces données sont contestées et certains ont donné 30 000 décès, voire plus.

La situation s'est encore aggravée cette année, selon les responsables gouvernementaux et les écologistes, car l'IQA a atteint un niveau record non seulement à Téhéran mais aussi dans d'autres grandes villes comme Tabriz, Ispahan, Shiraz, Ahvaz, Zabol et Mashhad.

Aucun chiffre exact n'est disponible pour montrer l'impact de l'air pollué, mais les experts affirment que les décès dus à des affections causées par la pollution atmosphérique seront probablement plus nombreux cette année que les années précédentes.

En Iran, où la population est d'environ 85 millions d'habitants, quelque 28 millions de personnes vivent dans des zones qui connaissent de graves problèmes d'eau, en particulier dans les régions du centre et du sud du pays. Dans le même temps, 30 des 31 provinces connaîtraient un stress hydrique. La pénurie d'eau touche tous les segments de la société, des ménages urbains aux communautés agricoles rurales.

Aux yeux des Iraniens, les ressources en eau ont toujours été un bien précieux, que ce soit d'un point de vue religieux, personnel ou historique. La civilisation iranienne s'est formée et développée autour des fleuves ou des débouchés des Qanats au cours des derniers millénaires, et la plupart des villes ont leurs origines dans un système basé sur l'agriculture qui dépendait entièrement de l'irrigation des fleuves et des Qanats. L'Iran étant un pays au climat essentiellement aride et semi-aride, l'eau a toujours été une priorité pour ses habitants, qui ont une longue tradition de gestion durable de l'eau. Les qanats ou canaux d'eau souterrains ont historiquement été efficaces pour conserver l'eau. Les barrages et les structures permettant d'économiser l'eau ont également attiré l'attention des premiers Iraniens, comme l'attestent les vestiges de nombreuses structures hydrauliques construites à partir de 240 d.C. 

Toutefois, à l'instar d'autres changements socio-économiques spectaculaires survenus au XXe siècle, le paysage hydrique de l'Iran a également été modifié. De grands barrages ont été construits, des rivières ont été détournées, les règles traditionnelles de partage de l'eau ont été abolies, les zones humides ont été asséchées et le régime des pluies a été modifié, tandis que la demande et les prélèvements d'eau ont augmenté de manière insignifiante.

La principale cause en est une croissance démographique sans précédent qui a entraîné l'expansion des villes, l'essor d'industries gourmandes en eau qui n'auraient pas dû s'y implanter, la destruction de modes de vie ruraux simples et la perturbation des systèmes traditionnels de gestion de l'eau mis en place depuis des siècles. Ces changements ont entraîné un nouveau mode de vie en Iran et ont dicté de nouveaux comportements, notamment une consommation accrue d'eau pour les soins personnels quotidiens et les loisirs. La consommation d'eau dans les villes et les zones rurales d'Iran est désormais très élevée par rapport aux normes mondiales. Dans tout le pays, les infrastructures, les méga-barrages, ont été développés pour faire face à ces nouvelles demandes, bien que les conséquences environnementales aient été largement ignorées.

La question est maintenant de savoir pourquoi l'Iran est confronté à une crise de l'eau. Si l'on examine les schémas des données pluviométriques, on ne constate pas de changements significatifs dans le régime pluvial au cours des dernières années. De plus, comme on le sait, l'Iran est un pays historiquement connu comme le pays de la sécheresse et des inondations. Les habitants de cette région se sont adaptés à un tel environnement, à ses régimes climatiques, et ont établi une civilisation importante.

Les responsables politiques iraniens n'ont cessé d'imputer les pénuries d'eau actuelles au changement climatique, aux sécheresses et au manque de précipitations. En outre, les inondations dévastatrices de ces dernières années ont causé de nombreuses pertes de vies humaines et des dommages économiques. Bien qu'il s'agisse d'un problème grave, une étude publiée en 2021 dans la revue Nature affirme catégoriquement que la majeure partie de l'épuisement des eaux souterraines en Iran est "anthropique". C'est-à-dire qu'elle est causée ou exacerbée par l'activité humaine.

Cependant, il faut savoir que toutes ces crises environnementales sont des crises créées par le régime clérical, que même les experts du régime admettent la pleine contribution du gouvernement clérical à la création de crises telles que la déforestation, le surpâturage des terres de parcours, les dolines, les affaissements de terrain, le pillage des ressources en eau et la désertification croissante. Le régime clérical au pouvoir en Iran a détruit l'équilibre écologique naturel du pays au point que la plupart de ces ravages sont irréversibles.

Aujourd'hui, les responsables du régime clérical et certains experts étrangers et nationaux tentent de lier la gravité de cette pénurie d'eau à la sécheresse, au changement climatique et au réchauffement de la planète, plutôt qu'à la fameuse "mafia de l'eau" iranienne, dont les agriculteurs protestataires demandent à juste titre l'abolition. Cependant, personne ne s'approche de l'identification de cette "mafia de l'eau".

En outre, nombreux sont ceux qui associent cette pénurie massive d'eau à la mauvaise gestion, à la corruption et au pillage des ressources en eau. Cette affirmation est quelque peu trompeuse. Depuis le soulèvement antimonarchiste de 1979 et le renversement de la monarchie, le régime clérical iranien a habilement géré les richesses, les ressources naturelles et les ressources en eau du pays au nom des "dépossédés", mais au profit des immensément "riches" fondations religieuses sous la supervision du Guide suprême, de l'CGRI, de l'élite cléricale et de leurs affiliés. Voici le "Parrain" et ses parrainages.

Les aquifères iraniens ont été épuisés en raison d'une surextraction massive des ressources en eau souterraine, le nombre de puits profonds ayant augmenté sous le règne des religieux. Les entreprises affiliées au CGRI construisent sans relâche des barrages, quelle que soit leur utilité pour la nation, sans aucune considération environnementale, et des cultures gourmandes en eau, qui sont à nouveau sous le contrôle de riches membres du CGRI, de religieux d'élite ou de fondations sous la supervision du Guide suprême iranien. Les agriculteurs touchés par la pénurie d'eau abandonnent leurs villages pour vivre dans des bidonvilles et des ghettos à la périphérie des villes.

De plus, ces dernières années, le régime clérical iranien a donné à certains citoyens privilégiés la permission tacite ou explicite d'exploiter des ressources en eau difficilement renouvelables, par des moyens tels que les puits illégaux. Selon certaines estimations, le nombre de puits sans permis se situe entre 600 000 et 1 000 000. Les barrages et les investissements dans des projets de transfert d'eau ont exacerbé le problème de la pénurie d'eau, car le gouvernement n'a pas réussi à créer des infrastructures adéquates pour assurer le contrôle des inondations et l'absorption par les aquifères souterrains. 

Le régime clérical iranien n'a aucun plan pour collecter et récolter les crues soudaines, car l'homme a été témoin de la dévastation économique, des pertes de vies humaines et de la destruction massive de maisons et d'infrastructures dans le pays ces dernières années. La négligence du gouvernement et sa mauvaise gestion systématique des ressources naturelles sont clairement visibles depuis 1979, date de la création de la République islamique. Depuis lors, la gestion des bassins versants est presque inexistante, de sorte qu'une quantité importante d'eau de crue et de pluie, qui aurait pu être stockée et utilisée dans des moments comme celui-ci, a été gaspillée.

C'est le cas de la pénurie d'eau en Iran, qui pourrait apparaître comme des décennies de mauvaise gestion, qui ont transformé la pénurie d'eau en une crise nationale et causé plusieurs problèmes socio-économiques interdépendants. Les résultats indiquent que l'inefficacité de la gestion et du contrôle de la pénurie d'eau et l'absence de normalisation et de tarifs adéquats sont les principales défaillances du système de pénurie d'eau. Mais, surtout, c'est la politique du régime en matière de gestion de l'eau, mise en œuvre en plus de 42 ans de règne, qui a conduit le pays à cette situation.

L'Iran a également été confronté à de graves affaissements de terrain dans la plupart de ses plaines. Le taux d'affaissement des sols dans le pays augmente de jour en jour, tandis que les performances des agences responsables sont insatisfaisantes.

Les écologistes et les experts fonciers insistent sur la nécessité de revoir l'exploitation des puits de forage, l'extraction des eaux souterraines et la gestion des ressources en eau. Quelque 29 provinces sur 31 sont actuellement exposées à un risque de subsidence. Si cette tendance n'est pas stoppée, elle entraînera une dégradation regrettable et irréversible de l'environnement.

La sortie immédiate de la crise environnementale iranienne passe par l'interdiction de l'extraction excessive d'eau des ressources souterraines, par un examen scientifique de l'utilisation des eaux de surface, par un examen critique du système de transfert d'eau du CGRI et, enfin, par la mise en œuvre de plans pour le maintien des réserves d'eau souterraine.

L'exploitation des eaux souterraines a augmenté de façon spectaculaire au cours des dernières décennies, ce qui a entraîné l'épuisement des aquifères. Le gouvernement iranien a invoqué des sécheresses persistantes comme cause de la crise de l'eau, qui est principalement due au pillage des ressources en eau, à la construction d'énormes barrages, à la déforestation massive, à la destruction des terres de parcours en raison du surpâturage, à l'affaissement persistant des sols et à la désertification.

Le chef du service d'exploration géologique et minérale a déclaré : 80 % des eaux souterraines sont extraites chaque année en Iran, ce qui dépasse le taux mondial. Dans le monde, l'extraction des ressources en eau varie entre 3 et 20 %, et lorsqu'elle atteint 40-60 %, elle est considérée comme problématique, et il y aura crise lorsqu'elle dépassera 60-80 %.

Au cours des dernières décennies, le niveau de certains aquifères a baissé de 100 centimètres. Outre le creusement de puits illégaux, les méthodes d'irrigation inappropriées sont les autres causes principales de l'affaissement induit par le captage des eaux souterraines, puisque 30 000 des 50 000 puits qui pompent les ressources en eau souterraine dans la capitale sont illégaux. Sur les 609 plaines que compte l'Iran, plus de 300 s'enfoncent massivement et il est interdit d'y pénétrer.
Selon une étude du Centre iranien de recherche sur les transports, le logement et le développement urbain, quelque 18 provinces densément peuplées s'enfoncent énormément et sont donc devenues de plus en plus vulnérables aux inondations et aux incidents naturels, tout en subissant d'énormes dommages à leurs infrastructures.

Les provinces d'Ispahan, de Téhéran, de Kerman, de Khorasan Razavi, d'Alborz, de Fars, de Yazd, de Hamadan, de Markazi, de Chaharmahal-Bakhtiari, d'Azerbaïdjan de l'Est, de Zanjan, de Qom, d'Ardabil, du Kurdistan, d'Azerbaïdjan de l'Ouest, de Khorasan du Nord et de Kermanshah ont enregistré les taux de subsidence les plus élevés, respectivement.

Téhéran est la ville la plus peuplée d'Asie occidentale, qui s'enfonce dans le sol à une vitesse alarmante. La métropole, qui abrite quelque 15 millions de personnes, est victime d'un affaissement dramatique. De nouvelles recherches révèlent que la région s'enfonce de plus de 25 à 45 centimètres par an dans certaines parties.

Outre les graves problèmes environnementaux mentionnés ci-dessus, si l'on ajoute la disparition catastrophique du lac Urmia et du barrage de Gotvand, autre catastrophe environnementale créée par l'IRGC dans la province du Khuzestan, on peut imaginer l'ampleur de la dégradation environnementale générée par le régime clérical pour les générations iraniennes à venir et les défis auxquels l'humanité sera confrontée.

Des manifestations ont eu lieu dans tout l'Iran pour réclamer de l'eau, la liberté et exprimer la solidarité avec les villes et les agriculteurs privés d'eau au Khuzestan, à Ispahan, au Bakhtiari, au Baloutchistan et dans d'autres endroits, ainsi qu'à Téhéran, Tabriz, Bojnourd, Saghez et d'autres grandes villes. Les gens ont exprimé leur colère et leur mécontentement à l'encontre de la classe dirigeante, qui a répondu en envoyant la police anti-émeute, en tuant, en aveuglant, en blessant, en arrêtant et en essayant de fermer les réseaux sociaux.

Alors que le Guide suprême Ali Khamenei a exprimé sa sympathie pour les revendications des manifestants et a promis de faire de l'eau une priorité absolue, sa police anti-émeute réprime les demandes des agriculteurs avec une force maximale. Les meurtres brutaux et la répression des agriculteurs au Khuzestan et à Ispahan en sont l'exemple. Jusqu'à présent, lui et ses fonctionnaires n'ont pas réussi à améliorer la gestion de l'eau ou à s'attaquer aux problèmes liés au changement climatique.
Les tentatives d'apaiser les agriculteurs en leur offrant des promesses vides tant que les eaux de surface seront sous le contrôle de la CGRI et l'exploitation des eaux souterraines entre les mains de la mafia de l'eau du ministère de l'Énergie, elle aussi affiliée à la CGRI ou contrôlée par elle, sont totalement creuses. Connaissant la nature des clercs au pouvoir et la corruption omniprésente aux plus hauts niveaux du gouvernement iranien depuis plus de 42 ans, de telles promesses sont des bulles. Le secteur public n'est pas mieux, car il est étroitement lié au cercle du pouvoir. Les projets d'agriculture et d'irrigation sont marqués par le népotisme et le mercantilisme.

Aujourd'hui, les Iraniens dans leur ensemble, agriculteurs, travailleurs, enseignants, infirmières, retraités et autres, se soulèvent pour récupérer l'eau volée par leurs clercs et la liberté. Ils ont attendu patiemment pendant plus de 42 ans, vu et entendu toutes les promesses d'un régime clérical et de violations brutales des droits de l'homme, mais n'ont vu que des atrocités, la pauvreté, la répression et le terrorisme. Qu'est-ce qui fait croire que cette fois-ci, c'est différent ? Les gens pensent que trop c'est trop et qu'il est temps de changer de régime et de libérer l'Iran. Le monde ne devrait-il pas être aux côtés des Iraniens pour la liberté et soutenir leur résistance afin de rapprocher la région de la paix, de la stabilisation et de la sécurité ? Le monde serait certainement meilleur sans le terrorisme et la brutalité du régime clérical iranien.

* Khalil Khani est un environnementaliste et un militant des droits de l'homme. Il est titulaire d'un doctorat en écologie, botanique et études environnementales obtenu en Allemagne et a enseigné à l'université de Téhéran et à l'université d'État de Hesse en Allemagne. Il est également titulaire d'un doctorat en psychologie médicale des États-Unis.