Opinion

La dette est l'autre pandémie préoccupante

FMI

Le Fonds monétaire international (FMI) s'inquiète du niveau d'endettement que la pandémie laissera dans toutes les économies, qu'elles soient plus ou moins développées ou industrialisées ; d'autre part, la Banque mondiale (BM) s'inquiète de l'augmentation des niveaux de pauvreté et d'inégalité résultant de l'impact de l'urgence sanitaire sur la micro et la macroéconomie. 

Diverses estimations de la Banque mondiale prévoient que la pandémie déclenchée en mars dernier aurait provoqué une augmentation du nombre de nouveaux pauvres qui se situerait entre 119 et 124 millions de personnes dans le monde. 

L'agence basée à Washington et dirigée par David Malpass fait valoir que les défis en matière de capital humain, de niveaux de pauvreté, de déficits d'emploi et de demande de produits seront beaucoup plus aigus non seulement pendant la pandémie, mais aussi dans la nouvelle réalité que laissera l'après-pandémie. 

Les dégâts causés par la crise du coronavirus ne sont pas encore tout à fait visibles en surface, les pièges n'ont pas encore fait surface, car les organismes internationaux de prêt ont débloqué sans cérémonie des crédits et des financements à presque tous les pays qui se sont approchés en quête d'un oxygène imminent pour ne pas se déclarer insolvables. 

L'Association internationale de développement (IDA) reconnaît avoir redoublé d'efforts en finançant 74 pays à hauteur de 82 milliards de dollars, principalement des économies d'Afrique, d'Amérique latine et des Caraïbes. 

Sans l'aide à l'Amérique latine et aux Caraïbes, le nombre de nouveaux pauvres dans la région aurait augmenté de 20 à 30 millions et a été contenu pour le moment.

Le FMI, également basé à Washington et dirigé par Kristalina Georgieva, concentre son analyse sur les niveaux croissants d'endettement qui subsisteront à la suite des prêts, des fonds d'aide, des leviers d'urgence et des prêts inconsidérés que toutes les organisations ont débloqués pour éviter que le monde ne s'effondre avec les chaînes productives interrompues par les confinements décrétés dans plusieurs pays.

Si, avant la pandémie, le niveau d'endettement interne de plusieurs pays industrialisés et d'autres pays en développement était déjà au rouge, le monde post-pandémique présentera des niveaux d'endettement inhabituels pour lesquels il faudra créer une issue efficace. 

Le FMI prévoit un nouveau cycle de pressions de la dette extérieure sur le PIB et la dette intérieure, mais aussi des niveaux de déficit qui finiront par miner la capacité d'épargne intérieure.

Le résultat serait un monde asphyxié par l'impossibilité de payer, ni ce qui est dû à l'extérieur, ni ce qui est dépensé à l'intérieur ; 80 pays ont frappé aux portes de l'organisation pour demander un financement urgent, selon l'entité créancière elle-même.

Même l'Iran, qui avait passé des décennies sans s'approcher pour demander un prêt, a été contraint de demander en urgence 5.000 millions de dollars et le Venezuela a essayé plusieurs fois sans succès avant le refus d'accorder de l'argent au régime de Nicolas Maduro aujourd'hui prêt à échanger du pétrole contre des vaccins en l'absence de liquidités. 

La pauvreté et la dette sont les spectres d'un même mal : une crise économique qui, cette fois, a été provoquée par un choc différent des autres fois et qui n'a rien à voir avec une crise pétrolière, la dette, l'inflation, le taux de change, la fuite des capitaux, les banques, la bourse, ni avec une crise financière en général. 

Les discussions actuelles portent sur les mécanismes de sortie de la crise économique et sur la manière de faire face aux nouvelles distorsions dans la ligne des niveaux d'endettement, dans les niveaux de pauvreté, dans les niveaux de chômage et dans les niveaux de précarité.

L'allègement de la dette comme priorité

La première chose, souligne Mme Georgieva, est d'arrêter la fuite des capitaux due à la méfiance et à l'incertitude quant à l'horizon temporel de la pandémie. En décembre de l'année dernière, 83 milliards de dollars avaient quitté les marchés émergents, un montant historique de capitaux. 

La stratégie est la même que d'habitude, la même vieille recette lorsqu'une économie est secouée et qu'il faut éviter la faillite : prêts, subventions, aides, renflouements avec des programmes de réforme inclus et, dans de nombreux cas, des augmentations d'impôts.

ÇLa micro-économie souffre, mais la macro-économie aussi. La pandémie de SRAS-CoV-2 a créé la tempête parfaite, plaçant les gouvernements et les autorités sanitaires devant le dilemme suivant : la bourse ou la vie. 

Le FMI dispose de 50 milliards de dollars dans le cadre de ses facilités financières d'urgence pour les pays à faible revenu et les pays émergents touchés par le coronavirus.

La ligne de crédit flexible (LCF), créée en mars 2009 en tant que mécanisme de prévention des crises, est également disponible. Les décaissements "ne sont pas échelonnés ni subordonnés à la réalisation d'objectifs politiques", comme c'est le cas dans les programmes de longue date du FMI.

C'est aussi une façon de saper la liquidité des économies traditionnellement touchées par le moindre signe que quelque chose ne va pas ; et cela devient un cercle vicieux qui se termine toujours par un endettement accru.

Mme Georgieva a mis sur la table la nécessité d'accorder des moratoires de paiement aux pays gravement surendettés pour faire face à l'urgence du coronavirus. 

Le niveau de la dette mondiale va dépasser 100 % du PIB mondial, le directeur général du FMI estime qu'il est nécessaire de développer des paquets de restructuration, des moratoires, des annulations et même des annulations et des paiements plus flexibles afin que les pays puissent sortir de la crise économique actuelle plus soulagés. 

L'année dernière, le G20 a convenu de suspendre le recouvrement des dettes des pays en développement pendant six mois. En juin 2021, ce délai expirera et il ne semble pas que les 43 pays qui en ont bénéficié soient en meilleure position pour payer, même si leurs remboursements de 5,7 milliards de dollars ont été gelés pour le moment.

Le FMI en a fait son principal cheval de bataille pour sa réunion de printemps ; il veut rechercher parmi les ministres présents du monde entier un mécanisme qui évite de répéter les erreurs du passé dans la gestion de l'endettement qui finissent par devenir des ancrages lourds dont il est impossible de se défaire. 

De l'avis d'Adolfo Barajas et de Fabio Natalucci, analystes de l'organisation des créanciers, la question est de savoir comment éviter que la nouvelle reprise ne "tourne au danger" et, en même temps, une accumulation excessive de l'effet de levier.

"L'effet de levier, la capacité d'emprunter, est une arme à double tranchant. Elle peut stimuler la croissance économique parce qu'elle permet aux entreprises d'investir dans des machines pour accroître l'échelle de production ou aux particuliers d'acheter des maisons et des voitures ou d'investir dans l'éducation. En période de ralentissement économique, elle peut jouer un rôle particulièrement important en jetant un pont vers la reprise", affirment Barajas et Natalucci. 

Dans leur analyse intitulée "Confronting the Dangers of Rising Leverage", les deux experts soulignent que l'effet de levier peut être mesuré comme "le rapport entre l'encours de la dette et le PIB", ce qui donne une idée des conditions dans lesquelles une économie est capable d'assurer le service de sa dette.

"Entre 2010 et 2019, l'effet de levier a augmenté à l'échelle mondiale de 138 % à 152 % et l'effet de levier des entreprises a atteint le niveau record de 91 % du PIB. Le relâchement des conditions financières à la suite de la crise financière mondiale de 2008 à 2009 a été un facteur déterminant de l'augmentation de l'effet de levier", expliquent-ils.

Jusqu'à quel point ce rapport s'est-il aggravé ? Barajas et Natalucci soutiennent que beaucoup : "Tant dans les économies avancées que dans les marchés émergents, l'endettement a encore augmenté en raison des politiques de soutien déployées en réponse au "choc" de la pandémie ; en outre, la contraction de la production dans de nombreux pays a contribué à la hausse du ratio dette/PIB et l'endettement des entreprises a augmenté de 11 points de pourcentage du PIB jusqu'au troisième trimestre de 2020".

Dans l'Union européenne (UE), la pression est également de plus en plus forte pour que la Banque centrale européenne (BCE) efface ou finisse par liquider les dettes contractées par plusieurs pays du club européen tels que l'Espagne, l'Italie, la Grèce, la France, la Pologne, le Portugal et d'autres.

En huit mois de l'année dernière, la BCE a accordé 710.000 millions de dollars de prêts pour des raisons de pandémie, il n'y a pas peu de groupes d'économistes et de conseillers du Conseil européen qui conseillent de ne pas exiger le remboursement de ces prêts sous l'argument que tant de dettes contractées de façon imminente finiront par peser sur le PIB à moyen terme.