Opinion

La grande marine de pêche de la Chine : une menace pour l'Ibéro-Amérique

Flota China

L'année dernière 2020, la presse équatorienne, préoccupée par la présence d'un nombre inhabituel de bateaux de pêche chinois au large de ses côtes, a rapporté que la flotte hauturière (FHM) chinoise totale dépassait les 3 000 navires. Selon des évaluations récentes, la flotte chinoise de pêche en eaux profondes compte entre 1 600 et 3 400 navires, mais il n'est même pas certain que le gouvernement chinois ait une idée précise de sa taille.

L'administration chinoise reconnaît que ses navires de pêche lointaine ne sont pas moins de 3 000. Contrairement à la croissance de la capacité chinoise, la taille des flottes de DWF de l'Union européenne, de la Corée du Sud, des États-Unis et de Taïwan a considérablement diminué au cours de la dernière décennie. Selon les informations officielles chinoises, la somme des navires de pêche de Taïwan, du Japon, de la Corée du Sud et de l'Espagne ne représenterait qu'un tiers de leur flotte totale. 

La flotte hauturière chinoise

En 1985, la première flotte de pêche lointaine de la Chine a mis le cap sur l'Afrique occidentale avec seulement 13 navires. Depuis lors, les plans quinquennaux du gouvernement pour le secteur de la pêche ont permis d'accroître son potentiel et son tonnage, faisant d'elle la plus grande flotte de pêche du monde, loin devant ses suiveurs. Aujourd'hui, la vaste armada chinoise de pêche en eaux lointaines opère officiellement dans 40 pays, en Antarctique et dans les eaux internationales du monde entier.

La flotte de pêche chinoise, qui parcourt les mers et les océans du monde, est financée par des subventions annuelles du gouvernement chinois. Selon la source, les subventions vont de 7,5 à 16,5 milliards de dollars.

Le think tank britannique indépendant "Overseas Development Institute" (ODI) a publié, en juin 2020, un rapport de recherche complet intitulé "China's distant water fishing fleet scale, impact and governance". La conclusion la plus pertinente du travail d'exploration et de suivi de la flotte chinoise de DWF est sa taille. Les recherches fournissent des informations qui devraient alerter tous les pays du monde sur la menace sérieuse qu'elle représente pour l'environnement marin et la durabilité des pêcheries. Le nombre de navires identifiés dans le rapport de l'ODI est 5 à 8 fois supérieur aux estimations précédentes.

La pêche mondiale et le poids de la Chine

La Chine s'est imposée comme le premier pays au monde en matière de pêche de capture. Cette place prépondérante est en grande partie liée à l'augmentation des captures chinoises de céphalopodes dans le Pacifique Sud-Est et l'Atlantique Sud-Ouest, à proximité des côtes ibéro-américaines, qui représentent officiellement plus d'un demi-million de tonnes supplémentaires.

En 2001, la première campagne chinoise a commencé dans les eaux ibéro-américaines, mobilisant un total de 22 navires. En 2015, le nombre de bateaux de pêche chinois a dépassé 250 et, à la fin de la décennie en cours, déjà 500. Les navires-usines peuvent rester en mer indéfiniment, transférant les prises à d'autres navires qui les transportent vers les ports de destination.

La flotte chinoise de pêche lointaine capture entre 50 et 70 % du total mondial des captures de calmar en haute mer. Les méthodes et activités de pêche chinoises dans la ZEE de l'Argentine, de l'Équateur et d'autres pays d'Amérique latine sont très controversées.

La Chine ne pêche pas seulement le calmar. La flotte hauturière chinoise a capturé à elle seule deux millions de tonnes, ce qui représente 40 % du total mondial de ce type de pêche. La Chine pêche beaucoup, mais elle pêche beaucoup plus que n'importe qui d'autre, et elle pêche en proportion beaucoup plus grande dans des eaux lointaines. Elle le fait notamment dans les régions sous-développées, où les contrôles sont insuffisants, et en Amérique latine, où elle se trouve aux limites des eaux d'exploitation économique exclusive et, à de nombreuses reprises, viole ces limites.

Depuis 1980, les eaux territoriales chinoises ont été surexploitées. La réaction de Pékin a été de mettre en œuvre des moratoires pour réduire la pêche dans ses eaux, de promouvoir le développement de l'aquaculture et d'encourager le développement de sa flotte hauturière.

Selon les données de la FAO, le pourcentage mondial d'espèces marines exploitées à des niveaux biologiquement non durables a dépassé un tiers du total. La mer Noire et la Méditerranée sont les plus menacées avec une surexploitation de près de deux tiers des espèces totales. En deuxième position, on trouve les eaux ibéro-américaines du Pacifique Sud-Est et de l'Atlantique Sud-Ouest, avec plus de la moitié des espèces surexploitées.

En septembre 2015, les Nations unies ont lancé l'Agenda 2030 pour le développement durable. L'élément central de l'objectif de développement durable 14, consacré à la vie sous-marine, est de conserver et d'utiliser durablement les océans, les mers et les ressources marines pour le développement. Sur la base des données actuelles et à dix ans de l'échéance, il semble peu probable que les objectifs soient atteints.

La Chine pille les eaux de l'archipel des Galapagos, en Équateur         

Début juillet 2020, la marine équatorienne a émis un bulletin avertissant de la présence d'un redoutable escadron de pêche chinois de quelque 260 navires pêchant à la limite de la zone économique exclusive (ZEE) près de l'archipel équatorien des Galápagos. À la fin du mois, le nombre de bateaux dépassait 340, principalement des chalutiers. Les îles Galápagos se trouvent à environ 1 000 kilomètres du continent, de sorte que les eaux des zones économiques exclusives de l'Équateur sur le continent et sur les îles ne se chevauchent pas, créant ainsi un couloir d'eaux internationales dans lequel tout pays peut pêcher.

Fuente: Global Fishing Watch
Global Fishing Watch

L'un des graves problèmes liés à la protection de la réserve marine des Galápagos est que nombre de ses espèces sont migratrices, c'est-à-dire qu'elles entrent et sortent de la zone protégée. Jorge Carrión, directeur du parc national des Galápagos, a souligné qu'il est impératif de protéger les corridors marins transfrontaliers pour la conservation des espèces emblématiques hautement migratoires telles que les requins, les baleines, les raies et les tortues de mer."

En attendant, la flotte de pêche hauturière chinoise n'a plus qu'à attendre dehors le bon moment ou à éteindre ses sondeurs pour rentrer à l'intérieur. Dans tous les cas, les navires de pêche chinois capturent les espèces lors de leurs voyages migratoires, à l'intérieur ou à l'extérieur des zones économiques exclusives de l'Équateur, du Chili, du Pérou, de la Colombie, du Costa Rica, de l'Argentine et de tout autre pays d'Amérique latine où ils pourraient être intéressés par la pêche.

Le ministre équatorien de la Défense, Oswaldo Jarrín, a indiqué que près de la moitié de la flotte chinoise détectée l'été dernier avait désactivé ses systèmes de repérage et d'identification, une pratique connue sous le nom d'"évasion des radars marins", qui est courante dans la pêche illégale. Les navires ont disparu des radars pendant 17 jours. Désactiver le système d'identification est un crime si c'est intentionnel. La disparition massive et soudaine des bateaux suggère que beaucoup d'entre eux ont décidé de changer de zone de pêche pour se concentrer dans les eaux équatoriennes, peut-être aux Galápagos.

Flota China

Conclusions

La pression exercée sur les terres arables de la Chine, ses zones de pêche traditionnelles et la taille de sa population favorisent une tendance à la surexploitation des ressources halieutiques dans les eaux lointaines, notamment en haute mer. Les ressources biologiques marines sont considérées comme la plus grande réserve de protéines au monde. Posséder et dominer l'océan signifie donc garantir la souveraineté alimentaire de la Chine.

Des eaux de l'Indonésie, du Vietnam, des Philippines et de la Corée du Nord à celles du Mexique, du Costa Rica, de la Colombie, de l'Équateur, du Pérou, du Chili et de l'Argentine en Amérique latine, en passant par le golfe de Guinée, l'Angola, le Sénégal, le Mozambique et la Somalie en Afrique, les bateaux de pêche chinois sont devenus les nouveaux maîtres des lieux de pêche. La réduction des captures dans les zones de pêche traditionnelles de la Chine a renforcé l'importance géopolitique de sa flotte de pêche en haute mer.

Les pays ibéro-américains doivent protéger et défendre leurs ressources contre la surpêche, dans de nombreux cas illégale. Il ne fait aucun doute que l'agression de grands navires-usines contre les intérêts et la souveraineté du Pérou, de l'Équateur, du Chili et de l'Argentine est un problème de dimension nationale. La préservation de l'environnement marin est un objectif de l'Agenda 2030 pour le développement durable.

Andrés González Martín. Institut espagnol d'études stratégiques