PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

La guerre à venir

Vladimir Poutine

Est-il vrai que nous retournons en guerre en Europe ? Les informations que nous recevons sont alarmantes, bien sûr. Mais, j'insiste, est-il vrai que la sécurité internationale est aussi menacée qu'il y paraît ? Nous assistons à d'éloquents préparatifs de guerre. L'avenir nous dira si le bon sens a fini par l'emporter ou si nous sommes à nouveau confrontés à un conflit, même nucléaire. Pour l'instant, nous devons faire confiance et, en attendant, envisager le pire.

En réalité, il semble que c'était hier que cette situation s'appelait la guerre froide. Nous étions convaincus que c'était fini, avec la chute de l'URSS, mais il s'avère maintenant que nous avions tort. Pour ceux d'entre nous qui ont vécu quelques années de cette période, rien de ce que nous entendons et voyons maintenant n'est nouveau. Seuls les noms de certains des protagonistes ont changé.

Avant, c'était l'Union soviétique et son Pacte de Varsovie et aujourd'hui, c'est la Russie et Vladimir Poutine, un personnage qui inspire pour le moins la crainte. Mais les nouvelles quotidiennes n'ont pas changé, une fois c'était les missiles à Cuba, une autre l'abattage d'un avion de ligne, une autre les guerres en Corée ou au Vietnam, le KGB et la CIA avec un long etcetera qui a permis aux fabricants d'armes de s'enrichir.

L'actualité se concentre désormais sur les menaces et les avertissements du même acabit. Il est surprenant qu'à l'heure actuelle, on utilise encore des termes guerriers dont on a du mal à croire qu'ils sont sérieux, mais qui suscitent l'inquiétude. Vu par les yeux d'aujourd'hui, la première impression est que le sang ne coulera pas jusqu'à la rivière, mais que nous ne retrouverons pas non plus la paix éphémère que nous pensions avoir obtenue lors de ces rencontres historiques entre Reagan et Gorbatchev.

La tension est élevée et il ne faut jamais exclure la possibilité qu'un incident mineur puisse déclencher des situations plus graves, même si à ce stade, chacun y réfléchira à deux fois pour ce que cela vaut. L'Europe est au milieu et n'est pas neutre. Les membres de l'OTAN, qui constituent la majorité des pays, ne pourraient pas rester à l'écart si un conflit devait éclater.  L'Espagne a déjà envoyé une unité navale en mer Noire par mesure de précaution. Poutine est une menace pour tout le monde, pas seulement pour l'Ukraine.

Tout semble indiquer qu'il profite de l'image affaiblie de Biden après le retrait d'Afghanistan et la dépression économique et sociale que la pandémie génère tant aux Etats-Unis qu'en Europe. Vladimir Poutine est obsédé par la reconquête de l'ancienne Union soviétique, et il peut aussi bien prendre la Crimée qu'envoyer ses chars pour maintenir Lukashenko comme dictateur perpétuel au Belarus ou pour contrôler la situation au Kazakhstan ou dans le Nagorno Karabakh.