PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

La réponse de l'Islam aux problèmes du monde contemporain (22)

islam-la-meca

Nous avons discuté dans le numéro 21 des rôles que l'Islam a assignés aux hommes et aux femmes.

Ceux qui parlent d'égalité dans tous les domaines oublient que la question de l'égalité devient sans objet dans les domaines où les hommes et les femmes sont constitués différemment.

Seules les femmes peuvent donner naissance à des enfants. Elles seules peuvent passer neuf mois à cultiver la graine de la future génération humaine. En outre, seules les femmes peuvent s'occuper de leurs petits, du moins pendant la première période de la petite enfance et de l'enfance, car aucun homme ne pourrait le faire. En raison de la longue relation intime et sanguine avec sa progéniture, c'est la femme qui a un lien psychologique plus étroit avec ses enfants que l'homme.

Si les systèmes sociaux et économiques ignorent cette différence constitutionnelle entre les hommes et les femmes et la différence correspondante dans le rôle des deux sexes dans la société, alors un tel système est destiné à échouer dans sa tentative de créer un état d'équilibre sain. C'est principalement en raison de ces différences constitutionnelles entre l'homme et la femme que l'Islam propose des rôles différents pour les deux.

La femme doit rester libre, dans la mesure du possible, de la responsabilité de gagner le pain de la famille. Cette responsabilité devrait, en principe, reposer sur les épaules de l'homme. Cependant, il n'y a aucune raison pour que les femmes soient exclues de leur participation aux affaires économiques, à condition qu'elles soient libres de le faire sans négliger leur responsabilité première en matière de reproduction humaine, de soins familiaux et d'autres engagements concomitants. C'est exactement ce que propose l'islam.

En outre, les femmes en général ont une constitution plus fragile et plus faible. De manière surprenante, en revanche, elle a été dotée par Dieu d'une plus grande résilience psychique. Ces attributs sont dus, avant tout, à la présence d'un demi chromosome supplémentaire dans leurs cellules, qui est responsable de la différence entre les hommes et les femmes. De toute évidence, cela leur a été donné pour relever l'extraordinaire défi de la grossesse, de l'accouchement et de l'allaitement. Cependant, cette capacité ne rend pas les femmes extérieurement plus fortes ou plus résilientes. Elles ne doivent pas être reléguées à de dures tâches domestiques ou autres au nom de l'égalité ou de tout autre slogan. Elles doivent également être traitées avec plus de douceur et de gentillesse. Les femmes devraient supporter moins de charges quotidiennes et ne devraient pas être obligées de porter le même poids que les hommes dans les activités publiques.

Il découle de ce qui précède que si la gestion d'un foyer constitue un domaine de responsabilité particulier à attribuer soit à l'homme soit à la femme, il est évident que les femmes sont bien plus dignes que les hommes d'une telle responsabilité. En outre, les femmes, par nature, sont chargées de s'occuper des enfants. Ce devoir ne peut être que partiellement partagé par les hommes.

Les femmes devraient avoir le droit de rester à la maison beaucoup plus longtemps que les hommes ; et si, dans le même temps, elles sont déchargées de la responsabilité de gagner leur vie, le temps libre dont elles disposent peut être utilisé à leur propre profit ou au profit de la société dans son ensemble. L'Islam ne porte aucunement atteinte aux droits des femmes en les empêchant de sortir pendant leur temps libre pour accomplir n'importe quelle tâche, ou pour s'engager dans n'importe quel but sain qu'elles souhaitent, tant que, encore une fois, elles ne nuisent pas aux intérêts et aux droits de la future génération de l'humanité qui leur est confiée. C'est, entre autres, la raison pour laquelle l'Islam décourage le libre mélange des sexes ou une vie sociale excessive. Pour l'Islam, faire du foyer le centre des activités des femmes est une solution sage et pratique à la plupart des maux des temps modernes. Lorsque les femmes déplacent leurs intérêts en dehors du foyer, c'est au détriment de la vie familiale et de la négligence des enfants.

La construction d'une vie familiale autour de la figure centrale de la mère nécessite le renforcement des autres liens du sang et le rétablissement d'une véritable affinité entre parents et amis. Bien que chaque unité vive séparément, ce vaste concept de famille est soutenu et encouragé par l'Islam pour un certain nombre de raisons, dont certaines sont les suivantes : Il prévient les déséquilibres sociaux.

Si l'on encourageait l'affection familiale intense et l'affection entre frères et sœurs, pères et filles, mères et fils, etc., il en résulterait naturellement la consolidation et la protection d'une unité familiale saine. Ce lien naturel serait renforcé par un système de relations environnantes grâce à une affinité et une proximité réelles entre tantes, oncles, nièces, neveux, cousins, petits-enfants et grands-parents. De nouvelles voies pour la poursuite d'un bien-être sain, dérivées de la conscience d'appartenir à ce groupe, s'ouvriraient pour ce système familial élargi.
Dans ce cas, l'institution familiale est plus difficile à fragmenter. Partager le même toit au nom de la famille n'aurait plus de sens, comme c'est généralement le cas aujourd'hui. Les membres de la famille continueront à graviter autour de l'orientation centrale des aînés du groupe ; la plupart des activités familiales tourneront autour de cet axe. Il n'y aurait pas d'individus solitaires, oubliés, déprimés, relégués au grenier ou au sous-sol de l'ordre social, ou rejetés des familles comme des objets inutiles.

C'est exactement le concept islamique du foyer et de la famille qui est considéré comme l'unité centrale la plus importante de la société. C'est principalement en raison de cette différence d'attitude que nous trouvons aujourd'hui, dans les sociétés modernes du monde entier, une incidence très élevée de parents abandonnés, âgés ou handicapés, qui sont considérés comme une charge pour la famille.

(A suivre dans le prochain épisode, numéro 23).