PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

La réponse de l'Islam aux problèmes du monde contemporain (34)

Islam

PAIX SOCIO-ÉCONOMIQUE

Introduction  

L'Islam offre également des conseils dans les domaines où les sphères sociales et économiques se rencontrent. Si ces enseignements étaient mis en pratique, ils transformeraient nos couchers de soleil et nos aubes en crépuscules d'une beauté exceptionnelle.

Islam

"Et ceux qui utilisent leurs richesses pour rechercher le plaisir d'Al'lah et renforcer leurs âmes sont comme un jardin sur un terrain élevé. Il suffit qu'une pluie abondante tombe sur elle pour que ses fruits doublent. Et si une forte averse ne tombe pas sur elle, une pluie légère lui suffit. Et Al'lah voit ce que vous faites." (2 : 266)

Islam

"Il est devenu beau pour les hommes l'amour des choses désirées : femmes et enfants, tas d'or et d'argent précieux, chevaux qui paissent, troupeaux et récoltes. Ce sont les provisions pour cette vie ; mais c'est par Al'lah que l'on trouve une excellente demeure. " (3:15)

La justice économique selon le capitalisme, le socialisme et l'islam

La justice économique est un beau slogan. Bien qu'il ait été tenté d'être monopolisé par certains à l'exclusion d'autres, ce slogan est commun à la société capitaliste de l'économie de marché libre et à la doctrine scientifique sociale du matérialisme dialectique : toutes deux parlent de justice. Mais, avec toutes nos excuses, nous avons le regret de dire que les deux n'ont pas réussi à rendre pleinement justice au principe d'or de la justice économique ; mais nous y reviendrons plus tard. 

Le concept islamique de justice absolue est totalement prédominant et étendu. Elle englobe tous les aspects de l'enseignement islamique. Mais ce n'est pas tout, l'Islam va encore plus loin. 

Dans le socialisme scientifique, on s'efforce de niveler le sol économique de manière si parfaite qu'il ne reste aucune inégalité. S'il est irrigué, ce sol recevra sa part égale. Il n'y a aucune demande de la part des pauvres, aucune menace pour les détenteurs de la part des moins fortunés de la société que leur "surplus de richesse" leur soit "volé" par la force. 

Dans la société capitaliste, on parle davantage d'égalité des chances, de terrains égalitaires et d'économies libres que de répartition équitable des richesses. De cette manière, il y a toujours de la place pour la revendication de droits et la création de groupes de pression tels que les syndicats, etc. qui cherchent à obtenir le maximum du gouvernement ou d'autres capitalistes au nom de l'employé et du travailleur, qui vivent toujours avec un sentiment de privation. 

Si le socialisme scientifique était réalisé de manière idéale, aucune partie de la société ne ressentirait désormais le besoin de formuler des revendications, car une telle société serait soit suffisamment riche pour répartir équitablement les richesses nationales en fonction de ses besoins, soit tellement pauvre, faute de pouvoir satisfaire ses besoins, que tous les membres de la société partageraient également sa misère. Dans les deux cas, elle deviendrait une société dans laquelle les exigences n'auraient plus aucun rôle significatif à jouer. 

Le système capitaliste, quant à lui, est axé sur la demande. Les couches les moins favorisées de la société doivent avoir le droit d'exprimer leur mécontentement et la possibilité d'être entendues : d'où la nécessité des groupes de pression, des grèves, des actions industrielles, des lock-out, etc. 

L'Islam tente de créer une attitude par laquelle les gouvernements et les riches sont constamment rappelés d'établir un système économique juste dans leur propre intérêt final. Ils sont également constamment exhortés à veiller aux droits des autres. Les faibles ou les pauvres ne doivent pas être privés de leurs droits économiques fondamentaux, tels que la liberté de choisir une profession, l'égalité d'accès aux opportunités et aux besoins fondamentaux de l'existence. L'absence de cette attitude particulière a déjà causé beaucoup de misère, de douleur et de désordre dans l'histoire de la lutte humaine pour la survie. C'est pourquoi l'Islam met davantage l'accent sur le "don" que sur le "prélèvement" ou le "maintien". Les gouvernements et les riches doivent veiller en permanence à ce qu'une partie de la société ne soit pas privée de son droit fondamental à vivre décemment. Un véritable État islamique aurait ressenti cette nécessité et pris les mesures appropriées pour la concrétiser. Avant que le chagrin ne se transforme en cris et en protestations et que la nécessité ne menace la paix et l'ordre, il faut supprimer la cause du grief et répondre au besoin. 

Apparemment, à cet égard, l'Islam partage son caractère avec la société socialiste, mais, en fait, la similitude n'est que superficielle. L'islam atteint cet objectif, mais pas par les méthodes de coercition prescrites par le socialisme scientifique. 

Nous ne pouvons pas décrire ici en détail la manière dont l'Islam tente d'atteindre ce noble objectif, mais nous pouvons mentionner brièvement que l'approche de l'Islam sur cette question n'est pas une approche exanthropique ou mécanique, comme la philosophie du matérialisme dialectique. Le système socialiste islamique reste profondément ancré dans les lois innées de la psyché humaine. 

Entre autres choses, l'Islam crée un environnement dans lequel la demande de droits pour soi-même cède la place au respect des droits des autres. Le niveau de conscience et de sensibilité à la souffrance des autres êtres humains est élevé à un tel point que les membres de la société dans son ensemble se sentent plus concernés par ce qu'ils doivent à la société que par ce que la société leur doit. 

"Donner au travailleur plus que ce qui lui est dû" était une exhortation constante du Saint Prophète (pbsl) à ses disciples. "Payez-lui son salaire avant que sa sueur n'ait séché". "N'imposez pas de tâches à vos employés, des tâches que vous ne pouvez pas accomplir vous-mêmes." "Dans la mesure du possible, nourrissez vos domestiques avec la même nourriture que celle que vous donnez à votre famille. Fournissez-leur des vêtements similaires". "Ne transgressez pas les faibles de quelque manière que ce soit, ou vous devrez en répondre devant Dieu". "De peur que vous ne succombiez à un faux orgueil, offrez à vos serviteurs un siège, de temps en temps, à la même table que vous occupez, et servez-les." (divers hadiths)

Dépenser pour une bonne cause même dans l'adversité

Le respect de la dignité humaine est souligné dans les termes les plus forts dans tous les domaines de la vie. Les versets suivants du Saint Coran présentent le code d'éthique concernant les besoins des pauvres et des nécessiteux et la manière dont ils doivent être satisfaits. 

La récompense de Dieu pour le pardon est pour :

Islam

"Ceux qui dépensent dans la prospérité et dans l'adversité et ceux qui réfrènent leur colère et pardonnent aux hommes, car Al'lah aime ceux qui font le bien". (3 : 135)

Dépenser pour le bien des pauvres

Le concept d'aumône tel qu'il est conçu dans le monde en général est double. D'une part, elle vante les qualités de celui qui fait l'aumône. D'autre part, cela crée une image embarrassante, voire malheureuse, du destinataire. L'acte même de recevoir une aumône dégrade son statut. L'Islam révolutionne ce concept. 

Le verset suivant du Saint Coran présente une analyse fascinante des raisons pour lesquelles certaines personnes sont très pauvres et d'autres sont riches.

Islam

"Une partie de sa richesse comprend ce qui doit revenir de droit à celui qui demande de l'aide, le mendiant, et à celui qui ne peut pas, le pauvre" (51, 20). 

Ce que l'on oublie généralement, c'est l'utilisation du mot HAQ (à droite), qui est très révélateur de l'attitude de celui qui donne et de celle de celui qui reçoit. Le donateur se voit rappeler que ce qu'il donne aux pauvres ne lui appartient pas vraiment. Il doit y avoir un grave défaut dans l'économie pour que certaines personnes soient obligées de mendier pour gagner leur vie. Dans un système économique sain, il ne doit pas y avoir de place pour les indigents, car il n'y a pas de véritable raison de mendier pour survivre. Le message adressé à ceux qui reçoivent l'aumône leur rappelle qu'ils ne doivent pas avoir honte ni souffrir d'aucun complexe, car en effet, Dieu leur a donné le droit fondamental de vivre décemment et honnêtement. Ainsi, ce que leur bienfaiteur apparent leur offre est leur propre droit, qui, pour une raison ou une autre, avait été transféré au donateur. 

Comme nous l'avons déjà mentionné ci-dessus, les enseignements divins sont directement liés à la nature humaine. Tout commandement qui perturberait l'équilibre est contré par des mesures correctives. 

(lpbD) - Que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui. 

(A suivre dans le 35ème épisode, développant davantage le thème de la paix socio-économique basée sur les enseignements du Saint Coran).