PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

La réponse de l'Islam aux problèmes du monde contemporain (6)

Islam

Dans l'épisode précédent (numéro 5), nous avons discuté de la promotion de l'harmonie et du respect mutuel entre les religions.

A la lumière du chapitre précédent, on peut se demander quelle est la sagesse d'envoyer une religion après l'autre avec le même enseignement. En outre, on peut s'étonner que l'Islam prétende, en termes relatifs, être plus parfait et plus universel que les religions précédentes si elles avaient toutes le même enseignement universel immuable, applicable aux êtres humains de tous les temps.

1) En réponse à la première question, le Saint Coran attire l'attention de l'humanité sur le fait historique incontestable que les Livres et Écritures révélés avant le Coran ont été interpolés. Leurs enseignements ont été corrompus par un processus graduel d'amendement ou parce que de nouveaux éléments ont été introduits par interpolation, à tel point que la validité et l'authenticité de ces Livres et Écritures sont devenues douteuses et contestables.

Il incombe évidemment aux personnes appartenant à ces religions de prouver qu'aucun changement n'a eu lieu dans les Écritures. En ce qui concerne le Coran, il occupe une position unique et distincte parmi tous les Livres et Écritures religieux. Même certains des plus farouches opposants à l'islam, qui ne croyaient pas que le Coran était la Parole de Dieu, ont dû admettre que le Saint Coran, sans l'ombre d'un doute, reste le même Livre inaltéré et inchangé que Muhammad (lpbD) a déclaré être la Parole de Dieu.

Par exemple :

Il y a d'autre part toutes sortes d'assurances, externes et internes, que nous possédons le texte même que Mohamed lui-même a contribué et employé (p. xxvii).

Nous pouvons affirmer, avec la plus grande certitude, que chaque verset du Coran est la composition authentique et inaltérée de Mohamed lui-même. (p.xxviii) [Vie de Mohamed par Sir William Muir. Londres 1878].

Des erreurs minimes de copie peuvent exister, mais le Coran d'Osman ne contient que des éléments authentiques, bien que parfois dans un ordre très étrange. Les efforts des savants européens pour prouver l'existence d'interpolations ultérieures dans le Coran ont échoué (Prof. Noldeke. Encyclopaedia Britannica ; 9ème édition, dans "Coran").

L'identité de l'auteur du Livre est un sujet de controverse entièrement différent. Néanmoins, ce même Livre dont la paternité divine est confrontée à d'autres peuples de Livres, reste un témoignage du fait que non seulement la Torah et l'Injeel (l'Ancien Testament et les Évangiles) ont été révélés en partie par Dieu Lui-même, mais aussi d'autres Livres appartenant à différentes religions dans d'autres parties du monde ont eu leur origine, sans aucun doute, de Dieu Lui-même : les contradictions qu'on y trouve aujourd'hui sont d'origine humaine. Sans aucun doute, l'attitude du Coran est de loin la plus réaliste et la plus propice à la paix parmi les religions.

2) En ce qui concerne la deuxième question, le Saint Coran attire notre attention sur le processus d'évolution dans toutes les sphères de la société humaine. De nouvelles religions étaient nécessaires non seulement pour restaurer les enseignements fondamentaux des anciennes religions qui avaient été mutilées par la main de l'homme, mais aussi, à mesure que la société se développait, de nouveaux enseignements devaient être ajoutés aux précédents pour suivre le rythme du progrès.

3) Ce n'est pas tout. Un autre facteur à prendre en compte dans ce processus de changement est celui des enseignements secondaires liés au temps, qui ont été révélés afin de répondre aux exigences d'un peuple ou d'une époque particulière. Cela signifie que les religions n'étaient pas seulement constituées de noyaux de principes inaltérables mais possédaient aussi des enseignements périphériques, secondaires et même transitoires.

4) Dernier point, et non des moindres : l'homme n'a pas été éduqué et formé aux instructions divines en une seule fois, mais il a été formé progressivement, étape par étape, jusqu'à ce qu'il atteigne un stade de maturité mentale où il est jugé apte à recevoir tous les principes fondamentaux nécessaires à son orientation. Selon la déclaration coranique, un enseignement secondaire inséparable, basé sur des principes permanents, a également été révélé comme faisant partie d'une religion finale, parfaite et complète, qui était l'Islam. Tout ce qui était de nature purement locale ou temporaire a été abrogé ou omis ; tout ce qui était nécessaire pour l'avenir a été prévu et maintenu (voir le Saint Coran, chapitre 5, paragraphes 14-16).

C'est, en substance, le concept islamique d'universalité religieuse, que l'Islam prétend posséder. C'est à l'homme d'enquêter et de juger les mérites comparés des différents demandeurs.

Nous revenons encore une fois à la question des religions qui se sont donné pour objectif une influence mondiale. Il est clair que l'Islam possède une telle ambition. Par prophétie, le Saint Coran déclare que l'Islam est destiné à émerger un jour comme la seule religion de l'humanité.

ہُوَ الَّذِیۡۤ اَرۡسَلَ رَسُوۡلَہٗ بِالۡہُدٰی وَدِیۡنِ الۡحَقِّ لِیُظۡہِرَہٗ عَلَی الدِّیۡنِ کُلِّہٖ وَلَوۡ کَرِہَ الۡمُشۡرِکُوۡنَ                                                                            

C'est Lui qui a envoyé Son Messager avec la guidance et la Religion de la vérité, pour la faire prévaloir sur toutes les religions, même s'Il est détesté par ceux qui associent des dieux à Dieu. (Q. 61 : As-Saff : 10)

Malgré son engagement à promouvoir la paix et l'harmonie interconfessionnelle, l'islam ne décourage pas la diffusion concurrentielle de messages et d'idéologies dans le but d'exercer une influence sur les autres. En effet, il propose comme noble objectif la poursuite de la prédominance de l'Islam sur toutes les autres croyances, un objectif à poursuivre par les fidèles de l'Islam.

En parlant du Saint Fondateur de l'Islam (lpbD), le Saint Coran déclare :

قُلۡ یٰۤاَیُّہَا النَّاسُ اِنِّیۡ رَسُوۡلُ اللّٰہِ اِلَیۡکُمۡ جَمِیۡعَۨا الَّذِیۡ لَہٗ مُلۡکُ السَّمٰوٰتِ وَالۡاَرۡضِ ۚ لَاۤ اِلٰہَ اِلَّا ہُوَ یُحۡیٖ وَیُمِیۡتُ ۪ فَاٰمِنُوۡا بِاللّٰہِ وَرَسُوۡلِہِ النَّبِیِّ الۡاُمِّیِّ الَّذِیۡ یُؤۡمِنُ بِاللّٰہِ وَکَلِمٰتِہٖ وَاتَّبِعُوۡہُ لَعَلَّکُمۡ تَہۡتَدُوۡنَ

Dis-leur : "Ô hommes ! En vérité, je suis un messager envoyé à vous tous par Allah, à qui appartient le royaume des cieux et de la terre. Il n'y a pas d'autre dieu que Lui. Il donne la vie et cause la mort. Croyez donc en Allah et en Son messager, le prophète non lettré, qui croit en Allah et en Ses paroles, et suivez-le, afin d'être bien guidés". (Q.7 : Al-Araf : 159)

Toutefois, pour prévenir et éviter les frictions et les malentendus, l'Islam prescrit un ensemble de règles de conduite claires qui garantissent l'égalité de traitement, la justice absolue, la liberté d'expression et le droit à la dissidence, égaux pour tous.

Instruments de concurrence : pas de coercition

Comment une religion peut-elle prétendre être universelle, internationale ou mondiale, et pourtant ne pas donner lieu à des conflits ?

Aucune religion ayant un message universel et des ambitions mondiales d'unir l'humanité sous une seule bannière ne peut même momentanément envisager l'idée d'utiliser la force pour diffuser son message.

L'épée peut conquérir des territoires mais pas des cœurs.

La force peut plier les têtes mais pas les esprits.

L'Islam ne permet pas l'utilisation de la force comme instrument de propagation de son message. Il déclare :

لَاۤ اِکۡرَاہَ فِی الدِّیۡنِ ۟ۙ قَدۡ تَّبَیَّنَ الرُّشۡدُ مِنَ الۡغَیِّ

Il ne doit y avoir aucune contrainte en matière de religion. En vérité, ce qui est bien a été différencié de ce qui est mal... (Q. 2 : Al- Baqarah : 257).

Il n'y a donc pas besoin de coercition. Laissez l'homme déterminer où se trouve la vérité. 

(lpbD) - Que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui.

(A suivre dans le prochain épisode qui développera le thème des instruments de concurrence : la non-coercition).