Opinion

La santé à la conférence sur l'avenir de l'Europe : les leçons de la pandémie de COVID-19

UE

Dans le cadre de la Conférence pour l'avenir de l'Europe, qui traitera de questions telles que la réforme institutionnelle, à commencer par l'élection du président de la Commission européenne, l'émigration, l'État de droit et la participation des citoyens, la santé jouera un rôle important, surtout après le coup que nous a porté la pandémie.

L'Europe, dans sa position parmi les pays au niveau de vie le plus élevé, s'est montrée peu préparée à une situation telle que celle qui s'est déroulée en février 2020, qui a démontré nos faiblesses de manière irréfutable et particulièrement cruelle.
UE

La plupart des pays de l'Union disposent de systèmes de santé qui ont prouvé leur efficacité, comme le montrent des indicateurs tels que l'espérance de vie à la naissance. C'est sur ce point que la santé espagnole est à la pointe de l'Europe, car au moins jusqu'à la pandémie, notre espérance de vie à la naissance était la deuxième du monde, juste derrière le Japon, et le système de santé espagnol dans son ensemble, selon le Bloomberg Global Health Index, était en tête de tous les pays du monde en 2019. L'universalité de plus de 98 % du système de santé espagnol pourrait en faire le modèle à suivre.

Cependant, dans le cadre de l'Union européenne, nous devrions avoir des soins de santé homogènes dans tous les membres, à la fois en termes de portefeuille de services et surtout d'efficacité, de qualité et de sécurité, afin de garantir l'excellence des résultats et la satisfaction des utilisateurs.
UE

La mise en œuvre de la carte européenne d'assurance maladie qui garantit à tous les Européens des soins de santé urgents dans tous les pays de l'Union a été une étape d'une importance méridienne, mais elle est encore limitée par les différences qui existent dans le financement de chaque système de santé, par exemple en cas de changement de résidence. Idéalement, tous les citoyens de l'Union européenne auraient le droit de recevoir tout type de soins de santé dans n'importe quel État membre. 

Il appartient aux législateurs de déterminer comment compenser ces différences de financement entre les membres et les demandes de soins sûrs émanant de citoyens de pays autres que le leur.
UE

La pandémie de COVID-19 a démontré l'absence totale de préparation à une telle situation. Mais, surtout, elle a démontré l'absence d'une réponse commune de tous les pays de l'Union. Deux questions évidentes se posent. Premièrement, comment aurions-nous pu mieux réagir, et deuxièmement, quelles leçons pouvons-nous tirer de la situation que nous avons vécue ?

Je vais essayer de répondre aux deux questions en même temps.

Dans une situation de pandémie, il y a deux actions prioritaires. Tout d'abord, contrôler la transmission de l'agent infectieux. Et, deuxièmement, assurer les meilleurs soins de santé aux personnes infectées, en évitant l'effondrement des hôpitaux et des soins primaires, et ainsi réduire le nombre de décès ou de séquelles graves.

La UE puede emitir deuda desde hoy para financiar el Fondo de Recuperación

En termes de contrôle de la transmission de l'infection, la première chose à faire est de savoir le plus tôt possible quel est l'agent responsable. Et à cet égard, les résultats dans le cas de la pandémie de COVID-19 ont été spectaculaires. Alors que les cas n'avaient été identifiés qu'en Chine, on savait déjà qu'il s'agissait d'un virus du groupe SRAS, qui se transmet par voie aérienne et éventuellement par contact avec des surfaces contaminées, bien que ce moyen soit aujourd'hui remis en question, et qu'il s'agit d'une infection dont la létalité est très importante, bien que très inférieure à celle d'autres virus comme le virus Ebola. A partir de là, on peut dire que les erreurs ont commencé, tout d'abord, des éventuels experts, de leurs gouvernements respectifs et des organisations supranationales de la santé. Au moment où l'Organisation mondiale de la santé a déclaré l'état de pandémie au niveau international, la réaction aurait dû être beaucoup plus rapide. Il est juste de reconnaître qu'à l'époque, personne n'était conscient de ce qui allait arriver, mais nous avons appris que la diligence était insuffisante et qu'il n'y avait pas d'approche unie.La UE puede emitir deuda desde hoy para financiar el Fondo de Recuperación

L'Union européenne aurait dû unifier ses critères et agir conjointement. La disponibilité et le caractère obligatoire des équipements de protection individuelle, indispensables aux agents de santé dans les premiers temps de la pandémie, dépendaient de chaque État séparément. Les mesures de confinement, de restriction des déplacements, de fermeture des frontières et de contrôles sanitaires, qui ont été les seules efficaces pour ralentir la propagation, auraient été beaucoup plus efficaces dans une Union européenne peu coordonnée.

L'apparition des vaccins, événement exceptionnel du point de vue scientifique en raison de la rapidité de leur développement, n'a pas été accompagnée de mesures de fabrication et de distribution en rapport avec la puissance industrielle et économique supposée de l'Union. Une fois de plus, les intérêts particuliers, non plus des pays mais de chacun de leurs gouvernements respectifs, ont prévalu sur l'intérêt communautaire. Il était plus qu'évident qu'il ne serait pas possible de disposer du nombre nécessaire de vaccins pour immuniser un pourcentage suffisant de la population avec la rapidité requise. Et pourtant, la population a continué à être sciemment trompée. Et comme si cela ne suffisait pas, des doutes sur la sécurité des vaccins ont été rendus publics sur la base de faits exceptionnels et non vérifiés, et sur cette base, des décisions ont été prises qui n'ont fait que retarder l'administration des vaccins disponibles. Ce sont les raisons pour lesquelles il faut tant de temps pour sortir de la situation de gravité maximale.
La UE puede emitir deuda desde hoy para financiar el Fondo de RecuperaciónIl n'y a pas eu non plus de consensus dès le départ sur la manière de traiter les patients infectés. Une fois de plus, les intérêts particuliers des gouvernements et des États ont prévalu sur l'intérêt général consistant à sauver le plus grand nombre de vies possible. Il a fallu trop de temps pour que des traitements dont l'efficacité était à peine prouvée soient disponibles, et des traitements parfois inefficaces, voire nocifs, ont été utilisés sans tenir compte des organismes internationaux responsables tels que l'Organisation mondiale de la santé ou l'Agence européenne des médicaments.

Les leçons tirées de cette pandémie sont si simples que les responsables devraient avoir honte de ne pas avoir agi autrement. Une Union européenne véritablement unie devrait toujours agir conjointement, rapidement, avec des actions basées sur des preuves scientifiques et en faisant appel à des personnes suffisamment informées pour prendre des décisions, mais surtout dans des situations comme celle d'aujourd'hui où la vie de beaucoup de nos citoyens dépendra de ces décisions.
La UE puede emitir deuda desde hoy para financiar el Fondo de Recuperación

Un autre point d'une importance capitale est celui de l'information. Les différences entre les membres de l'Union se sont également reflétées dans les informations fournies aux citoyens. L'information n'a pas été rapide, mais le plus inquiétant est que, dans de nombreuses occasions, elle n'a pas été sincère. Je citerai comme simples exemples la nécessité de mesures de protection, le nombre réel de personnes infectées et de décès, la disponibilité et la sécurité des vaccins. Si l'ampleur du drame ne suffisait pas à inquiéter la population, les informations, souvent partielles et dans certains cas clairement erronées, n'ont fait qu'accroître les niveaux d'anxiété et de détresse. Des informations véridiques et unifiées dans toute l'Union auraient été d'une grande utilité.

La UE puede emitir deuda desde hoy para financiar el Fondo de Recuperación

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence le manque d'unité sanitaire dans l'Union européenne. Tirons des conclusions utiles pour l'ensemble du système de soins de santé afin d'éviter les différences de résultats et donc d'efficacité des systèmes de santé respectifs.

Je ne veux pas paraître utopique, encore moins visionnaire, mais je pense que la véritable Union européenne ne dépendra pas seulement de l'union économique, de la disparition des frontières ou des accords supposés dans les relations extérieures. L'unité dans les soins de santé est un objectif qui devrait être une priorité. Concevoir des systèmes de soins de santé avec un financement similaire, sans oublier la rémunération équitable et aussi uniforme que possible des travailleurs de la santé, permettrait d'obtenir des soins de santé plus efficaces et plus justes pour tous les citoyens. La mise en place d'une Agence européenne des médicaments réellement efficace et la collaboration dans la recherche biomédicale, dans son développement et son innovation, en fournissant les moyens nécessaires pour nous mettre au même niveau que des pays comme les États-Unis ou la Chine, détermineront la place que l'Europe occupera dans les prochaines décennies.

Antonio González, médecin et chef du service de médecine interne de l'hôpital Vall d'Hebron (Barcelone).