PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

L'Afghanistan marque le déclin des États-Unis

bush-presidente-estados unidos

Mythomane, ivrogne, cocaïnomane et instable, George Walker Bush, en tant que président des États-Unis, a insisté pour mener une "guerre contre le terrorisme" pour laquelle il n'était pas qualifié, mais dont il a tiré d'amples profits politiques et personnels ; ainsi que des attentats du 11 septembre 2001, qu'il a pressés au point de réussir à se faire réélire. 

Aujourd'hui, près de vingt ans après avoir lancé l'invasion de l'Afghanistan (7 octobre 2001), Bush a perdu la guerre, celle-là même qu'il y a vingt ans, en tant que président, il défendait devant le Congrès de son pays en affirmant qu'il ne s'agirait pas "d'une bataille, mais d'une longue guerre". 

Et il n'avait pas tort : l'Afghanistan, avec le Vietnam (1955-1975), sont les deux plus longues guerres menées par l'armée américaine et les deux plus inutiles et coûteuses pour le trésor américain. 

La différence entre l'un et l'autre est que l'Afghanistan marque un tournant dans le déclin de la suprématie américaine quelques jours avant le vingtième anniversaire des attentats fatidiques du 11 septembre 2001, qui ont suscité la décision houleuse d'un Bush qui, avec son jean, croyait qu'envahir cette nation du Moyen-Orient revenait à dompter le poulain sauvage avec le bélier de Washington..... Toujours vivant, à 75 ans, Bush se heurte encore à l'échec de ses décisions et avec elles, il a réussi à entraîner son pays dans le discrédit et la méfiance car nous allons voir si les alliés vont seconder les Américains dans une nouvelle invasion. 

L'invasion du Viêt Nam, également marquée par l'échec, les erreurs, l'accumulation de morts et de machines coûteuses pour les caisses, a eu lieu dans un monde où régnait la guerre froide, et de ce monde, la démocratie et le capitalisme occidentaux sont sortis vainqueurs lorsque le mur de Berlin est tombé en 1989 et que l'Union soviétique s'est désintégrée en 1991.  

Il s'agit d'époques et de circonstances historiques différentes : 2021 continue de marquer le déclin de l'hégémonie américaine face à des alliés qui n'ont pas été découragés d'assister aux années les plus désastreuses de la diplomatie de la Maison Blanche. D'abord Trump les ignore, puis Biden oublie de s'accorder avec eux sur une sortie digne et ordonnée du territoire afghan. Chacun pour soi !

Tandis que la puissance de Washington s'affaiblit, chaque fois qu'elle fait un pas en arrière dans la sphère internationale, la Russie et la Chine font deux pas en avant, et d'autres acteurs s'aventurent sur la scène et n'ont pas l'intention de rester à la traîne, comme la Turquie, l'Inde, le Qatar, Israël et l'Arabie saoudite.

Bush devrait être facturé pour sa guerre : selon l'Université de Brown, près de vingt ans d'occupation militaire ont coûté aux caisses publiques 2,3 trillions de dollars.

Pourquoi le retour au pouvoir des talibans est-il si important ? L'Afghanistan n'est pas un pays cent pour cent misérable, bien que 90 % de la population vive sous le seuil de pauvreté et qu'un régime tribal et parfois nomade persiste dans un paysage désertique et rude, le pays est situé à un nœud géostratégique en Asie centrale qui est assez important.

Il est bordé par le Pakistan au sud et à l'est, par l'Iran à l'ouest, par les anciennes républiques soviétiques du Turkménistan, de l'Ouzbékistan et du Tadjikistan au nord et par la Chine au nord-est, le long du corridor de Wajan.  

En 1998, la CIA a documenté une augmentation de 300% de la production d'opium et d'héroïne sur le territoire afghan ; c'est la principale source de subsistance de la population engagée dans la culture et la distribution de la drogue vers les pays asiatiques, principalement la Chine.  Elle est actuellement le plus grand producteur d'opium au monde avec 328 304 hectares cultivés avec des données en 2017, selon le CIA Fact Book. 

En 2006, le ministère américain de l'énergie a évalué à 100 millions de barils le potentiel de pétrole brut afghan récupérable dans les gisements connus, tandis que l'US Geological Survey a estimé les réserves liquides - qui restent à découvrir dans le nord de l'Afghanistan - à près de 2 milliards de barils. 

Elle possède également un énorme potentiel minier inexploité avec des sous-sols riches en or, diamants, lithium, cobalt et autres minéraux précieux.

Comme si cela ne suffisait pas, l'Afghanistan est stratégiquement crucial pour la Chine car il sert ses intérêts dans l'extension de sa Nouvelle route de la soie (One Belt, One Road), qui lui permettrait de créer les infrastructures nécessaires pour mieux se connecter à l'Europe.

Il semble que le gouvernement de Xi Jinping serait prêt à conclure un accord avec un gouvernement taliban en échange d'investissements et, à l'inverse, d'un engagement à ce qu'il n'y ait pas d'activité terroriste ni de tentative de recrutement idéologique dans la région du Xinjiang (au nord-ouest de la Chine) où vit une minorité islamique. L'Afghanistan est la méduse à sept têtes et les États-Unis ont été incapables de couper ne serait-ce qu'une seule de ses têtes...