Opinion

L'Afghanistan, une mission inachevée ?

PHOTO/MINISTERIO DE DEFENSA – Recepción del rey Felipe VI en el regreso de tropas españolas de Afganistán

Les derniers militaires espagnols encore déployés en Afghanistan sont rentrés sur le territoire national le 13 mai, après avoir mis en berne le drapeau espagnol à Kaboul la veille. Cela marque la fin de la participation de l'Espagne en Afghanistan, conformément aux directives de l'OTAN. 

L'opération en Afghanistan a vu le jour à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Depuis lors, trois missions ont été menées à bien : "Enduring Freedom", "International Security Assistance Force" (ISAF) et "Resolute Support", qui est la dernière à être exécutée. 

Les forces armées espagnoles ont fourni 27 000 militaires au cours des 19 dernières années pour contribuer à la paix et à la stabilité dans la partie orientale du pays. En outre, ils ont dû déplorer la perte de 102 vies humaines, dont des soldats, des gardes civils, des policiers nationaux et deux interprètes. 

PHOTO/AFP - Soldados estadounidenses forman en la base de Bagram, a 70 kilómetros al norte de Kabul (Afganistán)
PHOTO/AFP - Des soldats américains s'entraînent sur la base de Bagram, à 70 kilomètres au nord de Kaboul, en Afghanistan

Le retrait de toutes les nations participant à la mission s'effectue de manière coordonnée et progressive, l'objectif étant de l'achever le 11 septembre 2021. 

Bien que les États-Unis aient annoncé le retrait militaire, ils se sont engagés à maintenir l'aide humanitaire dans la région. L'Afghanistan est confronté à un nouveau scénario dans lequel son avenir doit être décidé et il doit déterminer si l'effort consenti, en termes de matériel et de vies humaines, en valait la peine. 

1. une mission imminente 

Les attentats du 11 septembre  

Le 11 septembre 2001, les États-Unis ont subi les plus importantes attaques terroristes de leur histoire, avec près de 3 000 morts, auxquels il faut ajouter les décès causés par les conséquences de l'événement (Pozzi, 2019). Le réseau djihadiste Al-Qaida aurait détourné plusieurs avions et les aurait dirigés vers les tours jumelles de New York et le Pentagone à Washington. La première attaque contre la tour nord du World Trade Center a eu lieu avant 9 heures du matin et a marqué le début d'un événement qui a choqué le monde entier. 

REUTERS/MOHAMMAD ISMALI - Las fuerzas de seguridad afganas cerca del lugar de un ataque en una base aérea militar estadounidense en Bagram, al norte de Kabul, Afganistán
REUTERS/MOHAMMAD ISMALI - Les forces de sécurité afghanes près du site d'une attaque contre une base aérienne militaire américaine à Bagram, au nord de Kaboul, en Afghanistan.

Les réactions ont été rapides. Le lendemain des attentats, le Conseil atlantique, pour la première fois dans l'histoire de l'OTAN, a invoqué l'article 5 du traité, qui prévoit une réponse commune en cas d'attaque contre un Allié. Ainsi, un soutien a été apporté à l'opération "Liberté immuable", qui a été la première réponse des États-Unis au 11 septembre. 

En octobre 2001, le président américain de l'époque, George W. Bush, a annoncé le déploiement de troupes américaines en Afghanistan pour tenter de localiser le chef radical Oussama ben Laden, ainsi que d'autres terroristes liés à l'attentat. 

La situation en Afghanistan 

L'absence de structure démocratique et institutionnelle a fait que le pays a vécu dans l'asservissement et avec un manque évident de libertés fondamentales. Bien entendu, il n'existait pas de forces de sécurité capables de répondre aux besoins de la population et de résoudre ses problèmes de manière compétente. Les talibans contrôlaient le territoire, par le biais de milices, et servaient de bouclier protecteur au réseau terroriste Al-Qaida. 

Les principaux besoins à satisfaire sont les suivants : assurer la sécurité, favoriser une structure de gouvernance pour ramener la paix dans la région et former les forces de sécurité afghanes. 

L'origine de la FIAS

L'accord de Bonn, signé en Allemagne le 5 décembre 2001, a constitué une étape importante, car il visait à rétablir l'État afghan et à trouver un gouvernement alternatif pour le pays, avec le soutien des Nations unies. L'objectif était de mettre en place un gouvernement intérimaire temporaire qui pourrait conduire à des élections démocratiques. 

C'est ainsi qu'a été créée la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS), qui est venue compléter l'opération Enduring Freedom lancée par les États-Unis. 

La FIAS a été initialement créée par le Conseil de sécurité des Nations unies pour soutenir l'administration intérimaire chargée de la reconstruction du pays après la chute du régime taliban. Depuis août 2003, cependant, l'opération est dirigée par l'OTAN.

AFP/JOHANNES EISELE - Soldados del pelotón del Fa Alfa 177, cargan una unidad de artillería de 155 mm en la Base Operativa Avanzada (FOB) Kuschamond , Afganistán, el 13 de septiembre de 2011
AFP/JOHANNES EISELE - Des soldats du 177e peloton F Alfa, chargent une unité d'artillerie de 155 mm sur la base opérationnelle avancée (FOB) de Kuschamond, en Afghanistan, le 13 septembre 2011.
Participation de l'Espagne 

La mission de l'Espagne en Afghanistan a duré 19 ans, entre 2002 et 2021. 

Au départ, elle a participé à l'opération Enduring Freedom, avec un soutien médical, des avions de transport, des navires et des hélicoptères. Toutefois, l'essentiel de la contribution de l'Espagne a eu lieu pendant le développement de l'opération de la FIAS. 

Le 27 décembre 2001, le Conseil des ministres a approuvé la participation des troupes espagnoles à la FIAS, qui a duré jusqu'à la fin de 2014. L'objectif était de combattre l'insurrection et d'assurer la sécurité. 

Les 350 premiers militaires espagnols sont arrivés à Kaboul le 24 janvier 2002 pour remplir les objectifs de cette mission qui venait de voir le jour. 

Trois ans plus tard, le 18 mai 2005, l'Espagne a pris le commandement de la base de Herat, où elle a installé un hôpital de campagne de rôle 2E et pris en charge l'équipe de reconstruction provinciale dans la ville de Qala-i-Naw. 

La participation de l'Espagne s'est adaptée au fil du temps. Au départ, ses tâches consistaient à assurer la sécurité de la capitale, Kaboul, puis sa présence a été étendue au reste du territoire pour mettre fin à l'insurrection, former et éduquer les forces de sécurité afghanes et soutenir la reconstruction des infrastructures du pays. Le 5 octobre 2006, le processus d'expansion de l'OTAN dans tout le pays s'est achevé. 

Fin 2014, l'ISAF a pris fin et le "Resolute Support" a commencé, axé sur la formation de l'armée nationale afghane. L'actuelle VIIe brigade "Galicia" de l'armée espagnole a inauguré cette nouvelle mission de l'OTAN. Au total, plus de 27 000 militaires espagnols ont été déployés en Afghanistan depuis le premier déploiement.

Enfin, le drapeau espagnol a été mis en berne à Kaboul lors d'un événement organisé par l'OTAN le 12 mai 2021. Ainsi, les 24 soldats restés en Afghanistan rentrent en Espagne.

2.    Adieu à deux décennies 

L'annonce de l'OTAN

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a annoncé la fin de la mission en Afghanistan le 14 mars 2021 (Europa Press, 2021). L'idée est de terminer le retrait en quelques mois, de manière échelonnée, et en coordination avec tous les alliés, y compris l'Espagne. 

Cette décision est intervenue après l'annonce du président américain Joe Biden, dans le but de modifier la politique étrangère du pays, davantage axée sur les défis intérieurs et ceux qui pourraient constituer une menace directe pour sa sécurité (Mars, 2021). 

Environ 7 000 éléments sont restés dans le cadre de Resolute Support, provenant de 35 pays différents au total. Certains ont déjà redéployé tout leur personnel et d'autres sont en train de le faire. 

Il devrait être achevé le 11 septembre de cette année, 20 ans seulement après les attentats qui ont conduit à la plus longue opération à l'étranger de l'histoire des États-Unis. 

PHOTO/MINISTERIO DE DEFENSA – Recepción del rey Felipe VI en el regreso de tropas españolas de Afganistán
PHOTO/MINISTERIO DE DEFENSA –  Réception du roi Felipe VI à l'occasion du retour des troupes espagnoles d'Afghanistan

Les derniers Espagnols 

La dernière rotation, composée de 24 militaires et de 2 interprètes, est arrivée à la base aérienne de Torrejón de Ardoz (Madrid) le 13 mai. À leur arrivée, ils ont été reçus, entre autres personnalités, par le roi d'Espagne D. Felipe VI (ministère de la Défense, 2021). 

Les dernières forces apportées appartenaient aux opérations spéciales, une mission qu'elles effectuaient depuis 2018, date à laquelle la contribution espagnole a été adaptée. 

L'armée de terre, la marine, l'armée de l'air, la garde civile et la police nationale ont été impliquées en Afghanistan, ainsi que d'autres organisations telles que l'Agence espagnole de coopération internationale et de développement.

Le solde de la contribution de l'Espagne 

L'Espagne est impliquée en Afghanistan depuis le début et il s'agit de l'une des missions les plus longues de l'histoire, accompagnée d'un important déploiement de troupes. Elle s'est également adaptée aux exigences de l'OTAN et aux nouveaux défis.  

Au cours des 19 années pendant lesquelles différentes rotations ont été effectuées, les forces armées espagnoles ont réalisé un travail important, avec plus de 28 000 patrouilles, 3 millions de kilomètres parcourus et plus de 1 400 missions de neutralisation d'explosifs. 

Au total, plus de 27 000 soldats ont travaillé à la reconstruction du pays, au soutien de la population et à la formation de l'armée afghane. Ils ont même regretté la perte de 102 vies humaines au cours de la mission. 

Les militaires espagnols ont également assuré la sécurité de l'aéroport de Kaboul et ont adapté les infrastructures de base pour apporter l'électricité et l'eau aux foyers.

Le pays qui reste

Malgré le temps qui s'est écoulé, la vérité est que les objectifs de la mission ne semblent pas avoir été atteints, puisque les talibans sont toujours présents dans la région et que le terrorisme d'Al-Qaida n'a pas été complètement vaincu. 

En effet, le mardi 22 juin, l'envoyée des Nations unies pour l'Afghanistan, Deborah Lyons, a dénoncé devant le Conseil de sécurité l'avancée des talibans, qui ont reconquis des territoires et, plus précisément, 50 des 370 districts afghans (Riaño, 2021). Le groupe s'est également fixé pour objectif de prendre le contrôle des principales capitales provinciales. 

Il n'y a pas non plus de gouvernement complet et fort dans le pays, capable de traiter les problèmes qui persistent actuellement sur le territoire, dont beaucoup sont bien ancrés. La République islamique d'Afghanistan, selon The Economist Intelligence Unit, se classe 142e sur 167 pays en termes de démocratie, avec un score de 2,97 sur 10 (Economist, 2020). Il reste ainsi parmi les pays les plus autoritaires du monde. 

Malgré le retrait militaire, les États-Unis se sont engagés à maintenir l'aide humanitaire et à contribuer au développement du pays. Toutefois, un retrait pourrait représenter un recul important et mettre en péril les progrès réalisés au cours des 20 dernières années. 

PHOTO/MINISTERIO DE DEFENSA – Recepción del rey Felipe VI en el regreso de tropas españolas de Afganistán
PHOTO/MINISTÈRE DE LA DÉFENSE - Réception du roi Felipe VI à l'occasion du retour des troupes espagnoles d'Afghanistan
3. la gloire et l'honneur 

Hommage à ceux qui ont donné leur vie 

L'Espagne a perdu 102 compatriotes en Afghanistan. Parmi eux, 96 étaient des militaires, appartenant aux forces armées ; 2 gardes civils, 2 agents de la police nationale et 2 autres interprètes. 

Le ministère de la Défense a organisé un hommage à toutes les victimes le 28 juin au Collège de guerre de l'armée de terre, qui a été présidé par la ministre de la Défense, Margarita Robles. Au cours de la cérémonie, l'hymne "Death is not the end" a été chanté et une couronne a été déposée en signe de respect et de souvenir à leur égard, tandis que leurs noms ont été lus.  

Aránzazu Magro, veuve du capitaine Javier González Hernández, a prononcé quelques mots au nom de tous les parents qui ont perdu leurs proches en Afghanistan. "Ils y ont vécu leurs derniers moments, leurs derniers jours, leurs dernières expériences, mais c'était ce qu'ils aimaient. Chacun d'entre eux est mort dans des circonstances différentes, mais ils avaient une chose très importante en commun : servir l'Espagne ", a-t-il déclaré lors de son discours (Défense, 2021).   

PHOTO/MINISTERIO DE DEFENSA – Recepción del rey Felipe VI en el regreso de tropas españolas de Afganistán
PHOTO/MINISTÈRE DE LA DÉFENSE  Réception du roi Felipe VI à l'occasion du retour des troupes espagnoles d'Afghanistan
La première femme à mourir en mission 

Chacun des défunts a laissé une histoire écrite sur la mission. Ils ont consacré leur vie à la recherche d'un monde plus juste et à essayer d'aider un pays à trouver la paix. 

La Croix du mérite militaire avec distinction rouge récompense les personnes qui ont accompli des actes de bravoure au cours d'un conflit armé ou d'opérations militaires. L'Afghanistan est un exemple clair du dévouement des soldats qui ont perdu leur vie pour sauver celle des autres. 

Le soldat Idoia Rodríguez Buján, 23 ans, qui a reçu cette distinction à titre posthume, a perdu la vie le 21 février 2007 en Afghanistan. Elle est devenue la première femme à mourir lors d'une mission à l'étranger. 

Elle devait rentrer en Espagne le jour même, mais a demandé à prolonger son séjour de quelques jours. Sa vie a été interrompue à jamais lorsque le véhicule dans lequel elle se trouvait a heurté un engin enterré par les insurgés. Elle qui avait toujours sauvé la vie de tant de personnes, en tant qu'agent de santé, a perdu la sienne à jamais. 

4.    Conclusions 

L'Espagne a contribué de manière significative au développement de la mission dès le début et dans les trois opérations menées au cours des deux dernières décennies : "Enduring Freedom", ISAF et "Resolute Support". 
La contribution de l'Espagne a été adaptée aux besoins et aux exigences de la mission en Afghanistan, jusqu'au moment du retrait militaire. 
Le retrait des troupes intervient à un moment où le pays n'a pas atteint la stabilité et où tout ce qui a été construit jusqu'à présent pourrait être mis en danger, compte tenu d'une éventuelle avancée des insurgés. 
Malgré le fait que l'un des objectifs des accords de Bonn était d'évoluer vers une représentation démocratique, le pays maintient une structure gouvernementale autoritaire, selon The Economist Intelligence Unit. 
L'Afghanistan est l'une des missions qui a duré le plus longtemps et qui a coûté le plus de vies aux forces armées espagnoles, puisque 102 Espagnols sont morts sur le territoire depuis 2002. C'est dans ce scénario que la première femme soldat à mourir dans une opération outre-mer a perdu la vie. 

Felipe Pulido Esteban

Licence en journalisme
Master en journalisme professionnel multimédia
Sec2Crime Collaborateur de la zone de défense nationale

Bibliographie
  1. (s.f.). Obtenido de Ejército de Tierra: https://ejercito.defensa.gob.es/misiones/asia/afganistan/61_ASPFOR_XXXVI.html
  2. Alonso, A. (6 de Diciembre de 2001). El Mundo. Obtenido de Afganistán, en el punto de mira: https://www.elmundo.es/especiales/2001/09/internacional/afganistan/bonn.html
  3. Defensa, M. d. (Dirección). (2021). Homenaje a los Caídos en Afganistán [Película].
  4. Economist, T. (2020). Democracy Index 2020. 
  5. Europa Press. (14 de Abril de 2021). Obtenido de https://www.europapress.es/internacional/noticia-otan-anuncia-fin-mision-afganistan-retirara-coordinacion-eeuu-partir-mayo-20210414214259.html
  6. Iglesias, M. L. (12 de Enero de 2016). Instituto Español de Estudios Estratégicos. Obtenido de http://www.ieee.es/Galerias/fichero/docs_opinion/2016/DIEEEO07-2016_Afganistan_despues_ISAF_MLI.pdf
  7. Mars, A. (14 de Abril de 2021). El País. Obtenido de https://elpais.com/internacional/2021-04-14/biden-justifica-la-retirada-militar-de-afganistan-es-el-momento-de-terminar-con-la-guerra-mas-larga.html
  8. Ministerio de Defensa. (s.f.). Obtenido de https://www.defensa.gob.es/misiones/en_exterior/historico/listado/afganistan.html
  9. Ministerio de Defensa. (13 de Mayo de 2021). Obtenido de https://www.defensa.gob.es/gabinete/notasPrensa/2021/05/DGC-20210513-homenaje-misiones-afganistan.html
  10. Pozzi, S. (11 de Septiembre de 2019). El País. Obtenido de https://elpais.com/internacional/2019/09/11/actualidad/1568205258_937470.html
  11. Riaño, J. (23 de Junio de 2021). France 24. Obtenido de https://www.france24.com/es/asia-pac%C3%ADfico/20210623-afganistan-talibanes-distritos-control-ruta-tayikistan
  12. Vado, S. F. (Junio 2021). Fin de misión. Revista Española de Defensa, 12-17.