PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

L'automne noir du Polisario

frente-polisario-sáhara-occidental_0

Les nouvelles successives qui ont entouré le Front Polisario et ses intérêts tout au long de cet automne, pour la plupart négatives, ont été peu ou pas évoquées. Un véritable automne "horribilis" qui, ce n'est pas un hasard, et à quelques exceptions honorables près, est passé sur la pointe des pieds dans les médias espagnols.

Cette mauvaise série, digne du renvoi de n'importe quel entraîneur si l'on s'exprime en termes footballistiques, a probablement commencé les 22 et 23 septembre à Las Palmas de Gran Canaria, avec la tenue réussie par le Mouvement sahraoui pour la paix de la 1ère édition de sa Conférence internationale pour la paix. L'association dont je suis vice-président, le Fórum Canario Saharaui, a eu le plaisir de collaborer à cet événement.

A cette époque, nous avons entendu et lu toutes sortes d'histoires basées sur la désinformation et l'inventivité des amis (politiques et médiatiques) du Polisario en Espagne. Dans leur récit, Las Palmas est devenu le Berlin des années 1960. Une sorte de guerre froide intimide l'île, des dizaines d'espions marocains envahissent les rues de la ville. Au centre de tout cela, une conspiration hispano-marocaine - surnommée par Ignacio Cembrero le "forum sahraoui" - dont nous semblons avoir fait partie, a organisé, contrôlé et financé l'événement, afin de menacer la cause du Polisario (et ceux qui en vivent). 

Quelle imagination, même John Le Carré n'aurait pas pensé à une telle chose. Au bout du compte, il faut le prendre comme une blague. Car, même s'ils essaient de transformer un mensonge en vérité en le répétant des dizaines de fois, ils n'y parviendront guère s'ils se livrent à des hyperboles avec autant de passion. Mais c'est leur stratégie, et ils l'exercent avec la tranquillité d'esprit de savoir qu'ils ne vont pas payer un prix professionnel, parce que ce n'est pas un sujet majeur dans l'opinion publique espagnole et ils jouent avec. En d'autres termes, le mensonge est gratuit. Mais cela, ainsi que le pseudo-rapport fantôme du CNI sur lequel ces mensonges sont basés, pourrait faire l'objet d'un article ultérieur.

Comme je l'ai dit, cette réunion a été un tournant qui s'est poursuivi en octobre. Au cours de ce mois, nous avons assisté à de nombreux événements au niveau national et international qui ont mis à nu la meute de fanatiques dirigée par Brahim Ghali et sa direction. Tout d'abord, nous avons assisté à des dénonciations internes et à des reproches rendus publics par la jeunesse du Polisario à l'égard de ses dirigeants, exigeant un "nécessaire renouvellement générationnel en raison de la méfiance à l'égard de la direction du Polisario en raison de sa conduite irresponsable et nuisible". Et ils l'ont fait en le "glissant" dans leurs médias officiels, ce qui est sans précédent. "Nous en avons marre, nous sommes gouvernés par des dinosaures", ont même déclaré les jeunes vivant à Tindouf. C'est la gérontocratie que nous avons si souvent dénoncée. Et ils continueront à le faire, sans attendre de changement.

Mais l'aspect le plus pertinent de cet Octobre noir a sans doute été de constater que c'est le Front Polisario lui-même qui a reconnu de nombreux cas de répression interne et de multiples violations des droits de l'homme au cours de son demi-siècle d'existence. C'est Ghali lui-même qui a annoncé (bien qu'avec un certain euphémisme) "des réparations aux victimes des erreurs et des abus du passé". En d'autres termes, reconnaître pour la première fois en 50 ans la commission de crimes contre l'humanité dans les camps algériens de Tindouf contre sa propre population dissidente. Il reste maintenant à voir comment et quand les réparations seront effectuées, ou s'il s'agit d'une annonce faite pour le bien de la galerie, comme cela semble être le cas.

Et, bien sûr, il y a les affaires judiciaires contre le Ghali en Espagne. En ce qui concerne la dernière question, celle de l'entrée illégale de Ghali en Espagne, il convient de saluer la persévérance et la patience du juge Rafael Lasala, ainsi que celles de l'avocat chargé des poursuites, Antonio Urdiales, qui a réorienté l'enquête afin d'élucider les éventuels crimes de prévarication et de faux documents commis par M. Brahim Ghali, ou devrions-nous dire Mohamed Benbatouche ? En ce qui concerne celle qui était ouverte à l'Audiencia Nacional jusqu'à il y a quelques jours, dans laquelle Ghali était accusé de crimes de détention illégale, de torture et de crimes contre l'humanité commis en 2019 dans les camps de Tindouf, le juge Pedraz avait également pris en octobre la déposition d'Abba Bouzeid, témoin des tortures que l'activiste sahraoui Fadel Breica aurait subies aux mains du Front Polisario.

Dans la déclaration, le juge a entendu Bouzeid pendant 90 minutes raconter les détails de l'enlèvement, de la torture et de la détention arbitraire dont il a fait l'objet avec Fadel Breica, dans les centres de détention d'Al-Rashid et d'Al-Dhiba, habituellement utilisés par le Polisario à ces fins dans les camps de Tindouf (Algérie), ratifiant ainsi la version de Breica. Quant à Ghali, il dit l'avoir vu en prison le jour où il a entendu les cris de Breica pendant qu'il était torturé. L'Audiencia Nacional avait précédemment rejeté les tentatives de la défense de Brahim Ghali de clore cette affaire, dans laquelle se trouvent également d'autres accusés, tels que Bachir Mustafa Sayed, le numéro deux du Polisario, ou Mustafa Mohamed Ali Sid el Bachir, qui fut ministre de l'Intérieur. Mais finalement, le juge Pedraz a récidivé en imitant ce lamentable interrogatoire télématique qu'il s'était fixé en 2021, alors que Brahim Ghali était encore hospitalisé sur le sol espagnol. En classant cette affaire, un nouveau tapis rouge est déroulé pour Ghali par certains juges espagnols, afin qu'il puisse échapper à ses responsabilités pénales.

D'autre part, en octobre également, rappelons la véritable gifle que le Polisario a reçue en raison du contenu de la récente résolution 2654 du Conseil de sécurité des Nations unies. En plus de réaffirmer la position du Conseil depuis 2007, et à travers lui de la communauté internationale, selon laquelle la solution à ce conflit régional doit être politique, réaliste, pragmatique, durable et basée sur le compromis, la résolution a également dénoncé les mauvaises pratiques du Polisario sur des questions fondamentales qui touchent également aux droits élémentaires. Ces reproches sont directement liés à la demande du Conseil de sécurité aux organisations humanitaires de veiller à ce que "l'acheminement de l'aide humanitaire se fasse conformément aux bonnes pratiques des Nations unies", en raison du détournement régulier et répété de cette aide à des fins personnelles avec la connivence du Polisario. Un détournement confirmé dans plusieurs rapports du Haut Commissariat aux Réfugiés et de l'office anti-fraude de l'Union européenne (OLAF).

De même, la résolution demande que tous les efforts soient faits pour enregistrer les populations, ou le recensement des camps de Tindouf, par l'intermédiaire du Haut Commissariat aux Réfugiés. Cette demande a été refusée avec insistance par l'Algérie et le Polisario depuis plus de 25 ans. Un refus de recensement de la population qui vise à cacher la population réelle, dont les données actuelles sont des estimations et sont "gonflées" par le Polisario, car l'aide humanitaire détournée dont parle le Conseil de sécurité est accordée sur la base des données démographiques. Plus il y a de population, plus il y a d'aide ; plus il y a d'aide, plus il y a de détournement et donc plus de corruption.

Ainsi, à l'exception de la résolution de l'ONU, quelle a été l'ampleur de la plupart des mesures susmentionnées en Espagne ? Presque aucune. Surtout par les porte-parole habituels du Polisario dans notre pays qui, jour après jour, non seulement l'ont nié, en défendant ses auteurs, mais se sont moqués pendant des années de ceux d'entre nous qui dénonçaient ces événements. Où sont maintenant ces porte-parole officieux du Polisario en Espagne, qui critiquent tant ces événements lorsqu'ils vont dans l'autre sens ? Ils ne sont ni là ni à attendre. Ils n'ont d'yeux et d'oreilles pour ces choses que lorsqu'elles servent leurs intérêts, qui coïncident généralement avec ceux de l'Algérie, inutile de dire pourquoi. Il s'agit d'une voie à double sens, et ce qui est dénoncé d'un côté doit l'être de l'autre, et non pas être retourné dans tous les sens.

Un peu de respect pour les codes de déontologie de ceux qui exercent cette noble profession, où le premier engagement éthique est le respect de la vérité, ne serait pas de trop. Une chose difficile à réaliser lorsqu'on transforme Las Palmas de Gran Canaria en un Berlin des années 60, sur la base d'un rapport romanesque du CNI dont on parle beaucoup, mais dont on sait peu de choses, dans le but de continuer à répandre des faussetés sans la moindre preuve. Et la meilleure preuve en est le "forum sahraoui" inventé par Cembrero auquel j'ai fait référence plus haut. Sans aucun doute un potentiel Oscar pour le meilleur scénario original.