Opinion

Le "Bahia", un symbole de loyauté envers le Sultan

La “Bayia”, símbolo de fidelidad al sultán

L'un des éléments du langage symbolique est la métaphore, qui n'est rien d'autre que la "traduction du sens direct d'une voix en un sens figuré" (DRAE), qui exprime en un seul mot plusieurs intentions du même objet appelé symbole. L'acte de Bahia en arabe, Allégeance en français ou fidélité, est une action symbolique qui énonce la loyauté d'un peuple envers son roi, son gouverneur ou son chef. De plus, dans le cas du sultanat khirifien du Maroc, il est imprégné de spiritualité religieuse.

La souveraineté marocaine sur Wad Eddahab ou Rio de Oro a été suspendue pendant 91 ans (1884-1975) et celle de Sakia al Hamra (région d'El Ayoun) pendant 71 ans (1904-1975). Cependant, la Bahia ou les liens de loyauté sont restés en vigueur entre les tribus sahraouies et le Royaume du Maroc. Nombreux étaient les Chiujs ou chefs de tribus sahraouis qui ont juré fidélité aux sultans successifs du Royaume malgré les tentatives d'acculturation de l'Espagne.

Le Maroc précolonial était un État structuré sur un système tribal basé sur les lignages, avec le sultan comme symbole d'unité et le Makhzen ou autorité comme figure centrale du pouvoir. La subordination des sujets, dans un acte symbolique d'obéissance, légitimait la domination du sultan sur son domaine. Une fois que la Bahia est établie, elle reste intacte et constitue un compromis entre le sultan et son peuple.

Marruecos y España, tiempo muerto

Il existe une documentation précieuse qui prouve la présence de la Bahia entre les sultans du Maroc et les Chiujs ou chefs des tribus sahraouies avant, pendant et après la colonisation du Sahara. Certains sont des Dahirs ou des décrets qui ont promulgué la nomination de postes publics dans les institutions sahraouies, comme celui de Caid (délégué) ou de Cadi (juge). Le sultan Mulay Abderraman (1822-1859) avait déjà des liens de fidélité qui se sont poursuivis avec son fils Mulay Mohammed IV (1859-1873), liens qui liaient le sultan à des notables sahraouis tels que les Reguibat, Chenguit, Uled Dlim, Tidrarine, Uled Bou Sba, Tekna, Izerguiyen, etc. À Marrakech, le sultan recevait plusieurs actes d'allégeance, notamment celui effectué par le Cadi ou juge Bachir Al Berbouchi Reguibi avant de partir en pèlerinage à la Mecque. Ce juge mettait en œuvre un système juridique coutumier au nom du sultan, exerçant ainsi une autorité en son nom.

Le Sahara a été occupé sous le règne du sultan Mulay Hassan I (1873-1894), qui avait déjà visité les territoires de Tarfaya et du Sahara. Ce sultan a nommé Sidi Ahmed ben Mohamed Laamach Cadi ou juge de Tayakant, selon le document officiel daté et scellé le 28 mai 1886. Pour sa part, le sultan Mulay Abdelaziz (1894-1908) a nommé Mohamed Lamin Ben Ali Takni de la tribu des Ould Tidrarine comme délégué des Kabyles d'Ould Moussa, Ould Ali et Leebibat le 15 janvier 1899. Son délégué, Shaykh Ma El Ainain, lui a rendu visite jusqu'à 5 fois dans les années précédant l'occupation de Tarfaya et Sakia al Hamra (région d'El Ayoun).

L'intronisation de Mohammed V (1927-1961) a marqué le début de la fin de l'impérialisme espagnol et français après presque 50 ans. Il est maintenant temps de retrouver l'intégrité territoriale qui a été déchirée. Mohammed V a également reçu des actes de loyauté de Brahim Uld Abdalahi Uld Sidi Yusef, chef de la tribu des Izerguiyen. Ce remarquable Sahraoui est le grand-père d'Ali Beiba Uld Duihi Uld Sidi Yusef (Alias Ali Beiba Mahfud) qui, à partir de 1975, occupera des postes importants au sein du Polisario et viendra occuper le poste vacant de secrétaire général de la bande et de premier ministre.

Le 25 février 1958, deux ans seulement après l'indépendance (1956), alors que le Sahara occidental est toujours sous administration espagnole, le roi Mohammed V prononce son discours à M'Hamid El Guizlaine, déclarant que "Nous poursuivrons de toutes nos forces notre action pour récupérer le Sahara et tout ce qui appartient au Royaume". C'est également à cette époque que les Forces armées royales (FAR), ainsi que des éléments de l'Armée de libération du Maroc (ALM), ont commencé leurs incursions dans le nord et l'est du Sahara, ce qui a donné lieu à l'opération conjointe franco-espagnole "Ecouvillon" ou "Teide" pour arrêter l'offensive marocaine.

Pendant l'occupation espagnole, des tentatives ont été faites pour mettre en œuvre des techniques d'acculturation des Sahraouis afin de les détacher du Royaume du Maroc, brisant ainsi les "liens de loyauté" existants. Un document secret de l'Etat-major supérieur intitulé "Le Sahara espagnol et les territoires voisins", daté de 1960, déposé dans les archives de la "Fondation Francisco Franco", sous le numéro 1186, considérait la "dangerosité" des revendications marocaines en raison du soutien supposé qu'elles pourraient avoir de la part des Sahraouis. Il propose donc "de soustraire nos Sahraouis à l'influence des Mauritaniens et des Marocains" et de mener "une politique anti-marocaine".

Pour sa part, Hassan II a rencontré le général Franco à l'aéroport de Barajas le 1er juillet 1963, où les deux hommes ont convenu de discuter d'une solution pacifique à la décolonisation. En 1970, le ministre espagnol de l'Industrie, Gregorio López Bravo, se rend à Rabat et propose l'abandon du Sahara en échange de l'exploitation conjointe des phosphates de Boucra. L'Espagne se préparait donc déjà à la décolonisation. Et dans une ultime tentative pour sauver la situation, Franco a essayé de créer des cabildos dans le Sahara, à l'image des Canaries, simulant une sorte d'autonomie fantoche du régime franquiste. Une initiative qui devait tout de même échouer.

Marruecos y España, tiempo muerto

C'est en octobre 1975 que Hassan II a lancé la "Marche verte" pour sauver le Sahara. Dans le même temps, il a reçu plusieurs actes de "loyauté" de la part de notables sahraouis tels que Khali Henna Ould Errachid (aujourd'hui président du Conseil consultatif marocain), Shaykh Ahmed Ould Bachir (ancien vice-président de l'Assemblée sahraouie et, à l'époque, membre des Cortes de Franco) et, surtout, le notable de la tribu Reguibat (président de l'Assemblée sahraouie et également, à l'époque, membre des Cortes de Franco), Khatri Yumani. Ce dernier, le 6 novembre 1975, a envoyé une lettre au président du Conseil de sécurité de l'ONU, au nom de l'Assemblée, exprimant sa volonté et celle du peuple sahraoui de lier définitivement le sort du Sahara au Royaume du Maroc, considérant ainsi la Bahia comme un devoir de tous les Sahraouis. Une fois le territoire récupéré, Hassan II se rend à M'Hamid El Guizlaine le 11 avril 1981, où il confirme la réalisation de la promesse faite par son défunt père, Mohamed V.

Sous Mohammed VI, toutes les Bahias ont été renouvelées. La propriété marocaine du Sahara a également été consolidée, en utilisant la raison historique et la force diplomatique d'un État sage qui existe depuis 12 siècles. La souveraineté sur le Sahara est irréversible, et comme l'a dit Mohammed VI, "le Maroc restera dans son Sahara et le Sahara dans son Maroc, jusqu'à ce que Dieu hérite de l'Univers et de son contenu".

Le Bahia n'a jamais été interrompu, ni dans le temps ni dans l'espace. La fidélité symbolise la permanence, même en l'absence du symbole lui-même, et c'est là sa force et sa légitimité. C'est ainsi qu'on procédait à l'époque et aujourd'hui. A tel point que, durant la période du protectorat espagnol, Tétouan était la véritable capitale du Sahara marocain et d'où étaient nommés les kaïdes (délégués) et les cadis (juges) pour Tarfaya, El Ayoun et Dakhla, qui faisaient partie du parti judiciaire du Royaume.

La Cour internationale de justice de La Haye a reconnu, dans un arrêt du 16 octobre 1975, que ni le Rio de Oro (1884) ni Sakia al-Hamra (1904) n'étaient des territoires sans propriété, terra nullius, et qu'il existait des liens juridiques de loyauté entre les sultans du Maroc et les tribus sahraouies. La Cour a également ajouté que l'"autodétermination", un principe post-Bahia établi en 1945 dans la charte fondatrice d'une ONU contrôlée par les mêmes colonialistes européens, était la libre expression de la volonté des peuples. Cela porte atteinte à la libre volonté de la population berbère, également sahraouie, et à son authentique projection naturelle au Sud du Sultanat, dont la souveraineté est également encadrée par l'expression libre, légitime et ancestrale de la "Bahia".