PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Le défi

ucrania-acciones militares

Au vu des nouvelles alarmantes, des gros titres et de la nervosité qui règne au niveau politique dans les chancelleries d'une grande partie du monde, il semble que nous soyons sur le point de déclencher la troisième guerre mondiale ; alors qu'en réalité, je ne crois pas que, de quelque manière que ce soit, cela puisse se produire.

Depuis des années, nous observons la scène internationale et les nombreux coqs qui cherchent à régner sur le seul poulailler du monde, car aujourd'hui, en raison de l'expansion rapide des choses, de la mondialisation et du fait que tout est trop petit ou trop étroit, personne ne se contente de son empire, quelle que soit sa taille, sa fécondité ou sa portée

Depuis quelque temps, peut-être trop longtemps, la Chine, la Corée du Nord, la Russie et l'Iran rivalisent, chacun à sa manière et en fonction de ses armes, de ses capacités politiques ou économiques, pour tenter de déloger l'Oncle Sam de sa position de leader mondial. 

Les États-Unis, bien qu'ils se soient tenus à l'écart des conflits au cours de la dernière décennie ou plus, ne les réduisent pas et, pourrait-on même dire, augmentent leur taille, leur capacité à causer des problèmes et le degré de risque qu'ils encourent s'ils les abandonnent, les laissent s'enraciner ou tentent de les empêcher de s'étendre encore plus loin qu'ils ne le font déjà.  

Le lauréat du prix Nobel de la paix, Barack Obama, a parcouru le monde en prononçant des discours retentissants et en évitant tout engagement et toute participation sérieuse à une guerre afin de s'acoquiner une fois pour toutes avec ceux qui voulaient bien le critiquer. 

Son successeur, la grande gueule Trump, a rempli l'atmosphère internationale en menaçant, mais sans jamais donner. Il a semé les graines des retraits honteux du Moyen-Orient et de l'Afghanistan et a montré une fois de plus la valeur réelle de la parole de Washington à ceux qui lui prêtent allégeance et y croient vraiment.  

Biden, le vieux briscard ; physiquement faible - il a beau se précipiter devant le public lorsqu'il monte sur un podium ou sur les marches d'un avion - et peut-être même mentalement faible, a dû achever le travail bâclé et inachevé de son prédécesseur par deux retraits plus que honteux et totalement indignes de la première puissance mondiale, et est maintenant déterminé à jeter les yeux et les efforts vers la mer de Chine pour freiner l'expansion de ce pays dans cette région et à garder un œil sur l'Arctique, sans négliger la guerre des galaxies ou l'au-delà

Beaucoup de tomates pour si peu d'œufs, comme le dit le dicton classique, surtout quand il a été plus que démontré que s'engager dans un combat sérieux sur plus d'un front n'a historiquement et à long terme jamais été très bénéfique pour ceux qui ont été engagés ou forcés à se battre. 

Biden subit des revers internes et personnels importants et sérieux, il doit donc faire preuve de prudence s'il ne veut pas finir dans la poussière et renvoyer la balle plus tôt à Kamala Harris. Un revers majeur sur la scène internationale serait fatal pour ses intérêts personnels. Il est bien conscient que la population américaine, autrefois fière, n'avale plus aveuglément l'idée de répandre ou d'imposer la démocratie dans le monde à n'importe quel prix et à n'importe quel coût.  

En bref, le toujours leader mondial est en situation de faiblesse, et ce n'est pas un hasard si tous les coqs précités font beaucoup de bruit, seuls ou ensemble, depuis quelque temps. 

La Corée du Nord, qui lance des missiles tous les jours pour montrer qu'elle est là, qu'elle améliore ses capacités et pour avertir quiconque veut s'en prendre à elle que cela pourrait mal tourner pour elle. 

L'Iran, avec son nouveau gouvernement, gouverne un pays appauvri, plein de toxicomanes et de résistance interne, mais démontre sa force devant le monde en général et les États-Unis en particulier ; parce qu'il continue à s'en tenir à son programme nucléaire, peu importe que les chiens aboient derrière lui et que les trompettes de Jéricho annoncent la chute de ses murs.  

La Chine poursuit son expansionnisme en mer de Chine, sur le continent africain et en Amérique du Sud, sans oublier l'espace et l'Arctique au cas où elle pourrait y pêcher quelques poissons également. Elle menace Hong Kong et quiconque ose envahir ce qu'elle considère être son espace aérien ou maritime, sans égard ni considération, et pour toute réponse, elle ne doit pas se plaindre.  

Et il ne manquait que le dernier ingrédient de ce ragoût, la Russie de Poutine, un pays qui porte sa propre croix, qui résout tous ses problèmes internes par la force, qui domine le monde des cybermenaces aux côtés de la Chine. Géré par un dictateur qui entend rester au pouvoir à tout prix et qui doit faire du bruit et/ou déplacer quelques pièces sur un échiquier depuis longtemps gelé et recevant des menaces voilées des États-Unis et de l'OTAN sur ses flancs sud et ouest en même temps. 

Poutine, qui augmente progressivement son expansion dans les territoires américains et partage de nombreux intérêts avec la Chine en Afrique, a donné un grand coup de pied dans les dents de l'Ukraine en 2014 et n'a obtenu de personne qu'il lève un vrai doigt sur cette invasion et cette annexion territoriale honteuses et flagrantes

Chacune de ces personnes a lancé un défi à Biden. Mais Poutine a voulu aller un peu plus loin que les autres ; il sait que s'il déplace la boîte à souris et sort ses vieux moyens blindés et mécanisés, les gens vont trembler et beaucoup de faibles vont immédiatement montrer leur manque de force d'âme et leur caractère presque impitoyable. 

L'UE, qu'il vaut mieux taire sur ces questions, avec Borrell à sa tête, n'est ni là ni attendue, même si ses dirigeants froncent les sourcils et disent ce qu'ils veulent sur le rôle que l'Union devrait jouer, même si sur ces questions elle n'est qu'à un jet de pierre. 

La chancelière allemande récemment inaugurée et le président français sur le déclin ont rapidement sorti le drapeau blanc et, sans un mot, sont prêts à négocier n'importe quoi sans autre forme de procès. Sánchez n'a même pas été appelé car, après être resté assis tranquillement et souriant dans un coin, il ne fera que bombarder la poitrine et agacer. 

L'OTAN joue à oui, mais à non ; elle déplace des navires et des avions ici et là, parce que l'Ukraine n'est pas membre de l'alliance et n'a donc pas à être défendue en cas d'attaque extérieure et, en outre, parce que, précisément pour ne pas fâcher la Russie, elle repousse depuis des années l'adhésion du pays d'une manière et d'une façon qui deviennent pathétiques et insensées. 

Seul le premier ministre britannique, fêtard, a mis les pieds dans le plat car il sait qu'après avoir tant fait la fête pendant la pandémie, il est sur la sellette et qu'en cas de conflit, son expulsion pourrait même être oubliée. 

Je crois fermement que rien ne va se passer, sauf ce qui est déjà clair : un naufrage de plus dans l'économie, l'énergie va encore monter d'un cran, Poutine aura des garanties qu'il vendra plus, on ne l'embêtera pas avec ses pipelines, il sera considéré comme un "homme de paix" et une fois pour toutes, on arrêtera de l'embêter avec sa façon de gérer la CEI, l'adhésion de la Crimée et quelques autres territoires. 

Une fois de plus, l'Ukraine se retrouvera seule, à frapper à la porte de l'OTAN et de l'UE. On aura fait du bruit, détourné l'attention de la crise économique et financière qui nous frappe, même si on aura contribué à l'enfoncer un peu plus, accordé à Poutine à peu près tout ce qu'il demande, et certains partis ressortiront une fois de plus leurs slogans éculés et dépassés pour faire plaisir à leur paroisse, qui en a déjà un peu marre.