Opinion

Le départ de Juan Carlos Ier : une bouée de sauvetage inattendue pour Pablo Iglesias

Juan Carlos I

Lorsque la crise s'aggrave et que la vie des gens ordinaires devient chaque jour plus difficile, avec son cortège de maladies, d'appauvrissement, de chômage et de faim qui frappent à la porte, le médiateur, le chef, le seigneur de guerre ou le grand vizir ne peut pas démissionner. Ce serait lâche et aussi mal vu. Mais s'il n'est là qu'en tant que figure de proue, alors pour des raisons de dignité, il doit partir. La vérité est que Pablo Iglesias, qui a un siège au gouvernement en raison du coup de chance à géométrie variable imposé à Pedro Sánchez pour devenir président à la Moncloa, aurait dû le faire il y a quelques semaines.

La base de Podemos et un secteur bruyant de l'opinion publique le réclamaient à grands cris : si le président du pouvoir exécutif vous ignore ; si vos propositions que vous avez promises dans toutes les campagnes électorales tombent dans l'oreille d'un sourd ; si vous devez avaler des crapauds souriant aux Américains à qui vous avez promis presque un nouveau Vietnam ; si vous devez vous incliner devant le monarque et vous prosterner repenti devant les cardinaux rouge-violet ; si vous vous frottez, par nécessité, à l'élite financière ; si vous acceptez le plan de sauvetage européen qui nous a été imposé à Bruxelles ; si vous admettez que votre président offre des milliards d'euros aux employeurs pour garantir la solvabilité des entreprises ; si vous devez faire tout cela, Monsieur le Ministre Iglesias de 2030, alors le moment est venu de démissionner.  

Pablo Iglesias et le quatuor de membres du gouvernement qui l'accompagne ont eu du mal à justifier leur mainmise sur les sièges du gouvernement. Il est vrai que les salaires sont très appétissants, que le nouveau niveau de vie, les voitures, les femmes de ménage, les invitations festives doivent être payés, mais l'éthique politique - qui semble toujours exister - exigeait qu'ils démissionnent et sortent par la grande porte.  

Et voici le départ soudain de Juan Carlos I, un sauveur de vie dans le temps. La base et les électeurs de Podemos regardent ailleurs ; ils déposent leur démission et s'insurgent contre les attaques, plus ou moins réussies, contre l'institution monarchique. Le mythe de la République est ressuscité sous le nom de Liberté guidant le peuple par Eugène Délacroix. Et Pablo Iglesias devient la tribune des barricades de l'université. Pour cette fois, il a été sauvé ; il n'y aura plus de démissions. Une assiette de lentilles suffisait.