Opinion

Le maudit virus

covid19-pandemia

Le mois d'août passe avec sa chaleur après une année très dure au cours de laquelle de nombreuses personnes sont décédées, beaucoup sont restées aux soins intensifs, nous avons perdu des êtres chers ou nous ne les avons pas vus depuis un an, des entreprises qui nous nourrissaient ont fermé, ou nous avons perdu notre emploi. Malgré les apparences et l'anesthésie de l'été, le virus laisse une trace de destruction et de douleur et nous sommes incapables de la laisser derrière nous. Bill Bryson a dit qu'"un virus est une mauvaise nouvelle enveloppée dans une protéine" et Covid-19 a été une mauvaise nouvelle. Il y a eu de nombreuses épidémies mortelles au cours de l'histoire, mais celle-ci est différente parce que, pour la première fois, elle a mis en quarantaine toute l'humanité et parce que, pour la première fois, toute l'humanité s'est mobilisée pour la combattre "comme un seul homme", si vous me permettez l'expression, mesdames les féministes. Le tout avec beaucoup d'argent et l'utilisation des réseaux sociaux pour la recherche à une échelle bien plus grande que celle déployée contre le sida. Cela explique pourquoi plusieurs vaccins ont été développés en une seule année, alors que le premier vaccin contre le paludisme a été testé en 1981, et que nous en sommes toujours là. Mais le paludisme est une maladie des pauvres.

Le virus actuel touche tout le monde de la même manière, sans faire de distinction entre les Noirs et les Blancs, les riches et les pauvres, les hétérosexuels et les homosexuels. Il ne fait même pas de distinction entre les Catalans pro et anti-indépendants comme certains pourraient le souhaiter. Nous sommes tous dans le même bateau et nous mourrons tous, même si les pauvres meurent davantage, comme c'est toujours le cas. Avec la variante delta, les infections augmentent de 10 % par semaine et c'est pourquoi les Japonais (dont moins de 20 % de la population est vaccinée) ont connu des Jeux olympiques mornes et tristes, sans spectateurs dans les tribunes et avec de lourdes pertes économiques et d'image. Malgré toutes les mesures prises, les infections se sont multipliées au Japon après le retour des athlètes. En Espagne, le virus ne permet pas de dégager la fin de la saison touristique, dont dépendent tant d'entreprises et d'emplois, une situation à laquelle a contribué l'optimisme excessif d'un gouvernement qui a passé des mois à créer un climat de fausse sécurité en affirmant que nous l'avions vaincu ( ?); des directives sanitaires contradictoires qui sèment la confusion dans l'opinion publique, ainsi que des évaluations judiciaires différentes des mêmes faits ; une information insuffisante sur le virus ; une information insuffisante sur le virus et ses effets sur la santé de la population ; un manque d'information sur le virus et ses effets sur la santé de la population ; un manque d'information sur le virus. L'absence de tests et de contrôles, le laxisme du contrôle des voyageurs, le manque d'éducation des jeunes qui croient qu'ils sont éternels, avec des droits et non des obligations, et la pression de secteurs puissants qui voient leurs intérêts menacés et donnent la priorité aux affaires sur les vies, aussi dur que cela puisse paraître. C'est dans ce contexte que s'inscrit le débat sur le laissez-passer sanitaire obligatoire pour accéder à des locaux fermés, déjà imposé dans plusieurs pays, et dans lequel s'affrontent le droit des uns à ne pas se faire vacciner et le droit des autres à ne pas être infectés. J'avoue que je suis pour : si quelqu'un ne veut pas se faire vacciner, qu'il ne se fasse pas vacciner, mais s'il vous plaît, ne vous asseyez pas à côté de moi au cinéma.

Aujourd'hui, environ 70% des Nord-Américains et des Européens sont vaccinés, mais seulement 1% des 1,3 milliard d'Africains... et toujours personne en Haïti. Et tant que nous ne serons pas tous vaccinés, des mutations du virus continueront d'apparaître et finiront par résister aux vaccins. C'est une question de temps. Nous sommes dans une course contre la montre. C'est pourquoi l'OMS demande aux riches de cesser de stocker des doses et de permettre à au moins 10% des pauvres d'être vaccinés avant de nous faire des piqûres supplémentaires. Elle estime que pour vacciner 70% de l'humanité, 11 milliards de doses sont nécessaires, ce qui, à un prix unitaire de 5 à 7 dollars, coûterait environ 80 milliards, soit moins de 1% du PIB mondial (80 milliards). Cela ne semble pas une mauvaise affaire si l'on considère que la pandémie a contracté l'économie mondiale de 3,6 % en 2020 et qu'en Espagne la chute a dépassé 10 points de PIB.

Mais je crains que les perspectives ne soient pas bonnes. C'est une chose de parler de solidarité et une autre d'être prêt à céder des vaccins à d'autres pays. Ce virus est là pour rester, comme la grippe, il nécessitera des vaccins annuels et nous aurons de la chance si, jusqu'à ce que nous soyons tous - et je dis bien tous - vaccinés, une mutation résistante au vaccin n'apparaît pas et ne remplit pas à nouveau les hôpitaux. Je vous assure que je préférerais avoir tort.

Jorge Dezcallar/Ambassadeur d'Espagne.