Opinion

Le Mexique et l'Espagne, des relations en attente

andres-manuel-lopez-obrador-mexico

Le Grito de la Independencia, qui célèbre les 200 ans du début de l'émancipation de la domination espagnole et de la formation d'un État-nation doté d'une identité propre, le Mexique, intervient alors que les relations entre le gouvernement du président populiste Andrés Manuel López Obrador et son homologue espagnol, le socialiste Pedro Sánchez, sont en stand-by. 

Et j'insiste sur le fait que ce refroidissement est une affaire entre gouvernements, car (heureusement) il est exempt de querelles stériles créées dans le feu du révisionnisme stupide qui sous-tend l'affaire binationale hispano-mexicaine.

Mexicains et Espagnols sont très clairs: leur bonne volonté ne sera pas interrompue parce que le locataire du Palais national souhaite que la Maison royale, présidée par le roi Felipe VI en tant que chef de l'État espagnol, envoie une lettre d'excuses aux actuels peuples indigènes deux siècles plus tard.

Le fameux pardon que, depuis mars 2019, Lopez Obrador réclame à la fois à la Maison royale et au pape François, en tant que plus haut représentant de l'Église catholique, sous l'argument que les Espagnols ont massacré les indigènes lors de la Conquête et qu'ensuite l'Église a réalisé des actes " importuns " dans son processus d'évangélisation

Selon le président mexicain, les événements d'il y a 500 ans sont toujours insurmontables et la seule façon de guérir la blessure historique est de faire un "mea culpa" public

Ce déchaînement a provoqué une rupture des relations politiques et diplomatiques binationales. Seul le président cubain, Miguel Díaz Canel, a assisté à la célébration de la fête de l'indépendance le 15 septembre. Les gens qui ont les mêmes idées attirent les gens qui ont les mêmes idées.

L'ancienne ministre des affaires étrangères, Arancha González Laya, a reçu une invitation à assister aux célébrations ; elle a été démise de ses fonctions il y a un mois et a été remplacée par José Manuel Albares, un professionnel ayant une vision claire des relations internationales, affable et attaché à la valeur ajoutée de la diplomatie. Il y aura sûrement un rapprochement avec le ministère des affaires étrangères présidé par Marcelo Ebrard plus tôt que prévu

Pour l'instant, l'Espagne attend le changement des lettres de créance diplomatiques à l'ambassade du Mexique à Carrera de San Jerónimo, lorsque Quirino Ordaz Coppel, toujours gouverneur de Sinaloa, remplacera María Carmen Oñate. 

Et d'autres changements sont à venir, car le capricieux président Lopez Obrador lui-même veut une femme indigène au siège du Mexique dans le pays ibérique, dans le domaine de la culture, comme il l'a tweeté avec arrogance, soulignant une fois de plus qu'il a un différend avec la monarchie espagnole et lui reprochant de n'avoir jamais répondu à la lettre (dans laquelle il demande un pardon historique) et qu'au contraire, selon lui, elle a été divulguée au journal El País.

Alors maintenant, la vengeance prend la forme du retrait des statues de Christophe Colomb et de la mise en place d'une femme indigène à sa place... Je n'ai rien contre les indigènes, mais j'ai quelque chose contre les atavismes stériles et le discours qui lubrifie la haine et sauve les cadavres du passé, simplement parce que le populisme se nourrit des griefs pour distraire les gens, pour couvrir la médiocrité de l'activité gouvernementale.

Ce dont le Mexique et l'Espagne ont besoin, c'est de renforcer leurs relations bilatérales, d'élargir les cadres de coopération ; à l'heure actuelle, le pays aztèque a besoin de vacciner sa population adulte le plus rapidement possible ; or, le système de santé espagnol dispose depuis plusieurs jours de sept millions de doses de vaccins anti-COVID, car il a déjà immunisé 75 % de sa population et poursuit l'inoculation des adolescents à partir de douze ans. 

Le Mexique a besoin de tellement de doses qu'il existe des initiatives comme celle de Coahuila, où les maquiladoras emmènent des adolescents - âgés de 12 à 18 ans - aux États-Unis, plus précisément à Eagle Pass, pour les faire vacciner.

De telles initiatives sont les bienvenues à un moment où la direction du pays repose sur la myopie et l'obtusité d'une personne qui ne gouverne que pour ses amis et ses intérêts personnels. La négligence des politiques de santé publique pour les enfants atteints de cancer au Mexique doit être portée sur la table des Nations unies et de l'OMS.

Sur le sujet

Oui, il faut demander pardon à la population indigène pour les mauvais traitements qu'elle a subis au cours de l'histoire de la part de tous les gouvernements qui se sont succédé au cours des 200 dernières années. Pour la manière horrible dont les Yankees ont pris leurs terres, pour les massacres d'Aguas Blancas, d'Acteal et d'autres il n'y a pas si longtemps. 

Pour l'exploitation servile sous laquelle ils vivent dans leur propre pays ; pour les avoir abandonnés à leur sort, sans écoles décentes, ni écoles secondaires à proximité, et encore moins d'universités à leur portée. Pour les mauvais traitements et la discrimination, simplement parce qu'on est indigène, et le plus honteux, c'est que cela se passe au Mexique du XXIe siècle, d'un Mexicain à un autre Mexicain. Le président López Obrador devrait moralement demander leur pardon...