Opinion

Le nouvel ultrasocialisme

Pedro Sánchez, Gabriel Rufián, Carmen Calvo

Le président du gouvernement espagnol a baissé la tête lorsqu'un ruffian lui a rappelé qu'il était également opposé à la grâce, avant de l'accorder. "Donnez-nous du temps pour l'amnistie et le référendum", a ironisé le porte-parole de l'ERC. Il n'y a pas de plus grande humiliation politique, surtout quand elle vient de ses propres compagnons de route. Sánchez a commencé sa semaine tragique au Liceu, se montrant comme un homme d'État magnanime appelant à la concorde, au dialogue, au pardon et à la miséricorde. Mais son monologue indécent et indécent manquait de la chose la plus importante : la crédibilité. Il a dupé le chef de la CEOE, les syndicats, le Cercle des entreprises, les évêques catalans, la Conférence épiscopale pour la boîte de l'IRPF et a mis les neuf auteurs du coup d'État du 1-O dans la rue pour des raisons "d'utilité publique" avec de l'argent et des médailles du mérite militaire. Comme les eaux de Lanjarón. Pas pour la justice, pas pour l'équité comme l'exige la loi de la Grâce. 

Droit de commettre un crime

Une honte. La réponse ne s'est pas fait attendre. Les sécessionnistes sont sortis des trois prisons cinq étoiles de Catalogne en revendiquant leur droit à récidiver. "Nous sommes sortis avec plus d'enthousiasme et nous le ferons à nouveau". C'est-à-dire qu'ils ont annoncé "urbi et orbi" qu'ils allaient réessayer.

Le 22 juin 2021 entrera dans l'histoire de l'infamie en Espagne, avec le 23F/81, le 11M/2004 et les milliers de jours noirs avec les attentats de l'ETA. Et Pedro Sánchez sera le principal protagoniste de ce jour maudit. L'histoire ne l'absoudra jamais d'avoir été un lâche et un imposteur. Ce mardi-là, contre les rapports dévastateurs de la Cour suprême et du Parquet, il a libéré certains putschistes qui ont mis en danger l'unité de la patrie le 1er octobre 2017 et qui ont détourné des fonds publics pour déstabiliser 40 ans de démocratie. On le voyait déjà venir depuis son arrivée à La Moncloa, mais à partir de ce moment, il a été officiellement déclaré qu'en tête du coup d'État se trouvait et se trouve le gouvernement de la Nation lui-même, y compris les trois magistrats professionnels : Campos, Marlaska et Margarita Robles. Quelle troupe ! Un coup porté à la Justice en démantelant les sentences d'un procès équitable. 

Asociación Plataforma Víctimas del Terrorismo

En réalité, il s'agit d'une complaisance à l'égard de l'exécutif lui-même pour sa faiblesse ; un paiement sur le compte des lettres signées lors du débat d'investiture. Tout a un prix. Et pour rester au pouvoir avec cette majorité de Frankenstein, il faut se plier au chantage de la mafia nationaliste et séparatiste : ERC, Junts, CUP, PNV, Bildu, PSC et PSOE. Personne n'est innocent ici, sauf Emiliano García-Page.

Le gouvernement voulait adoucir les pardons avec la fin des masques et la réduction de la TVA de la scandaleuse facture d'électricité, mais il n'a pas pu le faire parce que ces deux stratégies font partie de la propagande d'Ivan Redondo. Et elle n'est plus valable. Honteuse l'apparition du Dr Pérez Castejón après l'enlèvement des journalistes. Nous nous plaignions du plasma de Rajoy. Vive le progressisme et la transparence gouvernementale ! Et notre APM en silence. 

Après avoir juré et parjuré au siège parlementaire qu'il n'y aura pas d'amnistie ni de référendum d'autodétermination, le danseur Iceta -absent lors de l'investiture du président Díaz Ayuso- sort et ouvre la porte à la consultation non contraignante avec des améliorations pour le statut et plus d'argent des fonds européens. En bref, plus de privilèges pour les criminels. Plus de discrimination pour le reste des Espagnols. La célèbre asymétrie de Maragall.  Une nouvelle apparition du leader vertical avec le secrétaire général dialoguant de l'ONU, António Guterres, pour ne rien dire alors que ses plombiers monclovites ont qualifié d'événement les affirmations du titulaire des Administrations Publiques. Mais ne nous leurrons pas : Aragonés et Sánchez ont déjà convenu pour septembre d'un calendrier d'alliances juste au moment où l'exécutif a besoin du vote des budgets 2022.

Pedro Sánchez Pere Aragonés

Changement de régime

La Table de dialogue entre la Generalitat et la Moncloa est la continuation du Pacte de Pedralbes, qui n'avait et n'a d'autre objectif que de saper les fondements de la Constitution. Nous sommes confrontés à un changement de régime pour mettre fin à la Transition. Ils veulent imposer une Espagne fédérale alors que notre État des autonomies est en fait un système fédéral. N'oubliez pas : il s'agit d'un processus révolutionnaire visant à neutraliser d'abord et à dynamiter ensuite la monarchie parlementaire, dernier mur de confinement après le discours du monarque du 3 octobre. C'est pourquoi il a annoncé "un nouveau projet de pays". Quand et où ? Avec l'usine de La Moncloa, on ne sait jamais. Tout est de la science-fiction.

Il y a les lois d'habilitation (Hitler, 1933) qui bâillonnent le CJPJ ; la loi d'euthanasie sans même demander d'information au comité de bioéthique, la loi Trans, la loi Celaá, la réforme de la loi de sécession pour que Puigdemont (subventionné) puisse revenir dans l'odeur de la multitude, la loi de la Mémoire Démocratique, le retard du précédent recours d'inconstitutionnalité, les règles contre l'espagnol, -l'espagnol n'est plus enseigné au Pays basque, en Catalogne, aux Baléares, à Valence et en Galice- et la nouvelle réforme de la Cour des comptes pour que les putschistes ne paient pas leur escroquerie de plus de 10 millions d'euros. 

"Ils veulent nous enlever l'appartement de nos enfants", crie Oriol Junqueras, le saint excarcéré de l'ERC. Et le bébé du professeur Más-Collel, qui pleure auprès de la communauté internationale que "la pension et les biens de son papa vont être saisis". Il ne dit pas que son père a détourné des fonds et autorisé d'autres personnes à dépenser l'argent public pour soutenir le coup d'État à l'étranger. Ils sont tous corrompus. Et ils veulent tous nous corrompre. Y compris les 12 lauréats du prix Nobel qui ont signé un manifeste sans même savoir où se trouve la Catalogne.

La visite du collectif des criminels libérés à Waterloo confirme que chat blanc, chat noir, peu importe, ce qui compte c'est que les forces les plus réactionnaires s'unissent pour l'indépendance. La photo avec l'honorable Molt Aragonés à la porte du Palais devant la mairie de Barcelone est une provocation indigne, aussi indigne que le traitement humiliant auquel ils ont soumis le chef d'État lors de ses récentes visites à Barcelone avec à sa tête une mairesse peu présentable.  Et puis ils parlent de normalité... Ils manipulent le langage et les consciences. Ils représentent un danger public.

Les grâces auront un effet négatif sur notre justice à Strasbourg. "Un coup fatal", dit-on à la Haute Cour. Le Conseil de l'Europe (qui n'est pas un organe de l'UE) a déjà condamné l'Espagne grâce aux facilités accordées par le gouvernement de Pedro Sánchez à un député letton pro-russe qui a admis ne pas avoir lu la sentence du juge Marchena. Le mal est fait, mais il y a encore beaucoup de mal à faire. 

Depuis le Liceo, le président-acteur a poursuivi son "chemin de retrouvailles" en passant par le SER et Al Rojo Vivo où il a assuré que la Cour des comptes est un organe administratif. Oui, mais elle est aussi constitutionnelle et indépendante. Sánchez a déjà personnellement ordonné au bureau du procureur de l'État de se retirer pour défendre les intérêts nationaux ; la prévarication s'appelle la figure. L'idée est que les rebelles obtiennent leur insurrection gratuitement. On n'a jamais vu une protection aussi directe du gouvernement et de Ferraz à l'égard de certains criminels condamnés et avoués qui ne veulent rencontrer personne. C'est le nouvel ultra-socialisme au visage pâle et antillais. 

Independentismo Cataluña

Double pardon

José Luis Ábalos ne s'intéresse à rien. Il fait le sale boulot du PSOE et du gouvernement comme ce qu'il est ; un monosabio de la politique. Le même rencontre (ou pas) avec son ami Delcy Rodriguez à Barajas et fait disparaître ses 40 valises diplomatiques, qui nie tout savoir du crédit de 53 millions à la compagnie aérienne fantôme Plus Ultra alors que son Département lui a donné deux permis pour SEPI. Maintenant, il a été le bélier qui a fait pression sans vergogne sur la Cour des comptes pour qu'elle ne respecte pas ses obligations. Il a exigé qu'elle "ne mette pas de pierres sur le chemin" du dialogue du gouvernement avec les indépendantistes. Un marrullero menteur - à Ferraz ou à la Moncloa - pour menacer directement les membres de la cour - chargée de contrôler et d'auditer l'argent public - alors que son mandat est sur le point d'expirer pour certains membres ou d'être renouvelé pour d'autres.  

Il est clair qu'il partage l'avis de Calvo selon lequel l'argent public n'appartient à personne, contrairement à la leçon que nous a donnée le président Adolfo Suárez lorsque, mégaphone en main lors des élections de 1986, il a déclaré que "la démocratie, c'est savoir où va chaque peseta du contribuable".  C'est le double pardon que ce Gouvernement félon veut appliquer à certains politiciens corrompus en essayant de nous faire croire que leur magnanimité rétablit la vengeance du tribunal de condamnation ; c'est le temps du pardon, pontifie l'empereur PSP-C. En un mot : qu'ils descendent dans la rue pour prêcher leur victimisation, qu'ils prennent l'antenne pour encourager la rupture de l'Espagne et, en outre, que les contribuables paient pour leur crime. Le Trésor public va-t-il gracier les citoyens fraudeurs ? Pourquoi devrions-nous payer si le gouvernement lui-même exonère les criminels politiques ? Va-t-il gracier les prisonniers de droit commun ? Dans la même direction ont été prononcés les ministres de rien Belarra et Montero, respectivement. Avec Echenique comme co-pilote.  Ça n'a pas d'importance.

La troisième étape consiste à indemniser les 3 000, 5 000, 30 000 indépendantistes "réprimés". La répression de l'État espagnol est si brutale que tous les criminels étaient sur les rangs. Et l'arrivée à la Moncloa du président Aragonés avec le ruban jaune comme Torra, confirme que la répression continue. Y aura-t-il de l'argent pour " une si grande injustice espagnoliste " ?  Et nous n'avons même pas commencé à régler les comptes avec les membres de l'ETA dirigés par Otegui. Tout le monde dans la rue après le blanchiment de Marlaska. Beau travail (sale). Il peut prendre sa retraite maintenant.

Pedro Sánchez Felive VI

Le processus est ici plus simple : troisième degré, emplois publics dans les Conseils provinciaux et municipaux pénuriques et filobatasunos, accords avec la Sécurité sociale -mieux briser la Caja Única- et pensions décentes alors que José Luis Escrivá -qui ne sait pas s'exprimer- a menacé les enfants du baby boom (décennie des années 60) qu'ils devront travailler plus d'années ou voir leurs pensions réduites. La rectification après un accord raté vendu comme un succès dans les jardins du Palais Printemps-Été-Automne-Hiver, par Sánchez-Redondo et sa bande, a créé encore plus d'insécurité. Mais ils verront que pour les membres meurtriers ou collaborationnistes de l'ETA, qui n'ont jamais été cités, ils trouveront immédiatement une solution pratique. 

La formule a été établie par le Congrès des députés pour pensionner les exilés Carrillo, Pasionaria, Alberti y Cía... et le privilège est arrivé jusqu'à nos jours à Cristina Almeida, Jaime Ignacio del Burgo et Juan Pedro Hernández Moltó, entre autres, qui reçoivent les plus grandes pensions de l'histoire. Marlasca a conclu avec succès le travail le plus sale : le blanchiment des terroristes. Les associations de victimes du terrorisme ont bien fait de ne pas assister à l'acte institutionnel au Congrès lorsque le protagonisme était mené par les députés de Bildu sur le banc bleu à côté du gouvernement. Honteux.

Pardonnez la dispersion, mais c'était trop cynique le he, he, he, he ! de Pedro Sánchez rappelant à Pablo Casado que celle qui allait "condamner" économiquement les auteurs du coup d'État était l'ex-ministre populaire, Margarita Mariscal de Gante, lorsqu'il a imposé comme procureur général de l'État Dolores Delgado, "Lola", la compagne sentimentale du juge prévaricateur Baltasar Garzón.  Il faut avoir du cran. Mais, sans aucun doute, le beau Pedro en a.  Tout comme Laya et Robles, qui ont été surpris à mentir au peuple espagnol par le juge de Saragosse Rafael Lasala pour l'arrivée en Espagne de Brahim Ghali, le leader du Front Polisario qui a débarqué d'Algérie sans s'identifier et s'est ensuite présenté dans un hôpital de Logroño sous un faux nom pour être soigné pour un coronavirus. Affaires étrangères donnant des ordres à l'état-major de l'armée. Un autre succès retentissant de notre politique étrangère et de défense.

Independentismo Cataluña

L'effet Sayas

La Moncloa a transformé le Parlement en plateau de télévision. Tout comme Pablo Iglesias Turrión (r.e.p.d.) l'avait prédit politiquement parlant. Après la pandémie qui a confiné les deux Chambres après l'état d'alarme -je veux dire, le véritable état d'urgence-, l'institution a été colonisée par l'ultra-socialiste et secrétaire général du PSOE M. Pedro Sánchez Pérez Castejón. Après deux décennies en tant que chroniqueur parlementaire et après avoir suivi de très près Zapatero et Rajoy, je dois et je confirme que notre président surpasse ses deux prédécesseurs en audace (et en méchanceté déguisée en bonnes intentions). Personne ne ment ou ne manipule comme lui ; il change d'avis comme une girouette, mais toujours vers le côté obscur de la Terre du Milieu. 

De sa thèse de doctorat en copier-coller à ses promesses non tenues ("Je ne gouvernerai pas avec Podemos ; je peux vous dire jusqu'à 20 fois que nous ne pactiserons jamais avec Bildu ; je promets de traduire Puigdemont en justice ; les putschistes doivent être jugés pour rébellion, la sentence doit être exécutée et je ne leur accorderai jamais de grâce"), - souvenez-vous, tout chez cet homme est pure façade.  Il est tellement égocentrique qu'il ne gouverne que pour la moitié de l'Espagne qui l'acclame. Il contrôle tout, et ce qu'il ne contrôle pas, il le détruit. En commençant par le PSOE. Par RTVE, par le BOE par le CIS.

Ils n'ont jamais autant humilié un président du gouvernement que le dernier mercredi de juin. Il s'est rendu en séance plénière pour expliquer les grâces. Personne ne l'a cru. Ni l'opposition, ni ses compagnons de route... vers l'abîme. Il a reçu des gifles de tous les côtés. Et il les a pris comme s'il était un boxeur. Il ne ressent ni ne souffre. Il n'a aucune empathie pour les citoyens. Il ne peut plus marcher dans les rues. Ils ont perdu tout respect pour lui. C'est un avatar. Le relativisme est dans son ADN politique.  

Independentismo Cataluña

Casado, Abascal, Arrimadas et Oramas l'ont battu sans pitié. Mais les plus agressifs ont été les porte-paroles de l'ERC, des Junts, de la CUP, de Bildu et du PNV. Comme quelqu'un qui entend qu'il pleut. Le président a répondu en général et a été particulièrement cruel envers le PP, VOX et Cs. Il ne s'attendait pas au rapapolvo de Sergio Sayas de UPN Navarra Suma). Il a 42 ans et a un talent particulier pour détecter les imposteurs.

J'entre dans le Journal des séances du Congrès et je résume son discours, car il coïncide avec celui de la grande majorité des Espagnols. Sayas, après avoir rappelé que le 1er octobre 2017, l'indépendantisme catalan a perpétré le plus grand coup porté à notre démocratie depuis des décennies, a dénoncé que "maintenant, Monsieur Sánchez, vous et votre gouvernement devenez complices de ce coup contre l'Espagne". Les grâces qu'il a accordées à ceux qui ont passé des années à raser la coexistence en Catalogne, à piétiner la loi, à imposer une idéologie totalitaire, à restreindre les droits et libertés des Catalans, qui ne partagent pas sa vision politique, ne sont pas de la magnanimité. "Ils sont un acte de misérable lâcheté.

Ils sont misérables parce que vous ne les accordez pas en pensant à l'Espagne ; vous le faites en pensant à vous-même. Et ils sont lâches parce qu'ils sont le vrai reflet de la soumission, de l'humiliation d'un président qui n'a pas le soutien des Espagnols et qui est prêt à payer n'importe quel prix pour rester à La Moncloa. "M. Rufián s'est moqué de vous et vous n'avez d'autre choix que d'avaler", a-t-il déclaré. C'est un mensonge de croire que les grâces vont faire reconsidérer le séparatisme parce que le nationalisme a besoin de vivre de la victimisation. Ses exigences sont constantes. Lorsqu'il obtient quelque chose, l'étape suivante consiste à en demander davantage. "On ne vainc pas le nationalisme en cédant à son chantage, on le vainc avec l'unité et avec la loi et on l'engraisse avec des cessions et des concessions. Cela date de la première année de politique, M. le Président".

Conferencia Episcopal

Le député de Navarre a souligné qu'à la minute où les grâces ont été accordées, Junqueras a demandé une république catalane. "Le pardon ne leur suffit pas, ils veulent l'amnistie et ensuite le référendum d'autodétermination". Otegui a demandé la libération des prisonniers de l'Eta et le PNV a exigé un statut d'indépendance pour le Pays basque. "Allez-vous le lui donner ? Vous n'allez pas me répondre parce que "votre parole n'a aucune valeur". Il a accusé le président d'avoir tellement menti qu'il est devenu un faux de lui-même et a donc perdu toute crédibilité. La pire des choses pour un président du gouvernement. Nous avons vu ce qui s'est passé jusqu'à présent, ce que nous ne savons pas, c'est ce qui va se passer à partir de maintenant. "Tu es capable de tout, le peuple de Navarre l'a compris très vite car tu as embrassé Bildu. Vous n'êtes pas animé par une idéologie, vous êtes animé par une ambition : le pouvoir". 
 
Sans regarder la tribune de l'orateur, M. Sánchez était abattu. Le député de Navarre a fini par lui reprocher de "ne pas avoir eu peur de mettre fin à l'égalité des Espagnols devant la loi, à l'indépendance de la justice ou au prestige international de notre pays". Après avoir déclaré que l'Espagne est une démocratie à part entière et une nation libre et sûre, il a insisté : "Ici, on ne se venge pas, on rend justice". Le représentant de l'UPN a laissé cet avertissement aux marins séparatistes : "Oubliez ça, il n'y a aucun espoir d'indépendance dans notre pays. Ne confondez pas l'Espagne et le gouvernement. Le Sanchismo passera, mais l'Espagne restera forte et unie, exactement comme elle l'a été pendant des siècles d'histoire. Il n'y a pas d'autre souveraineté que celle de la loi. Ici, les idées ne sont pas persécutées, ce sont les crimes qui sont persécutés. Avec Sanchez, c'est possible, mais pas avec l'Espagne ; Sanchez a de moins en moins de restes, l'Espagne a un énorme avenir devant elle. Merci beaucoup. 
 
Monseigneur Sánchez, comme l'a décrit Santiago Abascal, ne savait pas où se mettre. Il n'a pas non plus répondu à Sergio Sayas dont le discours courageux et modéré soutient et encourage ceux d'entre nous qui continuent la résistance contre cet exécutif massif et despotique. Sánchez a gagné du temps jusqu'à l'automne. Il veut que l'avenir de l'Espagne dépende de lui et des maîtres chanteurs du procés. Les accords doivent être conclus au siège de la souveraineté populaire : au Parlement. Pas hors des murs, dans des tables de la honte coprésidées par des criminels invétérés. Cela a un nom : la tyrannie. 

Nous ne voulons pas d'un nouveau projet de pays. Ni un nouvel ultra-socialisme. Il nous suffit de respecter et de faire respecter la Magna Carta de 1978. Avec la Loi des Lois, la concorde était possible.  Nous verrons des choses que nous ne pourrons pas croire, comme nous l'avons appris dans "Blade Runner". Espérons que tous ces moments seront perdus comme des larmes sous la pluie. Nous devons arrêter cette involution permanente de cet ultra-socialisme totalitaire.
 
Antonio Regalado
réalise BAHÍA DE ÍTACA : aregaladorodriguez.blogspot.com