PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Le Pérou évince le chef putschiste Castillo et intronise une femme d'extrême gauche

pedro-castillo-peru-destitución-congreso

Le Congrès péruvien a résisté au défi de l'ancien enseignant, syndicaliste et figure de proue de l'extrême gauche, Pedro Castillo, qui avait imité le mauvais exemple donné par Alberto Fujimori en avril 1992 : réaliser un auto-coup d'état. Cela a bien fonctionné pour Fujimori, même s'il a fini en prison après avoir été jugé pour des crimes commis pendant sa dictature, au cours de laquelle il avait pour homme fort le sanguinaire et corrompu Vladimiro Montesinos. Pedro Castillo, surnommé Sombrero Luminoso par ses ennemis, a mal tourné, dans la mesure où il n'a ni pris le pouvoir total qu'il recherchait, ni réussi à fuir avec sa famille, qui fait l'objet d'une cinquantaine de procédures judiciaires pour corruption présumée. 

L'ancien instituteur rural avait suivi le manuel que lui avaient dicté ses mentors du Forum de Sao Paulo, l'alliance inventée par Fidel Castro en 1992, après l'effondrement du communisme et de l'Union soviétique, pour qu'une telle défaite n'éradique pas à jamais l'extrême gauche d'Amérique latine. Pedro Castillo, qui était sur le point d'être confronté à sa troisième motion de censure en un peu plus d'un an de mandat, a voulu devancer le Congrès et a procédé à sa dissolution par décret, à la mise en place d'un gouvernement d'urgence nationale et à la promesse d'élections générales dans neuf mois, qui seraient censées donner naissance à une assemblée constituante. 

Castillo a lu le décret avec une nervosité évidente, comme en témoignent ses tremblements, mais il a finalement été poussé à le faire par son conseiller spécial Antauro Humala, ancien officier militaire et frère de l'ancien président Ollanta Humala (2011-2016), qui, comme presque tous les autres chefs d'État péruviens de ces dernières décennies, a dû passer du temps derrière les barreaux. L'hésitant Castillo semblait convaincu par la certitude supposée d'Antauro Humala que, dès qu'il aurait prononcé son décret de dissolution du pouvoir législatif, une foule d'anciens réservistes militaires descendrait dans la rue pour encercler le Congrès, disqualifier les députés et les jeter hors du bâtiment, suivi par la prise de tous les pouvoirs par le président de la nation, qui gouvernerait sans liens sur un simple décret. 

Enquête et réponse négative des Forces Armées

Castillo a eu raison d'afficher ses tremblements devant les caméras. Ce n'est que le samedi 3 décembre qu'il s'est vu présenter sa démission par le ministre de la défense Daniel Barragán, qui avait déjà exprimé son désaccord avec la tentative d'auto-coup d'État à laquelle Castillo était déjà poussé par l'extrême gauche qui le soutenait. Barragán avait toutefois essayé de nager et de garder ses vêtements, car on lui avait demandé de sonder les dirigeants des forces armées pour savoir comment ils réagiraient à une hypothétique attaque du Congrès. Ils ont répondu qu'ils feraient leur devoir de respecter et de faire respecter la légalité constitutionnelle et qu'ils ne " fermeraient même pas les yeux " sur une telle manœuvre. Conscients de ce qui se prépare, d'autres membres du cabinet ont également présenté leur démission au président.

Malgré tout, le faible et velléitaire Castillo a décidé d'aller de l'avant, à l'instigation d'Antauro Humala et du militaire qui avait remplacé à la hâte Barragán, Gustavo Bobbio, un homme rompu aux coups d'État, puisqu'il avait déjà participé à plusieurs tentatives, toutes infructueuses, contre Alberto Fujimori et Alejandro Toledo. 

Mais ni le pouvoir législatif ni le pouvoir judiciaire n'ont accepté de dissoudre et d'acquiescer passivement au coup d'État perpétré depuis la Maison de Pizarro. Au contraire, les députés ont procédé au vote de la destitution du président Castillo pour "incapacité morale permanente", qui a cette fois bénéficié d'une majorité confortable de plus de cent voix, par rapport aux deux tentatives précédentes de l'écarter du pouvoir par le biais de motions de censure. 

Immédiatement, le Congrès, conformément à la légalité constitutionnelle, a procédé à l'intronisation à la tête de l'État de la vice-présidente jusqu'alors en poste, Dina Boluarte, une avocate de 60 ans qui, comme Castillo, s'était alignée sur l'extrême gauche néo-communiste et les postulats du Forum de Sao Paulo et du Groupe de Puebla. Mme Boluarte était vice-présidente depuis à peine deux semaines, un poste qu'elle avait pris après avoir été ministre du Développement et de l'inclusion sociale pendant près d'un an et demi. 

Qu'il s'agisse d'un mouvement tactique ou d'une stratégie de plus grande envergure, Boluarte a non seulement pris ses distances par rapport aux intentions de coup d'État de Castillo, mais a été le premier à prononcer l'expression "coup d'État" lors de la publication du décret de dissolution de Castillo. 

Castillo, arrêté, et le Pérou dans l'incertitude

Cette tentative évidente de prendre le pouvoir et d'instaurer un totalitarisme d'extrême gauche mise à part, le Pérou a beaucoup de travail à faire pour retrouver l'équilibre et la stabilité. Rien ne permet de penser que les partis politiques vont ramer longtemps dans le sens de la garantie du respect institutionnel de la Constitution, surtout lorsque dans d'autres pays de la région, des révolutions ont eu lieu, et dans certains cas ont été consommées, qui ont conduit à des dictatures totalitaires, ou du moins à des "dictacraties", c'est-à-dire des dictatures avec des élections. 

Quant à Castillo, encore une page ratée dans l'histoire infâme du coup d'État. Apparemment, il était entré en pourparlers avec les ambassades du Mexique et de la Bolivie à Lima, dont les présidents respectifs avaient donné l'ordre de le recevoir. Le blocus des deux enceintes par une foule a empêché l'ex-président et sa famille, ainsi que certains de ses collaborateurs, de fuir et de se réfugier. Au lieu de cela, l'ancien président a été arrêté, et aux accusations de corruption qui pèsent déjà sur lui, il faudra ajouter l'accusation de tentative de coup d'État pour renverser l'ordre constitutionnel.