Opinion

Le sommet de la démocratie

joe biden

Anne Applebaum, journaliste, historienne et universitaire américaine de renom, lauréate du prix Pulitzer 2004 et spécialiste de l'histoire et de la politique des pays d'Europe de l'Est, a écrit un article intitulé "The Bad Guys Are Winning" pour le magazine The Atlantic en novembre dernier. L'article, une critique féroce de Poutine et d'autres dirigeants autoritaires tels que le Bélarus de Lukashenko, a appelé le bloc des pays démocratiques, principalement composé d'États d'Amérique du Nord et d'Europe occidentale, à adopter une position beaucoup plus forte pour défendre les démocraties libérales contre la menace de la Russie et de la Chine. L'article dépeint un monde divisé entre démocraties et dictatures, ou plus simplement (comme le suggère le titre) entre "bons" et "méchants". 

Cette division brutale, comme un nouveau rideau de fer, est dans l'esprit de nombreux politiciens et analystes du monde occidental : l'Europe, les États-Unis et le Canada sont considérés comme des phares de la démocratie, du bien-être et des droits de l'homme, entourés de régimes dont les idéaux sont à l'opposé des valeurs démocratiques et éclairées. Cette dichotomie semble avoir pris de l'ampleur ces dernières années, face à la consolidation ou à la montée des régimes autoritaires et au déclin apparent de l'Union européenne et des États-Unis. Ce déclin (encore une fois apparent) des deux acteurs n'est pas seulement lié à leur incapacité à façonner le monde au-delà de leurs frontières (que ce soit en Afghanistan, au Moyen-Orient ou en Afrique), mais aussi à l'émergence de mouvements autoritaires en leur sein, revendiquant un modèle politique similaire à celui des "méchants".  

L'incarnation de ces mouvements en Occident a été observée le 6 janvier 2021 à Washington DC, lorsqu'une foule furieuse et fanatique a occupé le Capitole, poussée par un ancien président qui refusait d'accepter les règles du jeu démocratique. D'autre part, l'UE abrite des gouvernements illibéraux tels que celui d'Orbán en Hongrie ou celui de Morawiecki en Pologne, qui méprisent ouvertement les institutions démocratiques et, au pire, les érodent sérieusement. Pour des analystes comme Applebaum, les "méchants" ne sont pas seulement les rivaux des "bons", mais constituent une menace existentielle pour leur modèle politique et social. 

Cette vision du monde, selon laquelle un bloc granitique de pays démocratiques est irrémédiablement encerclé par un ensemble de régimes dictatoriaux décidés à étendre leur influence et à exporter leur modèle politique, est partagée par Joe Biden, du moins si l'on en croit ses déclarations lors de la campagne présidentielle de 2020 et au cours de l'année écoulée. Sa politique étrangère semble également réaffirmer cette vision dualiste des relations internationales. Les 9 et 10 décembre 2021, les États-Unis, ainsi que 77 pays sélectionnés par l'administration Biden, participeront au sommet de la démocratie. Ce sera la première fois qu'un tel événement aura lieu, répondant ainsi à une promesse électorale faite par M. Biden. L'objectif du sommet, qui se tiendra virtuellement, est de fournir une plate-forme aux dirigeants invités pour proposer et discuter des initiatives et des engagements visant à défendre la démocratie face à l'avancée perçue des forces autoritaires, selon le gouvernement américain lui-même. 

Ce sommet s'inscrit dans le cadre de l'agenda politique du nouveau président, qui vise à rompre avec les quatre années de Trump et à impliquer à nouveau les États-Unis dans la politique mondiale par le biais d'initiatives multilatérales ; c'est ce à quoi Biden faisait référence lorsqu'il a lancé le message "America is Back" quelques semaines après la confirmation de son élection en novembre 2020, un slogan qu'il a répété à de nombreuses reprises depuis lors. L'expression n'est pas un hasard : le fait qu'elle soit de retour indique que l'Amérique était autrefois un leader dans les affaires internationales, chose interrompue par Trump de 2016 à 2020.  

Ou du moins, c'est le récit de Biden et d'une grande partie du libéralisme occidental. Et, suivant ce récit, maintenant l'Amérique est non seulement de retour, mais avec d'autres pays démocratiques, elle doit se protéger et protéger le reste du monde de la dictature et de l'autoritarisme. Le Sommet de la démocratie est l'instrument avec lequel les États-Unis et leurs alliés démocratiques veulent affronter leurs rivaux autocratiques.

Aujourd'hui, l'autoritarisme que le Sommet de la démocratie prétend combattre est incarné par la Chine et, dans une moindre mesure, par la Russie. En effet, bien que le sommet imminent ait été présenté par ses promoteurs comme un moyen de mettre un frein aux dictatures, une vision moins idéaliste suggère que le sommet est davantage un outil utilisé pour tenter de mettre la Russie et surtout la Chine sur la touche en formant un front uni face à l'influence mondiale croissante de Pékin. La liste des invités du sommet comprend de nombreux pays entourant la Chine, dont certains ont des différends fréquents avec le géant asiatique, comme les Philippines, la Mongolie et l'Inde.  

L'inclusion de ces États répond aux intérêts géopolitiques des États-Unis plutôt qu'à leurs références démocratiques : bien qu'étant nominalement des démocraties, les Philippines et l'Inde ont subi une érosion significative des libertés civiles, des institutions démocratiques ou du traitement des minorités.  Leur invitation au sommet vise à affirmer la proximité de Washington avec leurs gouvernements face à l'influence croissante de la Chine en Asie de l'Est, qu'ils soient ou non des démocraties. Le Pakistan, qui entretient de bonnes relations avec la Chine, a également été invité au sommet malgré l'état délicat de sa démocratie. 

L'invitation de Taïwan, un pays non reconnu par Pékin, au sommet de la démocratie a également suscité la colère du gouvernement de Xi Jinping et peut être considérée comme un autre exemple de l'isolement par les États-Unis d'un gouvernement chinois qui se sent provoqué. En bref, malgré la vision simpliste et idéaliste d'un monde à deux blocs, et le noble objectif du sommet sur la démocratie organisé par les États-Unis, les intérêts géopolitiques prévalent.  

La réalité est que, malgré le message propagé par Washington après la victoire de Biden, les États-Unis n'ont pas été le promoteur de la démocratie et des droits de l'homme auquel le slogan "America is Back" fait allusion. Si l'on fait abstraction des défis considérables posés à l'État de droit dans le pays, la politique étrangère américaine n'a jamais été définie par une défense acharnée de la démocratie et des droits de l'homme, même si tel a été le discours tenu par la Maison Blanche en de nombreuses occasions. Certaines des alliances américaines les plus anciennes et les plus solides sont conclues avec des régimes antidémocratiques, notamment l'Arabie saoudite et l'Égypte. Auparavant, les États-Unis ont également soutenu la dictature du Shah d'Iran jusqu'en 1979 et un grand nombre de gouvernements dont les pratiques étaient loin d'être démocratiques. 

En outre, tout au long du XXe siècle, les États-Unis ont contribué de manière active et décisive à l'éviction de gouvernements démocratiquement élus. Les coups d'État en Iran en 1953 et au Guatemala en 1954, financés et soutenus par Washington, ont fait tomber des gouvernements élus qui avaient engagé des politiques contraires aux intérêts américains. Plus connu est le coup d'État orchestré par la CIA en 1970 qui a déposé le président chilien Salvador Allende, également élu par les urnes.  

La neutralité n'existe pas en politique internationale, et la Conférence pour la démocratie non plus. Malgré ses nobles idéaux et la nécessité indéniable de défendre la démocratie libérale, le sommet doit être considéré avec scepticisme en raison de l'inclusion de pays non démocratiques et de son objectif non avoué d'isoler la Chine. Cela n'enlève rien à l'utilité de la conférence, mais la division entre bons démocrates et mauvais autocrates est trop simpliste et ne correspond pas à la réalité actuelle ou historique, mais offre un instantané naïf du monde.  

Les États-Unis ne sont pas et n'étaient pas le champion mondial de la démocratie et du libéralisme, et la fragmentation du monde d'aujourd'hui va bien au-delà de l'axe démocratie-dictature. En effet, le bloc dit démocratique comprenait déjà par le passé des dictatures, comme l'Espagne et le Portugal jusqu'aux années 1970, en raison de la primauté des intérêts américains sur une vision idéalisée de la politique internationale. Le pragmatisme l'a emporté sur l'idéalisme

Dans ce monde fragmenté et diffus, il n'y a pas qu'une seule division entre les pays, mais plusieurs, et il est essentiel de tenir compte des échelles grises pour comprendre les dynamiques internationales. Cependant, la perspective simpliste incarnée par le Sommet de la démocratie, et la séparation nette entre les bons et les méchants, dilue cette complexité et contribue à construire une vision naïve de la diplomatie et de la politique internationale. Malgré les nobles idéaux de M. Biden, il est plus probable que le sommet accentue encore les écarts entre les États-Unis et la Chine, ce qui est alarmant dans un contexte tendu de longue date. Même si le sommet sur la démocratie vise à atténuer le désordre mondial actuel, le fait d'isoler la Chine et la Russie plutôt que de chercher un terrain d'entente avec l'une et l'autre peut conduire à approfondir les multiples divisions du monde