PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Le virus de l'inquiétude

Coronavirus

J'avoue que j'ai été l'un des naïfs qui, dans les premières semaines de la pandémie, ont pensé que notre société en sortirait plus forte et plus unie. Les Espagnols, me suis-je dit, sont généreux et solidaires, et en temps de crise nous le montrons généralement. Cinq mois plus tard, mon optimisme modéré s'est transformé en un profond désenchantement, en particulier vis-à-vis de la classe politique et journalistique, qui est capable de transformer un problème de santé publique en une nouvelle mêlée partisane. À un moment où la vie de tant de citoyens espagnols est en jeu et où notre économie est confrontée à un revers immédiat et sans précédent, un très large secteur de journalistes professionnels et de politiciens se sont limités à poursuivre la rhétorique conflictuelle et polarisante de ces dernières années, je ne sais pas si cela est dû à l'ignorance, à la mauvaise foi ou au fait qu'ils ne savent pas faire autre chose.

Je peux comprendre que les politiciens n'aient pas été à la hauteur de la tâche. Après tout, comme l'expliquait le sociologue allemand Robert Michels il y a un siècle, ceux qui s'élèvent au sommet des partis ne sont pas nécessairement les personnes les mieux préparées, les plus capables et les plus honnêtes, mais ceux qui ont réussi à s'épanouir et à survivre dans la structure du parti grâce à une combinaison de loyauté sans critique, de médiocrité et d'ambition carriériste. Habitués à une rhétorique de combat où admettre ses erreurs ou son ignorance est un signe de faiblesse, il fallait s'attendre à ce que les hommes politiques n'admettent pas être dépassés par la situation, même si même les épidémiologistes et les spécialistes médicaux ne savaient pas comment expliquer ce qui se passait avec le virus. Habitués à ne pas accorder de répit au rival et à mettre en scène constamment une confrontation qui n'en est pas une - puisque les membres des partis d'opposition au Congrès, au Sénat et dans les assemblées régionales entretiennent souvent des relations cordiales les uns avec les autres -, nombre de nos représentants publics ont empoisonné le débat politique en recourant constamment à l'éternel « et vous plus » et en utilisant des adjectifs que je m'abstiendrai de répéter. Cette attitude, bien que regrettable, n'est pas tout à fait surprenante, car c'est la dynamique qui a fonctionné pendant des années.  

Le rôle de la presse et de certains journalistes a été plus décevant. Bien que les relations de la quatrième puissance espagnole avec certains groupes d'entreprises soient bien connues, ainsi que l'affinité de chaque média avec les différents groupes politiques, je m'attendais à un travail plus critique, constructif et éducatif. Depuis quelques années, la presse traditionnelle traverse une crise profonde dans presque toutes les régions de la planète, causée non seulement par une mauvaise adaptation au format numérique, mais aussi par une énorme perte de crédibilité auprès du public. La pandémie aurait pu représenter une opportunité pour de nombreux médias de se racheter et de renouer avec leur public, mais il semble que cela n'ait pas été le cas. Personnellement, ce qui m'a le plus blessé, c'est qu'une grande partie des critiques ou des éloges sur la gestion des gouvernements centraux et régionaux ont porté sur le parti politique qui a pris les décisions plutôt que sur les décisions elles-mêmes. Ainsi, la presse « de droite » a attaqué le gouvernement central, qui était défendu à tout prix par de nombreux journalistes « de gauche » ; alors que le contraire s'est produit dans la région de Madrid : ceux qui faisaient l'éloge du gouvernement central critiquaient tous les aspects de la gestion régionale, et vice versa. Au lieu d'utiliser sa position pour dénoncer les erreurs des gouvernements, quel que soit l'acronyme, un important secteur du journalisme s'est limité à perpétuer la rhétorique des partis et à maintenir la polarisation à un moment historique où nous devons être plus unis que jamais.

En réaction, de nombreux Espagnols désabusés ont cessé de faire confiance à la presse traditionnelle et ont cherché d'autres sources d'information. Si l'on ajoute à ce discrédit de la presse le stress de l'enfermement et les pires moments du premier pic de l'épidémie, nous avons le terrain idéal pour la propagation des canulars, des fausses nouvelles et des théories du complot. Toute personne active dans les réseaux sociaux ou participant à un groupe familial WhatsApp saura de quoi je parle, car depuis des mois nous sommes bombardés de vidéos, de montages photos et d'autres fichiers viraux. Les théories de la conspiration vont du vrai - par exemple, que les gouvernements n'ont rien fait contre le virus pour se débarrasser de la population des retraités, ou que le virus était une création humaine libérée par erreur - au fantastique et invraisemblable pour quiconque ayant la moindre notion de biologie - la plus populaire étant que le virus est causé par les tours 5G et que le vaccin est un complot de Bill Gates pour implanter des nanorobots de contrôle mental. Cependant, l'une des théories les plus répandues et certainement la plus douloureuse pour ceux d'entre nous qui ont de la famille et des amis travaillant dans le secteur de la santé et qui connaissent des personnes affectées ou tuées par le COVID-19 est que le virus n'existe pas et qu'il s'agit d'une invention des gouvernements pour nous museler et nous manipuler. Stupéfaits, nous assistons aux manifestations organisées dans le monde entier - la dernière et la plus importante a eu lieu à Berlin - où des milliers de personnes sans masque crient qu'elles n'ont pas peur du faux virus ou de l'ordre mondial satanique et mondialiste - quoi que cela signifie.

Face à cette prolifération de la désinformation, des canulars et des théories du complot, certains politiciens et journalistes ont vu l'occasion et ont essayé de devenir les porte-parole de ces secteurs mécontents. Au lieu d'utiliser leur position de pouvoir et de prestige de manière responsable - puisque, après tout, nous sommes tous des victimes potentielles du virus - certains pyromanes se consacrent à la diffusion de ces messages afin d'en tirer un profit politique ou économique. Le meilleur exemple est peut-être celui des États-Unis, où le port ou non d'un masque est devenu une question idéologique, bien qu'en Espagne, certains tentent de diffuser le même message. Il est évident que le masque est inconfortable, et plus encore en été, mais présenter l'imposition temporaire du masque comme une atteinte aux libertés inaliénables et aux droits de l'homme est pour le moins risible, surtout s'il existe la moindre possibilité que cette mesure puisse sauver des vies. Je suis trop jeune pour m'en souvenir, mais je suppose qu'il y aurait aussi ceux qui s'opposeraient à l'obligation de porter la ceinture de sécurité pour des raisons similaires.  

Quoi qu'il en soit, que pouvons-nous faire ? Malheureusement, je n'ai pas de réponse claire et simple. Étant donné l'échec des médias traditionnels et des partis politiques, il est clair que nous devons construire une société civile forte et indépendante avec des médias critiques qui ne changent pas leurs critères en fonction du parti au pouvoir. Au-delà de cela, nous devons éduquer les gens à ne pas recourir à la pensée magique ou aux théories du complot, bien qu'il s'agisse d'une course de longue haleine. Mais surtout, il faut éviter de tomber dans le désespoir ou le pessimisme, même s'il y a des jours où l'on veut juste fermer l'Internet pour toujours, s'enfuir dans une cabane à la montagne et se mettre au lit la tête sous une couverture. Nous, journalistes, communicateurs et diffuseurs qui prenons notre travail au sérieux, devons surmonter le virus de l'agitation et continuer à faire notre travail avec la plus grande objectivité, honnêteté et clarté possible, indépendamment des trolls, des « influenceurs » idiots, des politiciens menteurs et des bavards ignorants. La santé physique et mentale de notre société est en jeu. La lutte sera difficile, mais si nous jetons l'éponge, elle sera désespérément perdue.