Opinion

Les bâillements des étudiants palestiniens

El bostezo de los alumnos palestinos

L'épopée est belle : drapeaux, hymnes, trompettes, uniformes, médailles, martyrs, héros, celui qui a vécu de près un acte avec ces ingrédients ne peut s'empêcher de ressentir une émotion sincère et passagère.

La légalité internationale est un autre domaine d'une grande importance : les résolutions des Nations unies, la Cour pénale internationale, la Cour internationale de justice de La Haye, chaque centimètre avancé dans ces instances est un succès irréversible, une nouvelle brique dans la construction d'une société réglementée par la justice et le droit et, par conséquent, les responsables de sa violation peuvent être dénoncés ; le succès est également généralement temporaire dans ce cas, étant donné l'impunité surprenante de son non-respect.

Il existe un autre espace plus difficile d'accès : celui du quotidien.

Il s'avère que les moments de l'épopée et des tribunaux internationaux peuvent être qualifiés de vacances, mais que nos vies se déroulent principalement pendant les jours de travail.

Le printemps 2021 et son Ramadan ont été marqués en Palestine-Israël par une énième répression de la population civile palestinienne suite à un énième cas de confiscation de biens palestiniens pour les remettre aux colons, plus la frustration accumulée. Et cette fois-ci, cela coïncide avec la lecture et la découverte récente de " J'ai vu Ramallah ", un roman autobiographique de l'écrivain palestinien Murid Barguti, né en Cisjordanie en 1944 et décédé à Amman en février 2021 (une découverte à remercier Separata Árabe, un site web et un club de lecture sur la littérature arabe dont Silvia Rubio et Maribel González sont à l'origine).

FP/MAHMOUD KHATAB  -   Un niño palestino observa el humo que sale de los objetivos durante los ataques aéreos israelíes en la región de Khan Yunis, al sur de Gaza, controlada por el movimiento Hamás, el 11 de mayo de 2021. - Israel lanzó mortíferos ataques aéreos sobre Gaza en respuesta a una andanada de cohetes lanzados por el movimiento islamista Hamás
FP/MAHMOUD KHATAB  -  Un garçon palestinien regarde la fumée qui s'élève des cibles lors des frappes aériennes israéliennes dans la région de Khan Yunis, dans le sud de Gaza, contrôlée par le Hamas, le 11 mai 2021. - Israël a lancé des frappes aériennes meurtrières sur Gaza en réponse à un barrage de roquettes tirées par le mouvement islamiste Hamas.

"Il suffit de subir la première expérience de l'exil pour se sentir exilé à jamais", déclare Barguti dans un livre où il transmet ses sentiments et ses impressions sur sa première visite à Ramallah après 30 ans d'exil. La guerre de 1967 a éclaté alors qu'il étudiait au Caire et il n'a pu retourner dans son village qu'au milieu des années 90, lorsqu'Oslo a ouvert une fenêtre aujourd'hui définitivement gâchée par la réalité.

Le conflit transforme la normalité en un symbole, et les gens disparaissent. " La Jérusalem habituelle, celle de nos petits moments, celle que nous avons immédiatement oubliée parce que nous n'avions pas à nous en souvenir, parce que c'était aussi normal que l'eau était de l'eau, et que la foudre était de la foudre. Mais lorsqu'il nous a échappé, écrit Barguti, il s'est élevé et est devenu un symbole. Vers le ciel. Toutes les luttes préfèrent les symboles. Jérusalem est désormais la Jérusalem de la théologie. Le monde est préoccupé par la "situation" de Jérusalem, par son idée et sa légende. Mais ils ne se soucient pas de notre vie à Jérusalem ou de la Jérusalem de notre vie.

Barguti évoque dans le roman le quotidien perdu et impossible à retrouver : "Ils ont pris les adresses de nos maisons et la poussière de nos escaliers (...). Ils ont supprimé les bâillements des élèves aux pupitres, la somnolence de la dernière classe du mardi. Ils ont gardé les traces des pas de ma grand-mère sur le chemin de la maison de Mme Hafiza".

Le double éloignement de l'exilé et du poète apparaît constamment dans le livre : impossible de retourner en enfance, figé dans le souvenir d'un passé inatteignable ; et sans avenir. "L'occupation nous a laissés comme nous étions. C'est son crime. Ce n'est pas qu'elle nous interdisait de nous souvenir d'hier avec facilité, mais elle nous privait de la belle incertitude du lendemain".

REUTERS/IBRAHEEM ABU MUSTAFA  -   Manifestantes palestinos durante una protesta contra Israel en la valla fronteriza entre Israel y Gaza, en el sur de la Franja de Gaza, el 25 de octubre de 2019
REUTERS/IBRAHEEM ABU MUSTAFA  -   Des manifestants palestiniens lors d'une manifestation contre Israël à la barrière frontalière entre Israël et Gaza, dans le sud de la bande de Gaza, le 25 octobre 2019.

Une temporalité permanente s'est installée en Palestine et parmi les Palestiniens : "Depuis 67, tout ce que nous faisons est temporaire et "jusqu'à ce que les choses deviennent plus claires". Mais les choses n'ont pas été clarifiées après trente ans", écrit Barguti, même pas deux décennies après la publication du roman. Et la situation est aggravée par l'arbitraire toujours présent dans les régimes autoritaires et/ou coloniaux.

"L'exil est comme la mort. Nous pensons que cela ne peut arriver qu'aux autres". La vie de Barguti donne des noms et des scénarios à la diaspora palestinienne, aux monarchies du Golfe comme destination de travail, à la dispersion des morts et des vivants à travers le Moyen-Orient et le reste de la planète, à la dépendance au téléphone, aujourd'hui aux réseaux, toujours à la recherche de papiers qui ouvrent souvent des frontières sauf la sienne.

La dispersion des Palestiniens n'empêche pas la violence qui est également dispersée, comme le meurtre de deux amis de Barghouti, l'écrivain Gassan Kanafani, assassiné à Beyrouth en 1972, et le dessinateur Nayi Ali, assassiné à Londres en 1987.

J'ai vu Ramallah" est une extraordinaire invitation à apprendre de la main d'un poète la situation des Palestiniens en exil et sur le terrain, marqué par la colonisation.

Rappelons que les colons ont donné leur nom à la colonisation, une perspective qui éclaire et facilite la compréhension de la question palestinienne, avec la grande particularité - défend la journaliste Teresa Aranguren - que nous assistons ici à un cas étrange dans lequel le colonisateur veut expulser le colonisé, en plus de l'exploiter (ce qui est aussi le cas).

La biographie de Barguti et de nombreux Palestiniens est marquée par la guerre des Six Jours de 1967, à l'origine de l'occupation israélienne de Gaza, de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est.

"Dans notre calendrier, les chiffres perdent leur sens neutre et objectif et deviennent quelque chose qui ne peut signifier qu'une seule chose. Depuis la catastrophe de 1967, je ne peux plus regarder le chiffre 67 sans penser à la défaite. Je le vois immergé dans le numéro de téléphone d'un parent ou d'un ami, sur la porte d'une chambre d'hôtel, sur la plaque d'immatriculation d'une voiture qui passe dans n'importe quelle rue de n'importe quel pays du monde, sur l'entrée du cinéma ou du théâtre.

Des chiffres, beaucoup de chiffres, se sont emparés du conflit palestinien : 1948, 67, 73, 82, 88, 93, 242, 338, des dates et des résolutions de l'ONU que les enfants palestiniens connaissent avec une maturité politique prématurée.

Deux décennies après la Conférence de paix de Madrid et quelques années après les Accords d'Oslo, la solution à deux Etats (le Palestinien sur 20% de la Palestine historique, un territoire avec 700.000 colons) est déjà impossible, ce qui n'est peut-être pas une mauvaise nouvelle ; et l'administration palestinienne créée dans le processus court le risque d'être un collaborateur de l'occupation (par exemple en matière de sécurité) ou de faire directement partie de l'administration coloniale. Murid Barguti et Edward Said étaient déjà très critiques à l'égard d'Oslo dans les années 1990, et le temps leur a donné raison.

La situation actuelle est celle d'une fragmentation accrue de la société israélienne et du paysage politique, avec quatre élections générales en deux ans ; à quoi il faut ajouter le nouveau report des élections palestiniennes initialement prévues pour ce mois de mai, quinze ans après les dernières.

Dans ce mai 2021 de violence croissante, des fantômes apparaissent, comme une nouvelle intifada pour apporter une solution temporaire à l'humiliation ; et d'autres pensent même à un nouvel épisode de nettoyage ethnique (appelé ainsi par l'historien israélien Ilan Pappé ce qui s'est passé en 1948) qui briserait l'équilibre démographique noué à 6,8 millions de personnes (le même nombre d'Arabes que de Juifs, sans compter les Palestiniens des pays voisins).

La violation systématique des droits des Palestiniens dans une sorte de nouvel apartheid, la discrimination raciale institutionnalisée en Afrique du Sud, est un diagnostic partagé tant par des ONG comme Human Rights Watch, dont un rapport a été publié en avril dernier sur le sujet, que par des hommes politiques ayant fait leurs preuves comme Shlomo Ben Ali, qui fut ministre des affaires étrangères d'Israël ainsi qu'ambassadeur en Espagne.

REUTERS/IBRAHEEM ABU MUSTAFA  -   Manifestantes palestinos durante una protesta contra Israel en la valla fronteriza entre Israel y Gaza, en el sur de la Franja de Gaza, el 25 de octubre de 2019

Il est surprenant que le diagnostic sud-africain ne corresponde pas à une solution sud-africaine, car toute autre alternative serait aujourd'hui inacceptable - le déplacement forcé de centaines de milliers de personnes - fondée sur la conviction que la continuité de la situation actuelle (un État confessionnel juif non démocratique avec des citoyens arabes de troisième ordre) est un pari sûr sur l'instabilité et un fardeau pour le développement futur.

Question : peut-il y avoir un projet d'avenir autre qu'un seul État démocratique qui protège la coexistence de tous les peuples vivant en Palestine-Israël ? 

Si nous voulons trouver des personnes dans le passé, le présent et l'avenir du conflit israélo-palestinien, le bâillement des élèves palestiniens dans les pupitres, nous devrons nous tourner vers la littérature, car les médias n'ont pas cela comme mission principale, mais pour trouver des clients présentant souvent une équidistance inexistante : ce n'est pas la même chose d'être colonisateur que colonisé, occupant que occupé, milice que puissance nucléaire, agresseur que agressé.

"L'oreiller est le Jugement dernier quotidien", dit Murid Barguti, en désignant ce moment de solitude dans lequel se trouve tout être humain.