PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Les démocraties de l'OTAN

otan

"Poutine serait bien inspiré d'accepter une impasse et de considérer comme satisfaisants les résultats politiques obtenus en ralentissant l'expansion de l'OTAN en Ukraine et en modifiant ainsi les politiques de ses rivaux, ce qui rendrait son influence sur l'ordre international évidente pendant plusieurs semaines. Mais au-delà, il ne doit pas prolonger la tension au centre de l'Europe, car s'il le fait, cela aura pour effet d'élargir les limites de l'OTAN et le rôle des États-Unis, aujourd'hui première puissance alliée, afin qu'ils puissent continuer à ajouter des ressources, un espace stratégique et des arguments pour se rendre plus forts en Europe. Où, d'ailleurs, nous avons retrouvé l'intérêt pour notre sécurité".

C'est une prévision que j'ai modestement publiée dans divers médias peu avant que l'attaque russe contre l'Ukraine ne soit consommée. Une prévision qui s'est avérée fausse, car en quelques jours, Poutine n'a pas envisagé la possibilité de négocier un conseil moins risqué, mais a agi unilatéralement pour renverser la souveraineté de l'Ukraine et déstabiliser les démocraties européenne et américaine. Cependant, la réflexion incluait explicitement une analyse de certaines des conséquences d'une action militaire dans un territoire adjacent à la plus grande alliance de défense construite autour de principes démocratiques comme l'OTAN. Cette prévision est désormais devenue une certitude, dès lors que les alliés atlantiques et les partenaires européens ont renforcé leur volonté de maintenir vivant et actif un espace de libertés et de sécurité auquel différents pays ont voulu adhérer ces dernières années. La Suède et la Finlande, symboles de neutralité dans la seconde moitié du XXe siècle, sont les plus récentes.

Si la possibilité de négocier un accord de sécurité global n'était pas un argument suffisant il y a trois mois pour que le gouvernement russe opte pour la diplomatie et la dissuasion plutôt que pour le recours à la force, la mise en place d'un cadre de négociation est aujourd'hui beaucoup moins viable compte tenu de la dureté et de la douleur avec lesquelles les événements de la guerre se sont déroulés. Malgré cela, les efforts diplomatiques devraient être renouvelés pour mettre en place un processus vers lequel la Russie pourrait se tourner après avoir perdu la tête, mais avant de risquer de perdre sa crédibilité en tant que puissance. Tant sur le plan militaire, si les résultats continuent de confirmer l'erreur de calcul consistant à attaquer l'Ukraine, que sur le plan politique, en perdant toute chance de faire de ses atouts et de ses projets un pôle d'attraction pour les pays et gouvernements tiers.

Aucun État ne semble avoir l'intention d'accroître ses liens stratégiques avec la Russie, tandis que plusieurs pays voisins ne se sentent pas en sécurité ou indifférents face à une puissance agressive, vulnérable et politiquement affaiblie qui a fait passer ses intérêts avant la stabilité régionale et le système international. Il ne s'agit pas d'un ordre fondé sur les zones d'influence géopolitique, comme ce fut le cas pendant une grande partie du XXe siècle, mais sur les souverainetés reconnues par le droit international et les accords établis pour stimuler le commerce et l'économie et pour de nombreuses autres relations de coopération.

L'OTAN n'est pas une organisation agressive mais une alliance de défense. Elle est composée de pays démocratiques dont les gouvernements sont responsables devant leurs citoyens. En sept décennies, elle est intervenue militairement dans le cadre d'opérations très ponctuelles, même si elle est prête à réagir efficacement dans de nombreuses situations. Elle entretient des accords de coopération avec des pays tiers et collabore à la sécurité mondiale. Elle ne s'est pas focalisée sur un ennemi spécifique depuis la fin du communisme soviétique, instigateur de divers désordres en Europe et dans la société internationale dans son ensemble, motivé par son désir d'expansion et de répression. Cette évolution a été menée par les Américains grâce à la consolidation de la puissance économique, militaire et culturelle des États-Unis au cours du siècle dernier, projetée au niveau mondial par le biais de divers canaux et organisations, jamais exclusivement défensifs. Les démocraties de l'Union européenne ont assumé la codirection de l'organisation en vertu de critères de sécurité partagés par les membres et approuvés par les Européens. De manière tout à fait exceptionnelle, des pays dont le système démocratique est en crise (la Turquie, par exemple) ont maintenu leur présence dans l'organisation. L'Espagne ne pouvait pas devenir membre tant que notre démocratie n'était pas restaurée et que l'adhésion à l'alliance n'était pas légitimée par le Parlement et les citoyens.

La proéminence et l'attrait de l'OTAN ont été renforcés ces derniers mois par des décisions qui n'ont pas été prises par l'organisation atlantique. Mais le moment est peut-être venu pour les alliés de contribuer à la résolution d'une guerre et d'un conflit qui ont mis en évidence la force des démocraties dans l'ordre international. Devenir une pièce dans la négociation complexe qui doit être articulée. Où il ne peut y avoir d'impasse entre agresseurs et agressés, mais où il ne peut non plus y avoir de démolition d'un échiquier pour la compréhension. Au cœur des démocraties alliées se trouve le défi de faire face à la complexité de l'ordre international. Et dans la nature même de la guerre se trouve l'exigence d'un rétablissement durable de la paix.