PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Les derniers coups d'état en Afrique : analyse et conséquences

burkina-tv

Ces derniers mois, nous avons assisté à des coups d'État au Mali, au Tchad, en Guinée, au Soudan et au dernier en date au Burkina Faso, des pays qui comptent parmi les plus pauvres du monde, très instables, dont certains sont des États en faillite ou dont le gouvernement est corrompu. 

Ils ont tous un dénominateur commun : la crise économique et le mécontentement populaire, également marqué par le terrorisme djihadiste, l'immigration et le crime organisé. Non seulement ces coups d'État en si peu de temps sont inquiétants, mais aussi l'effet de contagion qui pourrait être créé dans d'autres pays africains en l'absence d'une réponse internationale.

Le renversement des gouvernements démocratiques dans les anciennes colonies françaises d'Afrique de l'Ouest devient une tendance et le problème dans ces pays est finalement la légitimité de l'État et la perception par les citoyens de la validité de leur gouvernement et de sa capacité à répondre à leurs besoins.

Cette légitimité exige que l'on s'attache à protéger les civils et à garantir la justice et l'obligation de rendre des comptes pour les violations des droits de l'homme et les abus. Si les États ne s'engagent pas à répondre aux besoins de leurs citoyens, aucun engagement international n'a de chance de réussir

La légitimité d'un État commence au niveau national, lorsque ses citoyens considèrent que leur État est capable d'accomplir la tâche qui lui incombe. Cependant, l'État perd cette légitimité lorsqu'il ne sert pas son peuple et sert ses propres intérêts ou ceux de tiers.

Dans le cas du coup d'État au Burkina Faso, Kabore a tenté d'apaiser le mécontentement de la population en réorganisant son gouvernement, en remplaçant les chefs militaires et en interdisant les manifestations antigouvernementales. Cependant, cela n'a eu aucun effet tangible pour contenir le mécontentement croissant de la population.

L'instabilité au Burkina Faso est la dernière d'une série de situations similaires qui ont secoué l'Afrique de l'Ouest, où des hommes forts militaires, du Mali à la Guinée en passant par le Tchad, ont pris le pouvoir de gouvernements affaiblis au cours des deux dernières années, sans pouvoir rétablir la sécurité dans leur pays.

Au cours de l'année écoulée, des protestations généralisées contre l'insécurité ont éclaté dans tout le Burkina Faso, alors que des groupes djihadistes s'emparaient de pans entiers de territoire le long de la frontière avec le Niger et le Mali pour se financer, tuant des gens et pillant des villages.

Au début du mois de janvier de cette année, les autorités du Burkina Faso ont arrêté une douzaine de soldats soupçonnés d'avoir tenté un coup d'État, plaçant le pays dans une situation plus inquiétante et hostile.

Quelques heures après que des coups de feu aient éclaté dans la capitale dimanche, des manifestants sont descendus dans la rue pour soutenir les soldats mutinés. Les manifestants, qui chantaient des chansons à la gloire des militaires, ont également mis le feu au siège du parti politique de Kabore.

À l'heure actuelle, l'opinion publique est massivement favorable au coup d'État en raison de l'incapacité de Kabore, au fil des ans, à résoudre le grave problème de sécurité du pays, une situation similaire à celle que connaît le Mali, où plusieurs coups d'État ont également été perpétrés.

Kabore est le quatrième chef d'État, après le Mali, le Tchad et la Guinée, à être écarté du pouvoir par l'armée.

La détérioration du contexte sécuritaire dans ces pays a exaspéré tant la population civile que les forces de défense et de sécurité. Cependant, l'échec des démocraties ne peut justifier la légitimité de gouverner par des coups d'État. 

Tant que tous ces pays resteront des États en déliquescence et que les gouvernements ne pourront pas contrôler leurs territoires ou garantir leur sécurité, les coups d'État continueront d'être perpétrés par l'effet de contagion d'autres pays.

La question est la suivante : après le Mali, la Guinée et le Burkina Faso, quel sera le prochain pays à subir un coup d'État en Afrique ? Ce qui s'est passé au Mali, en Guinée et au Burkina Faso pourrait bientôt se produire à Niamey, Abidjan, Cotonou ou même Dakar, en raison de l'effet dit de "contagion", renforcé par un contexte où la France est perçue comme un ennemi.

Dans tous les pays, le dénominateur commun a été les scandales de corruption et l'incapacité à juguler les djihadistes, ce qui a conduit à des coups d'État. 
L'augmentation récente des coups d'État en Afrique reflète également un relâchement du reste des acteurs régionaux et internationaux qui condamnent les coups d'État. Pour qu'un coup d'État soit durable, il doit être reconnu internationalement, sinon il sera isolé.

Toutefois, la réaction internationale aux différents coups d'État a été différente. La réaction de chaque acteur extérieur à un coup d'État a été influencée par ses intérêts et sa proximité avec les autorités politiques et militaires renversées et celles qui ont pris le pouvoir. Dans le cas du Tchad, tant du point de vue de la France que de l'Union africaine, la prise du pouvoir par le fils du président Déby et le conseil militaire qui l'entoure a été rapidement acceptée et aucune sanction n'a été imposée. Dans le cas du Mali, cependant, c'est le contraire qui s'est produit.

Les intérêts économiques doivent également être pris en compte dans des pays comme la Guinée, le Mali et le Burkina Faso, qui disposent d'importantes ressources minérales et entretiennent des relations étroites avec des entreprises chinoises et russes, de sorte qu'un changement de pouvoir peut également avoir des conséquences géopolitiques.

Dans le cas de la Russie, elle a soutenu activement divers coups d'État en Afrique, comme au Soudan et au Mali, en échange d'autres types de compensations économiques et géostratégiques.

Dans cette situation, les principaux perdants ne sont pas seulement les pays eux-mêmes, qui subiront de plus grands conflits, des déplacements internes et des crises alimentaires à la suite de ces coups d'État, mais aussi la France et l'UE, où le Sahel est notre frontière avancée et une zone stratégique pour notre sécurité, et où tous ces problèmes seront inversés dans un avenir proche.