PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Les dirigeants phagocytés par la guerre

G7

Nous sommes dans une économie de guerre. Les marchés boursiers prévoient un scénario noir se terminant par une récession... encore cette malédiction. Le mardi 5 juillet, les marchés boursiers ont à nouveau chuté face aux mauvaises prévisions à court terme : en Espagne, l'IBEX-35 a perdu 2,48 % ; en France, le CAC-40 a chuté de 2,68 % ; en Allemagne, le DAX30 a perdu 2,91 % et au Royaume-Uni, le FTSE 100 a perdu 2,86 %. 

Face à l'inflation, aux prix du carburant, à la flambée des coûts de l'électricité et à l'incertitude, 43 % des familles espagnoles ont annulé leurs vacances d'été. Ils redoutent tous la fin de la saison estivale et l'arrivée de l'automne et de l'hiver car ils sentent que la fin de l'année sera très compliquée. 

L'invasion de l'Ukraine marque un tournant ; c'est un retour à l'Europe d'une vie : l'Europe de la guerre, du rationnement, du sang, de la sueur et des larmes qui ont marqué les générations immédiates de grands-parents et de parents qui ont connu les ravages des guerres du siècle dernier. Les jeunes générations de ce XXIe siècle compétitif et âprement disputé voient les pires des spectres se dresser à nouveau devant leurs yeux. Ils seront les plus durement touchés, les plus grandes victimes.

Il n'y a pas de pronostic optimiste. En Espagne, 600 000 entreprises pourraient faire faillite si la crise énergétique s'aggrave et si, finalement, le dictateur russe ferme complètement le robinet du gaz afin d'étouffer principalement les pays d'Europe de l'Est. 
 
Les citoyens de toute l'Europe sont nerveux car un autre ralentissement économique - après le coup brutal provoqué par l'apparition de la pandémie en 2020 - aura de graves conséquences économiques et, bien sûr, sociales. Et les politiciens qui paieront ce désastre dans les urnes n'en sortiront certainement pas indemnes

Sur le sujet 

Oui, il y a de l'inquiétude et l'opinion publique ne le pardonnera pas. Je trouve très inquiétante la remarquable faiblesse des dirigeants qui prennent toutes les décisions - sans référendum - sur la manière de répondre à l'invasion atroce de l'Ukraine par la Russie, décidée par les États-Unis, dans leur propre intérêt.

Au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson est épinglé à Downing Street. Affaibli de jour en jour, il n'est même pas désiré par ses propres collègues du Parti conservateur ; la démission de ses ministres des Finances et de la Santé presque au même moment révèle la faiblesse dans laquelle il est embourbé.

Personnellement, je trouve cela très frappant : je ne me souviens pas d'un consensus plus fort entre les pays membres de l'OTAN pour faire face aux appétits militaires de la Russie, et je ne me souviens pas d'un si grand nombre de pays appliquant une série de sanctions sévères contre la Russie afin de faire comprendre au Kremlin qu'il doit retrouver la voie du dialogue, de la négociation et du respect de la souveraineté d'un pays en retirant ses troupes.

L'apparition de la pandémie a déjà créé un dilemme pour les dirigeants : choisir entre la bourse ou la vie en confinement ; maintenant, avec l'invasion de l'Ukraine, ils sont confrontés à un nouveau dilemme : l'économie ou arrêter Poutine. Et la réponse est claire, car beaucoup ont décidé de se tirer une balle dans le pied pour dire au dictateur russe qu'il ne peut pas envahir des pays sans en subir les conséquences. 

Ce qui se passe, c'est qu'à l'intérieur, ces mesures sous forme de bombes à sanctions laissent de graves conséquences économiques pour tous les pays. Et ils s'avèrent déjà assez impopulaires

Il est très peu probable que Johnson finisse cette année sans une nouvelle motion de censure, cette fois-ci impulsée par le Parti travailliste et soutenue par les conservateurs qui ne veulent plus de lui, car ils ne se sentent plus représentés par lui ou ses décisions.

Dans ce Titanic, dans lequel nous sommes tous impliqués, aucun politicien ne peut être considéré comme ayant un leadership solide. En France, le président Emmanuel Macron a perdu sa majorité au Congrès et fait face à un scénario d'ingouvernabilité pour les cinq prochaines années ; et en plus de cela, il fait face au mécontentement d'un large bloc composé de divers gauchistes, socialistes, communistes, écologistes et de la France Insoumise, qui convergent vers la nécessité de soumettre Macron à une motion de censure et de le retirer du gouvernement.

En Espagne, le président Pedro Sánchez dispose d'un gouvernement de coalition entre le PSOE et ses partenaires d'ultra-gauche de Unidas Podemos qui est de la pure dynamite ; la dernière décision d'approuver un milliard d'euros de crédit extraordinaire pour augmenter le budget de la défense a ouvert une crise gouvernementale car il y a deux visions équidistantes de la façon de gérer le conflit militaire actuel. Pour Sánchez, cela implique un réalignement avec les sanctions et avec l'OTAN sur les armes et le soutien à l'Ukraine, et UN Podemos est totalement contre une telle position

En Allemagne, dès que l'économie entrera en récession, le chancelier Olaf Scholz sera confronté à une grave crise politique - en plus de la crise socio-économique - en raison de tous les sacrifices qu'il devra faire à la population lors d'un hiver sans chauffage. 

Et aux États-Unis, le Parti démocrate prendra une raclée aux élections de novembre, preuve du mécontentement de la population à l'égard des décisions de Joe Biden. Les Américains ne voulaient pas être impliqués dans une autre guerre et c'est pourquoi ils ont quitté l'Afghanistan. C'est vrai, la Russie est l'agresseur, elle a décidé d'envahir un autre pays et a déclenché une peur énorme en Europe parce que Poutine pourrait ne pas s'arrêter en Ukraine. Que se passera-t-il quand Johnson, Macron et Scholz seront partis ? Que se passera-t-il si en 2024 la guerre continue et que Trump revient à la Maison Blanche ?