Opinion

Les propriétaires du secret

pedro-sanchez

Il n'y a pas de plus grand crime en politique que de perdre du temps. Quarante mois de gouvernement socialo-communiste, soutenu par les séparatistes et les partisans de l'ETA, nous ont conduits au bord de l'abîme. La Table de la honte est le dernier pas en avant.  La pandémie de Covid et la hausse himalayenne des prix de l'électricité et du gaz ont été réglées par l'EXPRESSION vénézuélienne aux compagnies d'électricité et aux investisseurs. Dix milliards perdus en bourse en trois jours confirment que ce dirigeant marche comme un kamikaze, sur le fil du rasoir (argent) toujours dans la direction interdite. Lors de la prochaine réunion de Sánchez avec les magnats de l'IBEX, il les obligera à applaudir de leurs oreilles la ruine de leurs actionnaires. 

La lâcheté des gouvernements de González, Aznar, Zapatero, Rajoy et du Dr Sánchez à démanteler les centrales nucléaires, le PHN, à renoncer aux transferts d'eau, au charbon et à donner la priorité au vert progressiste nous a conduit à la dépendance énergétique et hydrique. Qu'est-il advenu du gaspillage des usines de dessalement de Mme Narbona, partenaire du conseiller corrompu d'Abengoa, M. Borrell ?

sanchez-cataluña

Un peu corrompu, oui ; (9.000 euros), mais corrompu. Et que dire des dénonciations de la pauvreté énergétique par Podemos et le PSOE en 17 et 18 ? Rien. Pour continuer à aspirer les poltronas.  Des augmentations rajoniennes de 7% nous sommes passés à 180% avec le magicien Sánchez qui arrange tout avec des décrets royaux dans la bible de la BOE.

Nous paierons les profits scandaleux des compagnies d'électricité au printemps si les tribunaux ne démantèlent pas d'abord les édits impériaux de Pérez-Castejón.  Nous sommes maintenant dépendants, sur le plan énergétique, d'une Algérie instable et d'un Maroc agressif pour le gaz, ainsi que des centrales nucléaires françaises de l'autre côté de la frontière. Cet hiver, nous n'aurons pas de gaz pour nous chauffer. C'est l'heure de Poutine, avec la bénédiction de Berlin.  

Perte de temps

 La Table de l'Ignominie entre Moncloa et la Generalitat, entre Sánchez et Aragonés i García (un sommet bilatéral où le drapeau espagnol est moqué par les Catalans de l'ERC), a trouvé un outil anticonstitutionnel et antiparlementaire pour jouer la perdrix et arriver aux élections générales de février 2024, avec le président poli avec l'éclat d'un dialogue inexistant (et secret), et d'une reddition préventive arrosée d'argent européen. Le sectarisme de ces types qui ont la bouche pleine d'égalité et de solidarité consacrera les privilèges de certains citoyens de première classe - toujours déloyaux envers la Grande Charte - et d'autres citoyens de seconde classe - les constitutionnalistes - jusqu'à l'éclatement de l'Espagne. Absolument. Le pacte secret est simple : ERC soutiendra le budget général de l'État 2022 pour tromper Bruxelles et le CSP soutiendra les séparatistes (tous) pour que le pont de "négociation" au Parlement et en Principauté ne soit pas brisé.

congreso-diputados

Les néo-convergents de Puigdemont menacent de n'accepter aucun accord car, à l'exception des infrastructures et du transfert des douanes et des aéroports, il n'y aura pas de temps pour l'amnistie et le référendum. La force la plus puissante du gouvernement ERC-Junts réside dans les salaires à millions de dollars des 5 000 copains pujolistes placés à la main - comme en Andalousie - qui veulent continuer à payer la voiture, la maison, la piscine et les écoles anglo-allemandes de leurs enfants. C'est le pouvoir de la famille, le vrai pouvoir. Naturellement, ils doivent continuer à se plaindre de la "répression" de Madrid - la victimisation ne faisant pas défaut - tandis que leurs djihadistes tabassent la police nationale, la Guardia Civil, les Mossos d' Esquadra eux-mêmes et encouragent la violence payée par le Palau de Sant Jordi et l'ANC.  Tout cela pour vivre de la momerie, -sans précipitation, sans pause et sans délai- pendant que Sánchez (sans drapeau espagnol sur son masque) paie la facture de tous les tours avec l'argent qu'il prendra au reste des régions autonomes.

L'échec de la Diada est compensé par plus de harcèlement de la FSE et plus de radicalisme de la part des commandos terroristes de la CUP et associés.

Après les grâces accordées aux putschistes, Sánchez sait que Tezanos a beau lui mentir à chaque CIS, le PSOE chute mois après mois dans l'intention de vote et que la reprise est un autre mensonge collatéral qui ne correspond pas à la réalité. Comme il voyage toujours dans le Falcon, il ne connaît pas les locaux vides à vendre et à louer, les hôtels à vendre, les restaurants qui ont fermé, les indépendants qui sont en ruine, les files d'attente de la Banque alimentaire, celles de Caritas et des ERTES qu'il renouvellera jusqu'en décembre avant qu'un autre million de travailleurs n'aillent définitivement intégrer les listes de l'ancien INEM le 1er janvier. 

La hausse du SMI imposée par Yolanda Díaz à Calviño et Escrivá - et ces deux-là étaient les hétérodoxes de l'économie - entraînera la perte de 140 000 emplois l'année prochaine car les PME ne peuvent assumer ni la hausse de 15 euros ni les coûts sociaux. La ministre des finances, María Jesús Montero Cuadrado, l'a déjà expliqué (de manière détournée) : "Nous ne serons pas en mesure de respecter le déficit de 3 % avant 2025". En d'autres termes, plus de dette, plus de déficit et plus de pauvreté. Et avec un taux d'inflation de 3,4 %, les dépenses liées aux retraites augmenteront à elles seules de 2,8 milliards. Nous pensions que le changement de gouvernement représenterait un changement. Mais c'est un changement pour le pire. Plus d'incompétents. Plus de lest dans les ailes.

 marslaska-gobierno

Marlaska, non présentable

Outre Marlaska, c'est l'imprésentable qui permettra de rendre hommage à Mondragón à Henri Parot, le plus sanguinaire des terroristes de l'ETA : 39 morts (dont sept femmes et cinq filles) et 4 800 ans de prison.  Seul le gouvernement pourrait mettre fin à l'indignité envers les victimes du terrorisme, mais ce type ne respecte ni les vivants ni les morts. Il est sans coeur. Ni le gouvernement, ni le ministère public, ni la Cour nationale n'ont levé le petit doigt pour empêcher la glorification du terroriste le plus sanguinaire.

La stratégie de Bildu consistant à reconvertir les "ongi etorri" en une manifestation contre la peine de mort (interdite par la Constitution) et en faveur des droits de l'homme et de la coexistence relève du cynisme sidéral.  VOX, PP et Cs ont été à Mondragón avec les victimes du terrorisme. L'intérieur n'a pas protégé leur présence. Une personne âgée a été blessée lors du harcèlement des participants à VOX ; García Page a qualifié l'hommage d'humiliant. Les victimes se sont plaintes que l'événement ait été autorisé et ont accusé Sánchez et Marlaska de se sentir abandonnés. Saragosse, Madrid et Grenade sont également descendues dans la rue pour dénoncer ce gouvernement abject qui "nourrit le serpent de l'ETA". L'État s'est mis à genoux devant le malheureux Parot. Casado annonce que lorsqu'il gagnera les élections, il interdira ces hommages à la gloire des assassins. 

Nous continuons avec la petite Marlaska. Après le spectacle du rapatriement illégal des "menas" à Rabat, en rejetant la faute sur le gouvernement de la ville autonome de Ceuta, il s'est fait le champion de "l'épisode anecdotique" du soutien aux jeunes LGTBI à Malasaña - de purs mensonges - et a rejeté la faute sur la Guardia Civil. Ses attaques contre ses subordonnés sont constantes. Il a déjà fait signer à des fonctionnaires de son ministère un faux document pour disculper les agresseurs de Ciudadanos lors de la dernière gay pride. 

ataque-eta

Au moment de voter, chers lecteurs, n'oubliez jamais que depuis le premier jour, Sánchez est resté l'ennemi public numéro un des victimes du terrorisme à l'intérieur. Pas un seul vote. Deux types peu présentables.

Congrès, menotté

Dans les prochains jours, le TC devra décider si l'état d'alarme de six mois qui a neutralisé le Parlement était inconstitutionnel ou non. Tout semble indiquer qu'elle statuera dans le même sens, reprochant au gouvernement l'irresponsabilité d'avoir laissé entre les mains des régions autonomes des pouvoirs qui ne leur correspondaient pas, tels que les heures de couvre-feu, la (in)mobilisation et les fermetures de périmètre. Le rapporteur de la Haute Cour estime que les droits des députés à légiférer et à contrôler l'exécutif ont été violés.

 Comme l'avait dénoncé Cayetana Álvarez de Toledo à l'époque, "le Parlement ne ferme pas, même en temps de guerre". Pendant les 25 mois de la pandémie, ce gouvernement s'est comporté comme un exécutif autoritaire et opaque. Le président n'a pas montré son visage.  Nous ne savons pas combien de personnes sont mortes du Covid, ni combien les vaccins ont coûté - nous devons 70 % à l'UE - ni les rapports de l'UEM dans les résidences dirigées par le vice-tertuliano Iglesias, ni les rapports des experts (inexistants) n'ont été rendus publics, ni les procès-verbaux des réunions entre le ministère de la santé et les régions autonomes. 

Le cours parlementaire a été ouvert par le président qui a accusé le PP et VOX de vouloir le faire tomber alors que le gouvernement était déjà passé à la télévision d'Etat pour déclarer hypocritement que "nous avons fait le deuil de tous les morts et nous avons vacciné tout le monde sans demander pour qui ils ont voté". Ce type est un démocrate, est-il sain d'esprit, la santé n'est-elle pas un droit universel dans notre pays ? Il n'a pas été possible de pleurer tous les morts parce qu'on nous en a caché le nombre (peut-être 150 000 ; presque 100 par jour dans cette cinquième vague) et prétendre qu'on n'a demandé à personne pour qui ils ont voté relève du racisme, du nazisme sectaire et de la haine des années 30. Il y a ses lois d'habilitation (comme celle qui neutralise les fonctions du CGPJ et de l'AR du Journal officiel de l'État).

 vox-manifestacion

Un jour, les historiens devront reconsidérer le parallèle entre le sanchisme et l'aube du Troisième Reich. Toute la politique d'information de la Moncloa est gobelsienne.  Ce type, dans son regard, dans ses gestes et dans ses mots -Rosa Diez dixit- reflète l'âme sombre d'un leader dangereux. Humilié par Aragonés i García - le forçant à se rendre à la première réunion et à s'asseoir à la table de l'indépendance, entrant sous le signe des prisonniers politiques, il a courbé le cou devant le drapeau, mais s'est tu comme un lâche lorsque le drapeau espagnol a été retiré de ce "sommet bilatéral". Comme si c'était un autre état. 

 Le gouvernement social-communiste a consolidé une voie extra-parlementaire très préjudiciable à l'État de droit, rendant le travail de la monarchie extraordinairement compliqué.

Malgré le silence imposé par les maîtres du secret, le seul accord concret sera le démantèlement des institutions étatiques en Catalogne. De la même manière que Bildu, PVN, PSE et PSN l'exigent sur leurs territoires. Urcullu va plus loin : récupérer les droits foraux antérieurs à la première guerre carliste (1833-1840). L'ETA doit être blanchie, le franquisme doit être persécuté et même la polio de 1950 doit faire l'objet d'une enquête. Mais sur Covid, il y a un silence de pierre. Une mémoire démocratique pour dissiper le ressentiment et la haine de la guerre civile à laquelle la deuxième République nous a directement conduits. Et à titre d'exemple, Largo Caballero... le Lénine espagnol. Putain ! Ayant dans leurs rangs un socialiste décent comme l'était Julián Besteiro, ils choisissent le plus vaurien comme point de référence. (Voir Diario de Sesiones de las Cortes). 

Faire plier les juges

Quelques minutes avant l'ouverture de l'année judiciaire, le président du gouvernement s'en est pris au Conseil de la magistrature et à la Cour suprême Carlos Lesmes, qualifiant de "vengeance" la sentence de la Cour suprême contre les putschistes du 1-0 et de se placer en dehors de la Constitution.  Inadmissible. 

Mais Sánchez ne croit pas à la séparation des pouvoirs. Et il veut, tel un néo-franquiste et un néo-dictateur au sourire de hyène, unifier les pouvoirs de l'État. Et pour contrôler, en outre, la Couronne. Au revoir, Montesquieu, au revoir. Alfonso Guerra, qui s'arrache aujourd'hui les cheveux à cause de la dérive séparatiste, l'a déjà dit. Bon débarras pour les manches vertes. Lesmes a fait un discours courageux et a averti le gouvernement que la réforme limitant la capacité du CGPJ aggraverait la situation et a rappelé à Sánchez que l'UE a freiné une autre réforme qu'elle jugeait dangereuse.

manifestacion-luz

Pour une fois, le PP de Casado, Abascal et Arrimadas ne cède pas. Et ils ont raison. Revenez à la Grande Charte (article 122.3). S'ils cèdent et laissent la réforme pour 2028, le POSOE ne s'y pliera pas car il aura pris la majorité absolue du pouvoir judiciaire. Et en contrôlant les juges, ils nous conduiront à une dictature silencieuse où leur pouvoir sera prolongé jusqu'en 2040. Adieu la démocratie car cela reviendrait à céder la Justice à la Catalogne, au Pays Basque et à la Navarre ! Nous avons déjà les précédents de Pascual Estevill et Santiago Vidal, des juges catalans corrompus qui ont tenté de créer des royaumes de taifas judiciaires pour racheter les putschistes. Espérons que le Roi viendra à Barcelone cette année pour la remise des offices à l'École judiciaire. 

La corruption progresse

Avec ce gouvernement de régénération, il n'y a jamais eu autant de corruption. De la position de l'épouse de Juan Espadas, maire de Séville, qui a été payée pendant des années sans travailler après avoir été triée sur le volet deux jours avant la publication des postes vacants, aux hiérarques chavistes désormais mûrs qui se sont emparés d'un butin de 14 millions d'euros auprès de l'Espagnol Duro Felguera. Les incendies de Malaga - dont un pompier a été tué, DEP - sont d'origine criminelle. Et les stocks d'herbe ont augmenté à Castellón, Algeciras (8 000 kilos) - une terre de non-droit - ; 5 700 plantes saisies à Saragosse et en Estrémadure. Toute la direction de la lutte anti-drogue arrêtée à Mérida (quatre policiers et deux gardes civils) tandis qu'un des capos se vantait sur Instagram d'"avoir autant d'argent qu'Escobar". Il est bon que les pois chiches noirs, les avocats et notaires bizarres soient expulsés de la force publique, même s'il est surprenant qu'aucun juge n'ait jamais été pris en flagrant délit. 

La corruption, c'est passer un cours avec une note d'échec, même si le PSOE et Castells affirment que les examens de rattrapage créent un "fossé social". Tout le monde est contre la "fraude cum" de la thèse du président. Même la copie ne peut plus être sanctionnée. Enfin, notons que l'ex-mari de Mónica Oltra (vice-présidente de la Communauté valencienne) a été fermement condamné pour avoir abusé de mineurs dans des centres qui dépendaient de son département. Et les mêmes allégations de viol ont été formulées dans les îles Baléares, où le Parti socialiste et Podemos ont empêché la création d'une commission d'enquête. Francina Armengol, plus dévouée à livrer les Baléares au pancatalanisme qu'à gouverner pour le peuple, a non seulement tué l'enfermement l'année dernière, mais a aussi essayé d'arrêter le trucage de l'"affaire des ports" qui a profité à ses amis en impliquant l'Autorité portuaire présidée par Juan Gual. Les techniciens de l'État ont refusé de ratifier les irrégularités et le juge y voit de solides indices de corruption. Que va faire le ministère public ? Je peux vous le dire : rien. 

Nous attendons toujours les conspirations de Puigdemont après avoir vu le rejet des deux putschistes de Just au Bureau - il aurait dû se promouvoir comme candidat - et les résolutions pour l'accord final " voté " entre les propriétaires du secret : Sánchez Pérez-Castejon et Aragonés i García. Vont-ils nous faire avaler cet accord ultra-secret et discret sur le référendum et l'indépendance avec des meules de pierre ? Vont-ils le porter au Parlement, au Congrès et au Sénat pour se moquer de tous les représentants de la souveraineté nationale ? Et l'imposer par décret ?  Deux escrocs et deux traîtres. Nous continuerons à résister. 

In memoriam 

Le 8 septembre, la journaliste Elia Rodriguez, l'une des voix les plus emblématiques du groupe Libertad Digital, est décédée à Madrid, victime d'un accident domestique. Elle avait 38 ans. Elle a réalisé les programmes "La Mañana del Fin de Semana" et "Es Toros". Je ne la connaissais pas personnellement, mais son talent, son professionnalisme et sa qualité humaine vous entraînaient dans son univers : culture, musique, poésie, livres - elle était une intervieweuse ouverte et brillante - et remplissait les minutes d'esprit et de divertissement. Elle était une communicatrice d'informations et de publicité (la voix de El Corte Inglés tous les matins). Travailler avec elle, me dit un ami et collègue, "a été un privilège". Nos condoléances à toute sa famille et à ses amis. L'Académie de la radio et de la télévision lui décernera la médaille d'or l'année prochaine (à titre posthume). Il n'est jamais trop tard pour continuer à se souvenir de lui. D.E.P. Nous t'avons aimé et tu nous manqueras, cher collègue.

joseba-arregui

Et il y a quelques heures, Joseba Arregui (Andoain, Guipúzcoa, 1946), conseiller du gouvernement basque et essayiste, a été enterré. Un homme bon, juste et sage. Un amoureux de la paix La personne qui a été la plus proche des victimes du terrorisme de l'ETA. J'ai suivi ses articles dans EL MUNDO. Très dur envers le PNV, il a vécu quatre décennies à contre-courant du despotisme officiel". Comme la mort est simple, comme elle est simple/ mais comme elle est injustement arrachée", nous a appris Miguel Hernández. Que le Seigneur l'accueille en son sein. Une accolade éternelle à sa famille et à ses amis.

*Antonio REGALADO dirige BAHÍA DE ITACA dans :
aregaladorodriguez.blogspot.com